RSS
RSS

AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Severus - Ne me touche pas, ne m'approche pas, n'essaie même pas de me regarder !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Severus
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 229
Points d'Experience : 239
Date d'inscription : 13/07/2016
Joue également : Black Jack, Hel, Tora, Cheveyo

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Severus - Ne me touche pas, ne m'approche pas, n'essaie même pas de me regarder !   Mer 13 Juil - 16:29





Severus, le démon noir

« Je vous rendrais fier de moi, père, j’en fais le serment devant Dieu !»




— Carte d'identité.
Prénom :
Severus
âge :
12 ans, c’est un vieux pépère :p
origine :
Russie
famille :
Moscou : sa mère (décédée) Chernyy : son père (décédé), nombreux frères et sœurs qu’il ne connaît pas
genre :
Étalon
génétique :
Frison pur race
groupe :
Cow-boy
grade :
Étalon reproducteur (mais si jamais par hasard la place de cheval du vétérinaire se libère je saute dessus dans la seconde xD )

— Personnalité.
Tu es un personnage énigmatique Severus. Par où commencer pour te décrire correctement …

— Sévère, comme le dit ton nom, tu es un animal qui laisse rarement une seconde chance. Pour toi tout à intérêt à être en ordre car tu n’auras pas la langue dans ta poche si jamais un de tes camarades sort des rangs.

— Digne, tu as en toi la prestance d’un noble, ta vie t’a enseigné à te comporter à la hauteur de ta position. Tu te crois supérieur, et tu as bien raison, ces jeunes n’ont pas vécu comme toi, ils ont encore tant de choses à découvrir dans la vie.

— Distant, tu n’aimes pas te frotter à la cohue du camp cow-boy. Préférant rester dans ton enclos, isolé du reste du monde, tu évites de te mélanger à tes semblables lorsque cela t’est possible.

— Père, cela peut sembler étonnant, mais malgré tous tes défauts tu es un père bienveillant. Même si tu n’es proche des juments, tes poulains pourront toujours obtenir de toi l’attention qu’il leur faut pour s’épanouir. Tout comme ton père avant toi, tu veux leur enseigner toutes les compétences nécessaires afin d’être des chevaux exceptionnels. Par contre, ceux qui ne savent pas se tenir risque de se faire tirer les oreilles attention !

— Paradoxal, alors que tu fais preuve de temps de sévérité vis à vis des autres, tu n’en demeure pas moins un être compréhensif qui sait écouter d’une oreille attentive ceux qui en ont besoin. Quelque part au fond de ton cœur reste encore un peu de la douceur de ta mère Moscou, elle a su t’enseigner l’amour contre la volonté de Chernyy.

— Fidèle, Reya ta cavalière t’a sauvé, tu sais que tu lui dois la vie. Pour cette raison tu l’accompagneras jusqu’à la fin de son voyage, jusqu’à ce que cette dernière t’abandonne.


    — Histoire.

Tu es né loin d’ici, très loin du désert où tu passes ta vie actuellement. Cette terre natale qui est tienne, c’est la Grande Russie. C’était un jour froid comme les autres, peut-être un peu plus clément que d’habitude lorsque tu as pointé le bout de ton nez dans ce monde merveilleux. Ta mère t’a couvé d’un regard bienveillant tandis que tu ouvrais les yeux dans la paille sèche. Elle s’empressa de te lécher fougueusement pour te réchauffer. Moscou était une mère très douce, très tendre envers toi. Elle a su te transmettre tout cet amour, celui qui te rend aujourd’hui un père attentif. Tu tentais désespérément de te mettre sur tes pattes, et c’est après quelques essaies infructueux que tu te leva fièrement. Déjà à cette époque tu présentais les qualités d’un combattant.

« Kan, mon fils, un noble destin s’offre à toi. »

Murmura-t-elle alors que toi, insouciant poulain que tu étais, encore ignorant de ce que signifie le mot futur, tu tétais goulument à ses mamelles.

