RSS
RSS

AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Just survive, ft Ohanko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Blackhole
Je suis :
Je suis :
Blackhole
Messages : 114
Points d'Experience : 98
Date d'inscription : 08/10/2017
Age : 15
Localisation : Paumé dans la neige

Feuille de personnage
Votre personnage:

Just survive, ft Ohanko Empty
MessageSujet: Just survive, ft Ohanko   Just survive, ft Ohanko Icon_minitimeDim 15 Sep - 21:36

Ils l'avaient eu. Il s'était fait avoir, tant ils l'avaient torturé par leurs affreuses menaces, par des techniques inhumaines qui lui avaient causé trois jours exposé au soleil toute la journée, jusqu'à ce que l'astre s'enfuit derrière ces portes qui semblaient renfermer toutes les peines du monde. Il avait attendu de l'eau, même aussi vide de vie qu'elle soit, et du foin, puisque les plaines étaient bien trop inaccessibles pour lui. Mais non, il en avait été incapable, ses forces l'avaient quitté, et se jouaient de lui tous ces bleus qui lui tournaient autour comme un vulgaire essaim d'abeilles, ignorant à quelle fleur elles avaient affaire. Mais en l'occurrence, la fleur fanait, assoiffée, le corps brûlant, le ventre vide.

Et ce matin, alors que l'aube se levait, et que le fort se réveillait doucement, Blackhole l'aperçut, qui l'observait. Cet homme, c'était le sergent, réputé pour être dur et excellent cavalier. Il ne l'avait jamais vu sur une même monture, et les pauvres canassons se faisaient ballotter de droite à gauche dans cette carrière qui en avait vu passer. Son regard ne signifiait rien de bon, et son instinct eut raison. Il fut une nouvelle fois sellé, et s'opposa le plus qu'il le pouvait aux mains brutales des hommes. Seulement, ils étaient malins, et il était cassé. Brisé. Alors, oui, après quelques ruades, il s'abandonna aux ordres, et déroula une reprise de dressage presque parfaite, passant de l'arrêt au galop, les membres tremblotants, les naseaux grand ouverts à la recherche d'air frais. Ses poumons menaçaient d'exploser à chaque foulée, et son corps ruisselait de sueur. Il ne sut combien de temps il avait passé à obéir comme un pantin, mais les minutes étaient extrêmement longues. Et quand on le ramena dans son poteau, après lui avoir permis de boire un peu d'eau, et mangé quelques brins de foin, il put enfin se reposer. Oh, qu'il aurait voulu s'allonger, sentir le sable contre sa peau, qui le démangeait férocement, mais cela aurait pu vouloir dire qu'il leur faisait confiance, à ces abominables bipèdes. Alors, il laissait sa nature de côté, et restait impassible, les yeux brûlant de haine, le sang bouillant dans ses veines de cheval de corrida.

Le soleil s'acharnait contre lui, mais il ne le sentait pas. Un homme, plusieurs l'avaient monté, et pourtant, même quand il se soumettait, il revenait au point de départ. A la diète, au poteau, loin des autres chevaux. Une fuite n'était pas possible. La porte ne s'ouvrait pas pour lui. Son esprit souffrait, cherchant à trouver une solution, mais il leur était redevable au point que ce serait eux qui décideraient du jour d'échappée. Quand ils l'emmèneraient en extérieur, pour tester ses aptitudes.

Les cieux durent entendre sa promesse muette, puisqu'on harnacha encore le noiraud, et le sergent lui grimpa une nouvelle fois sur le dos. Il le haïssait. Incapable de sourire, ses lèvres ne s'entrouvraient que pour siffler des autres à ses congénères, qui courraient partout, rampant au moindre de ses ordres. Il piétinait le sable de ses sabots, piaffant à la manière d'un cheval sauvage. Et pourtant, il avait un certain style, une élégance qui manquait à ces étalons pas même débourrés. Comme si la selle et le filet avaient été créés pour lui.

