RSS
RSS

AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Ascent of the Falcon brings Everyone in its Wake ▬ Berceuse Pastel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zaldae
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 62
Points d'Experience : 14
Date d'inscription : 30/06/2016
Joue également : Kinley, Pandora, Zaltana, Narcisse, Aeshma

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: The Ascent of the Falcon brings Everyone in its Wake ▬ Berceuse Pastel    Lun 26 Déc - 21:17


The Ascent of the Falcon

brings Everyone in its Wake




We don't...


    Chayton. Désigné futur chef indien. Et lorsqu'il avait été temps pour lui de choisir son cheval, lui qui avait perdu le sien lors de la guerre... C'était lui, le jeune et naïf Zaldae qui avait été désigné par le jeune homme souriant. Contre toute attente. Il y avait bien d'autres chevaux à l'allure bien plus prometteuse que le ridicule yearling aux multiples sangs mêlés et aux crins rebelles. Pourtant, c'était lui, le jeune insouciant, qui avait été désigné par les yeux d'or de l'indien. Lui, et personne d'autre.

    Sous le choc, Zaldae reste de marbre, les yeux fixé sur Chayton, le souffle coupé. Leurs regards se croisent. Or contre ambre. Les âmes se frôlent en silence. Elles se tâtent et se découvrent, se mêlent et se démêlent... Bref, elles s'apprennent la vie en silence. Mais le coeur du jeune étalon s'emballe. Son souffle devient rapide, saccadé. D'une volte rapide, il se détourne, s'enfuit au galop dans un demi saut de mouton, fouettant l'air de la queue. Il n'est pas prêt pour cela. Il n'est pas fait pour être une monture si importante ! Il ne sait même pas s'il a sa place parmi les indiens ! Comment Chayton a-t-il pu le choisir lui ? Et le désigner d'une façon si désinvolte, légère, comme si ce choix était sans importance, comme si n'importe quel bourrin pourrait lui convenir ? Ou était-ce parce qu'il avait choisi depuis longtemps ? Parce qu'à son oreille cela sonnait comme une évidence ? N'importe quoi ! Mais avait-il bien vu ? Était-ce bien lui que l'indien avait désigné d'un vague mouvement du menton ? N'était-ce pas l'un de ses congénères ? Non... Il était seul à cet instant. Comme toujours d'ailleurs. À l'écart des autres. Et c'était bien dans sa direction à lui que l'indien avait regardé. C'était bien dans ses yeux qu'il avait plongé. Qu'y avait-il lu ? Et lui, Zaldae, qu'avait-il lu dans ceux de Chayton ? De la fierté ? De l'indifférence ? Il ne sait pas. Il a beau passer son temps à observer le monde qui l'entoure, il a beaucoup de mal à analyser. Il n'aime pas se faire des idées trop rapidement. Il préfère apprendre lentement, sans s'en rendre compte... Il préfère apprendre à interagir plutôt qu'à juger.

    Zaldae ronfle des naseaux, rue dans l'air froid du matin. Quelques indiens regardent cette furie traverser le camp, surpris, désemparés. Les coups de culs succèdent au saut de mouton tandis qu'il essaie de se remettre les idées en place. Non ! Dans deux minutes il se réveillerait près de sa mère ! À trois ! Un... Deux... Trois... ...Quatre ? Mais non, il ne se réveille pas. Alors il a seulement halluciné ! C'est cela, il devient fou ! Il ronfle, comme pour se convaincre qu'il est fou et malsain... Mais il ne l'est pas.

    Zaldae rejoint le totem comme un beau diable, puis ralentit, tourne autour de la sculpture, soudain curieux. Lui apporterait-il les réponses recherchées ? C'était là l'une de ses utilités... non ? Zaldae soupire, gratte l'herbe rase du sabot, comme s'il avait pu en déterrer des réponses. Il n'est pas fait pour être ce cheval, non ? Il a passé sa vie (bien que courte) à s'adapter aux situations et à ses interlocuteurs... Mais il ne peut tout de même pas incarner un tel rôle à longueur de journée... ! Peut-être qu'il ferait mieux de simplement s'en aller... non ? Il ne manquerait à personne... De toute façon, il risque de plus gêner qu'autre chose. Zaldae n'est pas un chef. Et il ne le sera sans doute jamais.



Au moment de ce Rp il est déjà adolescent / jeune adulte, faut juste que je mette son kit à jour :'3 Il a genre un an :3

Paroles de Zaldae en #86573C
Base du codage by © klyps Modifications by © lea-angels




Poulain & Yearling:
 


Dernière édition par Zaldae le Ven 6 Jan - 13:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 801
Points d'Experience : 130
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 20

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: The Ascent of the Falcon brings Everyone in its Wake ▬ Berceuse Pastel    Lun 26 Déc - 23:10

Berceuse était venue pour observer qui serait désigné pour lui succéder. Elle et Amarok se retiraient de la tête du Clan, après de longues discussions avec les Indiens. En réalité, Berceuse n'était plus, et depuis longtemps, la monture officielle du chef. Elle avait laissé la place à un jeune étalon bai, qui veillait sur Loup aussi bien qu'elle même le faisait. Elle n'y voyait presque plus. Et malgré le fait que presque tous les autres chevaux du campement estimaient qu'elle était la seule et unique chef à ce jour, la Douce était soulagée de savoir qu'un réel meneur allait être choisi parmi les chevaux présents. Elle savait que le bai ne serait pas ce cheval: Amarok souhaitait le conserver pour lui, car il l'avait dressé lui même et parce qu'il ne pouvait imposer à Berceuse de redevenir sa monture au quotidien: la grise n'avait plus assez de force pour cela.

Chayton, qui avait été choisi pour reprendre le flambeau après Amarok, semblait être un homme honnête et c'est pour cela que Loup l'avait pris sous son aile pour le préparer à devenir le Chef. Aujourd'hui, le futur leader observait les chevaux du campement. Pour l'occasion, Loup se tenait aux côtés de Berceuse, qui était parée de divers objets; ainsi, malgré la fatigue qui l'avait vieillie d'au moins dix années, elle avait toujours l'air d'être en forme. Les deux crânes, les plumes, un tapis fais de peaux de bêtes et d'une étrange toile tissée, Berceuse n'avait pas perdu de sa superbe.
Quand Chayton eu choisit sa monture, on entendit un vacarme et le fracas d'un cheval qui se sauve à toute allure. Visiblement, Zaldae n'avait pas compris ce qui lui arrivais. Berceuse sourit et attendit que Loup n'ai plus besoin d'elle.

Quand elle fut persuadée que sa présence n'était plus requise, elle s'en alla trouver le très jeune yearling. Une jument lui indiqua le centre du camp, vers le totem, où se trouvait Zaldae. À petits pas, maintenant parfaitement habituée au terrain du territoire des indiens, Berceuse avançait droit vers son cadet et futur successeur. Elle distinguait quelques tâches de couleurs, très floues, quand la lumière du jour était assez suffisante pour ça. Elle repéra ainsi ce qui était Zaldae à ses yeux, c'est à dire une petite forme plutôt grise qui semblait s'agiter. Elle s'éclaircit doucement la gorge et s'adressa au poulain avec une voix calme et rassurante qui lui était propre:

"Bonjour Zaldae. Ainsi tu seras la prochaine monture des Chefs. Qu'en penses-tu ? Tu me sembles un peu agacé par cette idée. Serait-ce le poids des responsabilités qui t'inquiète ? Ou tout simplement une envie de liberté ?"

Il n'y avait aucun jugement dans ses paroles. Elle continua:

"Cela te dérange si je me couche ? Je me fatigue beaucoup et j'ai besoin de me reposer."

Les jambes de Berceuse ne la portaient plus aussi bien. Ce qui inquiétait la jument, c'est que la dernière fois qu'elle avait été dans cet état, c'était à cause du mal qui avait rongé le camp où Lynx, le frère de Loup, était Chaman. Les hommes et les bêtes qui en avaient présenté les symptômes étaient morts dans les semaines suivantes. Berceuse y avait survécu une première fois, mais pourrait-elle battre à nouveau le mal et l'effrayer suffisamment pour qu'il s'éloigne assez ? Rien n'était moins sûr et elle s'était déjà mise d'accord sur le fait que ce mal emporterait le peu de vision qu'il lui restait.



Merci Shoah :heart:
Berceuse:
 
DC: Grondelierre, April, River & Tango
R
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zaldae
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 62
Points d'Experience : 14
Date d'inscription : 30/06/2016
Joue également : Kinley, Pandora, Zaltana, Narcisse, Aeshma

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: The Ascent of the Falcon brings Everyone in its Wake ▬ Berceuse Pastel    Mar 27 Déc - 11:31


The Ascent of the Falcon

brings Everyone in its Wake




expect something...


    Ça n'est pas lui. Il a rêvé, halluciné, que sais-je ! mais ça n'est pas lui. Fruit d'une imagination trop fertile, il s'est cru désigné, mais ça n'est pas lui. Ça ne peut pas être lui. Il n'a pas les qualités d'un meneur, ni de quiconque d'autre. Il n'est que lui, le pauvre petit Zaldae, endossant rôle après rôle, excellent acteur pour s'adapter à l'autre sans jamais en souffrir. Ils ne l'ont pas assez regardé, ils se rendront compte de leur erreur. Il n'est rien, le petit. Il ne sera jamais rien. Rien qu'un moins que rien. Fruit d'un acte ignoble puis d'une réconciliation, partagé entre un père absent, un père adoptif sauvage et une mère indienne. Il ne sera jamais rien, le pauvre. Il n'est même pas sûr d'avoir sa place ici, parmi les indiens. Après tout, il n'a pas vraiment noué de lien... N'est-ce pas là le signe qu'il n'est pas né au bon endroit ? Il n'a pas à devenir monture du chef d'un lieu qu'il ne considère pas comme sa place.

    Quelqu'un s'éclaircit la gorge à quelques pas. Zaldae se redresse, surpris, sursautant à moitié et croise le regard presque totalement aveugle de la doyenne. L'appréhension le gagne encore un peu plus, resserrant son étau de fer sur sa gorge. Trop perdu dans ses songes, il ne l'avait entendue approcher. Il la salue d'un signe de tête (relativement ample, pour s'assurer qu'elle le percevra) et l'écoute, les muscles légèrement tremblant, cachant sa gêne en fouettant l'air de la queue et en tâtant le sol du sabot, comme pour y creuser.

    - Bonjour Zaldae. Ainsi tu seras la prochaine monture des Chefs. Qu'en penses-tu ? Tu me sembles un peu agacé par cette idée. Serait-ce le poids des responsabilités qui t'inquiète ? Ou tout simplement une envie de liberté ?

    Aucun jugement dans sa voix calme et rassurante. C'était bien là l'une des qualités qu'il n'aurait jamais. Il tente maladroitement de se dénouer la gorge, s'éclaircissant la voix sans grande conviction. Elle continue :

    - Cela te dérange si je me couche ? Je me fatigue beaucoup et j'ai besoin de me reposer.

    Aussitôt il secoue la tête et répond :

    - Non non, mets-toi donc à ton aise.

    Et tout de suite après, il se demande s'il aurait fallu qu'il la vouvoie ? Après tout, il ne lui avait jamais adressé la parole. Il faut dire qu'elle avait toujours eu quelque chose d'intimidant pour le jeune étalon. Encore une chose qu'il ne sait pas faire ; imposer le respect. Cependant il se garde de se reprendre préférant signifier sa gêne en tournant les oreilles à moitié vers l'arrière. De toute façon, son esprit est déjà tout entier revenu à ses multiples débats et interrogations. Lentement, il tente une approche, une explication, bien qu'il aurait mille fois préféré les garder pour lui :

    - Je ne suis pas... agacé, disons plutôt... surpris et gêné. Il marque une légère pause pensive, puis continue : Je ne crois pas être le cheval qu'il leur faut, voilà tout. Déjà que je n'étais pas sûr d'avoir ma place parmi les indiens... Je... Il y a beaucoup d'autres chevaux sans cavalier... Je ne vois pas pourquoi Chayton m'a choisi. Je ne suis pas comme toi, tu vois ? Je n'ai pas l'étoffe d'un chef. Je sais à peine interagir avec les autres tant j'ai l'habitude d'être à l'écart ! Je ne vois pas ce que je pourrais leur apporter...

    Un discours fastidieux et mal assuré, à l'image des milles interrogations et des milles révoltes de son esprit désemparé. En fait, il ne sait même pas très bien ce qui le met tant mal à l'aise. Les responsabilités évoquées par Berceuse Pastel, il n'y avait même pas encore songé. Pour lui, il ne devait simplement jamais devenir monture du chef. La liberté, ce n'était pas tant elle qui l'attirait que l'impression de déteindre avec le décor que présentaient les indiens. Et même, il se pensait bien incapable de survivre seul ! En fait, il reste là parce qu'il ne sait simplement pas où aller. Oh, il aurait pu partir avec Kinley, son père adoptif. Il lui aurait appris la vie sauvage, sans doute. Mais... Non, même cette solution-là ne l'attirait pas. Il était simplement un peu perdu, et le fait qu'il ait été choisi monture de Chayton le perdait encore plus. Rien ne justifiait ce choix.




Paroles de Zaldae en #86573C
Base du codage by © klyps Modifications by © lea-angels




Poulain & Yearling:
 


Dernière édition par Zaldae le Ven 6 Jan - 13:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 801
Points d'Experience : 130
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 20

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: The Ascent of the Falcon brings Everyone in its Wake ▬ Berceuse Pastel    Mar 27 Déc - 12:42

Lorsque le jeune animal l'avait salué, Berceuse avait également hoché la tête vers le bas pour lui rendre son geste. Il n'avait pas refusé qu'elle se repose et, avec de nombreuses précautions, la Chef épuisée s'était couchée, la tête bien redressée.
Elle tourne des oreilles intéressées vers lui et l'écoute attentivement pendant qu'il lui expose son ressenti.

" Je ne suis pas... agacé, disons plutôt... surpris et gêné. Je ne crois pas être le cheval qu'il leur faut, voilà tout. Déjà que je n'étais pas sûr d'avoir ma place parmi les indiens... Je... Il y a beaucoup d'autres chevaux sans cavalier... Je ne vois pas pourquoi Chayton m'a choisi. Je ne suis pas comme toi, tu vois ? Je n'ai pas l'étoffe d'un chef. Je sais à peine interagir avec les autres tant j'ai l'habitude d'être à l'écart ! Je ne vois pas ce que je pourrais leur apporter..."

Berceuse avait doucement sourit. Il semblait désemparé et ne savait pas comment réagir, ce qui était tout à fait normal pour un poulain d'à peine un an. La dominante avait elle même eu du mal à ses débuts.

"Tu sais Zaldae, on pourrait se poser la même question avec moi: pourquoi Amarok m'a-t-il désignée ? Après tout, je suis une des plus petites juments de tout le clan, je suis pratiquement aveugle et lorsque je suis arrivée, j'étais tellement malade que l'on voyait mes os dépasser partout sous ma peau."

Elle savait qu'il n'y avait plus beaucoup de chevaux qui se souvenaient de l'état dans lequel elle était arrivée, ils se souvenaient seulement de l'histoire de l'étalon sauvage, le dominant Ciel Étoilé qui avait montré le chemin du campement à Berceuse. En réalité, Ciel Étoilé l'avait menée jusqu'ici, après l'avoir trouvée amaigrie, délirante de fièvre et perdue dans les plaines, condamnée à mourir s'il ne l'avait pas aidée. Amarok l'avait soignée des semaines durant pour qu'elle puisse de nouveaux marcher sans être épuisée et il lui avait fallut deux ans pour qu'il puisse enfin chevaucher librement avec elle. Rien ne l'avait destinée à être la meneuse des chevaux Indiens. Personne n'aurait jamais parié sur une pauvre petite jument boiteuse, qui n'avait pour elle que sa gentillesse et sa douceur.
Elle continua alors son récit.

"Amarok devait choisir une nouvelle monture. Il a pris une décision sage et plutôt que de sélectionner un jeune cheval, grand et fougueux, il m'a choisi moi, parce qu'il s'avait qu'il pouvait me faire confiance. Car il savait que je lui donnerai ma vie si cela pouvait le sauver." elle marque une petite pause pour reprendre son souffle, "Il se trouve qu'il y a en effet de nombreux chevaux qui sont beaucoup plus qualifiés que toi pour devenir une telle monture. Des chevaux forts, adultes et qui ont déjà fait leurs preuves. Mais Chayton ne connait pas ces chevaux. Et à cause du fait qu'ils ne soient plus des poulains, il lui sera difficile de tisser avec eux des liens qui seront, à tout jamais, solides et qui ne se briseront jamais. Toi, tu as la jeunesse. Tu dois encore apprendre. Chayton pourra te montrer tout ce qu'il attend de toi. Il pourra te faire confiance tout comme toi tu lui feras confiance. Je pense que c'est la raison pour laquelle il a décidé que le poulain que tu es aujourd'hui deviendra un jour le cheval de guerre le plus connu au sein du camp, car tu seras celui du chef."

Berceuse avait réussi à situer les yeux du poulain et elle y avait coulé son regard laiteux et opalescent. Un regard fantomatique mais d'une douceur à nulle autre semblable, qui était apaisant et surtout, confiant.

"Je ne me fais pas de soucis pour toi. Tu es serviable et tu as un bon caractère. Tu n'es pas un irréfléchi, un incapable ou encore un cheval assoiffé de pouvoir. C'est ça qui fera de toi un bon chef. C'est cette façon que tu as de t'adapter au tempérament des autres qui t'aidera. Et si Chayton t'a désigné et que Amarok l'a approuvé, je ne vois aucune raison de ne pas te faire confiance."

La chef était persuadée que ce petit poulain encore ignorant de ce que le mot "Vie" signifiant exactement deviendrait un jour un dominant respecté et sage.



Merci Shoah :heart:
Berceuse:
 
DC: Grondelierre, April, River & Tango
R
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zaldae
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 62
Points d'Experience : 14
Date d'inscription : 30/06/2016
Joue également : Kinley, Pandora, Zaltana, Narcisse, Aeshma

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: The Ascent of the Falcon brings Everyone in its Wake ▬ Berceuse Pastel    Mer 28 Déc - 12:06


The Ascent of the Falcon

brings Everyone in its Wake




Then it happens.


    La doyenne n'avait guère attendu pour doucement se coucher, tandis que Zaldae réfléchissait à la meilleure façon de poursuivre. Puis elle avait doucement sourit en écoutant ses paroles. Le yearling espérait de tout coeur qu'elle pourrait éclairer certains points, le conforter dans l'idée qu'il n'a rien à faire là... Après tout, il n'a pas envie de devenir Chef. Il n'a pas assez confiance en lui pour vouloir le devenir, pour être plus précis. Mais ses paroles sont tout autre, même si le ton rassurant y est.

    - Tu sais Zaldae, on pourrait se poser la même question avec moi: pourquoi Amarok m'a-t-il désignée ? Après tout, je suis une des plus petites juments de tout le clan, je suis pratiquement aveugle et lorsque je suis arrivée, j'étais tellement malade que l'on voyait mes os dépasser partout sous ma peau.

    Oui, il avait entendu quelques allusions à l'état de la jument, à son arrivée au camp. Il n'y avait pas toujours prêté une oreille attentive, elle avait évolué depuis et elle se révélait être une chef digne de ce nom... Peut-être aurait-il dû y être plus attentif. Pourtant, au fond de lui, il était simplement normal que Berceuse Pastel ait été désignée. Pour lui, il n'y aurait simplement eu personne d'autre... Mais il n'a pas connu cette époque et encore moins les chevaux libres à ce moment-là. Il avait du mal à se représenter d'autres équidés capables d'endosser ce rôle à la place de la doyenne, parce qu'il n'avait tout simplement connu qu'elle. Mais dans la situation actuelle, il connaissait les autres chevaux, et pour lui, chacun saurait devenir un chef potentiel. Pourtant c'était lui que Chayton avait désigné. Et cela, il ne le comprenait pas.

    - Amarok devait choisir une nouvelle monture. Il a pris une décision sage et plutôt que de sélectionner un jeune cheval, grand et fougueux, il m'a choisi moi, parce qu'il savait qu'il pouvait me faire confiance. Car il savait que je lui donnerai ma vie si cela pouvait le sauver. Elle marque une pause. Zaldae l'écoute en silence. Il se trouve qu'il y a en effet de nombreux chevaux qui sont beaucoup plus qualifiés que toi pour devenir une telle monture. Des chevaux forts, adultes et qui ont déjà fait leurs preuves. Mais Chayton ne connaît pas ces chevaux. Et à cause du fait qu'ils ne soient plus des poulains, il lui sera difficile de tisser avec eux des liens qui seront, à tout jamais, solides et qui ne se briseront jamais. Toi, tu as la jeunesse. Tu dois encore apprendre. Chayton pourra te montrer tout ce qu'il attend de toi. Il pourra te faire confiance tout comme toi tu lui feras confiance. Je pense que c'est la raison pour laquelle il a décidé que le poulain que tu es aujourd'hui deviendra un jour le cheval de guerre le plus connu au sein du camp, car tu seras celui du chef.

    Zaldae reste interdit. Il ne sait tout simplement pas quoi en penser. Ce ne sont pas des paroles qui se discute, ce sont seulement des constatations. Et il devait bien avouer que ce qu'elle disait collait bien avec la réalité. À cela, il n'avait rien à objecter. Les yeux presque totalement aveugles de la doyenne se coulent dans les siens, doux, apaisants... et confiants. Elle reprend :

    - Je ne me fais pas de soucis pour toi. Tu es serviable et tu as un bon caractère. Tu n'es pas un irréfléchi, un incapable ou encore un cheval assoiffé de pouvoir. C'est ça qui fera de toi un bon chef. C'est cette façon que tu as de t'adapter au tempérament des autres qui t'aidera. Et si Chayton t'a désigné et que Amarok l'a approuvé, je ne vois aucune raison de ne pas te faire confiance.

    Zaldae garde un moment le silence. Il se détourne légèrement, observe l'horizon, les hautes montagnes au loin. La brise joue quelques secondes avec ses crins.

    - Jouer un rôle, je sais faire. Je pourrais devenir chef, oui, si on me l'apprenait. Mais je ne pense pas que ce soit ce qu'on attend d'un chef... Je ne pense pas que l'illusion soit ce que l'on recherche. Je ne crois vraiment pas être à la hauteur. Je ne sais même pas où est ma place... Mille fois j'ai regardé le camp, les chevaux, les indiens, et mille fois je me suis demandé ce qui me retenait encore ici. Je me sens... comme un intrus. Il baisse les yeux sur le sol, enfoui dans son coeur la pensée qui l'effleure. Oui, sa mère ne le désirait pas. Mais il n'est guère question de cela parmi les indiens. Même si au fond de lui, cela renforce encore son impression de ne pas avoir de place en ce monde. Nulle part. Ni chez les indiens, ni ailleurs. J'aime rendre service, aider les autres, mais je pense qu'il me manque encore beaucoup d'autres choses pour devenir chef.

    Beaucoup d'autres chevaux sont totalement dévoués aux indiens. Lui, il songe à s'en aller... Il n'a pas à devenir chef. Mais au fond... Quelque chose lui souffle qu'il se trouve seulement des excuses. Qu'il a simplement peur qu'un jour, il trouve sa place, et qu'il découvre qu'elle n'est pas au sein des indiens. Qu'adviendra-t-il, ce jour-là, s'il est chef ? Il aura des responsabilités. Il ne pourra pas simplement choisir de s'en aller. Égoïste pensée. Mais s'il n'y avait réellement eu que lui comme possibilité, il se serait bien entendu plié aux circonstances, il serait devenu chef, il aurait tout abandonné parce que c'est ce qu'on attendait de lui... Sauf que pour une fois, il n'est pas le seul à pouvoir faire cela... Pas vrai ?




Paroles de Zaldae en #86573C
Base du codage by © klyps Modifications by © lea-angels




Poulain & Yearling:
 


Dernière édition par Zaldae le Ven 6 Jan - 13:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 801
Points d'Experience : 130
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 20

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: The Ascent of the Falcon brings Everyone in its Wake ▬ Berceuse Pastel    Jeu 5 Jan - 19:11

Berceuse écoutait le jeune poulain, qui semblait se poser beaucoup de questions.

"Jouer un rôle, je sais faire. Je pourrais devenir chef, oui, si on me l'apprenait. Mais je ne pense pas que ce soit ce qu'on attend d'un chef... Je ne pense pas que l'illusion soit ce que l'on recherche. Je ne crois vraiment pas être à la hauteur. Je ne sais même pas où est ma place... Mille fois j'ai regardé le camp, les chevaux, les indiens, et mille fois je me suis demandé ce qui me retenait encore ici. Je me sens... comme un intrus." Elle sent qu'elle n'a plus de contact avec ses yeux, elle attend donc que son cadet continue, "J'aime rendre service, aider les autres, mais je pense qu'il me manque encore beaucoup d'autres choses pour devenir chef."

Elle laisse quelques secondes passer, pour réfléchir à ce qu'elle pourrait lui dire. Elle comprends son inquiétude. Elle la comprend tout à fait.

"Pour ce qui est de ta place au sein du camp... Ne t'en fais pas à ce sujet. Tu as tout à fait ta place ici, si tu le souhaites. Tu n'as pas à te sentir exclus." Elle ne s'attarde pas plus longtemps sur le sujet. Ce n'est pas à elle de le faire. "Tu as, en revanche, absolument raison concernant le rôle du chef. Tu ne peux pas être une simple illusion. Il faut que tu sois sûr de toi. Mais cette confiance viendra en grandissant. Et je te garantis que je serais là pour t'épauler. Je t'aiderai, si tu le veux. Je peux t'apprendre, te montrer et te conseiller. Et le jour où tu prendras ma place, je serais encore là pour te soutenir dans les moments où tu douteras. Ça je t'en fais la promesse."

Berceuse aurait aimé qu'un ancien chef la conseille autant à son arrivée. Elle aurait aimé qu'un cheval plus sage lui enseigne ce qu'elle ne savait pas, lui montre le chemin à prendre. Il n'y avait eu personne, seulement la confiance qu'elle avait en Amarok et son dévouement. La petite chef était cependant impressionnée par la loquacité du jeune poulain, qui semblait exactement savoir les mots à mettre sur ce qui l'effrayait dans cette perspective de devenir le chef.
Berceuse avait décidé de lui parler un peu de son passé.

"Avant que j'arrive ici, j'étais la monture de Lynx, le frère ainé de Loup. Il était chaman et mon seul rôle était de lui servir de monture pour aller chercher les herbes dont il avait besoin, même dans les endroits les plus inaccessibles. À cette époque j'avais encore toute ma vue et j'étais la jument la plus agile. Je n'avais cependant jamais foulé un champ de bataille, je n'avais jamais affronté un ennemi, en fait je n'avais comme souvenir de guerre les jeux que j'avais avec les autres poulains, ce qui n'est rien. Ici, j'ai appris. Malgré mes yeux qui sont devenu mauvais, malgré mon inexpérience. Tu as un bien meilleur atout que moi, tu n'es pas seul. Tu apprendras aussi et tu seras capable de jouer pleinement ce rôle, pas d'en donner l'illusion. Être chef ne veut pas dire être le plus courageux, le plus fort, le plus téméraire. Je pense que c'est beaucoup d'attention, de réflexion et d'aide. Il faut se servir de sa tête avant tout."

Berceuse lui sourit de nouveau. Elle est persuadée que ce jeune poulain ira loin s'il s'en sen capable. Elle sent aussi la fatigue qui commence à l'endormir. Elle se relève doucement, ses jambes tremblent un peu et son dos lui fait mal.

"Je vais devoir aller rejoindre Amarok. Serais-tu d'accord pour que nous nous revoyions demain ?"



Merci Shoah :heart:
Berceuse:
 
DC: Grondelierre, April, River & Tango
R
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zaldae
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 62
Points d'Experience : 14
Date d'inscription : 30/06/2016
Joue également : Kinley, Pandora, Zaltana, Narcisse, Aeshma

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: The Ascent of the Falcon brings Everyone in its Wake ▬ Berceuse Pastel    Ven 6 Jan - 14:39


The Ascent of the Falcon

brings Everyone in its Wake




Life can be...


    Le silence s'installe quelques minutes. Cela ne dérange pas Zaldae. Cela lui permet de reprendre son souffle, en quelques sortes. La nouvelle du choix de Chayton, sa fuite, l'arrivée de Berceuse Pastel et leur discussion... Tout cela le laissait hors d'haleine. Psychologiquement du moins. Il ne s'attendait à rien de ce qui lui est tombé dessus aujourd'hui. Rien. Et pourtant ça lui était tombé dessus comme le déluge d'un orage soudain et passager des belles soirées d'été... En bien plus surprenant.

    - Pour ce qui est de ta place au sein du camp... Ne t'en fais pas à ce sujet. Tu as tout à fait ta place ici, si tu le souhaites. Tu n'as pas à te sentir exclus. Il le sait, il se l'était déjà entendu dire. Pourtant, ce sentiment persistait au fond de lui. Vicieuse sensation de ne pas avoir sa place en ce monde. Doucement il courbe l'encolure, baisse légèrement la tête, désirant clore le sujet. De toute façon, la doyenne ne s'attarde pas dessus. Elle reprend : Tu as, en revanche, absolument raison concernant le rôle du chef. Tu ne peux pas être une simple illusion. Il faut que tu sois sûr de toi. Mais cette confiance viendra en grandissant. Et je te garantis que je serais là pour t'épauler. Je t'aiderai, si tu le veux. Je peux t'apprendre, te montrer et te conseiller. Et le jour où tu prendras ma place, je serais encore là pour te soutenir dans les moments où tu douteras. Ça je t'en fais la promesse.

    Déjà, il n'est plus question de le convaincre qu'il peut devenir chef. Déjà il est question de devenir un bon chef et de savoir le devenir. Il est question de l'aider, l'épauler. Comme le jour où il s'était blessé, en amont de la rivière, et que Severus et sa cavalière l'avaient aidé. Comme si déjà, il n'avait plus d'autre choix que de devenir chef. Courber l'encolure et endosser les responsabilités qu'on lui proposait. Bref, du point de vue de Berceuse Pastel, il deviendrait chef. Et elle l'y aiderait.

    - Avant que j'arrive ici, j'étais la monture de Lynx, le frère ainé de Loup. Il était chaman et mon seul rôle était de lui servir de monture pour aller chercher les herbes dont il avait besoin, même dans les endroits les plus inaccessibles. À cette époque j'avais encore toute ma vue et j'étais la jument la plus agile. Je n'avais cependant jamais foulé un champ de bataille, je n'avais jamais affronté un ennemi, en fait je n'avais comme souvenir de guerre les jeux que j'avais avec les autres poulains, ce qui n'est rien. Ici, j'ai appris. Malgré mes yeux qui sont devenu mauvais, malgré mon inexpérience. Tu as un bien meilleur atout que moi, tu n'es pas seul. Tu apprendras aussi et tu seras capable de jouer pleinement ce rôle, pas d'en donner l'illusion. Être chef ne veut pas dire être le plus courageux, le plus fort, le plus téméraire. Je pense que c'est beaucoup d'attention, de réflexion et d'aide. Il faut se servir de sa tête avant tout.

    Et plus ils parlaient, moins Zaldae trouvait à la contredire. Après tout, il est vrai qu'elle n'est pas devenue Chef en un jour, et il ne le deviendra pas non plus. De plus... Elle semblait tant croire en lui ! Le jeune Yearling en est déstabilisé. Comment peut-on lui accorder tant de confiance ? Et s'il échoue ? S'il se révèle mauvais chef ? Elle lui sourit puis, doucement, se relève. Le tremblement de ses jambes n'échappe pas à l'oeil du jeune, mais il ne fait pas de commentaire, se contente de se tenir prêt à l'aider s'il le sentait nécessaire. Ses pensées lui échappent par la même occasion. Et Berceuse Pastel conclut :

    - Je vais devoir aller rejoindre Amarok. Serais-tu d'accord pour que nous nous revoyions demain ?

    N'ayant rien de plus à ajouter sur ses précédentes paroles, car aucune ne semblait discutable, il hoche lentement la tête et répond doucement :

    - Bien sûr, Berceuse Pastel.

    Il lui offre un sourire reconnaissant, à la fois pour cette discussion et pour sa promesse. Puis il la salue d'un ample hochement de la tête avant de se détourner, apercevant Chayton un peu plus loin qui l'observe, il la gratifie d'un "Bonne fin de journée" puis s'éloigne au petit trot, s'approchant doucement de l'indien, méfiant. Les longues heures passées à s'observer les avaient rapprochés l'un de l'autre sans que jamais ils ne soient réellement côtoyés. Mais cette fois, lorsqu'il passe près de l'indien, il passe juste un peu plus près que d'habitude. Sans pour autant se diriger ouvertement vers lui. Ils apprendront lentement à cohabiter. Mais pour aujourd'hui, Zaldae en a assez.




Paroles de Zaldae en #86573C
Base du codage by © klyps Modifications by © lea-angels




Poulain & Yearling:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 801
Points d'Experience : 130
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 20

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: The Ascent of the Falcon brings Everyone in its Wake ▬ Berceuse Pastel    Jeu 19 Jan - 12:03

"Bien sûr, Berceuse Pastel."

Le jeune yearling execute un grand salut de la tête, auquel Berceuse répond avec un petit sourire. Il est bienveillant, il sera un excellent chef, elle en persuadée.
À petits pas, elle s'éloigne pour aller rejoindre le tipi d'Amarok. Elle y trouve quelques pommes qui lui sont destinées et en goûte une. Elle n'arrive pas à en manger plus et elle soupire. Son cavalier revient après quelques temps et trouve sa petite jument ainsi, observant les pommes, immobiles.

"Alors Berceuse ? Tu n'as pas faim ?"

Il caresse l'encolure où le poil est toujours aussi soyeux. Il passe sa main devant les yeux de la douce et constate qu'elle ne les remarque pas tout de suite. Il a une mine soucieuse et Berceuse, sentant sa préoccupation, colle sa tête contre son torse. Il caresse doucement l'espace sous ses joues, qui s'est creusé.

"Allez... ça ira mieux. Je ne te ferais plus affronter de guerre."

Berceuse écoute les paroles de son cavalier, ses oreilles bien dressées. Au moins son ouïe est intacte, c'est déjà ça. Il décide de la brosser, de prendre soin d'elle. Petit à petit, sous l'effet des caresses et des massages, les muscles de la tout petite jument se détendent, son dos tremble moins et sa respiration s'apaise. Elle a besoin de repos, besoin de soin, besoin de calme.
Peu à peu, la nuit prends place et le jour s'évapore, pour plonger le campement dans le noir, avec pour seule lumière celle des étoiles.


Le lendemain, Berceuse a du mal à se lever. Ses jambes sont raides et endolories. Elle essaye une première fois, ne réussit pas, tente encore et parvient à se mettre debout. Son postérieur gauche tremble un peu, puis elle va mieux et avance à petits pas dans le campement. Elle fait très attention et ferme les yeux, pour se repérer seulement avec les bruits. Elle sent que sa vue la quittera et qu'elle ne sera même plus capable d'apercevoir les tâches floues et colorées qui sont devenues sont quotidien. Soit. Elle n'a pas le choix. À seulement onze ans, la petite jument grise est bien fatiguée.

Elle finit par trouver l'odeur qu'elle cherche, celle de Zaldae. Elle remonte sa piste et trouve le poulain à nouveau au Totem. Il a dû passer beaucoup de temps à réfléchir encore. Elle espère qu'aujourd'hui, il parlera un peu plus.

"Bonjour Zaldae. As-tu passé une bonne nuit ?"

Elle le gratifie d'un autre sourire et ses yeux, tellement voilés et laiteux, n'essayent même plus de capter le regard de celui qui deviendrait son successeur.



Merci Shoah :heart:
Berceuse:
 
DC: Grondelierre, April, River & Tango
R
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zaldae
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 62
Points d'Experience : 14
Date d'inscription : 30/06/2016
Joue également : Kinley, Pandora, Zaltana, Narcisse, Aeshma

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: The Ascent of the Falcon brings Everyone in its Wake ▬ Berceuse Pastel    Sam 21 Jan - 12:20


The Ascent of the Falcon

brings Everyone in its Wake




Full of surprises.


    La nuit a été longue. Agitée. Le jeune n'a guère trouvé le repos, inquiet, tourmenté par mille questions, et c'est donc très tôt le matin qu'avec un soupir, il renonce au sommeil et s'éloigne du tipi de Plume Rouge, le cavalier de sa mère. Il ne songe même pas à manger, le pauvre, et il quitte le camp indien sans demander son reste. Est-ce Chayton qu'il aperçoit du coin de l'oeil, entre deux tipis ? Peu importe. Le yearling est las de faire attention à tout. Il a besoin de se changer les idées, de ne plus penser à rien. Alors il prend le galop dès qu'il émerge du camp et s'enfuit avec un petit saut de mouton frustré. Et pour la première fois, je crois bien de toute sa vie, il dépasse des limites invisibles et s'enfonce dans l'inconnu.

    Il a toujours été attentionné. Il a toujours fait attention à ne pas s'éloigner pour ne pas inquiéter sa mère. Mais il a un an, à présent. N'est-il pas temps pour lui de découvrir le monde ? De voir ce qu'il y a au-delà des limites des indiens ? N'est-il pas temps de prendre son envol ? Il va devenir chef... Ce serait un comble qu'il ne connaisse que le camp et la rivière... Non vraiment, plus il se penche sur la question, plus il se demande pourquoi on l'a désigné. Les raisons évoquées la veille par Berceuse Pastel sont certes probablement véridiques, il n'a guère l'impression que cela justifie tout. Cela ne peut pas tout justifier... Il est purement banal. Cent autres chevaux sont bien plus exceptionnels que le jeune taupe. Il ne saura rien apporter à Chayton. Rien d'autre, peut-être, qu'une monture. Est-ce suffisant ? Il n'en a guère l'impression.

    Et puis peu à peu, il oublie tout. Seul son galop importe. Son galop et les alentours. Des prairies splendides, des étangs éparses, des arbres isolés... Au loin se dessinent des forêts, des montagnes... Bref, tout un monde extraordinaire qui n'attend qu'à être découvert. Mais peu à peu le soleil se lève. Ses premiers rayons réchauffent la robe taupe. Le jeune lève les naseaux dans la petite brise et la savoure doucement. Il ferme un instant les yeux, imprime dans sa tête l'image des magnifiques paysages qui s'offrent à ses yeux, au loin, puis se détourne. Et lentement, il entreprend son retour au camp indien. Berceuse Pastel voulait qu'ils se revoient aujourd'hui, et il ne manquerait pas à l'appel. Pas parce qu'il allait devenir chef et qu'il aurait des responsabilités... Juste par respect. Il rejoint la rivière et la longe au petit galop, redescendant lentement vers le camp.

    Mais bientôt, sur son chemin se dessine une silhouette devenue familière. Chayton. Zaldae ralentit. Il l'observe, continuant de s'approcher au petit galop. Et lorsque doucement l'indien le salue d'un hochement de tête, il passe au trot quelques secondes, puis au pas. Sans cesser de s'approcher. Il balance légèrement la tête de droite à gauche, comme s'il avait préféré éviter l'humain et repartir au grand galop. Cependant il s'arrête à quelques mètres, interrogatif. Ses yeux ambrés plongent dans ceux, noisettes, de l'humain, la tête dans le prolongement du corps, le regardant légèrement par en-dessous. Son air est quelque peu méfiant. En silence, il semble lui demander pourquoi c'est lui qu'il a désigné la veille. Et contre toute attente, Chayton se détourne. Simplement. Comme si la présence du yearling ne lui importait guère. Comme si le choix avait été hasardeux, empressé, comme si rien ne les liait et ne les lierait jamais. Comme s'il s'en fichait, simplement.

    Indigné, le yearling prend le trot et se rapproche, ronflant des naseaux. Il rattrape l'humain, se cale sur son rythme et effleure son omoplate du museau pour attirer son attention. L'indien se retourne, un sourire amusé aux lèvres, Zaldae s'arrête. L'air de dire "je t'ai bien eu", Chayton tend la main pour le gratifier d'une caresse. Surpris, la tête du jeune se redresse et il recule, les oreilles plaquées sur sa nuque. Le bipède laisse retomber sa main. S'excuse et se détourne. Il semble... triste ? Comme si la réaction du yearling l'avait blessé. Les yeux ambrés se détournent, puis le jeune s'avance et pousse doucement l'omoplate de Chayton du museau. Légèrement déséquilibré, celui-ci fait un pas en avant et se retourne, surpris. Zaldae penche la tête sur le côté, l'observe. L'humain ne bouge pas. Le jeune le pousse de la tête, doucement, comme s'il demandait des caresses. Mais le manque de réaction le frustre quelque peu. Il pousse la main de l'indien avant d'y fourrer ses naseaux. Et enfin, les doigts d'un humain effleurent la robe du taupe. Ils le gratifient d'une caresse sur la joue, tout doucement, timides, puis la grattouillent légèrement. Zaldae pousse légèrement l'humain du museau, ravi. Il serait son cheval. Et secrètement, il l'avait toujours espéré. Depuis le jour où, poulain, il l'avait aperçu, assis à quelques mètres, en train d'observer les poulains jouer. En train de l'observer lui en train de jouer. Cela faisait longtemps qu'ils s'étaient trouvés, tout les deux. Mais aucun n'avait fait un pas vers l'autre, de peur de ne jamais pouvoir être réunis, finalement, et être déçus. Mais il serait son cheval. Et même si la relation entre un humain et un cheval lui paraît très mystérieuse et l'effraie même un peu, peut-être pourrait-il faire un bon compagnon. Peut-être bien, oui.

    Le signe irrévocable de son appartenance à Chayton dans les crins, le jeune rejoint le totem, arborant fièrement deux plumes de faucon, qui s'accordent magnifiquement bien à sa crinière, elle-même blanche et brune, et une petite tresse. Et puis, doucement, il replonge dans tous ses songes. Mais cette fois, son opinion est peut-être un peu moins arrêtée. Peut-être bien oui, peut-être bien qu'il pourrait devenir chef. Mais le travail et les responsabilités que lui incombe ce rang lui semblent encore insurmontables. L'odeur de Berceuse Pastel lui indique bientôt son arrivée. Il se redresse, la salue d'un hochement de tête.

    - Bonjour Zaldae. As-tu passé une bonne nuit ?

    Elle lui offre un sourire, sans chercher à croiser son regard. Et pour la première fois, il se rend compte à quel point elle a l'air âgée. Avec un petit sourire amer, il répond :

    - Bien le Bonjour Berceuse Pastel. Hélas, elle n'a guère été longue. Et toi, comment te sens-tu ?

    Une légère inquiétude plane dans sa voix. Il ne prend pas la peine de la cacher ; elle est toute naturelle. Il se garde d'ailleurs de parler tout de suite de Chayton ou de quoi que ce soit d'autre, préférant d'abord s'assurer de l'état de la doyenne.




Paroles de Zaldae en #86573C
Base du codage by © klyps Modifications by © lea-angels




Poulain & Yearling:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 801
Points d'Experience : 130
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 20

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: The Ascent of the Falcon brings Everyone in its Wake ▬ Berceuse Pastel    Dim 12 Fév - 10:43

"Bien le Bonjour Berceuse Pastel. Hélas, elle n'a guère été longue. Et toi, comment te sens-tu ?"

Berceuse entends l'appréhension dans la voix du jeune animal. Elle le comprend. Après tout, elle n'a plus rien d'une jument de guerre, ni d'une monture de Chef. Elle fait bien pâle figure face aux souvenirs et aux légendes qui voulaient qu'elle soit une très petite jument mais à la très grande force d'esprit.

"Je suis fatiguée aujourd'hui et je suis soulagée que Amarok puisse monter un autre cheval que moi, je n'en ai plus la force."

À quoi bon mentir au yearling ? Cela ne servirait à rien et Berceuse sait très bien qu'elle n'est pas éternelle. Viendra le jour où elle s'en ira et elle ne le craignait pas: elle irait rejoindre Lynx et les siens, il s'agissait tout simplement d'une étape qui marquait un nouveau voyage.

"Néanmoins, tu n'as pas besoin de t'inquiéter outre mesure pour moi, je vais bien. Amarok prend bien soin de moi et il veille à ce que je me rétablisse au plus vite."

Berceuse gardait pour elle que malgré tous les efforts de l'indien, elle savait parfaitement qu'elle ne redeviendrait jamais comme avant et que sa vue déclinait: ce n'était plus qu'une question de semaines avant qu'elle ne cesse d'y voir.

"As-tu réfléchi à ce que je t'ai dit hier ? Que penses-tu d'être chef finalement ?"

La douce décide de changer de sujet. Elle veut savoir comment se sent le jeune étalon et son avis sur le rang de chef. Elle a repéré tout à l'heure, en flairant l'odeur de Zaldae, celle de l'homme qui succéderait à Amarok et décide de lui poser la question qui la taraude.

"Aurais-tu accepté d'approcher Chayton ? Je sens son odeur sur ton pelage."

La grise s'approche, cherche la source de l'odeur et trouve deux plumes sur la crinière du poulain, qui lui caressent doucement les naseaux lorsqu'elle s'en approche.

"C'est un très beau cadeau que tu as reçu, sois en fier."

Les plumes étaient symbole de force. Elle se souvenait du sentiment qu'elle avait eu lorsque Amarok avait confectionné ses parures puis lorsqu'il les avait placé sur son dos: jamais la petite jument ne s'était sentie aussi honorée et aussi heureuse. Le crâne était surmonté de multiples plumes, de perles et d'autres trésors; Berceuse le chérissait et représentait pour elle les vestiges de ses jours glorieux.
Un petit sourire était apparu sur ses lèvres, qui ne tenait pas son origine de ses doux souvenirs: elle souriait car si Zaldae avait reçu ce cadeau, c'est que Chayton et lui s'étaient enfin approchés et que le jeune yearling acceptait l'Indien. Cela ne pouvait être qu'une bonne chose pour l'avenir.



Merci Shoah :heart:
Berceuse:
 
DC: Grondelierre, April, River & Tango
R
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zaldae
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 62
Points d'Experience : 14
Date d'inscription : 30/06/2016
Joue également : Kinley, Pandora, Zaltana, Narcisse, Aeshma

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: The Ascent of the Falcon brings Everyone in its Wake ▬ Berceuse Pastel    Dim 12 Fév - 12:02


The Ascent of the Falcon

brings Everyone in its Wake




We make some...


    Même si la doyenne semblait bien plus fatiguée que jamais, Zaldae n'en gardait pas moins une grande admiration pour elle. Malgré la fatigue, elle restait une chef digne de ce nom, et elle s'efforçait de venir soutenir le jeune yearling à l'aube de son nouveau rang. Elle aurait pu se prétendre trop épuisée pour cela, mais elle lui avait promis de l'aider plutôt que de se reposer. C'est ça, que Zaldae admire chez elle. Sa détermination à toute épreuve. Le fait que, comme pour lui, les autres passent avant elle. Alors peut-être bien, peut-être bien qu'au fond, il pourrait faire un bon chef. Qui sait ?

    - Je suis fatiguée aujourd'hui et je suis soulagée que Amarok puisse monter un autre cheval que moi, je n'en ai plus la force.

    Zaldae acquiesce d'un signe de tête, compréhensif et désolé. Il n'a rien de mieux à répondre, de toute façon, elle continue déjà :

    - Néanmoins, tu n'as pas besoin de t'inquiéter outre mesure pour moi, je vais bien. Amarok prend bien soin de moi et il veille à ce que je me rétablisse au plus vite.

    Elle marque une pause, le jeune lui offre un petit sourire. Bien sûr, son cavalier prenait soin d'elle, c'est normal. Mais le jeune n'ignore pas qu'une quelconque maladie n'y est pour rien. Que seule la vieillesse commence à faire son effet chez la doyenne. Mais elle n'en semble pas plus inquiétée que cela. Elle change de sujet :

    - As-tu réfléchi à ce que je t'ai dit hier ? Que penses-tu d'être chef finalement ?

    Zaldae cherche ses mots, pensif. Il n'en est plus très sûr. Ses pensées se mêlent et se confrontent. Les unes ne correspondent pas avec les autres ; tantôt il se révolte, tantôt il est honoré et on ne peut plus optimiste.

    - Aurais-tu accepté d'approcher Chayton ? Je sens son odeur sur ton pelage.

    Oh, il l'avait presque oublié. Il acquiesce d'un signe de tête, la doyenne s'approche, il la laisse faire. Elle effleure ses plumes des naseaux, et il se rappelle qu'elle ne voit plus aussi bien qu'avant.

    - C'est un très beau cadeau que tu as reçu, sois en fier.

    Bien sûr, qu'il en est fier. Même s'il avait trouvé bizarre que Chayton en ait déjà de toute prêtes à lui offrir, il n'en était pas moins honoré. Il y avait vu un signe que l'indien attendait l'unique occasion de les offrir à son cheval, lorsque celui-ci accepterait sa présence. Cela l'avait d'autant plus honoré de savoir qu'il était, quelque part, attendu. Un sourire naît malgré lui sur ses lèvres, faisant écho à celui de Berceuse Pastel.

    - Bien sûr, je suis très honoré de ce magnifique présent, Berceuse Pastel. D'autant plus que Chayton avait l'air de m'attendre, quand je l'ai vu au bord de la rivière. J'en suis très touché, même si j'éprouve toujours quelque appréhension quant à la relation qu'entretient un cheval avec son indien. J'ai peur de ne pas être à la hauteur de ses attentes, je crois.

    Le yearling hausse légèrement les épaules. Il n'a pas vraiment envie qu'on lui apprenne quoi que ce soit sur ce point-là ; je crois qu'il préfère le découvrir seul. Il change donc aussitôt de sujet, revenant à la principale question de cette discussion :

    - Quant au fait de devenir chef... Je trouve toujours cela aussi insensé, mais je l'envisage d'un oeil plus optimiste. Je me suis rendu compte que nous avons plus en commun que ce que je croyais, car si j'avais été à ta place, je n'aurais pas non plus laissé mon successeur à la merci de ses appréhensions. C'est d'ailleurs la principale qualité pour laquelle je t'admire, Berceuse Pastel, tu es toujours là pour les autres, peu importe ta santé. Peut-être serais-je capable de faire aussi bien que toi sur ce point, mais il en reste beaucoup d'autres qui me font encore douter de mes capacités à endosser le rôle de Chef. La jeune courbe légèrement l'encolure, pensif. Ajoute après une pause : J'imagine cependant que si tu restes à mes côtés, je peux apprendre, et je n'ai donc guère de souci à me faire ; tu feras de moi un bon chef. Et sache que je te suis déjà très reconnaissant de prendre le temps de me parler et me soutenir, Berceuse Pastel. Merci pour tout.

    D'un signe de tête, il la remercie avec respect. Il est sincère, il sait qu'il peut apprendre et qu'il aura le meilleur enseignant possible. En fait, il a seulement peur de ne pas être à la hauteur des attentes qu'on a de lui. Il ne veut pas les décevoir. Alors il fera tout pour réussir... Pas vrai ?



Paroles de Zaldae en #86573C
Base du codage by © klyps Modifications by © lea-angels




Poulain & Yearling:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 801
Points d'Experience : 130
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 20

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: The Ascent of the Falcon brings Everyone in its Wake ▬ Berceuse Pastel    Dim 2 Avr - 17:36

Berceuse écoutait avec beaucoup d'attention son cadet, les oreilles bien tournées vers lui:

"Bien sûr, je suis très honoré de ce magnifique présent, Berceuse Pastel. D'autant plus que Chayton avait l'air de m'attendre, quand je l'ai vu au bord de la rivière. J'en suis très touché, même si j'éprouve toujours quelque appréhension quant à la relation qu'entretient un cheval avec son indien. J'ai peur de ne pas être à la hauteur de ses attentes, je crois. Quant au fait de devenir chef... Je trouve toujours cela aussi insensé, mais je l'envisage d'un oeil plus optimiste. Je me suis rendu compte que nous avons plus en commun que ce que je croyais, car si j'avais été à ta place, je n'aurais pas non plus laissé mon successeur à la merci de ses appréhensions. C'est d'ailleurs la principale qualité pour laquelle je t'admire, Berceuse Pastel, tu es toujours là pour les autres, peu importe ta santé. Peut-être serais-je capable de faire aussi bien que toi sur ce point, mais il en reste beaucoup d'autres qui me font encore douter de mes capacités à endosser le rôle de Chef. J'imagine cependant que si tu restes à mes côtés, je peux apprendre, et je n'ai donc guère de souci à me faire ; tu feras de moi un bon chef. Et sache que je te suis déjà très reconnaissant de prendre le temps de me parler et me soutenir, Berceuse Pastel. Merci pour tout."

Il en avait des choses à dire ce jeune animal. Berceuse baisse respectueusement la tête devant lui lorsqu'il la remercie de son geste en lui assurant qu'il n'a pas besoin de le faire et qu'il est tout à fait normal qu'elle l'aide: c'est son rôle.

"Un bon chef se caractéristique par différents aspects: pour certains, ce sera la force, pour d'autres l'esprit ou encore la générosité. Tu finiras bien par trouver sans mon aide dans quel domaine tu excelles et ce sera cette capacité qui fera de toi un bon chef. En attendant, il faut savoir ce que l'on attend de toi. Chayton est venu vers toi, il t'a offert ce cadeau; en retours, offre lui ta confiance et soutiens le à chaque fois que la décision est juste, même si personne n'est d'accord avec lui. Il faut toujours penser pour les autres d'abord, que tu te demandes ce qui est bon pour le Clan et ce qui ne l'est pas. Si tu parviens à faire cette distinction du bien et du mal, tu seras un bon chef. Le temps t'apprendras, tout comme tes erreurs car tu en feras. Il t'arrivera de douter, de te remettre en question beaucoup plus que ce que tu ne devrais, et peut-être même de vouloir abandonner. Tu seras ton pire ennemi car tu es de ceux qui sont à l'écoute des autres: il te faudra donc apprendre à faire la part des choses et ce sera le plus compliqué."

Berceuse avait marqué une pause: Amarok s'était approché. Il avait caressé sa jument et avait appliqué sur son dos fragile une espèce de pommade qui sentait fort mais qui soulageait la douce. Puis il avait contemplé le yearling et lui avait tendu la main au niveau du museau pour faire connaissance. Il n'était pas resté bien plus longtemps et était partit en souriant, heureux de voir que Berceuse avait trouv une compagnie plus jeune pour lui changer les idées.

"Connais-tu les terres du clan comme ta poche Zaldae ? Il faut que tu puisses te réperer sur notre territoire dans n'importe quelles circonstances. Il faudra également, lorsque tu grandiras et que Chayton te demanderas de l'emmener partout sur ton dos, que tu te souviennes des endroits où tu te rends. Cela viendra avec le temps, mais pour commencer il faut connaître nos terres."

Elle leva le nez vers le ciel: rien n'indiquait qu'il ferait mauvais, juste frais.

"J'ai très envie de sortir du camps, veux-tu venir avec moi ?"


mp si tu veux plus :heart:



Merci Shoah :heart:
Berceuse:
 
DC: Grondelierre, April, River & Tango
R
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zaldae
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 62
Points d'Experience : 14
Date d'inscription : 30/06/2016
Joue également : Kinley, Pandora, Zaltana, Narcisse, Aeshma

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: The Ascent of the Falcon brings Everyone in its Wake ▬ Berceuse Pastel    Mar 18 Juil - 15:24


The Ascent of the Falcon

brings Everyone in its Wake




Resolutions and...


    À ses remerciements, Berceuse Pastel baisse respectueusement la tête, lui assurant qu'il n'a pas besoin de le faire. Mais peu importe au Yearling, il lui en est tout de même reconnaissant et il tenait à le lui faire savoir. Elle reprend ensuite, sous l'oreille attentive du taupe :

    - Un bon chef se caractérise par différents aspects: pour certains, ce sera la force, pour d'autres l'esprit ou encore la générosité. Tu finiras bien par trouver sans mon aide dans quel domaine tu excelles et ce sera cette capacité qui fera de toi un bon chef. En attendant, il faut savoir ce que l'on attend de toi. Chayton est venu vers toi, il t'a offert ce cadeau; en retours, offre lui ta confiance et soutiens le à chaque fois que la décision est juste, même si personne n'est d'accord avec lui. Il faut toujours penser pour les autres d'abord, que tu te demandes ce qui est bon pour le Clan et ce qui ne l'est pas. Si tu parviens à faire cette distinction du bien et du mal, tu seras un bon chef. Le temps t'apprendras, tout comme tes erreurs car tu en feras. Il t'arrivera de douter, de te remettre en question beaucoup plus que ce que tu ne devrais, et peut-être même de vouloir abandonner. Tu seras ton pire ennemi car tu es de ceux qui sont à l'écoute des autres: il te faudra donc apprendre à faire la part des choses et ce sera le plus compliqué.

    Zaldae hoche la tête, pour signifier qu'il a bien compris. Il reste pensif, ressassant ses paroles pour bien les inscrire dans sa mémoire. Pendant ce temps, Amarok s'était approché et était venu enduire le dos de la doyenne d'une pommade odorante après quelques caresses. Puis il avait tendu la main vers le yearling qui esquissa un mouvement de recul, pas encore très à l'aise, avant de renifler doucement la main qui lui était présentée. Cependant, il n'insista pas plus et se détourna, souriant. Visiblement, il était heureux de voir sa jument côtoyer la jeunesse.

    - Connais-tu les terres du clan comme ta poche Zaldae ? Il faut que tu puisses te repérer sur notre territoire dans n'importe quelles circonstances. Il faudra également, lorsque tu grandiras et que Chayton te demanderas de l'emmener partout sur ton dos, que tu te souviennes des endroits où tu te rends. Cela viendra avec le temps, mais pour commencer il faut connaître nos terres.

    Il hocha la tête, tandis qu'elle levait les naseaux vers le ciel, s'apprêtant à répondre.

    - J'ai très envie de sortir du camps, veux-tu venir avec moi ?

    Bien entendu, il la suivrait. Après tout, il avait également besoin de changer un peu d'air.

    - Oui, avec plaisir !

    Lorsque la doyenne se mit en mouvement, il se cala sur son allure avant d'entreprendre de lui répondre, pensif. Ils zigzaguèrent entre les tipis, lentement, sous l'oeil pensif du yearling, puis, lorsqu'il abandonnèrent les derniers derrière eux, il entama doucement :

    - Je ne me suis jamais éloigné du camp avant mon sevrage, je savais que ma mère en aurait été folle d'inquiétude, cependant, depuis, j'ai traversé toutes les terres indiennes de long en large en travers... Je ne suis par contre pas encore beaucoup sorti de nos terres.

    Il avoue doucement, baissant légèrement les yeux au sol. À présent, il se rendait compte que son souci pour sa mère l'avait déjà piégé une fois, et cela appuyait donc les propos de la doyenne : il serait son pire ennemi en voulant contenter tout un chacun...

    - Quant au reste, je ferai bien entendu tout mon possible pour choisir toujours le meilleur pour le Clan, et je soutiendrai Chayton comme il se doit. Je suis jeune et encore maladroit, mais il n'est pas meilleur professeur que l'expérience, il me semble. Ça viendra avec le temps...

    Encore une fois, Zaldae semblait tout à coup bien confiant... pour se rappeler la seconde d'après à quel point il était jeune et ignorant. Il était normal qu'il doute, après tout... non ?


[ Mille pardons pour le retard D: ]
Paroles de Zaldae en #86573C
Base du codage by © klyps Modifications by © lea-angels




Poulain & Yearling:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 801
Points d'Experience : 130
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 20

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: The Ascent of the Falcon brings Everyone in its Wake ▬ Berceuse Pastel    Sam 12 Aoû - 11:42

Le jeune successeur avait volontiers accepté la requêtes de Berceuse et ils étaient sortis de l'enceinte du campement. Toutes les tensions musculaires de la Douce se déliaient en marchant elle s'était même ébrouée de contentement.

"Je ne me suis jamais éloigné du camp avant mon sevrage, je savais que ma mère en aurait été folle d'inquiétude, cependant, depuis, j'ai traversé toutes les terres indiennes de long en large en travers... Je ne suis par contre pas encore beaucoup sorti de nos terres.", lui dit-il d'un air dépité, avant d'achever sur un ton qui se voulait beaucoup plus confiant, "Quant au reste, je ferai bien entendu tout mon possible pour choisir toujours le meilleur pour le Clan, et je soutiendrai Chayton comme il se doit. Je suis jeune et encore maladroit, mais il n'est pas meilleur professeur que l'expérience, il me semble. Ça viendra avec le temps..."

Berceuse avait hoché de la tête d'un air entendu, comme lorsqu'elle discutait avec les chevaux sages du camp: Zaldae avait tout à fait raison.

"Tu as compris le plus important, tu n'es pas précipité. Continue comme ça."

Au lieu de simplement décrire une grande courbe autours du campement, Berceuse avançait tout droit vers les terres sauvages. Zaldae n'avait jamais quitté le territoire Indien et même si elle préférait lui laisser faire ses propres découvertes, elle souhaitait lui montrer une toute petite partie du Cimarron elle-même, juste pour lui donner l'envie de connaître cet endroit si particulier.

"Connais-tu l'histoire de ces terres ? Connais-tu les noms de tous les chefs qui t'entourent ? Sais-tu qui sont nos amis et qui sont nos ennemis ?"

Elle marchait toujours, d'un pas de plus en plus sûr: hors du campement, sans les enfants d'hommes, les chiens loups et les tipis, les terres ne bougeaient pas et étaient toutes les mêmes.

"Il existe une très vieille histoire, à propos d'un étalon à la robe isabelle. Son nom était Spirit, il était un dominant très connu du Cimarron. Il est né sauvage, puis a rencontré des marchands de chevaux qui l'ont vendu à l'une des premières garnisons du fort avant de connaître notre clan. Il a lié une forte amitié avec Petit Nuage et lorsqu'il est retourné auprès de sa harde, il a emporté avec lui River, une jument Indienne. Il n'y a plus beaucoup de chevaux qui racontent cette histoire, et c'est bien dommage. Nous vivons dans des terres où règne un équilibre entre les hommes et les bêtes, nous. Un équilibre qui confronte la vie Sauvage et ce qu'ils nomment la Civilisation. Tu seras l'étalon du chef d'un clan qui sais écouter la Nature. Personne n'aurait été plus indiqué que toi pour devenir notre dominant."

Berceuse lui avait souris, avant de trotter doucement.

"Suis moi ! Je ne doute pas que tu n'auras aucun mal à le faire."

La douce grise avait alors pris le galop. Étrangement, ses foulées se faisaient souples et déliées: plus rien à voir avec la pauvre jument écrasée par des malheurs beaucoup trop grands pour une toute petite monture d'humains. Le mouvement lui faisait du bien et lui déliait le dos. Pour la première fois depuis longtemps, elle réussit même à lever bien haut son encolure et l'espace d'un instant, elle n'avait plus rien à voir avec l'épave qu'elle était devenue, pendant un tout petit moment volé au temps, Berceuse avait retrouvé sa gloire passée, sa prestance souveraine qui avait fait d'elle ce qu'elle était.

Elle avait ainsi galopé jusqu'à l'endroit où se rencontraient les territoires de Ciel, des Cow-boys et de leur clan. Arrivée ici, elle s'était arrêté, légèrement essouflée.

"Je ne suis plus ce que j'étais visiblement, mais ce n'est rien. Sais-tu où nous sommes et à qui appartiennent ces terres ?"

Des questions, encore et toujours. Il fallait les lui poser. Il fallait lui apprendre. Il ne le savait pas encore, mais il serait un grand chef.

(j'espère que ça te plait ! J'ai tout rédigé depuis une tablette, je n'ai pas fais de mise en page du coup...)



Merci Shoah :heart:
Berceuse:
 
DC: Grondelierre, April, River & Tango
R
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zaldae
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 62
Points d'Experience : 14
Date d'inscription : 30/06/2016
Joue également : Kinley, Pandora, Zaltana, Narcisse, Aeshma

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: The Ascent of the Falcon brings Everyone in its Wake ▬ Berceuse Pastel    Sam 12 Aoû - 17:57


The Ascent of the Falcon

brings Everyone in its Wake




We expect to do well.


    Aux paroles du jeune, la Doyenne hoche la tête d'un air entendu avant de conclure :

    - Tu as compris le plus important, tu n'es pas précipité. Continue comme ça.

    Un petit sourire naquit aux commissures des lèvres du Taupe, fier de ce petit compliment discret. Il était donc sur la bonne voie et ça lui mettait du baume au coeur. Pour la première fois, il envisageait ces nouvelles responsabilités que Chayton avait mis sur ses frêles épaules d'un oeil plus confiant.

    - Connais-tu l'histoire de ces terres ? Connais-tu les noms de tous les chefs qui t'entourent ? Sais-tu qui sont nos amis et qui sont nos ennemis ?

    Berceuse Pastel marchait droit, d'un pas rapide et franc. Elle n'hésitait plus, elle se contentait d'avancer, s'éloignant du campement sans détour. Elle avait l'air plus à l'aise ici, mais Zaldae avait deviné qu'elle était si tendue entre les tipis de peur de piétiner accidentellement un petit indien ou un chien loup. Légèrement distrait, il secoue la tête. Non, il ne connaissait rien de tout cela. Enfin, il savait vaguement que les indiens et les cowboys n'étaient pas très amis mais... il avait toujours trouvé un peu de soutien auprès de certains de leurs chevaux lorsqu'il était poulain... ! Est-ce que cela changerait, désormais ? Est-ce que, s'il la revoyait, Hel lui vouerait une haine sans borne, à présent qu'il était futur Chef ? Et Severus ? Le jeune perd tout à coup de sa joie de vivre. Il n'aimait pas cette idée. À petits pas soudain bien maladroits, il accompagne la doyenne, priant pour que cela n'arrive pas.

    - Il existe une très vieille histoire, à propos d'un étalon à la robe isabelle. Zaldae se fait violence pour écouter et chasser ses pensées. Son nom était Spirit, il était un dominant très connu du Cimarron. Il est né sauvage, puis a rencontré des marchands de chevaux qui l'ont vendu à l'une des premières garnisons du fort avant de connaître notre clan. Il a lié une forte amitié avec Petit Nuage et lorsqu'il est retourné auprès de sa harde, il a emporté avec lui River, une jument Indienne. Il n'y a plus beaucoup de chevaux qui racontent cette histoire, et c'est bien dommage. Nous vivons dans des terres où règne un équilibre entre les hommes et les bêtes, nous. Un équilibre qui confronte la vie Sauvage et ce qu'ils nomment la Civilisation. Tu seras l'étalon du chef d'un clan qui sais écouter la Nature. Personne n'aurait été plus indiqué que toi pour devenir notre dominant.

    Cette dernière phrase lui semblait déplacée. Quel rapport avec cette histoire ? En quoi était-il plus indiqué qu'un autre ? Il reste pensif, sans répondre. Berceuse Pastel lui sourit, s'élance au trot, il ne comprend la suite qu'à demi :

    - Suis moi ! Je ne doute pas que tu n'auras aucun mal à le faire.

    Elle s'élance au galop, Zaldae marque un temps de surprise. ...Quoi ?

    Par réflexe plus que parce qu'il l'écoutait, il s'élance dans son sillage. Les foulées de la Grise sont incroyablement souples, aisées. L'espace d'une seconde, il doute que ce soit la même jument. Son encolure fièrement relevée, sa crinière au vent, la doyenne a tout de la Cheffe puissante qu'elle fut sans doute autrefois. Même si Zaldae ne l'avait jamais connue plus jeune, il imaginait désormais sans peine ce que ce fut. Belle, fière, elle se dressait aux côté d'Amarok auprès du Clan et soutenait les chevaux... ! L'espace d'un instant, il oublie que cette place sera désormais sienne. Que ces tâches seront désormais celles de Chayton... et lui.

    - Je ne suis plus ce que j'étais visiblement, mais ce n'est rien. Légèrement essoufflée, elle s'était arrêtée aux limites du territoire indien. Ici, de multiples odeurs se mêlaient. Zaldae inspira profondément, curieux. Il reconnut l'odeur des cowboys qu'il avait déjà identifiée par deux fois avec Hel et Severus. Mais l'autre lui était inconnue. Sais-tu où nous sommes et à qui appartiennent ces terres ?

    Lentement, Zaldae hocha légèrement la tête, pensif. À gauche, les cowboys. Mais à droite ? Il avait entendu parler des voleurs et des deux hardes, mais le premier lui semblait improbable car aucune odeur humaine ne se mêlait à celles des équidés. Donc, ce devait être une harde. Zaldae s'y risqua :

    - C'est la fin du territoire des indiens. À gauche, si je ne m'abuse, ce doit être celui des cowboys. Je reconnais leur odeur mêlée à celles de leurs armes et du lourd équipement dont ils écrasent leurs montures. Quant à ce côté-là... Zaldae marque une pause en observant la droite, essayant de deviner s'il avait vu juste. Je pense qu'une harde de chevaux sauvages y vit. Hélas je n'en sais guère plus à leur sujet...

    Il termine sa phrase timidement, bien que, il le savait, son ignorance n'était que justifiée. Il lui fallait apprendre à marcher avant de galoper et si personne ne se donnait la peine de l'épauler, il tomberait plus d'une fois. Après le départ de Black Beauty, peu avant son sevrage, Zaldae s'était retrouvé seul pour découvrir le reste de la vie. Il avait beaucoup appris de ses rencontres, hélas, cela n'équivaudrait jamais à l'éducation qu'il aurait pu recevoir de sa mère. Mais la mort du cavalier de celle-ci l'avait dévastée, il l'avait bien vu. Hélas, comment pardonner une mère absente qui laissait son fils seul et désarmé face à la vie... ? Il n'était pas bien sûr de cela. Malgré tout son grand coeur et son empathie, il avait un peu de peine. Et de la peine pour lui-même. Pour ces instants que lui avait volé ce départ prématuré...


[ Mon dieu ta dernière phrase m'a foutu la larme à l'oeil x'D Zald, grand chef :'3 ]
Paroles de Zaldae en #86573C
Base du codage by © klyps Modifications by © lea-angels




Poulain & Yearling:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 801
Points d'Experience : 130
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 20

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: The Ascent of the Falcon brings Everyone in its Wake ▬ Berceuse Pastel    Mer 16 Aoû - 21:16

Zaldae s'était arrêté avec elle. La douce reprenait son souffle pendant qu'il examinait les alentours. Il avait identifié le territoire des cow-boys et il avait émis l'hypothèse que les plaines sauvages étaient celles d'une harde. Berceuse lui laisse quelques instants, car il semble perdu dans ses pensées, puis elle lui répond.

"Oui, tu as bien deviné. Par là-bas, il y a le nouveau fort, totalement reconstruit. De ce côté vit la harde de Ciel Étoilé. Je ne sais pas si il les a rejoint, les Voleurs l'ont capturés il y a quelques temps et je n'ai pas encore pu me rendre sur ses terres. C'est un ami, je lui dois ma vie. Quand je suis arrivée dans le Cimarron, j'étais délirante de fièvre et perdue. Il m'a trouvée et m'a mené au Clan."

Un frisson sans pareil avait secoué son échine. Sans lui, Berceuse était morte. Parfois dans ses cauchemars, elle revoyait son ancien clan être décimé par la maladie, elle revoyait Lynx, le frère de Loup, mourir dans d'atroces convulsions. On ne racontait pas cette histoire ici. Très peu d'anciens connaissaient les origines de Berceuse. La douce grise s'était tournée vers d'autres terres sauvages:

"Là-bas, si tu continues dans cette direction, se trouve le territoire de Noctis et de sa harde. C'est un ami lui aussi et mon cousin vit parmi les siens. Ciel et Noctis sont deux étalons à la robe noire et ornée de diverses marques, que je ne saurais te décrire. Mais lorsque tu les verras, tu les reconnaîtra. D'ailleurs, le jour où tu seras Chef, passe leur le bonjour de ma part. Je ne serais plus en état de quitter le campement je pense."

Sa vue déclinait beaucoup trop, son dos et ses jambes lui faisaient beaucoup trop mal. Berceuse savait qu'elle ne s'aventurerait plus jamais hors des terres indiennes. Continuant son exposé, elle s'était ensuite tournée vers un autre territoire, au confin des terres de la cavalerie.

"Enfin, je dois te parler des Voleurs. Leur repère se trouve par là. Ils avaient un chef, Vlaëd et sa jument Toxic, une géante à la robe crème. De ce que j'ai entendu, il a été chassé et un autre a pris sa place. Je ne te demanderais qu'une seule chose, Zaldae: ne les approche jamais. Fuis-les. Tant que tu n'es pas chef et que tu n'es pas encore adulte, sauve toi dès que tu les vois. Ils sont mauvais. Ils sont une menace pour le clan. Amarock a réussi à passer un accord avec eux, mais je ne leur fait pas confiance. Ils essaieront de voler les chevaux du clan. De nous ruiner. Méfie toi toujours d'eux, c'est un ordre et non pas un conseil."

Le visage de Berceuse était dur. Elle ne faisait pas confiance aux voleurs, elle ne leur ferait jamais confiance. Elle se souvenait encore de la jument noire comme la nuit, dont les autres lui avaient dit qu'elle avait des yeux rouges cerclés de noir. Une jument du diable, qu'elle avait craint. Zaldae devait être conscient des dangers du Cimarron.



Merci Shoah :heart:
Berceuse:
 
DC: Grondelierre, April, River & Tango
R
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zaldae
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 62
Points d'Experience : 14
Date d'inscription : 30/06/2016
Joue également : Kinley, Pandora, Zaltana, Narcisse, Aeshma

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: The Ascent of the Falcon brings Everyone in its Wake ▬ Berceuse Pastel    Sam 19 Aoû - 18:21


The Ascent of the Falcon

brings Everyone in its Wake




But we are...


    - Oui, tu as bien deviné. Par là-bas, il y a le nouveau fort, totalement reconstruit. De ce côté vit la harde de Ciel Étoilé. Je ne sais pas si il les a rejoint, les Voleurs l'ont capturés il y a quelques temps et je n'ai pas encore pu me rendre sur ses terres. C'est un ami, je lui dois ma vie. Quand je suis arrivée dans le Cimarron, j'étais délirante de fièvre et perdue. Il m'a trouvée et m'a mené au Clan.

    Zaldae hocha doucement la tête, sans mot dire. Il attendit patiemment qu'elle continue, se tournant vers d'autres terres :

    - Là-bas, si tu continues dans cette direction, se trouve le territoire de Noctis et de sa harde. C'est un ami lui aussi et mon cousin vit parmi les siens. Ciel et Noctis sont deux étalons à la robe noire et ornée de diverses marques, que je ne saurais te décrire. Mais lorsque tu les verras, tu les reconnaîtra. D'ailleurs, le jour où tu seras Chef, passe leur le bonjour de ma part. Je ne serais plus en état de quitter le campement je pense.

    Zaldae fit la grimace. Il n'aimait pas entendre cela, même si c'était sans doute vrai. Il aurait aimé lui promettre que tout irait bien, qu'elle marcherait encore comme si elle avait 5 ans, qu'elle galoperait encore dans les prairies comme un poulain... mais il ne pouvait pas. Il ne pouvait que hocher la tête, acquiescer et accepter. Il ne pouvait rien faire contre la décadence de la doyenne. Et il ne pourrait jamais rien faire contre aucune décadence malheureusement. Plus vite il l'accepterai, mieux il se porterait.

    - Enfin, je dois te parler des Voleurs. Leur repère se trouve par là. Ils avaient un chef, Vlaëd et sa jument Toxic, une géante à la robe crème. De ce que j'ai entendu, il a été chassé et un autre a pris sa place. Je ne te demanderais qu'une seule chose, Zaldae: ne les approche jamais. Fuis-les. Tant que tu n'es pas chef et que tu n'es pas encore adulte, sauve toi dès que tu les vois. Ils sont mauvais. Ils sont une menace pour le clan. Amarock a réussi à passer un accord avec eux, mais je ne leur fait pas confiance. Ils essaieront de voler les chevaux du clan. De nous ruiner. Méfie toi toujours d'eux, c'est un ordre et non pas un conseil.

    Le visage de Berceuse Pastel était dur. Ces mots, acérés. Ils ne laissaient pas place au doute chez le jeune taupe : il devait s'en méfier comme de la peste. De plus, elle avait même réussi à faire courir un frisson le long de la colonne vertébrale du jeune entier. Il n'aimait vraiment pas cela.

    - Ne t'inquiète pas, je ferai attention. Et je te promets de passer ton bonjour aux deux étalons si je les croise.

    C'était une promesse sincère à la Zaldae : c'est à dire qu'elle serait éternelle. Aussi longtemps qu'il vivra, il s'en rappellera. D'un profond hochement de tête, il signe sa promesse solennellement, puis se redresse et continue :

    - Je ferai toujours de mon mieux pour protéger le Clan, Berceuse Pastel. Je suis gentil, pas naïf : je saurai me montrer dur et froid envers l'ennemi s'il le faut. J'apprendrai, du moins. Ne t'en fais pas, je conserve tes mise-en-garde bien en tête.

    Il lui offre un sourire rassurant. Mais au fond, il n'était lui-même, tout-à-coup, que très stressé. Et s'il commettait une erreur... ?


Paroles de Zaldae en #86573C
Base du codage by © klyps Modifications by © lea-angels




Poulain & Yearling:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

The Ascent of the Falcon brings Everyone in its Wake ▬ Berceuse Pastel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» the falcon squad
» Falcon, le cheval fougueux
» LES CITYZENS : Triumph without peril brings no glory.
» Rapport de Bataille table #3 en cours
» Falcon D Azran [en cours]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spirit RPG :: TERRES DES INDIENS :: Le Camp :: Le Totem-