RSS
RSS

AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez
 

 Aarona Del Alba Dorada

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Candela
Je suis :
Je suis :
Candela
Messages : 58
Points d'Experience : 25
Date d'inscription : 29/04/2018
Age : 22
Localisation : Repère des Contrebandiers
Joue également : Oracle - Freeze - Voodoo - Greytchen

Feuille de personnage
Votre personnage:

Aarona Del Alba Dorada  Empty
MessageSujet: Aarona Del Alba Dorada    Aarona Del Alba Dorada  Icon_minitimeDim 29 Avr - 0:16





Candela

« Aarona Del Alba Dorada »




— Carte d'identité.
nom officiel:
Aᴀʀᴏɴᴀ Dᴇʟ Aʟʙᴀ Dᴏʀᴀᴅᴀ
nom utilisé :
Cᴀɴᴅᴇʟᴀ
âge :
5 ᴀɴs
origine :
Lᴀ Hᴀᴠᴀɴᴇ - Cᴜʙᴀ
famille :
ᴍᴇʀᴇ: Aʟᴇᴊᴀ - ᴘᴇʀᴇ: Dᴀɴᴛᴇ
genre :
ᴊᴜᴍᴇɴᴛ
génétique :
ᴘᴀsᴏ ғɪɴᴏ
groupe :
ᴄᴏɴᴛʀᴇʙᴀɴᴅɪᴇʀs
grade :
ᴊᴜᴍᴇɴᴛ ᴅᴇ ʙᴀɴᴅɪᴛ

— Personnalité.
Sous la selle de Reem, Candela est une perle. D’un calme olympien et respectueuse. C’est une jument très brave qui n’hésite pas à repousser ses limites. Elle fait la fierté de sa cavalière.

Avec ses congénères, elle se révèle être moins fragile qu’elle ne laisse paraître. Sous ses pétales chatoyants, la délicate rose cache ses épines. Candela ne fait jamais quoi que ce soit qui pourrait lui nuire ou qui ne lui soit pas utile. C’est une jument calculatrice qui veille à toujours avoir un coup d’avance.

Hautaine, si vous ne l’impressionnez pas au premier regard, il faudra faire des pieds et des mains pour qu’elle daigne vous accorder d’avantage d’attention. Le temps est précieux et pour rien au monde elle ne le laisserait filer avec un équidé qui n’en vaudrait pas la peine à ses yeux.

Candela n’aime pas perdre son temps pourtant, elle se montre inébranlable quand on lui manque de respect ou qu’on la menace. Attention cependant, il faut toujours se méfier de l’eau qui dort. La mystérieuse créature n’est pas violente, mais peut occasionnellement se révéler opportuniste…

Elle a beaucoup de respect pour ceux qu’elle qualifie de « Puissants ». Ceux qui sont écoutés ou à qui on obéit immédiatement. Ceux dont on veut l’avis pour des décisions importantes. Ceux dont d’autres individus dépendent. Ceux dont les actes sont contés partout. Que ces Puissants soient admirés ou craints, elle se sentira à l’aise avec eux. Pour Candela, tout moyen est bon pour atteindre son but.

La Paso Fino est très sûre d’elle et son but est déjà tout trouvé pour sa nouvelle vie. Ses côtés égocentrique et narcissique désirent plus que tout que son nom soit sur toutes les lèvres. Que vous l’aimiez ou qu’elle vous dégoûte, pourvu que vous parliez d’elle.

Pour l’atteindre, elle est prête à tout et ces messieurs ont tout intérêt à surveiller leurs arrières. Candela sait combien il lui est facile de s’attirer la… « Sympathie » … De ces derniers.

Son arrivée aux États-Unis l’a toutefois quelque peu chamboulée.
Elle doit encore apprendre quels sont les dangers de cette nouvelle terre d’accueil et de ce fait, elle se fait un peu discrète. De plus, elle à quelques difficulté à s'intégrer à ses nouveaux compagnons contrebandiers. Elle les trouve rustres et parfois stupides mais au moins, il on l'air plus ou moins déterminés à remplir leurs missions.

Enfin, rassurez-vous. Candela à bel et bien un cœur. Certes, il est difficile de se faire une place à l’intérieur mais quand c’est le cas, alors vous pouvez être certains d’avoir à vos côté la meilleure confidente et l’amie la plus dévouée qui soit. A moins qu’elle n’ait que temporairement besoin de vous… Pile ou Face ?


    — Histoire.

