RSS
RSS

AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une existence à deux balles ~ ft Jaana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Blackhole
Je suis:
Je suis:
Blackhole
Messages : 104
Points d'Experience : 86
Date d'inscription : 08/10/2017
Age : 15
Localisation : Paumé dans la neige

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Une existence à deux balles ~ ft Jaana   Dim 3 Mar - 21:32

UNE EXISTENCE À DEUX BALLESFt Jaana



Il n'était devenu qu'un simple individu au milieu d'autres montures de soldats. Il avait été manipulé, touché, observé et jugé par des chevaux, mais pire, par des humains. Sentir leurs mains sur sa croupe avait déclenché en lui des souvenirs atroces, et il avait renchéri par des coups de cul et des tentatives de morsures. Jamais, au grand jamais, il ne voulait revivre le fait d'aimer, de tenir à quelqu'un, qui se brisera fatalement, et vous par la même occasion. Etre dépendant d'un homme, déposer sa confiance, son amour dans son cœur, et subir par sa faute une chute libre.

Là, Blackhole tournait en rond dans un corral, comme une bête folle. Que les regards soient posés sur lui, il n'en avait que faire. Seule la haine et la colère le subjuguait, seule la mort l'attendait. Il sentait les yeux peser sur lui, sur ce cheval dont on ne savait rien, mais qu'on supposait connaître. Sans doute qu'ils étaient habitués, ces robots, ces machines, à voir des êtres cassés dans leurs rangs, à imaginer des existences passées, puis à se détourner de ce spectacle qui les amusait. Comme s'était éclaté l'étalon qui l'avait capturé et traité de déprimé. Ces mots crachés à sa figure avec moquerie, il s'en souvenait, sans cesse ils se répétaient dans sa tête qui menaçait d'exploser à tout moment.

Quelques uns étaient compatissants, sans aucun doute, mais peu lui importait. Ils n'étaient que des figurants de ce décor macabre, de cette vie satisfaisante qui s'écroulait, gaspillée par un lasso et un bipède. Encore et toujours eux. Quelques bleus étaient accoudés à la barrière, agglutinés autour de cette pauvre bête désespérée, qui attendait de voir Severus, par exemple, le seul et unique cheval qu'il voulait voir pour le sortir de cette impasse. Ils le trouvaient beau, tout en muscles, et s'impatientaient de voir ce qu'il donnerait à la monte. Patience, mes gars, vous ne serez pas déçus. Ils pouvait sans aucun mal prédire ce qui se passerait. Ils allaient le seller, lui mettre un filet et l'enfourcher pour voir ce qu'il donnerait. Il se débattrait, subirait sûrement des coups, mais n'accepterait pas la monte. Seulement, mon pauvre Blackhole, la vie n'était pas si rose.

La barrière du paddock grinça, et il se retourna d'un bond, accueillant les coups d'œil un peu intéressés de chevaux qui s'ennuyaient et qui profitaient d'une distraction. Les chuchotements excités des hommes parvint à ses oreilles, mais il n'y fit pas attention, prêtant attention au soldat qui entrait, l'air un peu trop sûr de lui. Il saurait lui faire ravaler sa fierté. Le noiraud coucha les oreilles, et frappa le sol de son sabot. Déjà, l'autre marcha moins sereinement, mais son honneur était en jeu. Il partit au triple galop vers lui, et le deux-pattes fit au saut sur le côté, pour éviter le démon sombre. Malheureusement pour lui, un autre humain lui fourra un licol dans les naseaux sans qu'il n'ait eu le temps de dire non.

Il le tira sans ménagement, insensible à la résistance de l'étalon, à ses tentatives de morsure. Le lusitanien fut rapidement attaché parallèlement à deux barrières en bois. Il se sentit instantanément oppressé, et renâcla nerveusement. A ses côtés, une petite jument, au regard plutôt sympathique, se tenait. Il siffla, plutôt méchamment, sans faire attention :
"Qu'est ce qu'on fout ici ? Tu peux pas m'aider à m'échapper au lieu de me regarder avec des yeux de merlan frit ?"



