RSS
RSS

AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Adieu la journée de repos (Rengali-Jay)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abysse
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 115
Points d'Experience : 13
Date d'inscription : 20/08/2014
Localisation : Dans un pré
Joue également : Black Beauty

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Adieu la journée de repos (Rengali-Jay)   Mar 11 Aoû - 22:30

La chaleur était étouffantes. Le sable rentrait dans les yeux et dans les naseaux du cheval ainsi que de son cavalier courant à toute allure dans le sable du désert. Derrière eux, un nuage se créée peu à peu, les marques de l'étalon étaient vite camouflés par les grains de sables emportés par le vent. La crinière, normalement courte de la plupart des chevaux cow-boys, était longue pour le cheval ébène et fouettait le vent au fur et à mesure que sa vitesse augmenter. Le cavalier était accrochés à ses reines, relier à sa bouche, et son corps était en harmonie avec la musculature du cheval qui courrait. Dans le désert, il n'y avait aucun autre paysage que des tapis de sables tout le long, la chaleur faisait tout vaciller, et ont pouvait croiser des squelettes de bœuf, ou d'autre animaux étant venue s'aventurer ici ... Et étant mort par la soif, par la chaleur, et leurs corps était consumés par les becs asserés des vautours qui tournaient toujours en se lieu à la recherche de viande consumés par la mort.

L'après midi était déjà assez avancé. Rien ne pouvait contester que l'étalon était de mauvaise humeur, lui qui penser pouvoir avoir enfin une journée de repos, et bien non, cela à tout rater et le voila en train de courir dans le désert la gorge assécher par les vends arides. Se matin, il était allongés dans son box, prenant gout à la fraîcheur étant installé. Mais il a était rapidement retirer de ce doux songe par son cavalier ouvrant la porte de son box laissant rentrer la chaleur. L'étalon avait ouvert les yeux pour regarder son cavalier, John O'Slahon, il était grand, brun, musclés, avec des yeux bleu tout comme l'étalon. Cela faisait 5 ans qu'il était au fort, il était bien inscrit dedans tout comme son cavalier qui avait réussit à dompter le petit poulain qu'il était avant. Mais désormais, une certaines relation s'était installés, bien que l'étalon adoré le faire tourner en bourrique, en retirant le tapis dans son dos lorsqu'il se retournait pour prendre la selle, ou ne pas se lever quand il était allongés. Mais la, il se leva à l'appelle de son cavalier, le regardant presque étonné qu'il vienne alors que c'était le jour de leurs repos.

L'étalon, lui, s'appelle Jay Oregäan Miklëss, appelé plus rapidement Jay. Il est appelé ainsi car c'est donné à des personnes courageuse, emplie de beauté (n'allons pas dire que la robe de Jay est très répandue) mais d'une certaines plaisances et agréables. Ce prénom est souvent porter tel un nom de famille par les humains, donc nous pouvons penser que le nom de famille es Jay. Mais nous nous étalons pas sur le sujet. John installa une longe autour du cou de l'étalon et l'attira au milieux du fort pour l'attacher à une barrière. Il caressa doucement son encolure et dissimulas doucement son œil, qui était fragile au soleil (le gauche). Il le regarda et déclara :


*Je sais que normalement c'est notre jour de repos aujourd'hui, mais nous avons reçu une mission, des patrouilleurs ont localisés des chevaux sauvages, nous devons nous y rendre puisque les autres captureurs sont partis. *

Rapidement, il brossa Jay, installa le tapis, le mord, la selle, et s'installa sur son dos, voila pourquoi l'étalon noir et son cavalier était en train de courir dans cette enfer qu'est le désert et ou, de partout, la mort nous guette attendant que notre corps soit faible pour nous attaquer. Mais heureusement, le corps de l'étalon était musclés et habitué à cette chaleureux, se fut d'ailleurs très simple de rejoindre les patrouilleurs. John stoppa Jay en face d'eux, et déclara simplement :

*Salut ! Je suis un captureux, ont ma dit que vous aviez vue des chevaux sauvages*

De son cotés, Jay regarder les autres chevaux, il les connaissaient tous, sauf un. Il devait connaitre son prénom mais s'en souvenait surement plus. Il souffla doucement en pensant que John devait être bien bêtes car ils auraient pus partirent à leurs rechercher sans parler aux patrouilleurs.



Jay : 0099ff
John : ff6600


La vie est un jeu.



Merci à Nightcore pour cette magnifique signature coeur

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Adieu la journée de repos (Rengali-Jay)   Mer 12 Aoû - 11:55

Henry jouait avec une flèche d'indien depuis le matin. L'après-midi était déjà bien avancé, et il ne s'en lassait pas. Ils étaient partis depuis la fin de la nuit, à une heure où il faisait encore frais dehors. Seuls. Henry avait trouvé cette flèche après une ou deux heures de marche vers l'est. Rien de très alarmant. C'était une belle flèche, peinte en noir et blanc, dont la pointe en bois durcie au feu était à peine ébréchée par son impact avec le sol.
Rengali n'aimait pas voir les traces des indiens aussi près du fort. Les dévoreurs de chair semblaient invisibles, depuis quelques temps. Finalement, le jeune cheval irlandais ne savait pas s'il préférait leur silence ou le bruit lointain de leurs chasses et de leurs cavalcades. Et il avait bruyamment renâclé quand Henry avait mis pied à terre pour ramasser la flèche.
Son cavalier avait tiré sur les rênes pour forcer le jeune cheval à le regarder.
"Camarade, je n'sais pas si tu m'comprends, mais prendre la flèche, c'est important." avait-il dit avec son lourd accent irlandais.
Ils avaient marché côte à côte quelques instants, les yeux rivés au sol. Henry mâchonnait ses mots dans sa barbe.
"Vaut mieux les prendre. Comme ça ils savent qu'on passe par là et qu'on est toujours actifs. Sinon, la prochaine fois on en trouv'ra plus près du fort. C'est un test, tu vois? Un test, Rengali, ouais. Si on attend un peu, j'suis sur qu'on les verrait arriver. Ils verront qu'il n'y a qu'un seul ch'val. La prochaine fois, y nous attendrons p't'être. Ca t'plairait pas hein! Moi non plus."
Henry était remonté en selle sans s'arrêter de parler. Et Rengali écoutait.
"Ca fait un moment que j'ai pas reçu d'lettres du pays. Jane doit être occupée. L'pays m'manque. A toi aussi, hein! On r'viendra hein! J'sais pas c'que j'ferais quand j'reviendrai. On m'prendra p't'être au haras. J'suis tanneur moi! J'suis pas soldat! Heureusement que j'suis bon cavalier hein!"
Henry ébouriffa la crinière courte de Rengali en riant. Ils prirent leur repas à l'ombre d'un rocher. Le soleil était haut dans le ciel, mais Henry s'en fichait. Les autres patrouilleurs attendraient. Il alluma un peu de tabac européen, et le secoua devant les naseaux de Rengali en murmurant une chanson irlandaise. Ils profitèrent un instant de ce moment de paix. Rengali dressa soudain les oreilles et s'agita.
"Des cavaliers. Des cavaliers, là-bas, ils arrivent!"
Henry s'était redressé. Ce n'étaient que les autres patrouilleurs. Il ne sut dire si c'était du soulagement. Le cavalier essuya la poussière autour de ses yeux, et autour des yeux de Rengali. Il y avait trois cavaliers, et Henry ne les aimait pas beaucoup. Rengali n'appréciait pas leurs chevaux non plus.

Ils patrouillaient ensemble depuis peu lorsqu'un épais nuage de poussière était apparu derrière un renfoncement du terrain. Les quatre patrouilleurs s'étaient avancés suffisamment pour voir des dizaines de chevaux sauvages galoper vers l'Ouest.
"Il faut prévenir le fort" avait dit quelqu'un dans le groupe. Et ils s'étaient tous spontanément tournés vers Henry et Rengali. Malheureusement, l'un des chevaux du groupe s'était mis à boiter. On le désigna pour rentrer au fort pour aller chercher un cheval de capture. Pendant ce temps-là, les autres surveilleraient le troupeau.

*Salut ! Je suis un captureux, ont ma dit que vous aviez vue des chevaux sauvages*
Le captureur était arrivé vite. Son cheval était un mustang. Ni Henry ni Rengali ne les connaissaient vraiment. L'autre était plus âgé, plus grand, plus musclé... Le genre qui devait plaire aux juments. Il portait aussi de petites marques ça et là. Des marques de dents. Il portait un équipement propre, et sa robe luisait à cause de la chaleur.
"On en a vu, ouais. Maint'nant que vous êtes là, on va vous laisser, hein! Lui, il reste avec vous, on n'sait jamais, pour pas que vous vous perdiez sur le chemin du retour!"
Les deux autres patrouilleurs esquissèrent un rictus, comme si la perspective de rester seul avec Henry O'Gavon et Rengali était amusante.

"Tu peux te perdre sur le chemin du retour?" demanda Rengali. Il s'approcha, le regard perdu vers les chevaux sauvages.
"Ils nous narguent depuis tout à l'heure. Ils n'arrêtent pas de passer et repasser devant nous. Depuis que tu es arrivé, ils ne disent plus rien."
"C'quand vous voulez, hein! Z'avez fait vot'choix? Vous pensez en ramener combien?" Henry déboucha une flasque enroulée dans du tissu et but quelques gorgées sans broncher. Il se tourna vers son camarade.
"Je n'vous connais pas, et vous n'me connaissez pas non plus hein! Henry O'Gavon, c'est mon blaze. J'suis Irlandais, d'où l'accent. Et tanneur, d'où le parler. Mon ch'val aussi est irlandais. Un bon petit gars, robuste, un peu peureux, mais du genre qui vous lâcherait pas pour un sou. L'est beau, le vôtre." Henry esquissa un sourire qui se voulait avenant, mais avec les yeux plissés par la chaleur, et sa barbe naissante, on ne distinguait presque pas ses lèvres.
Il fit jouer la flèche d'indien entre ses doigts avant de la ranger dans ses bottes. Son fusil commençait à lui peser, et il le rangea dans ses sacoches. La flasque sauta entre ses mains.
"Vous en voulez?"

Henry O'Gavon: 00cc00
Thomson "Rengali" des Sources: ffcc00
Revenir en haut Aller en bas
Abysse
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 115
Points d'Experience : 13
Date d'inscription : 20/08/2014
Localisation : Dans un pré
Joue également : Black Beauty

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Adieu la journée de repos (Rengali-Jay)   Mer 12 Aoû - 15:06

"On en a vu, ouais. Maint'nant que vous êtes là, on va vous laisser, hein! Lui, il reste avec vous, on n'sait jamais, pour pas que vous vous perdiez sur le chemin du retour!"

Un rictus de dégoût passa autant sur le visage du cavalier que sur l'étalon. La plupart des CowBoys parlaient ainsi, en mâchant leurs mots comme si ils avalaient la plupart du temps. John ne parlais pas ainsi, il était Américain, très fière de lui, et son étalon venait de c'est terres, un mustang pur sang avec une robe aussi original était très enviable chez eux. L'étalon regarder avec une certaine haine dans les yeux les chevaux des Cow-boy étant aussi mal élevé et dont il ne pourrait supporter leurs langages. Il souffla et tapa violemment des sabots, John se baissa pour tapoter son encolure. Ce dernier regarda les chevaux sauvages tandis que les autres partaient le laissant seul avec l'autre cowboys dont il ne connaissait pas. Ils mentaient, tous autant qu'ils étaient, Jay était surement le cheval connaissant le plus (à part Brego bien sur) le désert; depuis tout petit il marchait sur le sable chaud.

Il se passa une main dans ses cheveux trempait, pour regardait le troupeau. Des chevaux sauvages, il en était sur, il ne savait pas si ses chevaux était à la harde 1 (où celle de Ciel), ou la harde 2 (Noctis), mais il en était sur, ils recherchaient surement quelques choses à boire. C'était des mustangs, enfin la plupart, court sur patte (pour lui), et pourtant très musclé. Ses yeux regarder un par un les chevaux, pour chercher, de ses yeux entraîner, les chevaux pouvant aider le fort du mieux qu'il peut, malheureusement, seul, il ne pourrait pas emmener beaucoup de chevaux, maximum 5. L'étalon ébène de son coté, regardait lui aussi les chevaux, semblant chercher le quel pourrait être le moins rapide.


"Tu peux te perdre sur le chemin du retour?"

Jay fut étonné de la question et tourna la tête vers l'étalon dévoilant son œil dissimulés par un cache toi. Il ne pouvait pas se perdre sur le trajet, pour lui cela était impossible, jamais. De plus John connaissait lui aussi les terres des CowBoys comme sa poche, mais la raison des dires des personnes n'était surement pas sur le fait, que soit disant, l'étalon ne pouvait retrouver son chemin. Peut être que les Cow boys ne voulait pas du cavalier comme compagnon de route, bien que Jay et John n'était pas du genre à prendre en compte les pensées accrue des gens sur d'autre personne, il préférer se mettre lui même sur la personnalités de quelqu'un:

*Non, ils se moquaient juste, ne les écoutes pas, se sont des stupides canasson n'étant même pas assez rapide pour chopper des chevaux sauvages, sans te vexer bien sur"

Sur ses mots, il se tourna encore vers le troupeau pour estimer combien ils étaient même si la harde n'était pas au complet. Mais il semblait que l'étalon aimait parlait et surement aider :

"Ils nous narguent depuis tout à l'heure. Ils n'arrêtent pas de passer et repasser devant nous. Depuis que tu es arrivé, ils ne disent plus rien."

Jay le regarde, ne laissant aucune trace de sympathie dans les yeux :

*Cela est normal, ils savent qui je suis et qu'ils n'on aucune chance* : un sourire apparue sur ses lèvres : *Un même temps avec ton air tout frêle personnes ne pourrait avoir peur de toi*

"C'quand vous voulez, hein! Z'avez fait vot'choix? Vous pensez en ramener combien?"

Les yeux de John regarda l'homme, pensait-il qu'on se lançait aussi facilement vers des chevaux sauvages ? Non, il fallait savoir qui seront les plus rapides, par où les faire fuir et surtout qui capturé. Il avait vue deux chevaux, un étalon noir et une jument bai. Ils semblaient tout deux être les chevaux les plus fort du troupeau et pourrait servir. Il passa de nouveau une main dans ses cheveux mi long transpirant:

*Cela est assez difficile, et étant seul, surement avec votre aide, je ne pourrait en capturer que deux, et 'tout façon il y en as seulement deux qui sont intéressant, les autres, nous pouvons les laissait fuir. *

"Je n'vous connais pas, et vous n'me connaissez pas non plus hein! Henry O'Gavon, c'est mon blaze. J'suis Irlandais, d'où l'accent. Et tanneur, d'où le parler. Mon ch'val aussi est irlandais. Un bon petit gars, robuste, un peu peureux, mais du genre qui vous lâcherait pas pour un sou. L'est beau, le vôtre."

John haussa les sourcils tout comme son étalon, voila une façon de parler et de dire des mots assez bizarre. Henry O'Gavon ? Il en avait entendu parlait, les gars avait dit qu'il faisait partis des nouveaux et qu'il était venue au fort avec son cheval qui ne semblait pas être totalement d'ici. Et bien, John avait désormais sa réponse et pourrait le dire aux autres, ils venaient tout deux d'Island. L'humain baissa ses yeux vers le cheval et fit un sourire, et oui, John est ainsi, il adore les chevaux et c'est pourquoi il est le seul à avoir reussis à dompter le fort caractère de Jay. Il leva les yeux vers l'homme :

* Oui j'ai entendue parlait de vous. Je suis John O'Slahon, Américain, je suis ici depuis 5 ans. Mon canasson s'appelle Jay, il as un fort caractère, taquin mais au fond très gentil. Merci, le votre n'est pas mal non plus, et non merci, je n'en veut pas *

Après un silence il regarda l'homme :

*Vous voulez m'aidez ?*




La vie est un jeu.



Merci à Nightcore pour cette magnifique signature coeur

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Adieu la journée de repos (Rengali-Jay)   Mer 12 Aoû - 16:57

Rengali broncha. Non, il n'était pas rapide, et l'autre avait raison. Dans peu de temps il allait voir une capture. C'était un moment rare pour un patrouilleur, et Rengali aimait ces moments. Certes, il fallait supporter les insultes des chevaux sauvages, leurs cris de détresse, leurs bravades et leur fierté. Mais c'étaient des moments où, pour une fois, Rengali se sentait du côté des plus forts. Et il aimait ça.
L'autre portait un cache-oeil. Rengali serrait les dents. Blessure? maladie? Le jeune étalon stérile souffla lentement. Il détestait ça. Vraiment. L'autre était bon, excellent même, à en juger de la réaction des chevaux sauvages à sa vue. Bien meilleur que lui-même. Et tout cela avec un oeil en moins. Rengali secoua la tête.

"Tu es né ici." Ce n'était pas une question, juste une constatation. Les chevaux fous d'Irlande galopaient dans la tête de Rengali. Son souffle s'accéléra.
"Tu as beaucoup d'amis au fort?" La question était puérile et innocente. Lui n'avait quasiment pas d'amis, hormis les autres chevaux irlandais. Fous, depuis des générations. Son père l'était. Il disait que le vent rendait fou, à force de rentrer dans la tête par une oreille et en ressortir par une autre. Rengali n'était pas sur de ne pas être fou. Pas encore. Cela viendrait plus tard: Rengali avait vu des chevaux au haras devenir fous. Ses souvenirs du haras revenaient de temps à autres... Il adorait se souvenir des longues cavalcades en groupe, quand ils hurlaient tous leur amour de la vie et quand la pluie fouettait leurs corps robustes. Il se souvenait de tout ces ruisseaux, ces rochers, ces congères qu'il fallait sauter, il se souvenait de l'odeur des moutons et de la tourbe, et des cris des cavaliers.
Tout son corps se ramassa sur lui-même, comme s'il s'apprêtait à sauter sur place.

Henry haussa les épaules en souriant. Il serra fermement ses jambes tandis que Rengali se ramassait sur lui-même et se tendait. Les rênes pendaient sur l'encolure. Il rangea la flasque dans les sacoches.
"J'ne sais pas comment on s'y prend pour capturer des chevaux. Rengali n'est pas très rapide non plus. Faudra m'dire quoi faire, John-qui-porte-un-nom-irlandais." Le jeune soldat tendit une main amicale vers John. Rengali piaffait à présent, et semblait presque danser sur place. Henry savait qu'il sentait encore l'odeur du tabac irlandais, et que son coeur battait au rythme de la lande émeraude. Il l'accompagnait dans ses mouvements. L'américain semblait encore distant, mais Henry ne désirait pas s'en faire un ennemi. Pas un autre. La proximité avec les autres irlandais le protégeait des moqueurs du fort, mais il se lassait de voir toujours les mêmes visages amicaux... et les mêmes visages haineux.
Revenir en haut Aller en bas
Abysse
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 115
Points d'Experience : 13
Date d'inscription : 20/08/2014
Localisation : Dans un pré
Joue également : Black Beauty

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Adieu la journée de repos (Rengali-Jay)   Mer 12 Aoû - 17:23

Jay n'était pas du genre d'étalon à se la montrer fièrement, il savait que tout cheval aimait se mettre en avant, mais lui non. Il pouvait être fière de ce qu'il était, il était ainsi en sachant garder la tête haute tout en écoutant la soumission des chevaux envers les hommes. Il avait fait tout pour être ainsi, être musclé, rapide, dissuasif, et que les chevaux tremble au simple fait de le voir. Donc non, il ne voulait pas faire le beau et le fière devant l'étalon islandais. Il baissa violemment la tête quand John tira sur les rênes sans le faire exprès alors qu'il regardait les chevaux sauvages et tapa violemment du sabot pour faire signe à son cavalier qu'il n'était pas d'humeur patient. Il leva l’œil vers John et remarqua alors que l'étalon serra les dents on pouvait deviner qu'il se demandait intérieurement qu'il se demandait ce que l'ébène avait eu. Jay secoua sa crinière noir pour regarder Rengali. Mais alors qu'il allait dire quelque choses, l'étalon bai le devança se qui étonna l'étalon par ses questions. Oui il était née ici, c'était un mustang pur qui était née sur les terres du cimarron mais il ne garde pas beaucoup de souvenir de ses parents étant partis très jeune de la harde sauvages.

Après, si il avait beaucoup d'amis au fort ... On ne pouvait pas dire que oui, il était plutôt solitaire et les autres chevaux pensez la plupart qu'il était quelqu'un de renfermer, ce qui pouvait être juste. Surtout que sur le fait, personne ne voulait avoir un ami qui devait rester enfermer dans son box dés qu'il est en repos et qui, surtout, est la personne ayant fait qu'ils soit ici. Jay le regarda de son oeil "unique" (car il voit tout de même de l'autre) et déclara:


* Non je n'est pas beaucoup d'ami, vous savez beaucoup ne sont pas par plaisir dans le fort. Et pour la plupart, je suis la cause de leurs captures *

De son coté, le cavalier avait fouiller une poche accrocher à la selle de l'étalon pour en sortir de l'eau et but. Il regardait du coin de l’œil les chevaux sauvages pour éviter qu'il ne s'enfuit rapidement. Mais il écoutait Henry d'une oreille attentif, il avait certes des amies dans le fort, mais il aimait avoir de nouvelle personne en ami. John fit un sourire, il est vrais que savoir comment les captureurs réussissait à attraper des chevaux sauvages n'étaient pas très compliqués quand on en avait l'habitude. Cela était simple. Il fallait déjà observer les équidés pour savoir lequel pourrait être faible ou simple à prendre, ensuite, une première partis partait vers les chevaux afin de les emmener à un endroit où cela serait simple pour les attrapés. Ensuite la seconde partis se lance et ils attrapes chacun de leurs cotés (en groupe de quatre) un cheval, ou essaye. John sortis de sa rêverie pour serrer la main de Henry :

* Cela est simple, vous et Rengali partirons au niveau de la fin du troupeau, vous les faites sourires vers le milieux du désert. Ensuite, Jay et moi ferrons le reste. Et vous avez raison, ma mère était Irlandaise*


La vie est un jeu.



Merci à Nightcore pour cette magnifique signature coeur

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Adieu la journée de repos (Rengali-Jay)   Ven 14 Aoû - 19:19

La chaleur devenait insupportable. Rengali piétinait sur place, excité. Il mâchonna son mors, pour mieux réfléchir.

"Et eux? Tu les connais?"

Le jeune étalon dansait d'impatience, secouant doucement Henry au rythme de ses pas désordonnés. Le soldat ébaucha un sourire. Le fort était loin, et rien ne lui plaisait plus qu'une chevauchée à plusieurs. Il fit pivoter Rengali pour qu'il soit face à John et son cheval.
"Lesquels vous voulez?" Henry attendit à peine la réponse de son camarade et fit volte-face. "Allez, on y va!" Il talonna Rengali qui descendit vivement le surplomb sur lequel ils se trouvaient.
"Hey, Jay! Le premier en bas a le droit de flanquer une raclée aux sauvages!" lança Rengali en bondissant comme un fou. Il arrêta immédiatement de parler, pour économiser son souffle. Ils étaient rapides, très rapides, depuis qu'ils avaient lancé l'assaut. Rengali voyait flou à cause de la sueur dans ses yeux, à cause de la poussière et, il était bien obligé de le reconnaître: il était essoufflé. Les jambes de Henry lui serraient le ventre, l'accompagnaient dans sa course. Il n'était pas assez rapide. Il avait perdu Jay et son cavalier de vue.

"Bah alors, le sol se dérobe sous tes petites jambes, poney?" lança un étalon noir très grand qui ralentit pour se mettre à sa hauteur. Une jument baie l'encadra de l'autre côté, avec son joli minois. Rengali pensa que le cavalier de Jay était un bon captureur: il ne s'était pas trompé sur ses proies. Trop fières, trop heureuses d'en remontrer à un cheval du fort. Le jeune étalon stérile rit intérieurement. Henry pensa que John avait un don pour repérer les chevaux: jamais il n'aurait pensé que ceux-là se seraient fatigués aussi vite. Ils avaient chacun leur vision des choses.
"Tes poulains, ce s'ront nos futurs camarades" répondit Rengali dans un souffle tandis que les talons de Henry l'enjoignaient à maintenir l'allure. Son coeur battait la chamade, l'air brûlant étouffait ses poumons. Il aurait pleuré de rage. Le troupeau s'éloignait, mais ils restaient ostensiblement à son niveau. Rengali estima que c'était le bon moment: après il serait trop tard, et les deux sauvages partiraient de leur côté.
"Et ta jument, je la prends quand je veux!" dit-il soudain avec une lueur mauvaise dans les yeux. L'instant d'après l'étalon noir bondissait sur lui, pour lui porter un coup de dents. Henry tira violemment sur les rênes, Rengali fit un écart en criant, bouscula la jument. *Maintenant, Jay!* pensa Rengali. La jument trébucha, tomba dans la poussière, l'étalon noir, dans son élan, percuta Rengali, qui bondit vivement au-dessus de la jument, manquant de lui piétiner les jambes... Tout allait très vite. *Je vais tomber* pensa Rengali, terrifié. Il hurla de peur.
Revenir en haut Aller en bas
Abysse
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 115
Points d'Experience : 13
Date d'inscription : 20/08/2014
Localisation : Dans un pré
Joue également : Black Beauty

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Adieu la journée de repos (Rengali-Jay)   Mar 18 Aoû - 13:49

La dur chaleur continuait à s’abattre comme des éclaires sur le désert. Les sabots de Jay frapper violemment le sol, disant de la à son cavalier que c'était l'heure d'y aller. Jay regarda l'étalon partir au galop, il n'était pas très rapide, mais ont allait bien faire avec. Un talonnement furtif de John fit décoller Jay dans un saut qui atterrie en bas du surplomb et se mit à galoper. Sa crinière longue voler, ses yeux restait ouvert malgré qu'un seul œil voyait. L'étalon ébène secoua la tête, et son cavalier se pencha pour retirer rapidement le cash, deux yeux étaient meilleurs qu'un. Il courra, courra, rapidement. Ses sabots semblait effleurer la terre, sa crinière emportait par le vent, son cavalier durement accrocher à son dos, il s'approchait rapidement des chevaux sauvages peu rapide comparait à lui. La première chose à faire était de garder la jument qu'il avait vue, qui était bien en arrière de la harde, loin, encore plus loin que les autres. Il fut fuir les chevaux assez loin, regardant derrière puis vit l'étalon baie en proie à deux chevaux, un étalon faisant la taille de Jay (qui en imposait), et d'une jument bai, celle qu'il avait repairait. Brusquement il rebiqua, sous l'ordre de John et fonça vers les trois autres chevaux.

L'étalon bai sautait par dessus la jument allongés, il fallait faire cela maintenant. Rapidement, John sortis un lasso qu'il déroula sur le dos de Jay. S'approchant, il se pencha du cheval au galop pour glisser la corde autour de l'encolure de la jument. Il sauta du dos de l'étalon pour attérir sur la jument et la garder à terre, puisqu'elle était déjà bien épuisée. Pendant se temps, Jay regarda Rengali pour crier :

*Concentre toi !! Tes sabot en avant! *

Mais malheureusement, l'étalon noir qui était surement un étalon reproducteur, s'approcher des deux chevaux. Mais Jay n'avait pas peur, habitué à tout cela, il s'encras bien haut devant la jument en regardant l'étalon dans les yeux. Brusquement, il vit que l'étalon se rapprochait encore de Rengali ne semblant pas vouloir le laisser tranquille, il rua vers l'étalon rapidement en hennissant pour le faire fuir. Mais rien ne fit, il rester vers la jument, mais bien vite il allait partir. Alors que Jay se battait pour essayer de faire fuir l'étalon, John avait réussir a enfermer la jument dans une peur sans nom, l’empêchant de bouger :

Henry ! Laisse les deux étalons s'occuper de ce mâle, viens m'aider à relever la jument *


La vie est un jeu.



Merci à Nightcore pour cette magnifique signature coeur

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Adieu la journée de repos (Rengali-Jay)   Ven 21 Aoû - 14:21

Henry roula au sol plus qu'il ne sauta de cheval. Son fusil heurta violemment son épaule et un épais nuage de poussière l'enveloppa dans une étouffante chaleur.
"Henry ! Laisse les deux étalons s'occuper de ce mâle, viens m'aider à relever la jument"
Le jeune homme se releva, et approcha, posant ses mains fermes sur les jambes de la jument pour la maintenir immobile.
"Et maint'nant? On attend qu'ils aient fini?" demanda-t-il en jetant un coup d'oeil inquiet vers les chevaux.

"Allez, approche, grand dadais! J'ai pas peur hé! T'vas voir, ta jument on va lui casser les reins, au fort!"
Rengali n'était pas tombé. Il ne tombait jamais. Ses provocations et ses pas l'amenaient doucement vers Jay. Le grand étalon noir, sauvage, semblait ne pas vouloir le lâcher. Son souffle était brûlant de colère.
Rengali ne voyait pas Jay, de là où il était. Il savait qu'il était derrière lui. Il espérait qu'il soit derrière lui. Le reste du troupeau avait fui, et était si loin maintenant qu'on n'en voyait plus qu'un vague nuage de poussière au loin.
"Petite chose, je vais te casser les dents"
L'étalon noir semblait vraiment en colère. Rengali sentait son coeur battre la chamade dans sa poitrine. Il n'avait pas du tout l'habitude. Il ne savait même pas comment on capturait un cheval de cette taille, même avec un camarade comme Jay. Il baissa la tête.
"Jay...? Jay...? Euh... Je te le laisse?"
Le petit étalon irlandais avala difficilement sa salive. Il cherchait un peu d'aide ailleurs dans le désert, avec des yeux fous. Sa tête s'agitait dans tous les sens, naseaux frémissants. Des rochers, du sable et des cactus à perte de vue. Le nuage de poussière se précisait au loin, dans un bruit de sabots roulants sur le sol dur. Le coeur de Rengali eut un raté: il distinguait deux nuages de poussière. Le troupeau s'était-il séparé? Que se passait-il? Pourquoi revenait-il vers eux? QUE SE PASSAIT-IL?
"HENRY!" Un cri angoissé lui échappa.

Henry releva lentement la tête en entendant son petit étalon hennir comme un fou, il était habitué aux frayeurs de Rengali. Mais il fronça tout de suite les sourcils en remarquant les nuages de poussière qui approchaient, trop loin encore pour distinguer ce qui soulevait la terre du désert.
"John, mate un peu ça" dit-il à mi-voix sans quitter le désert des yeux. Il ne voulait pas alarmer son camarade, ni passer pour un poltron. Mais ça ne lui disait rien qui vaille.
Revenir en haut Aller en bas
Abysse
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 115
Points d'Experience : 13
Date d'inscription : 20/08/2014
Localisation : Dans un pré
Joue également : Black Beauty

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Adieu la journée de repos (Rengali-Jay)   Mar 22 Déc - 21:35

John et l'étalon noir avait tout deux remarqué les deux nuages de poussière qui se dessinez au loin, et ils savaient ce que cela voulais dire. Il fallait partir d'ici, et vite, Jay se tourna brusquement vers l'étalon noir qui regardait avec curiosité les deux nuages, même lui ne comprenait pas ce qui se passait. John, de son coté, releva la jument de force en essayant de se dépêcher, il siffla pour que son étalon arrive et attacha la jument sauvage s'adressant en même temps au cavalier de Rengali :

*Il faut que l'on parte, on laisse tomber pour l'étalon dépêchons nous. C'est trop dangereux de rester d'avantage*

Jay tourna les yeux, quand l'étalon, effrayer, se mit au galop abandonnant alors la jument qui avait était attacher au filet de l'étalon noir. John grimpa facilement dessus, attendant alors que le cavalier monte sur le petit cheval, ils avaient déjà capturer une jument, c'était assez bien, mais désormais ils devaient partir, cela senter le roussie. Le cowboy serra la longe de la jument afin qu'elle soit forcer de les suivre sans risque qu'elle ne puisse s'enfuir. L'étalon noir regardait les nuages se rapprochait de plus en plus, des coups de sabots se faisait entendre dans une cadence presque stressante, et rapidement, Jay hennit pour attirer l'attention de Rengali afin qu'il écoute les paroles de John s'adressant alors au cavalier :

*Pour que tu sache, ce n'est pas que des chevaux qui arrive, il y as un troupeau de bison, et surement de cerfs, un pumas ou quelque chose d'autre doit les avoirs effrayer, nous devons partir et vite !*

Sans avoir fini sa phrase, John talonna rapidement Jay qui partis au galops ne sachant pas si ils avaient compris le risque qu'ils prenaient en restant planter la.


La vie est un jeu.



Merci à Nightcore pour cette magnifique signature coeur

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiyana
 Je suis :
 Je suis :
avatar
Messages : 1148
Points d'Experience : 127
Date d'inscription : 25/06/2014
Age : 20
Localisation : In France ! ♫
Joue également : /

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Adieu la journée de repos (Rengali-Jay)   Mar 9 Aoû - 12:36

Placé dans les abandonnés.





Merci Asgard pour l'avatar et Charbon pour la signa' :heart:


Autres signatures:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Adieu la journée de repos (Rengali-Jay)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Adieu la journée de repos (Rengali-Jay)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Adieu la journée de repos (Rengali-Jay)
» Une journée de repos pour deux futurs parents
» Journée de repos Bek et Thomas
» MON REPOS 50 CARREFOUR!!! SOS!
» Mort d'un jeune journaliste/Adieu Bien-Cher, adieu mon ami

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spirit RPG :: HORS JEU :: Archives :: RP's Abandonnés-