RSS
RSS

AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La loi, c'est moi ­>.>

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Diesel
Cow-boy un jour,cow-boy toujours!
avatar
Messages : 380
Points d'Experience : 177
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 20
Localisation : dans mon box

MessageSujet: La loi, c'est moi ­>.>   Dim 15 Nov - 18:02


© Yamashita sur épicode

Le lieutenant, c'est moi.



Pv Shabet

Le soleil ne s'était levé il y a à peine une heure, mais tout le monde était déjà au travail. Maintenant que nous avions trouvé une parfaite terre pour notre nouveau fort, il fallait à présent l'ériger. En à peine deux jours, une palissade en bois temporaire faisait office de rempart entre nous et le monde extérieur. Tout ce qui avait été récupéré de l'ancien fort était soit déjà plus ou moins placé à sa place définitive ou entassé dans un coin dans le ''fort''. Les hommes s'affairaient à construire ou à finir les boxes, le corral, leurs habitations, une porte digne de ce nom et à monter de vrais remparts. Les hommes grouillaient de tous bords, tous côtés comme des fourmis. Les chevaux, eux, en faisait autant, sinon, je les poussais à le faire:

- Eille ! Toi là, le gros bai, tire plus vite ce tronc, on n'a pas que ça à faire ! Tu ne voudrais quand même pas que les Peaux-Rouges nous attaquent aussi facilement !?

La majorité des chevaux faisaient soit des rondes à l'extérieure pour explorer les lieux, rapporter de la nourriture ou pour surveiller, soit ils participaient activement à la reconstruction. Moi, par contre, je ne faisais ni l'un ni l'autre. N'ayant plus de colonel, celui-ci a mystérieusement disparut après la guerre, je suis le principal responsable de ce fort. Ma cavalière est donc très occupée et en ce moment, elle regarde les plans et s'occupe de donner des ordres. Donc moi, je fais un peu pareil. Je supervise quoi !

Je me baladais donc parmi les mien au milieu de ce futur grand fort. Je foulais le sol avec fierté et je jetai un regard un peu partout pour voir si tout ce passait bien. Je marchais ainsi pendant plusieurs minutes parmi mes congénères en leur esquissant un sourire ferme. Lorsque je me rendis au niveau des futures écuries, j'entendis des hennissements joyeux et des sabots martelant le sol avec véhémences. J'étirai mon encolure vers l'avant et, de nul part, sortir deux jeunes poulains fougueux qui se galopaient après. Avant que je n'ai eu le temps de les réprimander, ils avaient réussi, distrait par leur jeu de poursuite, à faucher un homme qui portaient des billots de bois. Il y eu un cri, des jurons, un homme à terre avec du bois tout autour et deux poulains contents et ébahis qui se relèvent péniblement. Sans plus attendre, je parti, pour quelques foulés, au galop et me rendis sur le lieu de l'accident. Je stoppai net devant les poulains qui affichaient encore un sourire gigantesque après leur connerie. L'homme s'était déjà relevé et pestait comme un fou contre les poulains. Il avait surement aperçut ma présence et jugé inutile de s'occuper d'eux. Et il a bien raison !

Je pris immédiatement un air fâché et pas le moins du monde content. Ma respiration était lente, mais forte et mes yeux étaient froncés à en effrayer plus d'un. Mes oreilles étaient plaqués contre ma tête. Les poulains s'étaient tût, leurs sourires également. Ils avait figés nets. D'un voix ferme et sans détour, le poitrail bombé et la posture imposante, je leur dit:

- Ne vous a t-on pas dit de ne pas galoper dans le fort !? Et de faire attention, surtout en ce moment ! Un vrai cheval n'agit pas ainsi, vous auriez pu blesser gravement cet homme. Retournez immédiatement dans vos enclos respectifs et n'en sortez plus jusqu'à nouvel ordre ! Et je ne veux plus vous voir tous les deux ensemble ! J'espère que c'est clair, maintenant partez !

Ils partirent presque tout de suite après, d'un pas plus lent que tout à l'heure. Fier de mon acte, je m'ébrouai et fouettai l'air de ma queue et mon visage revint à la normale. Les jeunes de nos jours....



19 roses,merci Rainer, Vahana, Vent d'Espoir, Vira'Ni, Destiny, Désir, Artémis, Oméga, Shanty, Momo, Équinox, Plume Bleue, Daemon, As Good As it Gets, Cobra

Merci Kita:
 

DC: Penny Black, Emeraude, Swan, Rafale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpgblancheneige.forum-canada.com/
Shabet
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 141
Points d'Experience : 45
Date d'inscription : 20/03/2015
Joue également : Zéro, Adriel, Cocaïne, Toxic, Joshua.

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: La loi, c'est moi ­>.>   Lun 16 Nov - 14:16




••• Confrontation •••




Shabet observait tranquillement Sofiane qui vérifiait quelques blessures d'un soldat, assit sur un tabouret, le jeune homme à la chevelure bouclée avait défait le bandage de son homologue, appréciant l'allure à laquelle la plaie s'était refermée. La jument croisée redressa doucement son encolure, balayant du regard ce début de nouveau Fort qui lui plaisait bien pour le moment. Tant qu'ils n'étaient plus dans un paysage où la neige avait absolument tous ses droits, cela lui allait. Alors la palomino se décida à aller déambuler un peu dans ce lieu en construction puisque son jeune médecin de cavalier n'avait pas besoin d'elle pour le moment. La jument du désert se détourna, débutant un pas tranquille, libre de tout harnachement inutile, sa crinière ondulant doucement sous une légère brise. En dépit de sa robustesse, Shabet n'avait pas encore été demandé à la reconstruction, surtout parce que Sofiane n'acceptait pas de prêter sa jument à un autre afin qu'il s'en serve pour les différentes missions. Et donc, Sofiane avait le principal travail de faire le tour des blessés qui avaient tous bien guéris sous la bienveillance du jeune homme. Alors parfois, ils accompagnaient des hommes à l'extérieur afin de prévenir les éventuels blessures ou aider un peu. Mais, en ce début agréable de journée, il n'y avait pas encore de travail intéressant à effectuer.

La jolie jument blonde se raidit soudainement lorsque des cris se firent entendre du côté de ce qui serait plus tard, les écuries. Shabet fit glisser ses prunelles vertes dans cette direction, apercevant alors l'étalon bai brûlé qu'était Diesel. Ce-dernier faisait des remontrances furieuses à deux jeunes qui semblait complètement désemparés, s'éloignant la tête basse. La fille du Désert fronça ses sourcils fins, s'approchant doucement des deux poulains, arborant un petit sourire bienveillant, qui se montrait réconfortant et bien agréable, elle rayonnait, la petite jument palomino. Cette-dernière s'arrêta devant les deux poulains qui levèrent leurs mines tristes vers la jument du médecin qui avait déjà une réputation de sainte, au sein des Cow-boys.

Eh, ne soyez pas tristes les petits, je vais aller parler avec Diesel, il n'a pas à vous hurler ainsi dessus, d'accord ? C'est normal de faire des bêtises à votre âge, allez donc jouer mais faîtes simplement attention à ne pas blesser personne, ne jouez pas trop des hommes ou des chevaux qui travaillent. Parce qu'eux aussi pourraient vous blesser sans le vouloir, d'accord ? Allez petits chenapans, filez.

Elle souriait devant les deux petites bouilles qui s'illuminaient de nouveau et les deux poulains hennirent joyeusement, remerciant la petite blonde, tirant discrètement la langue à l'étalon du lieutenant avant de filer au galop. Shabet eut un doux rire amusé, rouvrant ses orbes vertes avant de se rapprocher de Diesel, ayant perdu son sourire et son air bienveillant. Cette-fois, la croisée Ibérique semblait peu agréable, arborant une mine fâchée, ses traits étaient plus durs que d'habitude et pourtant, elle n'arrivait pas à être réellement en colère. Arrivée aux côtés de l'étalon à la crinière sombre, elle lui envoya un coup de nez énergique dans le flanc droite. Bien campée sur ses robustes jambes, la charmante Shabet se tenait sur le côté droit de Diesel, le scrutant avec un agacement bien visible.

Diesel, combien de fois vais-je devoir te le répéter ? Tu n'as pas à parler ainsi aux poulains, ils sont encore jeunes et ne savent pas trop ce qu'ils font. A cette âge-là, ils ne pensent qu'à s'amuser, toi aussi tu as été comme ça, tu sais ?

Déclara d'une voix ferme et pourtant douce, la jument du Désert. Elle soupira doucement, relevant un peu son encolure afin de soutenir parfaitement le regard du cheval du lieutenant, un sourcil fin et blond arqué. Shabet savait bien que Diesel appréciait bien peu qu'on lui dicte ou autre des choses puisqu'il se prenait beaucoup pour "L'Etalon" du fort. Le sauveur. Le héros. Le véritable cow-boys. Après tout, ne s'appliquait-il pas à faire régner une loi quasi-irréprochable au sein du Fort ? C'était certainement pour cela que peu de chevaux semblaient vraiment apprécier l'étalon du lieutenant. La petite palomino ne le détestait pas, respectant tout à fait les valeurs de Diesel mais ne pouvant s'empêcher d'elle aussi lui faire des remontrances sur cette dureté et cette rigidité. Elle eut un doux sourire, apaisant ses traits préalablement tendus.

Allez, détends-toi un peu. Ne soit pas si dur avec les autres, ils sont tous fatigués, laisse-les travailler un peu à leur rythme.
____
Shabet parle en #BD8D46
Sofiane (appelé Keith Wilson chez les cow-boy) parle en #A2B5BF
© POLLO




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiyana
 Je suis :
 Je suis :
avatar
Messages : 982
Points d'Experience : 118
Date d'inscription : 25/06/2014
Age : 19
Localisation : In France ! ♫
Joue également : /

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: La loi, c'est moi ­>.>   Mar 9 Aoû - 12:34

Placé dans les abandonnés.





Merci Asgard pour l'avatar et Charbon pour la signa' :heart:


Autres signatures:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La loi, c'est moi ­>.>

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spirit RPG :: HORS JEU :: Archives :: RP's Abandonnés-