RSS
RSS

AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Déserts brûlants.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shabet
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 141
Points d'Experience : 45
Date d'inscription : 20/03/2015
Joue également : Zéro, Adriel, Cocaïne, Toxic, Joshua.

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Déserts brûlants.   Mar 14 Avr - 2:24




••• C'était à des milliers de kilomètres •••




Shabet observait l'horizon tranquillement, Sofiane arrivait avec un sac à dos remplit d'un peu de nourriture, de quoi boire, d'un briquet et d'une arme au cas où. Aujourd'hui, il prenait sa journée pour passer du temps avec sa jument et il laissait donc les soldats blessés aux bons soins de Spencer. Ce-dernier était fort utile, en plus de soigner les équidés, il savait y faire avec les hommes, Sofiane n'hésitait donc pas à lui laisser de temps à autres les commandes. Le jeune homme aux cheveux noirs et bouclés avait besoin d'un peu de solitude avec sa chère jument, ils n'avaient pas beaucoup d'occasion comme celles-ci, surtout qu'ils partiraient bientôt à la recherche d'un nouveau territoire. Sofiane donc, grimpa sur le dos musclé et court de la jument palomino. Il ne montait sans rien: pas besoin d'équipements, il connaissait Shabet sur le bout des doigts, combien de fois avaient-ils parcourut des étendues de sables à cru, sans filet ? Des tas.
Le jeune homme fit glisser une main sur l'encolure de la croisée Ibérique, souriant, grattant brièvement son encolure. ❝ En route ma belle, allons tout droit, on se fiche bien de la destination. ❞ Et sans attendre, répondant aux douces paroles de son frère d'arme, la jument prit un léger trot, aérien. Qu'elle était confortable la demoiselle à la crinière blonde ! Sofiane tenait parfaitement, il était après tout un excellent cavalier, il ne montait pas comme les cow-boys mais il assurait bien plus que certains. Après quelques minutes, Shabet prit un petit galop régulier et tranquille, avançant dans la neige de la montagne, la descendant tranquillement. Quitter ce froid: elle voulait absolument le quitter. Et elle se doutait bien que Sofiane désirait également le quitter, les deux supportaient très mal cet air glacial.

Trois longues heures - ou quatre ? - durent passer, Shabet arrivait dans un endroit complètement inconnu et clairement différent. La petite jument aux balzanes blanches et grises avait reprit un pas actif, l'encolure haute et les oreilles droites, observant avec une certaine nervosité les alentours. Cependant, la main douce du jeune homme au teint de peau bronzé sur son encolure la rassura et elle détendit peu à peu ses muscles, observant tout de même avec attention autour d'elle. ❝ Ce sont... des ruines ? ❞ Murmura Sofiane pour lui-même, un sourcil arqué alors qu'il observait avec attention ce qui les entouraient. Des ruines, des vestiges d'un ancien temps marqué par les hommes, qui avait pu habiter ici ? Les yeux du jeune homme brillèrent et, malgré l'endroit cerclé de brume, ne pu s'empêcher de sauter du dos de Shabet qui sursauta. Que faisait donc le jeune médecin ? Sofiane, l'air épaté, trottina vers un amoncellement de roches gravés, s'accroupissant, observant avec une attention soignée. Pendant cela, la jument blonde observait autour d'eux, s'étant arrêté un bref instant. Mais, parmi tout cela, quelque chose l'inquiétait. Elle sentait une odeur... étrange, presque familière. Comment était-ce possible ? L'odeur mince, elle sentait à peine cette odeur familière rayée par des odeurs d'herbes locales, d'arbres, de poussière. Mais il restait cette bribe. Shabet, fronçant ses sourcils et se demandant ce que c'était, prit le pas, recherchant activement d'où cela provenait.

Elle s'éloigna un peu de Sofiane, prenant garde où elle mettait ses sabots, ne désirant aucunement se blesser. Et ce fut dans la brume qu'elle distingua peu à peu une silhouette équine plus haute qu'elle et d'une robe si atypique et dorée qu'elle la reconnaîtrait entre mille. Soudainement, ce fut comme une bourrasque de vent chaud, de sable dans ses sabots, d'air brûlant et de chaleur. Voilà ce dont elle se souvenait, des moments souvent courts à discuter de l'autre côté des barrières. Shabet avait une excellente mémoire, elle se souvenait parfaitement de lui mais... s'en souvenait-il ? S'approchant doucement, presque timidement, la jument arborait un sourire discret. Il avait bien grandit, changé, il semblait plus dur et plus marqué par la vie mais.. c'était toujours lui. Toujours cette sublime robe, ces yeux émeraude. Redressant légèrement son encolure, la jument palomino parla doucement. ❝ Bonjour. ❞ Commença t-elle doucement, puis... ❝ Tu te souviens de moi...? ❞ Termina t-elle en avançant un peu son encolure. Ils n'étaient plus les jeunes chevaux de l'époque, ils étaient des adultes mâtures mais... elle s'en souviendrait toujours. Et ce départ brutal, sans adieux... Shabet étant émotive, cela l'avait énormément touché. Sa voix basse et chargée d'émotion le démontrait d'ailleurs parfaitement. Mais malgré cela, elle n'osa rien faire, restant plantée sur ses jambes, l'observant.
© POLLO




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya / El'Dorado
♠ Louve Noire et Songe doré
avatar
Messages : 1305
Points d'Experience : 528
Date d'inscription : 14/10/2011
Age : 21
Localisation : Dans la plaine sauvage...
Joue également : Neo et Plume de Corbeau

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Déserts brûlants.   Ven 17 Avr - 12:19

Ashes of the Past
Shabet & El'Dorado

♠ Et voilà. El'Dorado avait quitté pour quelques heures, voire quelques jours, les terres de Noctis et avait laissé à d'autres, comme à Zéro, le soin de protéger les leurs. Depuis sa rencontre avec ce solitaire séducteur, El'Dorado sentait poindre en lui ce qu'il craignait le plus : le démon qui habitait son père. Ou, du moins, son ombre, une simple partie, une main crochue le tenant fermement. Le doré n'avait pas voulu en inquiéter ses amis : ni Zéro, ni Phoebus, ni Arya ni aucun autre ne devait connaître cette facette de lui. Le seul qu'il pensait pouvoir l'apaiser était Loki. Il était donc venu quérir ses conseils, tôt ce matin, au moment où les Hommes sont encore endormis et que seuls les équidés voguent à leurs occupations. Il avait ainsi vu, couchée et endormie, la nouvelle protégée du gris. Mais quand l'Akhal Téké avait abordé ce sujet, Loki avait fini de s'émerveiller sur cette boule de poil noire et s'était concentré sur lui.

♠ El'Dorado lui expliqua de nombreuses choses. Et durant quelques heures, les deux étalons se promenèrent autour du camp, discutant de ce problème... Epineux. Loki avait beau tenté de le rassurer, de lui expliquer que c'était justement la peur de son père qui provoquait cela, El'Dorado ne se rassurait pas. Il était fébrile et même l'Ombre Grise avait eu l'impression de voir le fantôme de celui qu'il pensait connaître. Mais voilà son vrai lui : plus faible que ce que les autres pensaient, plus fragile, plus horrible... Le doré n'avait pas eu le cœur à rentrer voir la harde. Observer du coin de l'oeil les oeillades en sa direction, accusatrices, inquisitrices... Non, il ne pouvait pas. Il avait peur de leur faire du mal ou de se faire du mal en étant avec eux. Il s'était éloigné du camp, las, ne cachant pas au gris son désespoir croissant. Ses sabots abîmés traînaient sur ce sol trop dur... Et il finit par atterrir aux ruines.

♠ C'était une première pour lui. L'étalon au visage juvénile s'émerveilla devant les vestiges qu'il foulait. Un miroir brisé du passé qui ne faisait que nous faire entrevoir une gloire révolue. Au moins, ici, il ne croiserait personne. Et, curieusement, ses pensées s'envolèrent vers cet ancien monde dévasté dont il observait les restes. Charognes où les vautours n'ont pas encore tout pris. Le temps fila, il ne se rendit compte de rien, observant, découvrant, fouinant dans ce lieu splendide. Soudain, une effluve parvint jusqu'à ses naseaux. Une effluve connue... Cette senteur le rendit mélancolique et l'étalon dressa les oreilles, humant l'air, tête dressée. D'où cela venait-il ? Le doré l'ignorait mais il se sentait étrangement rassuré, nostalgique à cette odeur connue, intimement couverte de celle de la chaleur et du sable des déserts. Le doré oublia tout, fermant les yeux pour se concentrer sur cette odeur : seule l'image d'un désert remonta à son esprit, un désert qu'il avait parcouru, là où se trouvait... Ses parents.

❝ Bonjour. Tu te souviens de moi...? ❞

♠ S'annonça avec douceur une voix féminine. Mais, le protecteur, perdu dans ses pensées, sursauta et se retourna vivement, franchissant d'un bond la courte distance qui le séparait de cette demoiselle. Sourcils froncés, il se ravisa en découvrant que la douceur englobait également son visage et, surtout, que c'était d'elle que cette agréable odeur provenait. Oreilles penchées dans ses crins, il se recula doucement, son poitrail se soulevant rapidement : angoisse, peur, curiosité, nostalgie, tant de sentiments qui se mêlaient !

« Veuillez m'excuser, jeune dame, pour ce geste... Déplacé. »

♠ Chercha-t-il à se faire pardonner. Mais... Que voulait-elle dire ? Se souvenir d'elle ? Il souffla doucement, baissant légèrement son encolure, scrutant son regard pour voir si elle se moquait de lui. Mais cette odeur... Il était perdu. Le doré fit quelques pas en avant, recula, et rejoua cette scène deux-trois fois. Il ne savait vraiment pas quoi faire. Fouettant l'air de sa queue, El'Dorado s'énervait de ne pas se souvenir d'elle. Mais la connaissait-il seulement réellement ? Ou n'était-elle qu'une demoiselle de plus qui l'avait voulu comme père de ses rejetons ? Non, non. Elle ne semblait pas comme ça. Il huma de nouveau l'air, sentant cette odeur rassurante, pour il ne sait quelle raison. Et le protecteur finit par se détendre un peu, prenant une allure plus décontractée.

« Je... Je suis désolé. Je ne me souviens... Pas. Je... Seule... Cette odeur... Rassurante... »

♠ Confessa-t-il en se reculant de nouveau de quelques pas, resserrant ses antérieurs, baissant la tête, gêné.

Code by Silver Lungs


El'Dorado
Art © Wenel ♥:
 


Merci Titan pour ce fabuleux cadeau d'anniversaire ♥ Art©JOB ♥

Sweet Nothing, l'indispensable amoureux ♥:
 
Autre compte: Loki, Plume de Corbeau et Neo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shabet
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 141
Points d'Experience : 45
Date d'inscription : 20/03/2015
Joue également : Zéro, Adriel, Cocaïne, Toxic, Joshua.

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Déserts brûlants.   Jeu 25 Juin - 23:27




••• C'était à des milliers de kilomètres •••




La demoiselle palomino ne pensait pas faire cet effet-là mais certainement que le doré était plongé dans ses pensées lorsqu'elle éleva sa douce voix. Ce vieil ami sembla réellement surprit puisqu'il se détourna avec une grande vivacité, le doré se retrouva en un centième de secondes face à elle. Shabet redressa son encolure, également surprise de cette réaction. Reculant légèrement, ses sabots claquèrent sur une partie de terrain rocailleuse et plate, ses oreilles se penchèrent un bref instant en arrière avant de se redresser, bien droites. La demoiselle à la liste blanche reprit doucement un agréable sourire, bienveillant, tentant de mettre en confiance l'étalon. Il recula un peu et Shabet baissa de nouveau un peu son encolure, l'observant tranquillement, attendant qu'il dise quelque chose. Ce regard émeraude, cette liste, cette robe rare et incomparable: c'était bel et bien El'Dorado. Cet étalon qu'elle avait connu il y a des années lointaines, alors qu'elle aussi était bien plus jeune, ils l'étaient tout les deux. ❝ Veuillez m'excuser, jeune dame, pour ce geste... Déplacé. ❞ "Jeune dame" ? Shabet arqua doucement ses sourcils, prenant un petit air incompréhensif alors qu'elle penchait son encolure d'un côté, ses crins ondulés suivant le mouvement et venant un instant gêner sa vue, jusqu'à qu'elle s'ébroue légèrement. El'Dorado baissa son encolure et finit par glisser son regard vert dans celui de Shabet qui sentait une boule dans son ventre: il ne la reconnaissait pas. Il agissait par ailleurs étrangement, avançant, se reculant, fouettant l'air de sa queue avec un certaine agacement. La croisée Ibérique ne comprenait pas, le regard ennuyé, presque gêné, elle tentait cependant de sourire encore un peu. ❝ Je... Je suis désolé. Je ne me souviens... Pas. Je... Seule... Cette odeur... Rassurante... ❞ Shabet perdit un instant son sourire, elle recula un peu et ferma ses yeux. Soufflant un bon coup, elle reprit ses esprits. Il ne la reconnaissait pas, il ne se souvenait pas. Sauf de cette odeur. Que devait-elle faire ? C'était sa faute, elle était arrivée d'un coup, lui avait fait peur et lui avait imposé sa présence en lui demandant s'il la reconnaissait. Ridicule.

Je... Non, c'est ma faute, je suis désolée je... Ce n'est rien, je vais partir. Je n'aurais pas dû agir comme ça, c'était bête. ❞ Elle recula doucement, évitant les morceaux de roches coupants, une boule dans la gorge. Que faire ? Elle voulait fuir cette réalité, El'Dorado ne se souvenait pas, c'était peut-être mieux ainsi. Shabet se souvenait que la vie du songe doré n'avait pas été des plus belles, au Haras, s'il ne s'en souvenait pas, mieux valait laisser cela ainsi. Sentant que ses coins de yeux s'humidifiaient, la petite jument se détourna et fit quelques pas vers l'avant, s'arrêtant finalement. Non, cette réaction aussi était ridicule. Elle l'avait perturbé avec l'odeur, cette question et maintenant... elle le laissait ainsi en plan ? Shabet soupira de détresse, écarquillant ses yeux. Voilà où menait son émotivité: à faire des choses irréfléchies. Ses jambes semblaient vouloir la lâcher, si bien qu'elle se retourna vers El'Dorado et, lentement, se coucha sur le sol. La prenait-il pour une folle ? C'était fort possible. Shabet releva son regard vert en direction de l'étalon doré, le sourire ayant disparu, le regard un peu perdu et la voix tremblante. ❝ Je suis... encore désolée. Mes jambes, elles... elle ne veulent plus me tenir... Et désolé d'avoir faillit fuir je ne sais pas comment réagir. ❞ A vrai dire, son esprit bouillonnait, elle mourrait d'envie d'extérioriser cette détresse mais, voulait éviter devant lui, il la prendrait encore plus pour une timbrée. ❝ Si vous ne vous en souvenez pas, ce n'est pas important. Je vous assure. ❞ Elle soupira, fermant ses yeux et baissant son encolure. Voilà qu'elle s'était mise à le vouvoyer, pourquoi ? Elle n'en savait rien. Elle se sentait mal et actuellement, maudissait son émotivité.

______
Désolé du retard >3<
Couleur parole de Shabet: #BD8D46
© POLLO




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiyana
 Je suis :
 Je suis :
avatar
Messages : 984
Points d'Experience : 118
Date d'inscription : 25/06/2014
Age : 19
Localisation : In France ! ♫
Joue également : /

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Déserts brûlants.   Mer 10 Aoû - 13:16

Placé dans les abandonnés.





Merci Asgard pour l'avatar et Charbon pour la signa' :heart:


Autres signatures:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 

Déserts brûlants.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le désert de Mojave
» Illusion des Déserts
» Amérique Du Nord: Déserts.
» Notre barque glisse sur l’onde, que dorent de brûlants rayons.
» l'empire des désirs, les déserts du plaisir ⊱ adrastée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spirit RPG :: HORS JEU :: Archives :: RP's Abandonnés-