Blabla:
 


Merciiii Idylle  Wah !

autre signa (merci Idylle =D):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaana
Je suis:
Je suis:
Jaana
Messages : 254
Points d'Experience : 32
Date d'inscription : 10/05/2015
Age : 20
Joue également : Red Hot Chili Peppers || Blaze || Fauve || Loren'

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Une existence à deux balles ~ ft Jaana   Dim 3 Mar - 22:08

    Jaana était là depuis maintenant quelques jours et c'était bien la première fois que les humains s'intéressaient à elle sans qu'elle ne fasse de bêtise. Un soldat était venu la chercher, lui avait enfilé un licol et l'avait emmené jusqu'à la ferronnerie. Elle en avait entendu des histoire à ce sujet et à priori ça n'était pas une partie de plaisir qui allait s'y dérouler. Au programme : nouvelle coupe, nouveaux chaussons et un tatouage. Super.

    Jaana se retrouva rapidement attacher à un poteau. Elle en déduisit qu'ils avaient remarqué qu'elle n'était pas méchante. Par la suite, le maréchal ferrant vint lui curer les sabots avant de commencer à la parer. Elle ne pouvait pas dire qu'elle y était habitué mais elle avait déjà eu à faire avec un maréchal par le passé. Lorsque Leevi avait assez d'argent et qu'il pensait à elle bien sûr...

    Au bout de presque une heure, la petite se retrouva chaussée de superbes fers. La sensation était des plus étranges mais cela lui passerait. Elle faisait partie de la cavalerie maintenant ! Puis en quelques coups de ciseaux, sa brosse revint et à son grand bonheur, il lui laissa son toupet fourni. Comme tout vrai fjord qui se respecte. Le maréchal repartit donc à son atelier. De là où elle se trouvait, elle pouvait deviner qu'il faisait d'autres fers. Sans doute pour l'étalon sombre qui venait d'arriver et que l'on venait d'attacher entre deux barrières de bois. Sans doute un sauvage.

    Alors qu'elle le regardait avec une certaine sympathie, sa première phrase la surprit grandement. Alors là. Elle sentit d'abord un bout de colère pointer le bout de son nez puis elle la refoula. Il ne méritait pas autant d'attention de sa part.

    - Merlan frit ? Mais encore ? A mon avis tu vas, tout comme moi également passer à la friteuse. Tu peux encore sentir l'odeur dans l'air, c'est agréable hein.

    Quel co***** celui là nan mais. Mais elle prit tout de même grand soin de lui offrir un sourit tout à fait innocent afin de bien enfoncer le clou.



Jaana
sweet little thing


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackhole
Je suis:
Je suis:
Blackhole
Messages : 104
Points d'Experience : 86
Date d'inscription : 08/10/2017
Age : 15
Localisation : Paumé dans la neige

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Une existence à deux balles ~ ft Jaana   Lun 4 Mar - 21:53

UNE EXISTENCE À DEUX BALLESFt Jaana



   Il vit briller le sol. Il baissa les yeux et aperçut le reflet du soleil dans un bout de métal accroché au sabot de la jument. Blackhole frissonna, les yeux écarquillés. Il n'avait pas besoin de ça, ses membres étaient déjà solides, et c'était complètement stupide. Si les humains voulaient les aider, pourquoi ne les laissaient-ils pas à leur liberté ? Non, il ne se laisserait pas faire comme une vulgaire bête domestiquée, qui ne réfléchissait pas. Le bleu était de profil, à quelques centimètres de lui. Il releva légèrement les lèvres, et sur son visage se dessina un sourire mesquin, et il écrasa volontairement le pied du soldat. Qui se dégagea en jurant comme pas possible. Si ses cris lui faisaient mal aux oreilles, cela ne lui remit qu'un peu de baume au cœur. Là, il se sentait déjà mieux.
- Merlan frit ? Mais encore ? A mon avis tu vas, tout comme moi également passer à la friteuse. Tu peux encore sentir l'odeur dans l'air, c'est agréable hein.

