RSS
RSS

AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [INDIENS] Dans le désert, on peut toujours tomber sur une oasis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Furie
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 30
Points d'Experience : 9
Date d'inscription : 15/10/2016

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: [INDIENS] Dans le désert, on peut toujours tomber sur une oasis   Dim 3 Sep - 19:31

L'étendue de sable devant moi. Le fort qui rapetissait inexorablement derrière moi. Je galopais. Galopais encore. Mes blessures qui parsemaient mon magnifique pelage pie sabino, autant que mon cœur, me faisaient mal. Je perdais un peu plus de sang à chaque foulée mais je ne pouvais pas m'arrêter, je ne DEVAIS pas m'arrêter. Il fallait que je mette le plus de distance possible entre le fort et moi, espérant que les Cow-Boys ne me retrouvent pas, mieux encore, qu'ils ne soient pas partis à ma recherche, pensant que je ne tiendrais pas longtemps dans le désert, ce qui était peut-être vrai, après tout.

Je continuais à progresser, devant mes yeux se profilait bientôt la sortie du désert. Mais la fatigue, les blessures et la chaleur me rattrapèrent soudainement et je m'écroulais sur le sol sableux, épuisée. J'essayais de me relever tant bien que mal mais mes pattes ne voulaient plus m'obéir. Dire qu'il ne me restait que quelques foulées, alors que j'étais obligée de rester effondrer là, à la vue de tous. Posant la tête sur le sol surchauffé par le soleil, sentant mon pelage tout entier brûler petit à petit sous la chaleur étouffante, je respirais fort, haletante. J'avais si chaud... Je donnerais cher pour rien qu'une seule petite goutte d'eau... Une simple oasis pour sortir de cet enfer brûlant...

Finalement, c'était vrai, peut-être allais-je finir carboniser par le soleil de ce désert sans vie, sans eau. Alors que j'étais si prêt, si prêt du but. C'était trop bête... Je ne pouvais pas abandonner maintenant, mais...



Ma Furie se rebelle en #ff9900
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidka
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 1010
Points d'Experience : 238
Date d'inscription : 11/09/2011
Age : 23
Localisation : Chez les Indiens

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: [INDIENS] Dans le désert, on peut toujours tomber sur une oasis   Dim 3 Sep - 21:41

À nos pieds, une bête ensablée, ensanglantée et couverte de mouche. Avions-nous là un cadavre? Pour en avoir vu assez dans ma vie, j'aurais presque pu le croire, mais Feu Ardent, déjà accroupi auprès du cheval, me confirma de la tête que la monture respirait encore. Par quel miracle, je n'aurais pu le dire. Son entêtement devait être légendaire. Pas que ça me concernait vraiment. Si ce cheval s'acharnait tant à vivre, bien fait pour lui, mais il n'avait pas l'air de vivre si bien que ça, tant qu'à moi. Heureusement, la chaleur, le sable et le vent chaud avait fait cesser les saignements qui marquaient la robe du blessé. Il allait falloir qu'on les nettoie, par contre. Je rechignais déjà à l'ampleur de la tâche qui nous était tombé dessus, deux malheureux happés par le hasard d'une promenade de reconnaissance.

Les liens noués, les cordes passées aux bons endroits, je me mis à tirer la carcasse du cheval hors du sable. La distance était mince, mais la bête n'était pas petite, je soupçonnais des gênes de chevaux de traits vu la grosseur des membres. Je lâchai un flot de jurons et me mit à tirer vers le lieu désigné par mon cavalier qui s'assurait que la tête de l'équidé ne trainait pas dans le sable. Les quelques mètres qui nous séparaient de l'oasis furent laborieux et certainement les pires moments de ma semaine, déjà plutôt médiocre. Qu'est-ce que j'avais fait encore pour mériter un pareil fardeau.

Une fois à l'ombre, Feu Ardent piqua un espèce d'abris en toile pour se couper du vent et posa la tête de l'animal sur ses genoux. Je les observais d'un oeil critique du haut de mes quatre jambes, prêt à achever cet inconnu s'il tentait quoi que ce soit contre mon maître. Il ne me restait plus que lui au monde. L'indien sortit sa gourde en cuire et retira le bouchon d'un coup de dent. Il abreuva doucement la bête et attendit patiemment que quelque chose se passe. Moi aussi, mais avec moins de patience. Si cela consistait ma BA de la journée, je m'en serais bien passé.


Sidka, Sid', Swid', Sidounet ... Le Guerrier!
"If this was meant for me, why does it hurt so much ? If you're not meant for me, why did we fall in love ?"
Spoiler:
 
35 roses, merci
]http://img11.hostingpics.net/pics/801007OpaleetSidkasigna.png Opalou et Sidounet! Merci à Papale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Furie
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 30
Points d'Experience : 9
Date d'inscription : 15/10/2016

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: [INDIENS] Dans le désert, on peut toujours tomber sur une oasis   Dim 3 Sep - 22:05

Je ne percevais plus grand chose, ma respiration était difficilement perceptible, j'avais la vue brouillé par la soif et tout mon corps me picotait à cause du sable qui m'avait recouvert petit à petit. Pourtant, mon museau perçut des odeurs qui ne m'étaient pas inconnues et je me sentis soudainement tirer, des cordes autour de moi, la tête maintenue par quelque chose ou quelqu'un ? Qu'importe, je n'avais pas la force de voir qui c'était et encore moins de riposter, pour le moment.

Après un moment qui me parut interminable, je perçu une sensation agréable sur mon pelage : de l'ombre. Et quelque chose de mieux, encore, de l'eau ! Je sentais de l'eau coulée entre mes lèvres sèches, qu'est-ce que c'était agréable ! J'avais si soif... Frémissant comme si je revenais d'un coup à la vie, je tentais d'ouvrir les yeux, les clignaient plusieurs fois pour revoir quelque chose de net et là... D'un mouvement brusque, je redressais la tête vivement après avoir reconnu la créature qui venait de me sauver la vie. Un Bipède !

Prise de panique, je tentais de me redresser également sur mes pattes mais celles-ci tremblaient encore et cédèrent sous moi, m'ayant éloigné seulement de quelques minuscules pas de cet humain. Sur le qui-vive, les oreilles couchées en arrière, l'air menaçant, je gardais les yeux posés sur lui. Qu'allait-il me faire, lui aussi ? Me battre ? Me blesser encore plus que je le suis déjà ? S'il tente le moindre geste, je ne le laisserai pas faire ! La présence de sa monture, vraisemblablement un étalon ne me rassura pas davantages et je me crispais, prête à me défendre ou à réessayer de prendre mes pattes à mon cou s'il le fallait !



Ma Furie se rebelle en #ff9900
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidka
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 1010
Points d'Experience : 238
Date d'inscription : 11/09/2011
Age : 23
Localisation : Chez les Indiens

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: [INDIENS] Dans le désert, on peut toujours tomber sur une oasis   Dim 3 Sep - 22:29

La jument (parce que vraisemblablement, après observation, c'était bel et bien une jument) fini par reprendre conscience. Encore collée de sable et de sang, elle papillonna des yeux, tentant de se repérer. Lorsque ses prunelles bleu tombèrent sur nous, je sentis qu'on ne recevrait pas la reconnaissance qui nous était due. D'un geste brusque, elle tenta de se relever, pour finir par s'écrouler à nouveau. D'un bon, j'étais venu me placer devant mon humain de manière protectrice, attendant la suite. Mais la blonde semblait avoir compris qu'elle n'était pas en posture de riposter et ne faisait que nous regarder d'un air partagé entre la miséricorde et l'agression. Ç'avait pas l'air beau, son existence. Dans les faits, c'était pire que la mienne, d'après ce qu'elle en dégageait. Ça ne me chagrina pas plus que ça. J'm'en battais presque les couilles. Mais pas Feu Ardent, à ce que je pouvais voir. En soupirant gravement, je pris la parole, sans bouger de là où j'étais. Elle n'était pas en confiance et je pouvais bien respecter ça.

- Faut se calmer, petite. Si on avait voulu te tuer, tu ne seras pas là en train de boire notre eau.

Je commençais par la logique. Peut-être que ça allait marcher du premier coup. Ou peut-être que j'avais à faire à une idiote. On ne savait jamais, avec les cow-boys.

- Dis-moi, avant qu'on sauve ta peau pour vrai, tu fais quoi ici dans un sale état? Question que je sache tout de suite: y'a-t-il un bipède à ta recherche, ou pas ?

Et tant qu'à y être, lui dire de suite si ça valait la peine ou non qu'on s'attarde. Ça serait bien de le savoir. Feu Ardent s'était lentement redressé et avait posé sa main sur mon garrot, comme pour me dire de me calmer. J'étais très calme, monsieur! C'était la demoiselle étendue sur le sable qui flippait. Je m'ébrouai alors qu'il s'arrêtait près de mon encolure, toujours derrière moi, mais les yeux rivés sur la jument de trait. S'il s'attendait que je sois poli et courtois, il pouvait se mettre le doigt dans l'oeil. Je voulais d'abord savoir combien de temps fallait-il perde sur ce cas. Et combien d'eau, aussi.


Sidka, Sid', Swid', Sidounet ... Le Guerrier!
"If this was meant for me, why does it hurt so much ? If you're not meant for me, why did we fall in love ?"
Spoiler:
 
35 roses, merci
]http://img11.hostingpics.net/pics/801007OpaleetSidkasigna.png Opalou et Sidounet! Merci à Papale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Furie
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 30
Points d'Experience : 9
Date d'inscription : 15/10/2016

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: [INDIENS] Dans le désert, on peut toujours tomber sur une oasis   Dim 3 Sep - 23:01

" Je ne vous ai pas demandé de m'aider ! Et ne m'approchez pas ! Lui,
c'est un Bipède, toi, tu es un étalon, je ne peux pas vous faire confiance ! "


Ces paroles cinglantes que je venais de lâcher contrastaient parfaitement avec mon regard et mon attitude. Ils s'attendaient à quoi, de toute façon ? A ce que je coopère ? Me laisse faire comme un gentil toutou ? Si oui, ils étaient aussi crétins que les Cow-Boys, à croire qu'ils pouvaient réussir à m'apprivoiser ! *Vous auriez dû me laissez mourir dans le sable, cela aurait mieux valu !* C'est ce que je m'apprêtais à dire mais cette phrase, je l'empêchais de franchir la commissure de mes lèvres. Je devais tout de même penser à la vie qui commençait malgré moi à grandir en moi. C'était encore invisible à l’œil nu mais je savais qu'elle était là, cette vie. Je ne voulais pas être comme ma mère. Aussi, à la place, je rétorquais plutôt.

" Et non, personne ne me recherche, les Cow-Boys ne m'ont pas suivis,
ils préféraient sans doute que je meurs dans le désert, ça m'est égal, je ne suis pas des leurs ! Et encore une fois, rien ne vous oblige de continuer à m'aider, je ne vous ai rien demander, ni à toi, ni à ton Bipède ! "


Ayant fini de parler, je me mis à secouer la tête, c'était pas agréable, ces grains de sables qui me collaient partout, j'essayais au moins de les enlever de sur ma tête un maximum, à défaut de pouvoir nettoyer mon pelage si magnifique mais devenu horrible à cause de la violence des Cow-Boys. D'ailleurs, ce Bipède n'était peut-être pas un des leurs non plus mais c'était un humain, raison suffisante pour ne pas lui faire confiance. Et l'étalon aussi, s'il profite de ma faiblesse, je le mord ! J'ai maintenant une vie en plus à protéger, pas seulement la mienne, je le sais !




Ma Furie se rebelle en #ff9900
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidka
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 1010
Points d'Experience : 238
Date d'inscription : 11/09/2011
Age : 23
Localisation : Chez les Indiens

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: [INDIENS] Dans le désert, on peut toujours tomber sur une oasis   Dim 3 Sep - 23:42

Bon, comme d'habitude, la logique passa tout droit au dessus de la tête de la jeunesse pour s'effriter quelque part dans le désert. Une idiote, on ne pouvait pas tombé mieux. Je n'étais pas très impressionné. Je me laissais toujours une marge de manoeuvre pour être surpris, mais je finissais souvent par être déçu. Sauf avec Opale, mais Opale était partit. Finalement, j'ai été déçu aussi.

" Je ne vous ai pas demandé de m'aider ! Et ne m'approchez pas ! Lui,
c'est un Bipède, toi, tu es un étalon, je ne peux pas vous faire confiance ! "


Je claquai ma langue dans ma bouche. Sérieusement. Elle me disait ça, toujours affaibli et sur le seuil de la mort. À nous parler de confiance alors qu'il était question de survie.

- Tu as bien raison. C'est un bipède. Je suis un étalon. Belle observation. Et tu nous as rien demandé, simplement, on a agit avec bonté. Mais déjà, je regrette, dis-je mollement d'un air apathique.

Je ne demandais que ça, moi, me tirer d'ici. On avait mieux à faire et on n'appréciait pas notre aide. Je jetai un regard à l'indien, pour lui faire comprendre que notre temps n'était pas investit de la bonne façon. Nous avions d'autres chats à fouetter. Et ce n'allait pas être ma conscience qui allait en souffrir. Un cow-boy de moins était une bénédiction pour cette terre. Je baissai mes yeux doré vers la pie au sol qui se tortillait de haine pour nous. Tel un serpent à qui on avait arracher les crocs. Chouette comparaison, le vieux !


" Et non, personne ne me recherche, les Cow-Boys ne m'ont pas suivis,
ils préféraient sans doute que je meurs dans le désert, ça m'est égal, je ne suis pas des leurs ! Et encore une fois, rien ne vous oblige de continuer à m'aider, je ne vous ai rien demander, ni à toi, ni à ton Bipède ! "


- Ce sont d'excellentes nouvelles ! Nous te souhaitons donc bonne chance pour la suite. fis-je aimablement.

Elle m'avait convaincu la petite. On pouvait décamper. Je me tournai vers Feu Ardent et l'interloquai:

- On va peut-être remplir nos poches si on avertit une patrouille cow-boy qu'une de leur bête est rendue ici, suggérai-je à mon humain, enjoué.

Bien sûr, l'homme ne comprenant pas la langue des chevaux, je parlais dans le vide, alors que Feu Ardent fouillait dans les sacoches accrochés à mon dos. Nous étions en route pour le fort abandonné pour y trouver des matériaux indisponibles autrement, du coup nous étions bien équipés. Cordes, ravitaillements, armes, objets de toutes sortes. Et de l'eau.

- De toute façon, repris-je en me tournant vers l'enragée, je ne vois pas ce dont tu peux avoir peur. On ne peut rien faire de plus qui ne t'as pas déjà été fait.

Je regardais l'ampleur des dégâts. La chaleur et les mouches apportaient également leur flot de microbes. Si elle n'acceptait pas notre aide, c'était la fièvre qui viendrait l'achever. C'était peut-être ce qu'elle voulait. Je n'en savais rien. Et je voulais continuer dans mon ignorance parfaite.


Sidka, Sid', Swid', Sidounet ... Le Guerrier!
"If this was meant for me, why does it hurt so much ? If you're not meant for me, why did we fall in love ?"
Spoiler:
 
35 roses, merci
]http://img11.hostingpics.net/pics/801007OpaleetSidkasigna.png Opalou et Sidounet! Merci à Papale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Furie
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 30
Points d'Experience : 9
Date d'inscription : 15/10/2016

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: [INDIENS] Dans le désert, on peut toujours tomber sur une oasis   Lun 4 Sep - 6:09

Ah, de mieux en mieux ! Ça lui plaisait, l'idée de me vendre pour que les Cow-Boys me retrouvent ! Tss, ils sont vraiment pas mieux qu'eux, finalement ! Mais... Je soupirais. Evidemment, que je le savais. Si je ne les laissais pas m'aider, je mourrais bêtement ici ou alors je me ferais retrouver par les Cow-Boys et mourrait là-bas sous leurs coups. Ainsi que la vie qui commençait tranquillement à grandir en moi... Il mourrait avec moi. Mon poulain... Certes, il a été conçu dans des circonstances qui font que n'importe quelle mère aurait haït, mais... Ayant moi-même vécu dans le froid de l'absence maternelle, je connais cette douleur, ce petit ne la mérite pas à son tour, il n'y est pour rien, il n'a rien demandé. Alors, rien que pour lui... Je devais survivre et me battre ! Je levais les yeux à nouveau vers l'étalon.

" D'accord... Je veux bien vous laissez m'aider... "

Intérieurement, malgré ce rapide revirement de situation, j'avais toujours peur -car oui, c'était de la peur, fallait bien l'admettre- et mes premiers mouvements, si je voyais le Bipède s'approcher encore plus près de moi, si je sentais ses mains se poser sur moi, seraient de vouloir lui donner un bon coup de dents, mais, je ne devais pas faire ça. Rien ne les avait obliger à me sauver, à me sortir de ce tombeau de sable et en plus, si je tentais quoique ce soit, je suis presque sûre de me faire écraser par les sabots de cet étalon ! Il protégeait son Bipède, il avait l'air de tenir à lui. Alors, il n'était peut-être pas si méchant que ça. Je tentais à nouveau de me relever pour voir si je pouvais les aider dans leur tâche, je poussais lentement sur mes pattes encore tremblantes et ça y est, je suis debout à nouveau ! Bon, l'équilibre n'est plus très au point pour le moment mais c'était déjà mieux que rien. De là, sur mes quatre pattes pas très assurées, je posais mon regard sur le Bipède, cette fois.



Ma Furie se rebelle en #ff9900
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidka
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 1010
Points d'Experience : 238
Date d'inscription : 11/09/2011
Age : 23
Localisation : Chez les Indiens

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: [INDIENS] Dans le désert, on peut toujours tomber sur une oasis   Lun 4 Sep - 15:53

J'attendis que son débat intérieur cesse en lui donnant un semblant d'intimité (en gros, je ne la scrutai pas pendant qu'elle pesait le pour et le contre de notre potentiel danger), mais prêt à bondir en cas d'assaut. Je commençais tout juste à m'impatienter lorsqu'elle reprit finalement la parole.

" D'accord... Je veux bien vous laissez m'aider... "

Un grand soulagement me fit relâcher la tension dans mes épaules. Ce n'était pas la mon envie de l'aider qui parlait, mais plutôt mon côté pragmatique qui trouvait qu'on trainait un peu trop près du fort. Je m'efforçai de ravaler on commentaire, comme quoi il lui en avait fallu du temps, et l'observai plutôt tenter de se relever. Je sentis Feu Ardent remué près de moi et je lui jetai un regard interrogateur.

- J'aimerais l'aider, me dit-il. Peux-tu lui demander la permission ?

Je m'ébrouai pour démontrer mon mécontentement mais j'allais tout de même obtempérer. Alors que je me retournais pour parlé à la pie, je pu constater qu'un tel geste de la part de Feu Ardent allait s'avérer inutile. Elle s'était mise debout toute seule. Pour la première fois, je lui souris de façon sincère et ne dit rien de plus. Elle méritait peut-être que je cesse mon blabla pendant une seconde.

Mais le fait qu'elle soit debout ne voulait pas dire qu'elle était guérit. Il fallait absolument que l'on nettoie ses blessures.

- Bon. Dis-moi, te sens-tu assez en forme pour entamer la marche hors du désert ? Ou tu préférerais que l'on nettoie d'abord tes blessures ?

Pour ma part, je voulais simplement décamper d'ici. Feu Ardent arrachait déjà son abris rudimentaire et rangeait nos affaires dans les sacs. Le soleil commençait à s'approcher de son zénith et il ne serait pas prudent de marcher sous celui-ci à ce moment de la journée. Ultimement, la décision revenait à la jument. Dont j'ignorais toujours le nom.

- Je m'appelle Sidka, fis-je, sur le ton de la conversation. Et lui c'est Feu Ardent.

Je repensai à ce qu'elle avait dit plutôt et ajoutai:

- Si tu détestes les cow-boy, alors nous avons déjà ça en commun.


Sidka, Sid', Swid', Sidounet ... Le Guerrier!
"If this was meant for me, why does it hurt so much ? If you're not meant for me, why did we fall in love ?"
Spoiler:
 
35 roses, merci
]http://img11.hostingpics.net/pics/801007OpaleetSidkasigna.png Opalou et Sidounet! Merci à Papale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Furie
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 30
Points d'Experience : 9
Date d'inscription : 15/10/2016

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: [INDIENS] Dans le désert, on peut toujours tomber sur une oasis   Lun 4 Sep - 18:15

Je sentais la tension de l'étalon, il n'avait pas l'air tranquille d'être aussi près du fort. Ça tombe bien, moi non plus ! Mais, qu'est-ce qu'ils étaient, alors, s'ils n'étaient pas Cow-Boy ?

" Je peux marcher ! Plus vite je finirais de m'éloigner du fort, mieux ce sera !
"


Je fixais le Bipède qui rangeait les affaires qu'il avait installé, d'une attention mi-curieuse, mi-méfiante. J'aurais dû mal à faire totalement confiance aux humains, j'en suis persuadée. Si j'avais pu, j'aurais décampé illico mais là encore, il ne s'agissait pas que de moi, désormais. Je souris en entendant leur nom, ils étaient cool, ça doit être génial d'avoir un nom à soi ! Je baissais un peu la tête, penaude par cette pensée.

" J'aimerais pouvoir te dire le mien, mais... Je n'en ai pas... Les Cow-Boys m'appelaient "La Furie" mais je refuse de m'appeler comme ça, c'est de leur faute si je suis comme ça ! Alors oui, je ne les aime pas, ce sont eux qui m'ont fait ces blessures et... "

Je me stoppais. Parler de la vie qui grandissait en moi, non, je n'étais pas prête à ça. Non pas que j'étais dégoûtée ou révulsée à l'idée d'avoir un poulain, au contraire, mais plutôt parce que je n'ai pas à tout dire, on se connaît à peine. De toute façon, ça finira bien par se voir assez tôt !



Ma Furie se rebelle en #ff9900
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidka
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 1010
Points d'Experience : 238
Date d'inscription : 11/09/2011
Age : 23
Localisation : Chez les Indiens

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: [INDIENS] Dans le désert, on peut toujours tomber sur une oasis   Mar 5 Sep - 3:20

Bien content d'apprendre notre départ imminent, je signalai à mon indien préféré qu'on pouvait décamper d'un bref hennissement. Il me donna une gentille tape sur l'épaule avant de sauter en selle sur mon dos. J'indiquai d'un air exagérément galant la route à suivre à la demoiselle qui avait décidé de marcher avant de me mettre moi aussi au pas dans la bonne direction, soit sur nos pas. Je me disais qu'une fois en sûreté, nous allions pouvoir reprendre notre mission, s'il n'était pas trop tard. Nous n'étions pas là pour capturer la bête après tout. Feu Ardent aimait les défis, certes, mais capturer des chevaux n'est pour lui qu'un sport, et préférait libérer ceux qu'il attrapait.

Je sentais le regard de la blonde sur nous mais je ne me laissai pas atteindre. J'étais plus préoccupé par notre proximité avec le fort et la position du soleil dans le ciel, à vrai dire. Feu Ardent gardait un oeil sur la jument, il avait probablement peur qu'elle s'effondre...


" J'aimerais pouvoir te dire le mien, mais... Je n'en ai pas... Les Cow-Boys m'appelaient "La Furie" mais je refuse de m'appeler comme ça, c'est de leur faute si je suis comme ça ! Alors oui, je ne les aime pas, ce sont eux qui m'ont fait ces blessures et... "

Je n'entendais plus ses pas aux côtés des miens. Je tournai la tête vers la pie en me demandant si elle ne s'était pas à nouveau évanouie. Mais non. Elle était simplement morfondue dans ses pensées. J'étais un peu mal à l'aise soudainement. Opale l'aurait réconforté. Équinox aurait trouvé une façon de détendre l'atmosphère. Je ne savais pas encore si je devais m'inquiété pour son sort ou non. Il y avait même pas une heure, elle aurait mordu Feu Ardent si je n'avais pas été là pour remettre les pendules à l'heure!

- On aura tout le temps de réfléchir à tout ça lorsque nous nous serons tirer d'ici.

Je le dis sérieusement, mais pas sévèrement. J'ignorais ce que c'était, vivre chez les cow-boy. À la voir, c'était pas jojo. Et puis, se faire nommer ainsi... Je repris ma marche en regardant à nouveau devant moi.

- Chez les indiens, donner un nom est sacré. Nous avons une cérémonie où toutes les personnes au village célèbrent ton nom. Je me souviens, je n'étais qu'un poulain et Feu Ardent un tout jeune bipède; il m'avait fait parcourir le village et les hommes prononçaient mon nom en posant la main là où ils voulaient que leur bénédiction m'accompagne: certains sur la tête pour garder le sang froid lors de situations dangereuses, d'autres sur mes jambes pour que jamais elles ne me faillissent. Les femmes posaient la main sur mon coeur pour qu'il soit tendre envers les miens...

Je me tournai vers la pie. Elle s'en tirait pas mal pour une jument blessée et couverte de poussière.

- Si ce sont les hommes qui t'ont donné ce nom, ta famille t'en a -t-elle offert un également ?


Sidka, Sid', Swid', Sidounet ... Le Guerrier!
"If this was meant for me, why does it hurt so much ? If you're not meant for me, why did we fall in love ?"
Spoiler:
 
35 roses, merci
]http://img11.hostingpics.net/pics/801007OpaleetSidkasigna.png Opalou et Sidounet! Merci à Papale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Furie
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 30
Points d'Experience : 9
Date d'inscription : 15/10/2016

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: [INDIENS] Dans le désert, on peut toujours tomber sur une oasis   Mar 12 Sep - 20:15

Je marchais aux côtés de Sidka, avec détermination mais tranquillement afin d'économiser mes forces. Je l'écoutait expliquer la cérémonie du nom et je tentais d'imaginer cette scène. Les indiens n'avaient pas l'air méchants, eux, d'après ses paroles. Certes, je ne les avais jamais rencontrés mais je sentais que eux, ils respectaient les vies des êtres vivants. Peut-être qu'aller là-bas était la meilleure option, peut-être que cette façon, je donnerais un abri sûr et des Bipèdes aimants, éventuellement, à mon poulain. Je devais maintenant penser à lui et choisir ce qui serait le mieux pour lui.

" Ma mère ne s'est jamais occupée de moi, alors pourquoi m'aurait-elle donné un nom ? En tout cas, ça à l'air tellement magnifique, cette cérémonie... Tu crois que j'y aurais droit, moi aussi ? Bon, il faut peut-être avoir un cavalier, pour ça et c'est vrai que jusqu'à présent, je me suis mal comporter avec les humains, mais ce sont eux qui ont commencés... D'un autre côté, sans eux, il est vrai que je serais pas là. Seulement, ma mère ne voulait pas de moi, ils l'ont forcés, c'est pour ça qu'elle ne m'a jamais considéré comme sa fille. "

Je voulais pouvoir espérer avoir droit à une vie plus calme, douce et sereine, en particulier pour la vie qui grandissait en moins. Il méritait ce que je n'avais pas eu durant tout ce temps et j'allais tout faire pour ça. Au départ, je rêvais de liberté mais pour un poulain, la liberté est aussi synonyme de dangers, ce n'est peut-être pas ce qui serait le mieux au départ pour lui. Même moi, là, je ne suis pas à l'aise dans ce désert, si Sidka et son Bipède ne m'avait pas secouru, j'y serais rester et lui avec moi. Alors, même moi qui me méfie des humains après ce que m'ont fait les Cow-Boys, il n'en faut pas plus pour me convaincre.

" Tu crois qu'ils accepteraient que je reste parmi vous ? Je te rassure,
je n'ai pas l'intention de leurs faire du mal, aux indiens, je me doute que tu dois être attaché à eux. "


Si je faisais ça, c'était pour mon poulain, le reste, peu importe. Je dois le protéger et ça me semble vraiment être la meilleure solution, je le sens.



Ma Furie se rebelle en #ff9900
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidka
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 1010
Points d'Experience : 238
Date d'inscription : 11/09/2011
Age : 23
Localisation : Chez les Indiens

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: [INDIENS] Dans le désert, on peut toujours tomber sur une oasis   Dim 17 Sep - 21:30

Le sol se faisait moins sableux et plus rocailleux sous nos sabots. Je pouvais voir l'oasis d'ailleurs, bien qu'elle restait cachée derrière de gros rochers. Quelques buissons épineux se dressaient entre nous et le point d'eau, mais un oeil avertit pouvait distinguer la différence entre un oasis bien vivant et un desséché. Pendant que j'observais les alentours (cherchant particulièrement les vautours), la jument dénommée (avec raison) "La Furie" m'expliquait sa situation familiale aussi difficile que sa situation actuelle. J'en arrivais presque à me sentir mal pour elle. Mais la jument blonde semblait déterminée à ne pas mourir aussi bassement, du coup j'arrivais à me persuader qu'elle allait s'en sortir, coûte que coûte.

"... En tout cas, ça à l'air tellement magnifique, cette cérémonie... Tu crois que j'y aurais droit, moi aussi ? Bon, il faut peut-être avoir un cavalier, pour ça et c'est vrai que jusqu'à présent, je me suis mal comporter avec les humains, mais ce sont eux qui ont commencés... D'un autre côté, sans eux, il est vrai que je serais pas là. Seulement, ma mère ne voulait pas de moi, ils l'ont forcés, c'est pour ça qu'elle ne m'a jamais considéré comme sa fille. "

Je commençais à remarquer que c'était une jument bien bavarde. Peut-être que le manque de sang la faisait déblatérer ? Finalement, au détour d'un large rocher couvert de plante plus vertes qu'ailleurs, un point d'eau se présenta à nous. Feu Ardent se laissa glisser mollement de mon dos, atterrit au sol dans un petit nuage de poussière et entreprit de sortir de quoi nettoyer la jument. Je me tournai vers elle.

" Tu crois qu'ils accepteraient que je reste parmi vous ? Je te rassure, je n'ai pas l'intention de leurs faire du mal, aux indiens, je me doute que tu dois être attaché à eux. "

J'étais vachement surpris. Je n'aurais pu m'imaginer qu'en me rencontrant, quelqu'un d'aussi farouche que cette jument décide de se joindre aux indiens. Je clignai bêtement des yeux, pour la première fois complètement bouche-bée. Mon cavalier, qui avait trouvé un linge, revenait vers nous en le tordant doucement. Comprenant ses intentions, j'en avertis d'emblée la jument.

- Il va nettoyer tes plaies. C'est le moment de prouver que tu peux faire la différence entre les peaux blanches et les peaux rouges...,fis-je, semi-sérieux, semi-indulgent.

Avec ce que La Furie venait de me dire, je me sentais déjà plus à l'aise à laisser Feu Ardent l'approcher. Doucement il s'approcha d'elle, puis, une fois une semi-confiance établie entre les deux, il se mit silencieusement à la tâche.

- Personnellement, continuai-je, je n'ai pas d'objection à te ramener au camp... Il est bien certain que les hommes t'installeront d'abord dans le paddock, mais ça n'a rien à voir avec les boîtes miniatures et comprimées des cow-boys. C'est un enclot plutôt large, à ciel ouvert, avec abondance de nourriture. Plusieurs chevaux vont et viennent, avec lesquels tu pourras faire connaissance...

Avec un sourire, j'ajoutai:

- Même si tu n'as pas de cavalier, il ne sera pas long que tu auras déjà un surnom. Qui sait, ça sera peut-être Safran, comme la couleur de ta robe ?

Je disais un peu n'importe quoi, simplement pour lui changer les idées. Je ne voulais pas qu'elle pense trop à sa douleur... J'avais surtout peur pour mon indien, si jamais elle réagissait trop fortement. Il était agile, mais c'était difficile de prévoir son prochain coup..!



Sidka, Sid', Swid', Sidounet ... Le Guerrier!
"If this was meant for me, why does it hurt so much ? If you're not meant for me, why did we fall in love ?"
Spoiler:
 
35 roses, merci
]http://img11.hostingpics.net/pics/801007OpaleetSidkasigna.png Opalou et Sidounet! Merci à Papale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Furie
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 30
Points d'Experience : 9
Date d'inscription : 15/10/2016

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: [INDIENS] Dans le désert, on peut toujours tomber sur une oasis   Ven 6 Oct - 22:12

Une fois près d'un point d'eau, toujours en leur compagnie, je fixais l'indien qui se rapprochait de moi avec un linge. J'étais toujours un peu méfiante et garderait certainement toujours ce trait de caractère mais je le laissais faire, il voulait nettoyer mes plaies, d'après Sidka, alors, je devais faire confiance. Et puis, il fallait bien que je récupère au moins un peu de force, le camp des indiens ne devaient pas être tout près, si eux aussi n'appréciaient pas les Cow-Boys. J'ai déjà vu des indiens se faire capturer par eux donc ils ne devaient pas les porter dans leurs cœurs, eux aussi. Soudainement, je souriais.

" Safran ? Ha ha, c'est pour le moins... original ! Cependant, je ne suis pas sûre d'apprécier tant que ça, ha ha ! "

Si le but de Sidka avait été de me dérider un peu, il avait réussi. Petit à petit, je me posais certaines questions. Qu'est-ce que ça faisait, d'avoir une amitié avec un Bipède ? Est-ce que le lien pouvait devenir fort ? Je fixais Feu Ardent, ce nom que m'avait dit l'étalon en désignant son Bipède. Feu Ardent... C'était bizarre pour moi mais peut-être que ce genre de noms étaient courants parmi les indiens, après tout. Je prenais vraiment conscience qu'entre les Cow-Boys et les Indiens, il y avait une très grande différence. Un profond fossé, même. Je tournais la tête vers l'étalon.

" Sidka... C'est encore loin ? Est-ce qu'on ne pourrait pas essayer de se dépêcher de s'éloigner d'ici ? Je euh... Je ne veux pas qu'ils me rattrapent, il ne le faut vraiment pas... Et puis, ça vous mettrais en danger, tout les deux... "

Moi aussi, j'étais un peu tendue, à vrai dire. Pour les mêmes raisons mais la cause de cette tension n'émanait pas tout à fait du même point non plus. S'ils nous rattrapaient, s'ils me refaisaient des leurs, je ne suis pas sûre de pouvoir réussir à m'enfuir de nouveau. Hors, il était hors de question que mon poulain naisse et grandisse dans cet horrible endroit. Jamais.

[désolée du retard, un peu de mal à rp, en ce moment...]



Ma Furie se rebelle en #ff9900
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[INDIENS] Dans le désert, on peut toujours tomber sur une oasis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Perdu dans le désert !
» Sauvetage dans le désert [PV Jake & Blaid]
» Un squelette dans le désert (Jour VI - Walnut Grove)
» Dans la solitude du desert.
» QUINOA yon plant ki pouse nan sol arid ki ta bon kom aliman pou kombat grangou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spirit RPG :: TERRES DES COW-BOYS :: Le Désert-