Il fit quelques écarts, qui demeurèrent vains. Le bleu avait une excellente monte, et jamais il n'avait été étonné de ses ruades ou de ses coups de cul pourtant puissants. Blackhole dût se résoudre à s'arrêter à côté d'un welsh, qui ressemblait fort à la petite Jaana qu'il avait croisé à la ferronnerie. La même race, me direz vous. Un autre cavalier était sur son dos, et à peine il grimpa, la porte en bois s'ouvrit. Le lusitanien écarquilla les yeux, sentant une brise lui remuer les crins. La liberté l'attendait, enfin. Il s'élança au triple galop, sans attendre le poney, et enchaîna, avec cet espoir qui requinquait tout le monde, les cabrioles destinées à se débarrasser de son cavalier. Qui parvint à le maîtriser, en lui enfonçant ses éperons dans la peau, et en fouettant sa croupe de sa cravache si violemment que tout le Cimarron avait dû les entendre. Ses hennissements de douleur se mêlèrent au râle de l'homme, qui galérait un peu, quand même.

Et, après quelques instants de lutte acharnée, il était revenu comme au début, avec l'autre. Simplement qu'une fine pellicule de sueur perlait sur son encolure, et que des petites gouttelettes de sang se mêlaient à son poil ébène au niveau des flancs.
"Ils me lâcheront jamais …"

La colère s'était transformée en désespoir, et il souffrait. Tellement.


Blabla:
 


Just survive, ft Ohanko Signa_11
Merciiii Idylle  Wah !

autre signa (merci Idylle =D):
 
Revenir en haut Aller en bas
Ohanko
Je suis :
Je suis :
Ohanko
Messages : 16
Points d'Experience : 12
Date d'inscription : 01/09/2019
Age : 19
Localisation : Neverland

Feuille de personnage
Votre personnage:

Just survive, ft Ohanko Empty
MessageSujet: Re: Just survive, ft Ohanko   Just survive, ft Ohanko Icon_minitimeLun 16 Sep - 21:05

Ce matin-là avait été plutôt mouvementé, en effet , il était l'heure pour les cavaliers de monter les chevaux prisonniers dont un en particuliers. C'était un Lusitanien d'une robe sombre, qui donna pas mal de fils à retordre aux cavaliers, mais qui finit, par la fatigue sans doute, par se soumettre.
Ohanko avait regardé la scène avec mépris. Évidemment pas envers le prisonnier, mais envers ces horribles bipèdes avides de contrôles et de pouvoir. S'acharnant encore et encore sur les différents chevaux qui pourraient avoir jusqu'à leur soumission. Lui aussi avait vécu ça, mais il savait très bien qu'il n'y a que la mort qui les attend contre une rébellion éternelle, mais rien ne les empêcher de leur rendre la vie facile.

C'est pourquoi, lorsque le fjord asséna un coup de sabot sur le pied du cavalier qui le pansait, il le prit comme une petite victoire. Il avait bien évidemment reçu un coup en échange, mais rien ne lui faisait plus plaisir que de voir cette créature boiter à l'infirmerie. Il ne s'y attendait pas à celle-là ! Il avait par la suite essayé à mordre quelques mains qui traînaient, mais en vain. Pour l'instant, il se contentera du coup de sabot.
On prépara ainsi le poney, puis son cavalier, dont il se fichait éperdument du nom, monta sur son dos. Par habitude du fjord et de son comportement impossible, le bipède tira sur les rennes d'un coup sec afin de le calmer et de lui faire comprendre sa place. Bien évidemment sur Ohanko cela eu l'effet inverse, lui en voulant toujours plus. Il allait voir qui allait se calmer!

Mais avant même qu'il puisse mettre sa vengeance à exécution, une tache noire partie hors du fort a une vitesse hallucinante. Il s'avérait que c'était le lusitanien de ce matin, qui s'était arrêté près de lui sans même que le fjord s'en rendre compte. En tout cas-là impossible de le rater. Il eu une étincelle d'espoir à ce qu'il s'échappe, mais il fut repris si violemment, qu'il ne put qu'arrêter sa course. La souffrance de cet étalon toucha Ohanko qui sortant au petit trot vint le rejoindre. Rendu à son niveau, et avant que son cavalier puisse réagir, il mordit la jambe du bipède qui montait l'étalon noir. Avant de faire un écart, regardant ailleurs innocent. Le cri de l'humain fut sa deuxième petite victoire. Son propre cavalier qui ne l'avait pas vu faire eu un moment avant de trouver le fautif de cette attaque sournoise et de lui asséner un bon coup d’éperons dans les flans. Ohanko tapa sur le sol de son sabot en renâclant, mécontent de sa "punition", il avait eu à peine ce qu'ils méritait ce bipède !

Les humains sur le dos discutèrent de choses sûrement inintéressante avant des les faire avancer au pas, Ohanko avançait, regardant le lusitanien avec inquiétude.


"Nous nous fabriquons souvent nous-mêmes nos propres prisons. Mais on peut aussi créer sa propre liberté."

Just survive, ft Ohanko O8jp
Revenir en haut Aller en bas
Blackhole
Je suis :
Je suis :
Blackhole
Messages : 114
Points d'Experience : 98
Date d'inscription : 08/10/2017
Age : 15
Localisation : Paumé dans la neige

Feuille de personnage
Votre personnage:

Just survive, ft Ohanko Empty
MessageSujet: Re: Just survive, ft Ohanko   Just survive, ft Ohanko Icon_minitimeSam 2 Nov - 12:12

Ca lui avait sapé le moral, de se rendre compte que jamais il ne pourrait se débarrasser de ces plaies qui le collaient jusqu'à ce que mort s'ensuive. Et ça lui faisait mal, de savoir que jamais il ne redeviendrait heureux, comme il avait pu l'être dans la harde. Si ce style de vie ne lui avait guère plu au départ, il avait appris à apprécier ces discussions anodines et ce respect de son caractère. Les autres ne forçaient pas à la conversation, ils avaient compris qu'il était des leurs par défaut, qu'il était un vieux loup solitaire, mais il faisait sa part du boulot, les patrouilles, et cela lui convenait. Il les aidait, et réciproquement.

Mais tout ça c'était fini. Les balades le long des cascades, sentir l'eau fraîche et presque vivante dans sa gorge, l'herbe lui frottant les membres tant elle était haute. Même le vent frais qui vous gelait le matin lui manquait. Peut-être parce que dans ce désert, les seuls coins d'ombre étaient réservés aux lézards, de par leur taille minuscule. Un buisson défraîchi en guise de végétation, et pas une flaque pour se désaltérer. Les plaines sauvages lui manquaient franchement. Il avait le mal du pays.

Un hurlement de douleur lui vint d'en haut, et il tourna une oreille en direction du sergent. Le fjord s'était décalé et reçut un méchant coup d'éperons dans le flanc, si bien que le lusitanien comprit que le poney était le mordeur de son cavalier. Un ennemi des humains, lui aussi, alors ? Au fond, même s'il s'était fait punir, cela prouvait qu'il n'était pas le seul dans cette lutte contre les bleus qui le hantait, qui lui donnait la force de vivre. Peut-être qu'une révolution verrait le jour, et que les autres se mêleraient avec lui pour réduire à néant ces monstres. Un rêve, qui le faisait drôlement espérer.

Ils étaient repartis au pas, les humains fiers d'avoir su dresser leurs montures, et s'engageaient dans une discussion qui n'intéressaient qu'eux. Le petit cheval lui lançait un regard inquiet, et le noiraud le fixa un instant, avant de prendre la parole (pour une fois) :
"Toi non plus, tu ne les aimes pas ?"

Il l'avait compris, ça, mais c'était une manière comme une autre de débuter la conversation, sans exprimer ses désirs de vengeance ensanglantés. Peut-être qu'on le trouverait un peu brute de pomme, de songer carrément à leur souffrance, mais c'était tout ce qu'ils méritaient. Ils étaient la cause de ses maux, tous.


Blabla:
 


Just survive, ft Ohanko Signa_11
Merciiii Idylle  Wah !

autre signa (merci Idylle =D):
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Just survive, ft Ohanko Empty
MessageSujet: Re: Just survive, ft Ohanko   Just survive, ft Ohanko Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Just survive, ft Ohanko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» he will do what it takes to survive. (délais jusqu'au 24.03)
» ♫ You have to survive! ♫ (pv Roxy et Kem)
» you and i must fight to survive (malkiter)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spirit RPG :: TERRES DE LA CAVALERIE :: Le Désert :: Le Chemin de Fer-