Extrait du Journal de Maggie - La Havane, Cuba - 1875:
« Dans la chaleur tropicale d’une nuit d’été sur La Havane, sous une pleine lune projetant l’ombre des palmiers sur les murs de l’écurie, accompagnée par le chant des criquets et le souffle haletant d’Aleja, une pouliche vient au monde.

Etendue sur un tas de paille fraîche, tu es née sous une bonne étoile, petite merveille pie. J’aimerais être aussi chanceuse mais nous ne sommes pas si différentes pour autant. Par endroit ta peau est semblable à la mienne et à d’autres elle est de la couleur de celle de mon Maître. Dis-moi mon amie, voudrais-tu me voir libre ou te plieras-tu à la vision de ton propriétaire ? M’apporteras-tu un peu de douceur ? Ou chercheras-tu à bousculer et piétiner mes compagnons d’infortune ? L’avenir nous le dira.

Sache que tu me verras très souvent ici. Tu m’entendras travailler juste devant la porte de ton box encore trop haute pour que tu puisses voir par-dessus. Parfois, je t’emmènerai dehors avec ta maman et quand le lait de celle-ci ne suffira plus à combler ta faim, je viendrais te donner du fourrage. Tu verras, dehors c’est très beau. Il y a plein de couleurs et d’odeurs que tu découvriras tout au long de ta vie. Monsieur m’a aussi chargée de te protéger car le monde n’est pas aussi tranquille qu’il n’y paraît. Il y a des créatures qui te feront frissonner de terreur, comme moi tu vois.

Même si mon travail est difficile et que parfois j’ai peur, je suis impatiente de te voir grandir. Je suis sûre que tu seras une jument majestueuse. En attendant, profite de cette période d’insouciance que t’offre la vie. J’espère que cette partie de toi ne disparaîtra pas sous la selle du Maître... »


Extrait du Journal de Maggie - La Havane, Cuba - 1878:
« Depuis un an, j’ai changé de travail. Monsieur trouvait que je m’attachais trop à toi et que je ne travaillais plus assez sérieusement aux écuries. Aarona est le nom qu’il t’a donné. Aarona Del Alba Dorada. Moi je préfère t’appeler Candela, un mélange des noms de tes parents dont je me suis aussi occupé fut un temps.

Monsieur m’a envoyée dans les champs de canne à sucre pour procéder à l’entretient des pousses et à la récolte. Tous les jours, il fait des rondes de surveillances dans les allées de terre qui séparent ses parcelles, sur ton dos de belle pie maintenant bien dressée et le fouet à la ceinture. Un fouet qui n’est pas destiné à te remettre en place et qui, d’après les suprématistes blancs, aide les noirs à bien travailler.

Toi tu n’as pas besoin qu’on te reprenne. Tu es toujours très calme et ton pas est d’une élégance rare. Le Maître dit toujours que tu fais honneur à ta race. Quand tu marches non loin de moi, il me semble voir ton magnifique regard bleu glisser sur moi… J’ose espérer que c’est parce que tu me reconnais. J’aimerais pouvoir te voir aussi souvent qu’avant, mais le maître me l’a interdit et à menacer de me fouetter si je rôde trop près de l’écurie.

J’envie Monsieur Sobral… Je me demande ce que c’est que de voir le monde depuis ton dos.
Je n’aurais certainement jamais la chance de le savoir, car un esclave affranchi nous a rapporté discrètement que des soulèvements ont eu lieu depuis un moment, que sommes dans l’un des derniers endroits ou l’esclavagisme perdure et que ce pays refuse encore de nous donner la liberté. Je crains de ne jamais sortir d’ici un jour… »


Extrait du Journal de Maggie - La Havane, Cuba – 1879:
« J’ai peur Candela… Depuis quelques mois, les adultes se regroupent en cachette et cachent un peu partout des objets contondants et de quoi faire du feu. Les femmes chargées de la cuisine ont même volé des couteaux dans l’argenterie du maître. L’une d’entre elle s’est fait surprendre et elle à été flagellée, attachée au poteau au milieu de la cour de Monsieur. D’ailleurs, celui-ci semble très tendu ces derniers temps et en plus de son fouet, il garde désormais une arme près de lui. Son fouet, il en fait de plus en plus usage… J’y ai eu droit le mois dernier, quand j’étais malade et que je ne travaillais pas assez… Il « m’a donné une raison d’être paresseuse ». Il m’a fallu plus de quinze jours pour m’en remettre totalement.

Les adultes ne veulent pas donner trop de détails de leurs plans aux jeunes enfants et aux adolescents et nous ont juste dit que bientôt le maître nous libérera. Que ce soir, tard dans la nuit, il fallait que l’on se cache dans les marécages, derrière le champ de canne à sucre. Que des hommes viendront nous chercher en barque et nous emmèneront loin d’ici. Ils n’ont pas expliqué ou.

Comment pourrait-on sortir d’ici ? Des hommes montent la garde un peu partout. Est-ce que ces armes… cachées un peu partout… Serviront à les neutraliser ? Quoi qu’il en soit… Je n’ai pas envie de partir. Pas sans toi. Surtout si les adultes préparent une rébellion… Je ne veux pas qu’il t’arrive malheur.

Je ne sais pas quoi faire Candela… Et je n’ai que quelques heures pour faire un choix… »


Extrait du Journal de Maggie - La Havane, Cuba – 1879:
« Il y avait de la fumée partout. Elle me piquait les yeux et me brulait la gorge. Et les flammes… Elles ont commencé par embraser le champ de canne à sucre. Quand le maître à vu la lueur rouge autour de sa maison, il est sorti et c’est à cet instant qu’il a réalisé que ses champs partaient en cendre.
Je me souviens qu’il est tombé à genoux puis qu’il s’est mis à hurler, sommant ses « nègres » d’éteindre le feu. Personne n’a bougé, refusant d’obéir aux ordres.

Fou de rage, il a pointé son arme sur nous et allait nous abattre un par un. Heureusement pour nous, son épouse à poussé un cri quand elle à remarqué un départ de feu depuis l’intérieur de la maison de Maitre. Immédiatement, il à détourné la tête et c’est cet instant que mes compagnons attendaient. Ils l’ont désarmé et ont essayé de l’attraper mais des gardes se sont interposés, ce qui lui a permis de fuir.

Cachée dans un fossé asséché aux abords de nos pauvres habitations, j’ai assisté a des échanges d’une violence rare, entre combats aux corps à corps et échanges de tirs. J’étais pétrifiée.
C’est à ce moment que j’ai compris qu’il fallait absolument que je me sauve, avant d’être en proie aux flammes à mon tour. Heureusement, mes plus jeunes compagnons étaient déjà loin. Ils se sont enfuis en barque. Moi, j’ai choisi de te sauver, au péril de ma vie. Parce que tu es la seule chose que j’aime dans ce monde et que tu es ma seule source de joie. Tu m’as permis de supporter la vie dans cet enfer, alors à mon tour de te sauver des flammes mon amie.

Je me suis dirigée vers les écuries. J’étais surprise de te voir déjà sellée avec l’équipement de monsieur. Je n’ai remarqué sa présence que lorsqu’il m’a saisie par un bras et m’a poussée contre un mur, fouet à la main. Son regard n’avait plus rien d’humain. J’étais sans défense face à une bête féroce qui allait me donner une mort lente et douloureuse.
Heureusement, le toit qui commençait à s’embraser lui est tombé dessus et il s’est retrouvé coincé sous une poutre.
C’était le moment de fuir. J’ai ouvert précipitamment les box respectifs de tes parents affolés et j’ai glissé mon pied dans un étrier pour me hisser sur ton dos. J’ai réalisé que je n’avais aucune idée de comment te dire ou aller ni comment de faire galoper. Le brasier qui progressait t’a effrayée et heureusement, tu t’es mise toute seule au galop, suivie de tes parents.

Nous prenions de l’avance sur les flammes quand j’ai réalisé qu’Aleja et Dante ne nous suivaient plus. J’espérais vraiment qu’ils aient réussis à s’enfuir… Quant à toi et moi, nous nous sommes retrouvés devant notre seule échappatoire. Un marécage sombre que la fumée recouvrait également.

Nous n’avions pas le choix, il fallait avancer. Avec beaucoup de mal, tu à traversé l’étendue de vase nauséabonde dans laquelle tu manquais t’enfoncer profondément et enfin, nous nous somme mis à l’abris des flammes et tant bien que mal et j’ai appris sur le tas à te guider en imitant mon ancien maître et doucement, nous avons pris la route d’un avenir qui me semblait meilleur pour toi et moi.

Je suis triste d’avoir perdu mes compagnons, nous étions tous comme une famille. Mais je suis aussi heureuse car maintenant, nous sommes libres et nous ne nous quitterons plus.


Extrait du Journal de Reem – Le Repaire, Cimarron– 1880:
Nous avons galopé jusqu’au grand port le plus proche, fuyant les autorités quand celles-ci nous poursuivaient. Dans ce pays, nous sommes des hors la loi, des assassins. Le lendemain aux aurores, nous avons embarqué clandestinement sur un bateau de marchandises et de bestiaux. Je me suis cachée dans un tonneau que j’ai vidé et toi tu étais parmi des chevaux destinés à être vendus une fois livrés aux Etats-Unis. Pour nous protéger, j’ai volé une arme à un des marins qui passait non loin de ma cachette même si j’espère vraiment ne pas avoir à en faire usage…
Le voyage était long et fois notre but atteint, nous nous sommes remis en route jusque dans les contrées encore sauvages américaines. Ces terres ou l’on raconte que des hommes civilisés se battent fièrement contre des peaux-rouges et autres sauvages.

Nous avons parcouru des kilomètres sans argent et sans nourriture. Fut un temps, il me fallait absolument de quoi subsister… C’est alors que nous avons croisé la route d’un marchand ambulant et sa pauvre jument boiteuse et dans un état pitoyable qui portait ses bardas.

Malheureusement, n’ayant pas d’argent, j’ai dû me résoudre à le braquer en le menaçant avec le revolver que j’avais chapardé sur le bateau.
L’homme, à peine apeuré, m’a laissé ses vivres avant de partir rapidement, entraînant derrière lui sa jument tachetée de noir sur l’arrière-main complètement paniquée. Encore maintenant, je reste persuadée d’avoir vu une arme dans sa ceinture… Pourquoi ne s’est-il pas défendu ? Et…S’est-il seulement senti agressé ? Qu’en dis-tu Candela ? Son attitude était étrange.

Le matin suivant, nous sommes entrées dans la petite ville de Goldfield. Une ville très récente principalement habitée par des mineurs et fermiers. Sur le mur d’une maison, j’ai vu une affiche avec l’inscription « Wanted » ainsi qu’un descriptif précis de moi. Nous nous sommes empressées de quitter la ville quand les premières personnes se sont mises à nous dévisager.

En cherchant désespérément un endroit ou vivre, nous sommes tombés sur des contrebandiers qui en avaient après toi et mon butin. Tu ne les as pas laissé faire et tu as tenté de les chasser. Par malheur, ils ont réussi à glisser un de leur lassos autour de ton encolure et quand ils ont essayé de t’emporter, je me suis accrochée à leur corde. S’ils t’emmenaient, ils devaient m’emmener aussi.
J’ai passé plusieurs jours, ligotée à la barrière de leur pitoyable petit coral quand l’un d’entre eux m’a finalement délivrée en souriant d’un air amusé, brandissant l’avis de recherche me concernant sous mon nez.

A partir de ce moment, ils m’ont proposé de rejoindre leur petite troupe. J’ai hésité mais maintenant que ma tête est mise à prix… Je crois que c’est le seul endroit ou nous serions en sécurité … Que ferais-tu à ma place petite beauté pie ?
Ce soir au moins, je suis bien installée contre toi pour écrire le récit de nos aventures. Tu sais, à force de me remémorer ces dernières années, je me suis rendu compte que j’ai oublié de te dire quelque chose d’important… »


...Tu m’as toujours connue sous le nom de Maggie, mais ce n’est qu’un sobriquet anglais que m’a donné monsieur Sobral. Maintenant que je suis libre, je peux redevenir Reem.





    — Physique.

Candela est une jument Paso Fino et provient d’une lignée prestigieuse, principalement connue pour son élégance. Comme tous les équidés de cette race, la jument à un corps assez musclé, notamment l’arrière main et l’encolure. Son dos est court et porte très bien sa cavalière sur de longues distances. Elle toise les 1m42.

Son corps est bicolore. Un côté est en grande partie blanc recouvert de taches noires, et l’autre côté est noir et parcouru de blanc. A la frontière entre ombre et lumière, un liseré gris se fraye un passage. Par endroit, ses taches ressemblent a de très fins coups de pinceau. Les extrémités de son corps sont légèrement rosées.

Le regard de la Paso Fino est électrisant. Son iris est bleu ciel et sa pupille est bordée d’un bleu foncé tirant presque sur l’indigo. Ces couleurs ressortent d’autant plus que les yeux de la belle sont tachés de noir. Ses yeux lui donnent une expression très douce.

Le plus impressionnant chez la jument aux origines espagnoles, ce sont ses crins qui n’en finissent pas. Des crins aussi noirs que les corbeaux mais qui pourtant se terminent de ci de là par des pointes argentées.


    — Derrière l'écran.

pseudo :
Rakuen, LittleOwlGraph ou plus couramment Const.
âge :
22 balais.
où as-tu trouvé le forum ? :
Sais plus, c'était y'a longtemps.
comment le trouves-tu ? :
Toujours aussi sympathique.
as-tu lu le règlement ? mets-en la preuve :
Ok - Black Jack
quels sont tes double-comptes si tu en as ? :
Oracle - Voodoo - Freeze - Greytchen
S'agit t'il de ta première expérience en RP ? :
Aarona Del Alba Dorada  1157289115

Base ©️️ _Viviie & darkpoison — Modification, ajout et ajustement ©️️ Arnumera
Droit d'utilisation exclusif à Spirit RPG, aucune modification ni redistribution n'est autorisé sans mon accord.




Dernière édition par Candela le Mar 1 Mai - 0:19, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antanasia
Je suis :
Je suis :
Antanasia
Messages : 186
Points d'Experience : 95
Date d'inscription : 23/06/2012
Age : 19
Joue également : Malice - Little Soul - Bohémien - Adequat - Vice-Versa - Tsvika

Aarona Del Alba Dorada  Empty
MessageSujet: Re: Aarona Del Alba Dorada    Aarona Del Alba Dorada  Icon_minitimeDim 29 Avr - 22:28

Bienvenue à ta nouvelle princesse, je l'adore déjà coeur ! Hâte de la lire en action :D :titcoeur:.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Candela
Je suis :
Je suis :
Candela
Messages : 58
Points d'Experience : 25
Date d'inscription : 29/04/2018
Age : 22
Localisation : Repère des Contrebandiers
Joue également : Oracle - Freeze - Voodoo - Greytchen

Feuille de personnage
Votre personnage:

Aarona Del Alba Dorada  Empty
MessageSujet: Re: Aarona Del Alba Dorada    Aarona Del Alba Dorada  Icon_minitimeLun 30 Avr - 1:21

Merci beaucoup ! :3
Je boulotte encore son caractère et elle sera terminée.

Edit: Fiche terminée, RP Test envoyé à Black Jack. ^^


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
ᴅᴇsɪɢɴ - ʀᴀᴋᴜᴇɴ • ʙᴀsᴇ - ᴘᴏɪssᴏɴ
ᴅᴄ: ᴏʀᴀᴄʟᴇ • ᴠᴏᴏᴅᴏᴏ • ғʀᴇᴇᴢᴇ • ɢʀᴇʏᴛᴄʜᴇɴ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Black Jack
Je suis :
Je suis :
Black Jack
Messages : 1365
Points d'Experience : 465
Date d'inscription : 28/10/2015
Age : 23
Localisation : Nul par et partout à la fois …
Joue également : Hel, Severus, Tora

Feuille de personnage
Votre personnage:

Aarona Del Alba Dorada  Empty
MessageSujet: Re: Aarona Del Alba Dorada    Aarona Del Alba Dorada  Icon_minitimeMar 1 Mai - 21:31

Parfait !

Ton RP test est approuvé :3 Nous avons hâte de voir la jolie pie en action !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Dreamworks & Nightcore

https://www.youtube.com/watch?v=5ZtMHSOq50Q

Spoiler:
 


Présentation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Candela
Je suis :
Je suis :
Candela
Messages : 58
Points d'Experience : 25
Date d'inscription : 29/04/2018
Age : 22
Localisation : Repère des Contrebandiers
Joue également : Oracle - Freeze - Voodoo - Greytchen

Feuille de personnage
Votre personnage:

Aarona Del Alba Dorada  Empty
MessageSujet: Re: Aarona Del Alba Dorada    Aarona Del Alba Dorada  Icon_minitimeMer 2 Mai - 2:06

Merciii ! :3


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
ᴅᴇsɪɢɴ - ʀᴀᴋᴜᴇɴ • ʙᴀsᴇ - ᴘᴏɪssᴏɴ
ᴅᴄ: ᴏʀᴀᴄʟᴇ • ᴠᴏᴏᴅᴏᴏ • ғʀᴇᴇᴢᴇ • ɢʀᴇʏᴛᴄʜᴇɴ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Aarona Del Alba Dorada  Empty
MessageSujet: Re: Aarona Del Alba Dorada    Aarona Del Alba Dorada  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Aarona Del Alba Dorada

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ALBA: Aide en matiere energetique et sanitaire
» 1/32 : Margaret Qualley vs Jessica Alba
» Les 70eme Golden Globes (13 01 2013)
» Sœur ▪▪ Marina Chevalier ▪▪ Feat Jessica Alba
» Haiti en Marche sur l'ALBA et Haiti

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Spirit RPG :: PERSONNAGES :: Présentations :: Présentations Validées :: Contrebandiers-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet