RSS
RSS

AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You belong to the Wild [Hurlorage]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pandora
Je suis :
Je suis :
avatar
Messages : 381
Points d'Experience : 195
Date d'inscription : 27/06/2015
Age : 18
Joue également : Kinley, Zaltana, Zaldae, Narcisse, Aeshma

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: You belong to the Wild [Hurlorage]   Dim 23 Juil - 17:12

Silence


Silence. C'est là tout ce que percevait la Jument. Le Silence cuisant d'une inexistence démesurée. Le Silence bourdonnant d'un néant inquiétant. Le Silence assourdissant d'un Souvenir passé, envolé, terni par la pluie, jauni par le temps. Et puis plus rien. Rien que le Silence. Le Silence et la plaie béante qui ronge lentement la Jument du Désert. Douloureuse au moindre énoncé de Liberté. Cinglante à la moindre pensée du Désert. Dévorante au moindre écho des mélodies d'antan.

La Belle était déchue depuis longtemps. Hélas, plus rien n'avait d'importance, à ses yeux vêtus d'errance. Elle n'était même plus réelle. Plus qu'une ombre. Un souvenir. Un écho lointain de ce qu'elle avait été. Et de ce qu'elle ne serait sans doute plus jamais. L'indifférence avait fait place à l'innocence sur ses traits délicats. L'indifférence et une douleur sans nom. Indescriptible. De celles qui s'ancrent définitivement dans la chair et ne peuvent plus être cachées. Parce qu'on a tout perdu. Et que faire bonne figure ne servirait plus à rien. Une grande lassitude alourdissait les membres légers de l'Arabe. Ses mouvements étaient mécaniques, saccadés, désagréables. La souplesse et la fluidité n'étaient plus qu'un souvenir. Dans la poussière du repaire, elle avait tout perdu de son élégance.

La Grecque secoue ses crins emmêlés, presque crasseux. Depuis quand le Serpent ne l'avait-il pas brossée ? Elle s'en passe. Ses coups de brosses rudes et rapides lui écorchent le poil. Et pourtant, ils auraient hautement contribué à un peu de sa beauté. Hélas, elle n'était plus qu'une miteuse petite jument. Sa robe d'ordinaire si blanche était maculée de boue et de cicatrices encore suintantes des coups des Voleurs. Ses sabots malentretenus, fissurés par le temps et l'inactivité, avaient poussé à cause du manque d'usure et la faisaient souffrir. Bref, elle était piteuse. Elle n'avait plus rien de la Belle Jument qu'elle avait été. Plus rien de cet élégant esprit libre du Désert. Elle qui appartenait à la nature périssait entre les mains des hommes. Elle n'était pas faite pour la captivité et l'obscurité du repaire. Et elle ne le serait sans doute jamais. Elle était libre. Et son cœur galoperait toujours entre les dunes de son Désert. Même si elle devait périr ici.

ϟ Codage par lea-angels ϟ
Paroles en #7482D8




~ Fiche de Personnage ~ Son cavalier : Arès ou Le Serpent
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hurlorage
Je suis :
Je suis :
avatar
Messages : 159
Points d'Experience : 50
Date d'inscription : 23/06/2012
Age : 20
Localisation : Vous parlez de moi physiquement ? Ou de mon esprit ?

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: You belong to the Wild [Hurlorage]   Ven 28 Juil - 20:26



Between Sky And Ground



Punaise. Quel réveil ! Je dormais paisiblement, et voilà que Diutse, le seul cow-boy à pouvoir se hisser sur la selle qui m'était réservée, vint me trouver, me tirant précipitamment de mon sommeil. Il semblait bien décidé, et moi j'étais encore endormi. Cette journée s'annonçait pour le moins nonchalante, et je n'étais pas d'humeur. J'avais décidément bien du mal à me faire au quotidien de ce Fort, et aux aléas que connaissaient les cow-boy.

Ici, tu n'es jamais sûr d'être en repos. Si on ne vient pas de chercher, en principe tu restes au box pour la journée. Seulement en principe. Car tout à coup, c'est la cavalerie qui doit partir au triple galop parce qu'un abrutit est encore coincé dans la mine ! Tout à coup, c'est le moment de faire une patrouille puisque tel cheval est malade ! Tout à coup, on ne sait pas encore quelle guerre il faut aller mener, et je sers encore de remplaçant pour surveiller le Fort déserté en attendant ! Tout à coup ci, tout à coup ça... Moi j'en avais plus qu'assez...

Mais je me laissai guider en dehors du box, comme une vieille loque que l'on traîne. Sans énergie, sans force, sans rien d'autre que ma fainéantise saisissante, et ma déprime percutante. Les autres chevaux me lancèrent des regards inquiets, sachant bien que cette attitude ne me ressemblait pas. D'ordinaire, j'étais ce cheval qui donnait toujours le tour, qui souriait, qui prenait la vie sous son meilleur jour, et qui avait hâte de sortir galoper là au dehors ! D'ordinaire, j'étais l'étalon un peu dragueur mais au cœur pur qui ne trompait pas, le bon bougre gentil et altruiste qui est toujours à l'écoute des tracas du quotidien... D'ordinaire, j'étais le rayon de soleil d'une journée grise. Eh bien aujourd'hui, j'étais le nuage d'une journée ensoleillée. Non, mes amis. Aujourd'hui, Hurlorage n'est pas d'humeur.

Diutse m'équipa, et nous nous retrouvâmes bientôt à quitter le Fort. Initiative qui me réveilla déjà un peu plus, que je ne sortais que rarement d'habitude. J'avais cru entendre, dans mon état cadavérique de mort qu'on dérange dans son repos éternel, qu'il y avait comme une histoire de marchandage dans l'air. Nous allions donc chez les voleurs ? J'avais du mal à saisir tout ce qu'il se passait, mais la seule chose à laquelle je pensais, c'était que je voulais vite rentrer, et m'affaler dans la paille pour dormir, encore et encore. Plus rien d'autre ne me faisait envie.

Ainsi, voilà ce que j'étais devenu ? Le pauvre étalon sans vie qui traversait sans bonne volonté les paysages pourtant rayonnants du Cimarron ? C'était moi, cette espèce de machin qui avançait en portant un bipède sur son dos ? Bipède qui n'avait nullement conscience de mon état amorphe alors qu'il était juste là pourtant...

Enfin, nous atteignîmes les terres des voleurs, et j'avais plus d'entrain qu'en partant. Galoper, fouler la terre de mes quatre sabots m'avait réveillé visiblement, et je me demandais où j'arrivais... C'était quoi, ce repère crasseux, sans déconner ?

Diutse sauta à terre, et m'attacha à une barrière, près d'une jument qui, semble-t-il, fut blanche avant d'arriver ici. Il me rassura en me disant qu'il reviendrait me chercher, et je le gratifiai d'une œillade inquiète en guise de réponse pour dire « t'as plutôt intérêt mon vieux ». En attendant, je perdis mon regard dans les environs austères qui m'accueillaient.

Mon regard d'un gris sombre se reposa bien vite sur la jument que j'avais aperçue en arrivant. Elle était dans un état lamentable, et je me sentis bien égoïste de penser un truc du style : j'aimerais pas savoir quel serait le mien à sa place. Et moi qui me sentais bien triste en partant tout à l'heure tiens ! Je venais de trouver le septième enfer du monde. Et puis... Et puis après le sentiment de presque dégoût vis-à-vis de ce que le genre humain pouvait faire, et l'angoisse d'avoir pu échouer ici à sa place, je la regardai plus en détails. Elle était sûrement très jolie, en dessous de cet amas de poussière...

Un amas qui formait comme un voile sombre et triste sur sa vie.


- Bonjour...



Puis qu'après tout, je n'étais pas malpoli.


- Dure journée, j'imagine ?



C'était tout ce que j'étais parvenu à dire. En même temps, dur de savoir quels mots employer face à ce spectacle. C'est toujours cruel d'avoir sous les yeux, la projection de ce que les démons, dont je remettais en cause l'existence, étaient capables de faire à un ange déchu. Car tout comme ces anges qui chutaient parfois du ciel après une maladresse, cette pauvre jument était tombée bien bas...













Merci à Shoah pour l'avatar ! <3 J'adore !


D'autres Images d'Hurlo ♥ Merci Aux Artistes ♥:
 


Ma réaction quand je surprends mon reflet dans un miroir...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pandora
Je suis :
Je suis :
avatar
Messages : 381
Points d'Experience : 195
Date d'inscription : 27/06/2015
Age : 18
Joue également : Kinley, Zaltana, Zaldae, Narcisse, Aeshma

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: You belong to the Wild [Hurlorage]   Lun 7 Aoû - 17:28

Dure Existence


À travers les brumes de son isolement, la Grecque remarque l'arrivée d'un étalon gris souris très sombre. Un Cow-Boy. Elle l'aperçoit une seconde et déjà, elle repart dans son inexistence. Pourquoi s'attarder ? Il n'est probablement pas venu pour discuter, mais pour accompagner son cavalier. Et de toute façon, la Grise n'a plus la force nécessaire à discuter. Elle préfère attendre la fin. Prostrée sur ses membres tremblants de fatigue et ses sabots fendus douloureux, elle attend que tout cesse enfin. Et son coeur galope dans son Désert. Éternel esprit de la nature.

- Bonjour... Dure journée, j'imagine ?

Le regard voilé de l'Arabe croise les yeux gris. Est-ce bien à elle qu'il s'adresse ? Elle le jauge un instant, le regard vide. Es-tu certain de vouloir t'adresser à cette moins que rien ? Tu risques d'être déçu... Elle n'a plus rien d'intéressant à dire, la pauvre.

- Dure existence, plutôt...

Sa voix est rauque. Rocailleuse. Caverneuse. Comme si elle ne s'était plus élevée depuis des mois. Des années. Des lustres. Elle se rend compte que, quelque part, elle n'avait pas à rejeter sa lassitude et sa déprime sur autrui. Mal à l'aise, elle couche les oreilles puis, après un petit soupir, elle ajoute :

- Pardonne-moi, j'ai un peu de mal à me faire à cette vie...

ϟ Codage par lea-angels ϟ
Paroles en #7482D8




~ Fiche de Personnage ~ Son cavalier : Arès ou Le Serpent
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: You belong to the Wild [Hurlorage]   

Revenir en haut Aller en bas
 

You belong to the Wild [Hurlorage]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spirit RPG :: TERRES LIBRES :: Terres libres :: Repaire des Voleurs-