   S'il n'allait pas l'avouer à voix haute, il ne sut que répliquer. Bien sûr, lui aussi devrait passer par cette étape, et, après avoir reçu un coup de cravache sur le flanc pour le punir, un autre homme s'avança, une paire de ciseaux dans les mains. Il resta bouche bée, glacé d'effroi. Ils n'allaient quand même pas couper la crinière, son seul lien avec la liberté. Ce n'était pas possible. Il ne pouvait pas y croire, c'était une plaisanterie. Il se réveillerait, demain matin, avec le troupeau, comme tous les jours, et pas dans cette stabule, à tenter de faire souffrir des hommes et se prendre une leçon d'une fjord qui ne connaissait rien à la vie. Il n'était pas tombé si bas, par pitié. Une boule enfla dans sa gorge sèche, et la poussière n'améliorait en rien son état.

   Il secoua la tête lourdement, dans un vain mouvement pour se détacher. Il devait réellement faire rire tout le monde, mais le désarroi et la peur dans ses yeux sombres étaient bien réels. Il n'était que la victime de sa curiosité, d'avoir voulu s'approcher de trop près de ces lieux morbides. Et bien, il le regrettait. L'amertume le bouffait de l'intérieur, le grignotait petit à petit. Il lui aboya littéralement dessus, pris de terreur, de haine et encore et encore de stress intense :
Purée, mais ça vous amuse de regarder vos congénères souffrir ? Moi qui croyait que j'avais affaire à un phénomène tout à l'heure, vous êtes tous des égoïstes en fait ? Qu'est ce que j'ai fait pour mériter ça ?

   Le soldat avançait, un trait cruel déformant son visage rouge écarlate. Non, non, non, non, laissez ses crins, songea le noiraud, cherchant en vain une idée pour garder sa crinière longue et épaisse, emmêlée. Il coucha les oreilles une fois de plus, et avança les naseaux, les ouvrant exagérément. Oh, il était flippant comme ça, mais cela n'arrêterait sans doute pas un bipède. Ils étaient tous fous et téméraires ici, c'était incroyable. Ils bondirent tous les deux, l'un par joie, l'autre par simple geste de défense, et le crissement de l'affreux outil résonna dans les oreilles de l'ébène. Une longue mèche déchue tomba sur le sol, allégorie de sa liberté effacée. Plus par défi que par ennui, l'étalon commença à remuer son encolure dans tous les sens, s'attirant les foudres de l'humain, peu patient, qui lui tirait littéralement les touffes sans faire attention. Aigre, il reprit, sans vraiment parler à la jument :
Mais oui, éclatons-nous à réduire ce cheval en véritable bête à tout faire.




Blabla:
 


Merciiii Idylle  Wah !

autre signa (merci Idylle =D):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaana
Je suis:
Je suis:
Jaana
Messages : 254
Points d'Experience : 32
Date d'inscription : 10/05/2015
Age : 20
Joue également : Red Hot Chili Peppers || Blaze || Fauve || Loren'

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Une existence à deux balles ~ ft Jaana   Lun 4 Mar - 22:30

    La peur dans les yeux de l'étalon noir lui fit envoler toute sa colère. C'était un cheval libre et sauvage. Elle pouvait comprendre son mécontentement et son envie de hurler sa rage sur le monde. Une pointe de tristesse pinça son coeur et elle déglutit, désolée de l'avoir envoyé balader un peu plus tôt. Elle allait se rattraper.

    Le spectacle violent qu'il lui offrit par la suite ne rassura pas la ponette. Elle n'avait pas envie que le cheval devienne son ennemi. Pas du tout. Il ne ferait qu'une bouchée d'elle autrement.

    - Je ne vois pas en quoi quelqu'un pourrait trouver cette situation amusante. En tout cas ça n'est pas mon cas.

    Et elle allait le lui prouver. Tandis que le maréchal mettait toute son attention sur l'étalon sauvage, la Fjord prit le soin d'observer autour d'elle afin de s'assurer qu'il n'y avait pas d'autres humains dans le coin. Un soldat passait dans le coin afin de s'assurer que son collègue n'avait pas besoin d'aide et ce dernier lui intima de partir. Parfait.

    Personne ne l'observant donc, elle en profita pour tirer le noeud de sa longe qu'elle envoya sur son encolure d'un coup d'encolure. Elle était prête à passer à l'action. Elle s'approcha sans un bruit du maréchal qui sautait autour du sauvage afin de lui attraper ses beaux crins, tendit ses naseaux vers sa croupe plate et la pinça assez fort du bout de ses dents pour qu'il ait des marques par la suite. Son cri de douleur mélangé à la surprise fut entièrement satisfaisant. 1-0 pour elle.

    Elle se recula rapidement et fit un clin d'oeil au sombre. Puis elle se mit à trotter autour du cheval emprisonné, le maréchal la coursant avec peine, une main sur le derrière. La situation était enfin devenue risible. Lorsqu'elle passait devant lui, elle jetait des coups d'oeil à comment il avait été attaché, espérant pouvoir le défaire de cette entrave mais les noeuds avaient l'air bien plus compliqués que le sien...

    - Je sais que tu n'as pas du tout envie de passé par cette étape. Mais si ça peut te rassurer, les fers ça ne fait pas mal. Perdre tes crins... Je peux comprendre que tu n'en ais pas du tout envie. Par contre et je t'avoue que ça me terrorise également c'est ça... - du bout du museau elle pointa la marque US sur un cheval non loin - avec un peu de chance nous serons juste tondu... Sinon ce sera le fer rouge.

    Rien qu'à cette idée la peur traversa ses yeux bruns. Filer était sans doute la meilleure idée effectivement. Et elle ne laissera pas ce cheval sauvage ici !


Jaana
sweet little thing


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackhole
Je suis:
Je suis:
Blackhole
Messages : 104
Points d'Experience : 86
Date d'inscription : 08/10/2017
Age : 15
Localisation : Paumé dans la neige

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Une existence à deux balles ~ ft Jaana   Sam 9 Mar - 20:25

La fjord ne parut pas très à l'aise, alors que les ciseaux détruisaient la crinière ébène de Balckhole. Bien souvent, les lames aiguisées s'enfonçaient dans sa chair, et les mains brutales tiraient ses crins, juste pour le plaisir de le voir souffler bruyamment et bouger son encolure plus violemment. Parce que tout le monde savait que les soldats aimaient voir souffrir les chevaux, qu'ils prenaient juste pour des machines.
- Je ne vois pas en quoi quelqu'un pourrait trouver cette situation amusante. En tout cas ça n'est pas mon cas.

  Il aurait pu la trouver un peu sympathique dans d'autres circonstances, ou se serait moqué d'elle juste pour voir jusqu'à quand elle n'aurait pas pété les plombs. Mais bien sûr, une alliée ne serait pas de trop dans cet environnement hostile, dans ce lieu dangereux. Elle se dégagea il ne sut pas comment de son licol, et observa son nœud, dans l'espoir de recopier sa technique judicieuse. Mais il avait été trop brusque dès le départ, et les bleus ne s'étaient fait avoir. Le maréchal avait même resserré la corde pour ne pas se faire mordre pendant son labeur. Elle approcha alors qu'il ne fit pas attention à elle, et dût le mordre puisqu'il lâcha un cri très désagréable et la poursuivit, son ciseau à la main.

  Le regard joyeux qu'elle lui lançait ne l'intéressa pas, il était trop concentré à chercher une échappatoire, et mordilla activement le bout de tissu, en vain.  Non, il ne se ferait pas ferrer, il ne voulait pas appartenir à ces hommes, ces monstres dangereux. Un frisson le parcourut alors que la course-poursuite se déroulait autour de lui, sans qu'il n'y fasse attention. Il tirait partout, essayait de se dégager à grands coups de tête douloureux, le licol lui éraflant la peau de sa tête. Le noiraud avait peur, son existence se jouait dans ces minutes, avec cette stupide jument qui prenait tout en jeu.
- Je sais que tu n'as pas du tout envie de passé par cette étape. Mais si ça peut te rassurer, les fers ça ne fait pas mal. Perdre tes crins… Je peux comprendre que tu n'en ais pas du tout envie. Par contre et je t'avoue que ça me terrorise également c'est ça… avec un peu de chance nous serons juste tondu… Sinon ce sera le fer rouge.

 L'odeur de brûlé lui parut instantanément plus forte alors qu'il fixait avec effroi le cheval attaché près d'un abreuvoir à quelques mètres d'eux. Son cœur battit à tout rompre dans son poitrail musclé, quand il trouva, non loin, la fumée et les flammes qui s'élevaient dans le fort. Ses yeux sombres retrouvèrent la jument, seul pilier de cet univers dont il ne connaissait rien, et secoua faiblement la tête, dans un ultime effort. Des soldats accoururent vers eux, deux ou trois éclatant de rire, avant de se recevoir un coup de coude dans les côtes, pour ne pas se moquer du maréchal. D'autres fixèrent le sauvage, étonnés de le voir ne plus se rebeller. Il n'en avait que faire, seul sa fuite l'intéressait.
C'est pas possible. Non, non, non ! Je vais pas le supporter … Oh, et puis, qu'ils essaient de se frotter à moi !Tu acceptes de te faire ferrer et tatouer sans opposer de résistance ? S'ils se croient supérieurs à nous, montre leur le contraire.


Blabla:
 


Merciiii Idylle  Wah !

autre signa (merci Idylle =D):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaana
Je suis:
Je suis:
Jaana
Messages : 254
Points d'Experience : 32
Date d'inscription : 10/05/2015
Age : 20
Joue également : Red Hot Chili Peppers || Blaze || Fauve || Loren'

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Une existence à deux balles ~ ft Jaana   Mar 12 Mar - 17:12

    A vrai dire la question ne se posait même pas. Elle avait toujours vécu avec l'homme et donc avait grandi avec des fers aux pieds. Pour ce qui était du tatouage... Plutôt crever ! Elle n'en avait réellement pas envie !

    Continuant à trotter autour de l'étalon ébène, le maréchal derrière elle, la petite ne savait quoi faire. Elle était dans l'impossibilité de délivrer le cheval sauvage et du renfort arrivait pour la rattraper. Ce qu'ils firent non sans mal et la rattachèrent bien plus solidement qu'avant.

    - Hé, oublie le fer rouge pour la ponette. Fais le à la tondeuse, elle ne restera pas dans la cavalerie éternellement.

    Sauvée. Elle était sauvée. Par le Colonel encore une fois bien évidemment. Quant à ce pauvre étalon... Elle se demandait bien quel sort ils lui réservaient... Reya et le Colonel étaient bon. Mais certains de ces autres hommes n'avaient pas l'air d'être aussi aimables avec leurs bêtes. Elle espérait que son stage dans la Cavalerie serait de courte durée.

    - Ce que je vais te dire ne va sans doute pas te plaire. Mais une fois que tu auras subi tout ce qu'il se passe à la ferronnerie, ils te mettront dans le corral avec une selle sur le dos et un mord dans la bouche... Ne t'épuise pas maintenant... Garde tes forces pour leur montrer qui tu es réellement dans l'enclos...

    Elle était vraiment désolée pour lui. Si elle avait pu, elle l'aurait réellement libérée. Malheureusement... Cela était au dessus de ses moyens. Mais si jamais il avait besoin de quoi que ce soit, elle serait toujours dans le coin.

    - Je... J'm'appelle Jaana.

    Elle planta ses yeux bruns dans les siens tandis qu'un soldat s'était saisi d'une paire de grands ciseaux pour tondre les poils de son épaule.

    - Je suis née parmi les hommes. C'est pour ça que je n'ai pas peur. Et je vivais avec un homme particulièrement vicieux et méchant. Pire que ceux-là...

    Le souvenir de Leevi fit briller ses yeux de colère et de rage.

    - Mais ils ne sont pas tous aussi brutes... J'espère que tu trouveras un bon cavalier. Quant au fer rouge... Si j'avais dû l'avoir, jamais je ne me serais laissée faire, plutôt mourir !

    La douleur s'était vraiment pas son truc.


Jaana
sweet little thing


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une existence à deux balles ~ ft Jaana   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une existence à deux balles ~ ft Jaana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Validée]Fiche technique d'Akira Kuukyo
» Shiniquoi?... C'est quoi ce nom a deux balles? [Pv Skanard WC]
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» SUJET TERMINE - La suite de la soirée~Juste nous deux! [Alec]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spirit RPG :: TERRES DE LA CAVALERIE :: Le Fort :: La Ferronnerie-