Tu passas tes premiers mois dans cette écurie chaleureuse aux côtés de ta mère. C’est une époque qui est à présent très loin dans ton esprit, te souviens-tu seulement de ce que veut dire le mot « tendresse » ? Ce petit paradis où le lait coulait à flot, et chaque geste de ta génitrice respirait l’amour, de beaux souvenirs envolés … Tu posais souvent des questions au sujet de ton père, Moscou te regardait très sérieusement, elle en éludait la plupart, jusqu’à ce que tu comprennes son manège et l’oblige à te répondre. Plus elle parlait de Chernyy, plus l’étincelle brillait au fond de tes yeux noirs. Ton père était l’un des plus grands héros de guerre ! Un jour tu marcherais sur ses traces, car oui, ton père t’attendait pour t’enseigner toutes les compétences nécessaires à un bon cheval de guerre. Cette image idéalisée que tu te faisais de lui déplaisait à Moscou, elle craignait le pire de ta rencontre avec cet étalon. Il te briserait. Il te ferait du mal. Tu ne pourrais qu’en souffrir. Mais c’était inévitable : tu le rencontrerais un jour ou l’autre. Ta mère espérait te protéger le plus longtemps possible, toutefois rien n’est éternel, et ce jour fâcheux arriva, celui où on te retira td’elle. D’abord perdu et esseulé, tu ne sus que faire de ta petite personne. Seul dans ton enclos tu ne pouvais rien faire, c’est là que tu croisas son regard de fer. Dur. Froid. Sévère. Chernyy te regardait.

« C’est lui mon fils ? Cette misérable vermine ? »

Furent ses premiers mots à ton égard.
Ton sang se figea devant la lourdeur de ses paroles. Cet étalon faisait peur. Il était digne d’une créature des Enfers, sa robe semblait taillée dans les ténèbres, et sa carrure impressionnante ne donnait pas l’ombre d’un doute sur le fait qu’il aurait pu t’écraser avec seulement un sabot. Ton père. Ce grand étalon. Celui que tu avais tant rêver de rencontrer. En un instant tout ton petit être s’effondra. Tu ne serais plus jamais le même cheval, plus jamais ! L’étalon se détourna pour disparaître, et te revoilà seul. Aujourd’hui tu n’avais pas su te montrer à la hauteur, mais cela ne se reproduirait plus, dorénavant tu allais mettre tout en œuvre pour devenir le cheval que ton père voulait voir ! Tu deviendrais un guerrier puissant !

Ton débourrage se passa sans encombres, tu avais compris que ce travail était nécessaire pour progresser sur la voie que l’on avait choisi pour toi. A trois ans tu excellais déjà dans plusieurs domaines. Tu avais eu l’occasion de croiser ton père quelques fois, mais ce dernier n’avait jamais jeté un seul regard dans ta direction. Tu n’étais rien qui ne suscite son attention.

Á tes quatre ans, tu fus destiné à l’attelage. On avait besoin d’un animal puissant pour transporter des messages entre Moscou et Saint Petersburg, un trajet bien long qui prenait plusieurs jours. Tu étais parfait pour ce rôle. Lorsque tu faisais escale dans ces grandes villes on te réquisitionnait alors pour servir de cheval de traineau pour conduire les nobles et les aristocrates à leurs réceptions burlesques. On admirait la prestance dont tu faisais preuve, l’élégance de ta démarche. Tu étais toi-même un noble destrier.

Ce fut sur le coup de tes cinq, qu’enfin tu retrouvas celui qui t’avais entrainé sur ses pas : Chernyy ! La guerre s’annonçait, on avait alors besoin de chevaux puissants pour l’armée russe. Cela était tout naturel que leur dévolu se jette sur toi qui avait longuement servi de messager mais avait bien plus de potentiel. Tu étais après tout le fils du célèbre équidé surnommé Tyr par le bataillon où il se battait. Cheval de la guerre. Invincible soldat qui ne craint rien pas même la mort. Ce n’était pas le hasard si tu le recroisas à ce moment là, le fil rouge du destin avait décidé de vous réunir face à l’horreur de la guerre. Fier, tu n’étais encore qu’un jeune innocent lorsque tu fanfaronnais devant les autres, à dire que rien ne t’effrayait. Tu voulais que ton père te regarde pour une fois, avec admiration. Peut-être aurais-tu dû écouter ces pauvres peureux qui tremblaient à l’idée de retourner sur le champ de bataille.

Tu te souviendras toujours de ta première charge. Le bruit. Les cris. La douleur. La peur. L’euphorie. La folie. Tant d’émotion impossible à décrire à ceux qui n’ont pas vécu la guerre. Un cadavre pesait lourd sur ton dos. Tu pataugeais au milieu des victimes. Et ton regard apeuré le vit. Debout. Droit comme toujours. De marbre face au chaos. Chernyy te regardait enfin ! Il s’avança vers toi et t’observa de longue minute dans le silence de mort qui suivait cet assaut mortel.

« N’aie pas peur mon fils. La mort est bien moins effrayante que la vie. »

Tu te souviendras toujours de ces paroles. Trop affolé pour comprendre, tu ravalas tout de même ta peur devant lui. Chernyy était impassible, et devant tant d’inflexibilité, tu te sentais ridicule à trembler de tes quatre membres. Une fois encore tu te pris une gifle dans la figure, cela te transforma d’avantage en le cheval impitoyable que tu es de nos jours.

Après cela, vous avez enchainé les combats toi et ton père. Plusieurs mois. La fatigue aurait pu te gagner si tu n’étais pas aussi exigeant de toi-même, pas une fois tu ne flanchas, malheureusement cela ne suffit pas. Un jour tu finis capturé par tes adversaires. Ce ne fut pas une mince affaire pour eux de te prendre, cependant il fallait bien t’y résoudre, il n’y avait plus de retour en arrière possible. Ton destin bascula ! Tu passas de main en main jusqu’à atterrir en Italie. Une famille paysanne avait besoin d’une bête pour tracter la charrue. Tu passas tes journées au champ à travailler, suant sang et eau pour subvenir aux besoins de la famille. Cela ne suffisait pas, c’était la déchéance. Ce désespoir est sûrement ce qui les poussa à immigrer à destination de l’Amérique, contrée fantastique, où les rêves deviennent réalité. Tu fus chargé dans un navire et balloté sur l’océan atlantique pendant des jours et des jours. Alors que tu perdais espoir de revoir un jour la terre ferme, on accosta au port et tu découvris un nouveau monde. Une terre qui respirait l’espoir. Malheureusement, toi dans ton cœur quelque chose c’était brisé il y avait bien longtemps, et la vie n’était plus aussi rose que le promettait les USA.

La réalité vous rattrape bien vite, et la famille italienne se trouva bien embêtée. Pas assez de travail pour tous les immigrés. Problèmes de mixité sociale. Racisme. Il n’y eut d’autre alternative que de vendre Giovani, alias Kan, à un cirque itinérant qui passait par là dans l’espoir d’amasser assez d’argent pour survivre jusqu’à de jours meilleurs. Une nouvelle étape de ta vie commença alors. Tu y trouvais ta place comme en Russie à tirer de lourde charge, des roulottes, des cargaisons, toute tâche qui nécessitait de la force brute t’était destinée. Tu avais vieilli, tu avais huit bonnes années à présent. Et alors que tu aurais simplement dû commencer à t’assagir, toi tu avais déjà le recul d’un vieillard. La guerre ça vous change un homme, mais un cheval aussi. Tu travaillas dur pour ces gens qui t’exploitaient sans aucune gratitude. Pas une fois tu ne leur montras les dents alors qu’ils ne te frappaient, pas une fois tu ne tapas du pied avec exaspération. Pas même le jour de l’accident. Il était l’heure de dresser le chapiteau, il ne restait qu’un jour avant le début des spectacles. On t’avait attelé à un cordage pour tirer la lourde toile jusqu’au sommet de la poutre. Tu ne sus ce qui se passait. Des cris. Des mouvements saccadés autour de toi. La prochaine chose dont tu fus conscient, furent tes antérieures blessées sur lesquelles tu n’arrivais plus à t’appuyer. Le chapiteau s’était effondré, et d’abord entrainé par le poids tu avais finalement été projeté plusieurs mètres plus loin en une fraction de seconde. Inutile de préciser que tu n’étais à présent plus qu’un fardeau. Ils ne te garderaient pas. Sans un regard en arrière la troupe t’abandonna sur un sentier à ton triste sort : la grande faucheuse n’avait plus qu’à te cueillir. Et toi pauvre étalon, à la place de t’apitoyer sur ton sors tu te demandais si ton père ne te trouverait pas misérable aujourd’hui encore.

Elle te retrouva là, agonisant. Reya, une jeune femme en étude vétérinaire. Elle ne pouvait te regarder mourir sans rien essayer. Après de long débat, elle convaincu son mari Leevi de t’accueillir dans leur ferme, tu rejoignis la famille pour être soigné. On te baptisa Severus, à cause de ton regard sévère. Tu fis sa rencontre à elle, Jaana, la petite fjord. Ta protégée. Tu l’as pris sous ton aile alors qu’elle était seule depuis si longtemps. Au fond de toi le souvenir de ta mère ressurgit, la douceur de ses gestes te revint et tu sus comment prendre soin de la petite ponette. Ce bonheur, tu le retrouvas tard dans ta vie, tu avais maintenant neuf ans, et tu te sentais de nouveau bien dans ta vie. Bien sûr, tu gardais tes humeurs, et cela Jaana l’espiègle l’avait compris, malgré tout elle parvenait à percer ta coquille. Toi l’impassible guerrier, ton cœur fondait devant son insouciance. Et alors que tu aurais pu être comme ton père, avec elle tu ne pouvais t’empêcher d’être bienveillant.

Chaque bonne chose à une fin. Tu étais à présent complétement guéri de tes blessures physiques. Reya aurait bientôt son concours vétérinaire ; vous étiez heureux tous ensemble dans votre havre de paix, mais ce fichu humain gâcha tout. Il débarqua dans l’étable, une bouteille à la main. Leevi t’observa puis Jaana, tour à tour. Son regard se porta longuement sur toi. Vous n’aviez jamais pu vous supporter. Tu voyais le mensonge en lui, la colère, l’hostilité de son regard. Traitre. Le mot que tu placardais sur le front de cet odieux personnage ! L’homme s’essuya le recoin des lèvres avant de se diriger vers toi, il empoigna ton licol avant de le tirer en avant.

« Vient ici foutu canasson ! »

Grogna-t-il tandis que tu te braquais, te campais fermement sur tes membres pour ne pas bouger d’un poil.

Face à cette réticence Leevi leva sa bouteille encore un quart pleine et ta la jeta dessus. Tu réagis avec tout autant de rage. Tes postérieures s’abattirent lourdement devant l’humain qui bouillonnait de colère comme en attestait son visage rendu rouge sous l’émotion. Et puis ce fut vers Jaana qu’il se tourna. Tu compris aussitôt ce qu’il voulait. Cet humain qui empestait l’alcool était sur le point de partir, il prendrait ta protégée et tu n’y pouvais rien. Tu essayas bien de la mettre en garde mais cette dernière ne remettrait pas en cause la volonté de son maître. Elle était trop jeune pour comprendre ce qui se passait, trop naïve pour penser qu’il leur voulait du mal. Et sans que tu ne puisses rien faire, Jaana disparut de ta vie. Reya rentra le lendemain de la ville, elle avait dû y rester la veille pour suivre une conférence pour ses études. Son chagrin et sa rage furent si puissants que même le cœur froid de l’étalon se serra. Le désespoir d’avoir perdu Jaana était aussi puissant chez toi, comme chez elle. Mais Reya était forte, bien plus forte que ne le croyait Leevi. Elle ne se laisserait pas abattre si facilement ! Il payerait pour ce qu’il avait osé lui faire. Cet homme qu’elle avait tant aimé lui avait brisé le cœur, et lui avait volé son adorable compagnon, elle lui ferait la peau !

Reya obtint son diplôme vétérinaire et suite à cela vous quittiez la ferme. Vous n’aviez plus envie d’y vivre après une telle tragédie. Il fallait que la jeune femme trouve du travail, et elle opta pour le camp cow-boy qui cherchait alors des nouvelles recrues, des gens prêts à se salir les mains. Reya n’en avait pas peur. Tu l’accompagnais, elle ne craignait rien. Et puis il fallait bien se résigner à de telle chose afin de pouvoir mettre la main sur celui qui l’avait trahi !

Ps: Pour ceux qui veulent compléter cette histoire déjà bien longue :p je vous invite à venir jeter un coup d'oeil à Jaana --> Ichi :3



    — Physique.

Tu as un physique impressionnant Severus ! Tu fais peur, grand étalon à la carrure solide. Jaana croyait que tu touchais le ciel, et elle avait presque raison, car ton garrot est bien plus haut que la majorité des équidés que tu rencontres, il y a bien quelques rares chevaux qui sont tes égaux, et plus rares encore ceux qui te dépassent. Ta musculature est puissante comme en témoigne les muscles saillants sous ta peau sombre, tu es fait pour porter de lourdes charges tout en étant confortable à monter sur de longues distances.
Quant à ta robe, qu’en dire … on croirait que les indiens t’ont peint un masque blanc sur ta robe noire comme la nuit. Tu portes le crâne du combattant sur ta figure, certains l’appelleront la marque du mal. Effrayant animal. Ton ventre, tes oreilles et l’intérieur de tes postérieures sont immaculés eux aussi, comme s’il restait encore un peu d’innocence en toi, cependant elle ne tardera pas à disparaître sous la noirceur de ta robe.
Tes crins sont encore longs car Reya refuse qu’on te les coupe, un étalon reproducteur n’a pas besoin d’être rasé de près, aussi la jeune femme te trouve bien plus élégant ainsi. Elle dit qu’il reste encore en toi de la liberté, celle de tes ancêtres. Tout comme ta robe, ils sont aussi noir corbeau, tu respires l’Enfer Severus.


    — Derrière l'écran.


comment le trouves-tu ? :
Toujours aussi bien :D
as-tu lu le règlement ? mets-en la preuve :
Quarter Horse x)
quels sont tes double-comptes si tu en as ? :
Back Jack, Hel
S'agit t'il de ta première expérience en RP ? :
Euh … nope :p

Base © _Viviie & darkpoison — Modification, ajout et ajustement © Arnumera
Droit d'utilisation exclusif à Spirit RPG, aucune modification ni redistribution n'est autorisé sans mon accord.




Blabla : darkslategray


Cadeau Secret Santa :3


Signature.s:
 


Cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galatée
Une fleur sauvage ...
avatar
Messages : 581
Points d'Experience : 360
Date d'inscription : 20/04/2012
Age : 17

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Severus - Ne me touche pas, ne m'approche pas, n'essaie même pas de me regarder !   Mer 13 Juil - 16:54

Reuh-welcome :3
S'il est tatalon reproducteur, je suppose qu'un jour il aura un gosse avec Taupie :D



- PF & DreamWorks -

Je n'ai jamais oublié :
 


DC d'Innocence, de Splash You et d'Orun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lukas
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 32
Points d'Experience : 13
Date d'inscription : 10/07/2016

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Severus - Ne me touche pas, ne m'approche pas, n'essaie même pas de me regarder !   Mer 13 Juil - 17:02


Re-bienvenue !

Un nouveau camarade heyy :yaah:
Au plaisir de te voir en RP !


L U K A S
© Cynblack, Dreamworks (Spirit)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiyana
 Je suis :
 Je suis :
avatar
Messages : 1169
Points d'Experience : 127
Date d'inscription : 25/06/2014
Age : 21
Localisation : In France ! ♫
Joue également : /

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Severus - Ne me touche pas, ne m'approche pas, n'essaie même pas de me regarder !   Mer 13 Juil - 18:04

    Aaarg ! Noo Déjà que je m'étais régalée à lire la présentation de Jaana, j'ai aussi dévoré celle là ! Wah

    Bref, encore un chouette loulou ! On te préviendra si une place se libère pour le cheval du vétérinaire ! :3

    Validé ! (N'oublies pas de créditer ton kit par contre)





Merci Asgard pour l'avatar et Charbon pour la signa' :heart:


Autres signatures:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Severus
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 229
Points d'Experience : 239
Date d'inscription : 13/07/2016
Joue également : Black Jack, Hel, Tora, Cheveyo

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Severus - Ne me touche pas, ne m'approche pas, n'essaie même pas de me regarder !   Mer 13 Juil - 22:19

Merci pour l'accueil une fois de plus :D

Possible PF, après ça reste à voir parce que j'ai des projets pour ce dada, beaucoup de projet xD Et il me semble que Utopie n'est pas encore chez les cow-boys …

Yes ! D'ailleurs j'ai très envie de RP avec toi Lukas, si jamais ça te tente avec Severus ^^ :D

Merchi Aya' :3 Ces personnages me trottent en tête depuis bien longtemps, j'attendais d'avoir mes points avec Hel pour l'inscrire :B Heureuse que leur histoire te plaise. Super, j'attends de vos nouvelles (sinon j'ai beaucoup de projets pour ce duo ^^)
Oui, je file les rajouter, je m'en suis rendue compte après m'être déconnecté ce ce compte … :x


Blabla : darkslategray


Cadeau Secret Santa :3


Signature.s:
 


Cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Satinka
In the end, we will remember. Not the words of our enemies, but the silence of our friends.
avatar
Messages : 56
Points d'Experience : 1
Date d'inscription : 27/10/2014
Localisation : ... Attend, tu es en train de me demander où est-ce que tu pourras me trouver oO ? Tu manques pas d'air toi xD ! Au fort pardi x) !

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Severus - Ne me touche pas, ne m'approche pas, n'essaie même pas de me regarder !   Jeu 14 Juil - 22:55

Re-bienvenue !

Super design, au plaisir de rp avec toi xD !




“The only sound is the battle cry”

kit & chara (c) Satinka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sakushi-world.forumactif.fr
Blaze
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 204
Points d'Experience : 166
Date d'inscription : 18/06/2016
Age : 19
Joue également : Maafa & RHCP

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Severus - Ne me touche pas, ne m'approche pas, n'essaie même pas de me regarder !   Ven 15 Juil - 22:01

Re-bienvenue !

J'ADORE TON DADOU ** Hâte de rp avec toi également... :3


Blaze
...


Un énorme merci à Oracle pour cette sexy attitude *-*
Autres:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Black Jack
 Je suis :
 Je suis :
avatar
Messages : 1111
Points d'Experience : 397
Date d'inscription : 28/10/2015
Age : 22
Localisation : Nul par et partout à la fois …
Joue également : Hel, Severus, Tora

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Severus - Ne me touche pas, ne m'approche pas, n'essaie même pas de me regarder !   Ven 15 Juil - 22:05

Merci à vous deux :3

Pour ce qui est de rp c'est quand vous voulez, moi je suis toujours partante lorsqu'il s'agit de faire bouger Severus ! :D Vous pouvez passer sur mon topic de Demande de RP :)



Dreamworks & Nightcore

https://www.youtube.com/watch?v=5ZtMHSOq50Q

Spoiler:
 


Présentation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Severus - Ne me touche pas, ne m'approche pas, n'essaie même pas de me regarder !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Severus - Ne me touche pas, ne m'approche pas, n'essaie même pas de me regarder !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Severus rogue, Le mangemort....
» Présentation de severus.rogue (alias rogue ^^)
» Une touche de déco
» Touche pas à ça malheureux !
» premièrement, ne touche pas à tes aiguilles.

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Spirit RPG :: PERSONNAGES :: Présentations :: Présentations Validées :: Cavalerie US-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet