RSS
RSS

AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Bel oiseau et l'oiseau de Malheur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Le Bel oiseau et l'oiseau de Malheur   Sam 21 Mar - 21:45

Le Bel oiseau et l'oiseau de Malheur
feat. Hirondelle

La petite Corbeau courait le long du campement, fuyant, le souffle court. Ses deux corbeaux volaient un peu en avant, lui indiquant quels tournants prendre, quand ralentir, quand accélérer... Ils la guidaient de sorte à ce qu'elle ne se fasse pas attraper. Mais, bientôt, alors que la petite avait fini par atteindre le bas de la montagne, ses poursuivants la rattrapèrent.

Tout avait commencé une heure plus tôt. Plume de Corbeau avait été pansé par Torrent Vicieux et avait de nouveau subit les remarques peu engageantes de sa sœur jumelle qui, soit dit en passant, ne cessait de se pavaner comme un paon à chaque fois qu'un poulain et même un humain passait dans le coin. Elle avait ce don de penser qu'elle était le centre de l'attention de la gente masculine et des Hommes. Bien sûr, elle se trompait mais la pouliche sombre n'osait lui dire à quel point sa mascarade était vaine. Elle préférait de loin profiter de tous les soins que son jeune maître pouvait lui fournir. Elle en oubliait même la jeune maîtresse de Pie Moqueuse, tentant d'appâter à son tour le peau rouge : chose inutile. Car Plume de Corbeau savait bien une chose sur son jeune maître : il n'aimait pas les femmes. Pas qu'elles ne soient pas attirantes ici ou qu'aucune n'ait encore sur attirer son attention, non. Il aimait simplement les hommes. Il le lui avait confié dès le début, lui avouant qu'il avait aimé un homme qui était étranger au camp mais que celui-ci ne le voyait que comme un apprenti et non comme une personne à part entière. Il avait 15 ans. L'homme en avait 25. Dix ans les séparant n'empêchait pas les sentiments d'être nés et d'avoir causé tant de mal... Car, encore aujourd'hui, même s'il était mort, il hantait l'esprit de Torrent Vicieux sous l'apparence de son fils, Larmes Rouges, et de sa compagne qu'il côtoyait désormais avec assiduité. Personne ne savait et Plume ne le dirait pas, gardant ce secret jusqu'à sa mort qu'elle espérait lointaine.

Une fois le pansage fini, l'arrangement de sa plume dans ses crins et le placement d'un cercle bleu autour de son œil gauche – signifiant une certaine mélancolie de son maître – il finit par lui donner une petite tape sur la croupe et la laisser s'éloigner, rejointe par les deux volatiles qui regardèrent avec attention le travail qu'avait fourni l'humain. Ils durent trouver cela convenable puisqu'ils ne firent aucune retouche. Pie Moqueuse la suivit, curieusement, et Plume de Corbeau en fût ravie : sa sœur voulait-elle donc passer un peu de temps avec elle ? Affichant un sourire discret, elle trottait vers les abords du camp, là où tous les poulains ont pour habitude de se rendre pour jouer. Elle aurait dû se douter que la pie avait une idée derrière la tête... Mais, innocente et naïve, elle avait crû que sa sœur lui accordait, pour une fois, de l'importance. Ce n'est que lorsqu'elles durent convenablement entourée, que la fichue pie mit à exécution son terrible plan...

« Comment peux-tu dire ça, fichu corbeau ?! »

Plume se retourna, surprise, tout comme ses corbeaux qui se redressèrent, se donnant des coups d'oeil d'incompréhension : elle n'avait pas ouvert la bouche...

« Comment peux-tu dire autant de méchancetés sur eux et sur moi ?! »

Et elle se mit à sangloter, jouant à merveille, il faut le reconnaître. Les poulains alentours et quelques jeunes adolescents s'approchèrent, lui demandant ce qu'elle pouvait bien avoir. Elle leur expliqua que Plume de Corbeau l'avait traité de tous les noms et qu'elle avait insulté les personnes qui se trouvaient dans les parages de façon gratuite ! Elle accentua si bien ses propos, que même les plus récalcitrants à critiquer la jeune pouliche sombre se parèrent de leurs armures de guerre ! La pauvre jeune, quant à elle, ne comprenait rien à ce qui se passait et finit par sentir une menace bien plus redoutable que toutes celles qu'elle avait déjà subi : tous les regards, dont les étincelles meurtrières ne présageaient rien de bon, se tournèrent vers elle... Plume croisa le regard de sa sœur, au milieu de cette troupe, là où plus personne ne la voyait, avec son sourire victorieux et sa malice sournoise dans les yeux. L'enfant n'en attendit pas plus pour déguerpir le plus rapidement possible !

Vous voyez donc un peu le tableau, désormais que la pouliche était prise au piège ? En tenaille ? Tous les poulains les plus virulents la regardaient, haineux. Même ces jeunes adolescents censés être un peu plus malin ne semblaient plus aptes à réfléchir correctement : le danger guettait et Plume ne savait vraiment pas comment s'en sortir. Bien sûr, les corbeaux tentèrent une attaque mais ils se prirent quelques coups de dents et abandonnèrent l'idée : ils ne pouvaient rien faire pour leur protégée, leur amie. Ils se mirent à tournoyer dans le ciel en croassant d'impuissance, espérant sans doute que quelqu'un entendrait leur cris de détresse. En attendant, les sabots et les dents se rapprochaient et Plume ne savait pas quoi faire. Elle tenta une percée et se reçut une piqûre de rappel au niveau du garrot qui la stoppa net. Quelques coups de sabots se posèrent sur ses antérieurs sans qu'elle ne bronche, serrant les dents. Cela finirait bien par se terminer un jour, n'est-ce pas ?

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Armani / Hirondelle
No Love, No Pain, Right ? ~
avatar
Messages : 885
Points d'Experience : 190
Date d'inscription : 06/02/2012
Age : 23
Joue également : Ciel Étoilé; Équinox; Sidka; Frostbite

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Le Bel oiseau et l'oiseau de Malheur   Mer 6 Mai - 2:47

C'était bizarre, c'était le moins que l'on puisse dire. Cette journée entière avait été des plus déroutantes, mais là ça remportait la mise. Qui aurait cru que moi, Hiro', allait un jour... protéger de mon corps une pouliche? Elle est bien bonne.

Récapitulons, malgré que ça risque de prendre un moment. Accordez-le moi, je viens tout juste de remettre les pieds chez ce que j'ai le plus proche d'une famille. Bref, je l'ai quitté il y a presque 2 étés maintenant. Pourquoi... Ça sera pour une autre fois. Toujours est-il que je n'ai pas trouvé ce que je cherchais et bredouille, je suis revenu comme un bon chien dressé à la maison. Dans un sale état, certes, mais Paco semblait assez ému. Mais pas assez pour me donner une journée de répis. Non, allez, hop, au gallop. Je sais pas trop ce que ce petit bipède - qui avait quand même grandit depuis mon absence - avait en tête: une partie de chasse peut-être? C'était ce que l'on faisait avant. Mais non. Je pense qu'il voulait me jauger. J'avais perdu du poids, mais j'étais toujours aussi robuste et je pense que je ne l'ai pas déçu.

Il n'a pas pris de temps. Sur le chemin du retour de notre balade (ou il m'avait vraiment poussé le malin, j'étais en nage), il me parlait déjà de la peinture qu'il allait appliqué sur mon front. Pas moyen d'y échapper. Chez les indiens, rien ne se faisait de moitié: c'était tout ou rien. D'une certaine façon, j'aimais cette façon de penser: on était fixé d'avance. Mais depuis ma rencontre avec les sauvages et même les cow-boys, j'aimais bien un peu de nuance, de temps en temps... Mais voilà, j'étais gentille, il le fallait bien, on venait de se retrouver. Il m'avait manqué ce petit humain maigrichon. Je m'avais laissé guider, n'avais pas pris possession des rennes et n'étais pas parti dans un coup de tête. Fallait lui prouver que j'avais changer après tout.

Mais en faite, pas du tout. On approchait du camps, quand un bruit suspect attira vivement mon attention. J'étais épuisée, mais j'avais vu pire. Je m'arrêtai sec, les oreilles au aguets, ignorant les petits coups de talons de mon cavalier. Des corbeaux. Étrange. J'avais compris lors de mon errance qu'il était sage de se fier aux volatiles. Ils avertissaient à merveille du danger, de la température et des sources d'eau fraîches. Vraiment remarquable ce qu'on peut apprendre dans la nature. Mais ces deux corbeaux avaient une attitude bizarre à gueuler comme des fous, alors qu'ils n'allaient vraisemblablement nul part. Je n'avais pas encore eut de véritable nouvelle sur ce qui c'était passé au camp. Je voyais que les choses avaient changé, mais rien de plus précis. Sans plus réfléchir, je filai malgré mon état de fatigue. Paco, que j'avais momentanément oublié, faillit tomber mais il se rattrapa fermement en jurant. Je n'en fis rien.

Bientôt, je fus sur la scène. Et bientôt, je me souvins pourquoi j'aimais pas les gosses. Je fus tenter de repartir, mais vu mon entrée plutôt brusque et remarquée, je fus quelque peu obligé d'intervenir. Tout en refusant d'admettre que je me revoyais dans cette scène, déboula de la façon la plus disgracieuse afin d'en bousculer quelques uns qui m'obstruaient le passage, pour venir me planter au dessus de la minuscule pouliche qui tremblait de peur au milieu de ce groupe de mômes qui n'avaient rien de mieux à faire de leur journée.

- Du balais, moucherons!

Rajoutez à cela l'inconnu de mon visage, et ils étaient cuit comme des œufs. Je n'étais pas du genre fine, et ma robe sombre suffisait à en imposer. Je gonflai mon poitrail et leur laissai un regard noir. Ils n'en demandèrent pas plus. Lorsque la majorité avaient déguerpis sans demandé leur reste, je quittai ma position de poule couvant un oeuf et m'ébrouai, un Paco assez confus et mécontent sur mon dos. Je me tournai vers la noiraude, que je découvris bientôt d'être la maîtresse des deux corbeaux, qui s'étaient calmé depuis. Je la considérai un moment, dans un silence fermé.

Puis je décidai que le règne de terreur d'Hiro avait assez duré.

- Ça va, petite?, demandai-je doucement.

Je ne comptais pas m'informer plus que ça. Je comptais même en finir rapidement avec cette histoire et ne plus y penser. Moi qui avait voulu garder un profil bas pour les premiers jours, c'était bien joué. Bravo.



Armani (merci Scare):
 

Armani et Hirondelle en humaine:
 

Spoiler:
 

21 roses, merci Malice, Stormy, Swan, Glory, Destiny, Oméga, Momo, XI, Évidemment, Plumy, Spirit, Penny Black, Marquise, Ironie Funeste, Zéro <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya / El'Dorado
♠ Louve Noire et Songe doré
avatar
Messages : 1304
Points d'Experience : 528
Date d'inscription : 14/10/2011
Age : 21
Localisation : Dans la plaine sauvage...
Joue également : Neo et Plume de Corbeau

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Le Bel oiseau et l'oiseau de Malheur   Jeu 11 Juin - 23:57

Les coups pleuvaient et Plume se taisait, prenant sur elle, serrant les dents pour ne pas crier à chaque douleur aiguë qui tannait sa robe. Elle n'écoutait plus que vaguement les menaces prononcées par ses agresseurs, les cris des deux corbeaux, Phobos et Demos, se faisaient de plus en plus lointain à mesure que les coups s'accentuaient, se concentrant sur le garrot, les flancs puis la croupe avant de revenir aux antérieurs. La petite pouliche sombre n'entendait plus que le rire pourtant éloigné de sa sœur jumelle, constatant avec délectation qu'elle avait une nouvelle fois réussi à faire payer le prix de la mort de leur mère au Corbeau. La petite ne garda pas longtemps ses larmes qui perlèrent sur ses joues salies déjà par la terre, tremblante.

C'est alors que l'impensable se produisit : alors qu'elle se tenait prostrée, soudain, une masse déboula, poussant les premiers qui protestèrent vaguement avant de se taire de surprise ! Plume de Corbeau ne bougea pas, n'y croyant pas. Elle sentit la chaleur douce et rassurante de la jument qui se tenait au-dessus d'elle et qui chassait ses bourreaux. Plume de Corbeau l'observa, constatant le mécontentement de l'humain qui devait sans doute connaître son histoire. La jeune pouliche n'en croyait pas ses yeux : elle n'avait jamais vu cette jument et elle venait de la sauver. Quel geste regrettable pour elle... Si elle n'avait pas agi, elle n'aurait pas été repéré par les poulains. Il ne restait plus qu'à espérer que les rumeurs ne se propagent pas ou la pauvre serait assaillit par les insultes, et ce, même par des adultes.

Phobos et Demos voletèrent encore quelques instants au-dessus de sa tête avant de redescendre, se poser sur le dos meurtri de la belle, couchée, continuant de regarder sa sauveuse avec surprise et gêne.

- Ça va, petite?

Demanda cette dernière avec une douceur qui surprit la petite sombre. Elle ouvrit la bouche pour parler mais rien ne sortit, hormis un hoquet de sanglot. Les deux corbeaux se moquèrent en croassant avant de se relever et d'aller au pied de la jument, roucoulant à moitié devant la miss. Ils essayaient de la remercier mais peu de monde comprenant le langage de ces oiseaux, ils avaient pris l'habitude de parader pour octroyer des remerciements. Plume de Corbeau tenta une nouvelle fois de parler et, avec difficultés, elle y parvint.

« Je... Je cr-... Je crois que ç-... ça va. »

Répondit-elle en hoquetant. Elle tenta de se redresser mais préféra finalement ne pas bouger, sentant son dos lui ordonner de ne pas se mouvoir. Elle ne grimaça. Plume de Corbeau redressa la tête et planta son regard bleu, si clair, dans celui de la jument avec désolation.

« Vou-... Vous n'auriez pas... Dû... »

Entama-t-elle mais coupée par un nouveau sanglot.

HRP : Je rajouterais le code et les couleurs dès que ça ne buguera plus x)


El'Dorado
Art © Wenel ♥:
 


Merci Titan pour ce fabuleux cadeau d'anniversaire ♥️ Art©️JOB ♥️

Sweet Nothing, l'indispensable amoureux ♥:
 
Autre compte: Loki, Plume de Corbeau et Neo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armani / Hirondelle
No Love, No Pain, Right ? ~
avatar
Messages : 885
Points d'Experience : 190
Date d'inscription : 06/02/2012
Age : 23
Joue également : Ciel Étoilé; Équinox; Sidka; Frostbite

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Le Bel oiseau et l'oiseau de Malheur   Ven 19 Juin - 22:00

Hirondelle et Corbette
Eurgh, songeai-je avec un malaise grandissant, elle pleurait, la petiote. Je jetai des coups d'oeil à droite et à gauche, tentant de trouver de l'aide, quelqu'un à qui relayer la tâche quoi. Je n'étais pas douée avec les larmes, moi. Avec les gosses en général non plus. Paco glissa de mon dos et me fit un air de ''toi et moi on va devoir avoir une longue discussion'' mais je l'ignorai. Les corbeaux qui semblaient ne pas quitter la noiraude se roulaient à mes sabots, comme s'ils s'inclinaient devant ma grandeur. J'aurais peut-être dû trouvé ça comique, mais je lâchai tout bas un commentaire sarcastique à leur égat:

- Vous devriez vous montrer plus utile dans ces situations les gars. Vraiment, chapeau!

« Je... Je cr-... Je crois que ç-... ça va. »

La petite pouliche avait enfin retrouvé sa langue et je tournai mon regard vers elle, baissant mon encolure pour être plus à sa hauteur. Je la jaugeai deux minutes, alors qu'elle tentai de reprendre le contrôle de ses émotions, en vain. Elle faisait l'effort d'être courageuse, je devais l'admirer pour ça. Je pinçai les lèvres et soupirai en me reculant pour lui laisser de l'air. Après tout, qui appréciais ce genre d'observation? Certainement pas moi.

- Allez, sèche tes pleurs, c'est fini maintenant, fis-je, la voix un peu plus rude que prévu. Je lui dis cela sans la regarder. Elle me rendait plutôt mal à l'aise, cette pouliche, avec son air si doux et une si grande souffrance dans ses prunelles bleues. Pourquoi laissait-on des choses comme celles-ci arriver ? Au camp surtout. C'était pourtant reconnu comme un nid convivial, mais j'avais remarqué un certain débalancement dans l'énergie du camp. Paco choisit ce moment pour s'approcher doucement de la pouliche et l'aida à se relever, mais la petite semblait protester de douleur. Il partit rapidement chercher la shaman, en nous informant de son retour imminent.

Sentant son regard planté sur moi, je fus obligée de pencher mon regard de chouette vers la pouliche au sol, encore tremblante de peur et de souffrance.

« Vou-... Vous n'auriez pas... Dû... »

Non, effectivement, pensai-je aussitôt. C'était vrai, ce n'était pas mon genre de m'inciser dans les histoires des jeunots. J'avais fait mon temps en tant que tel, et j'étais plus qu'heureuse d'avoir atteint l'âge adulte pour être libérer de cette chimie malsaine qu'on les enfants en général envers les autres. Mais évidemment, elle devait parlé d'autre chose étant donné qu'elle ne me connaissait pas, tout comme j'ignorais tout d'elle.

- Écoute, ce n'est pas une bande de gamins mal élevés qui va me foutre les jetons, petite, confiai-je, affichant un sourire en coin. Toi par contre, tu devrais éviter d'être seule dans ce genre de situation.

Et voilà que je donnais des conseils. C'est Myrtille qui serait fière... En fronçant les sourcils, je posai enfin la question qui me tournait dans la tête depuis un moment.

- Comment se fait-il que tes parents ne sont pas avec toi?

En effet, il me semblait qu'à cette âge, les parents étaient la solution à tous les problèmes. Mais enfin, qu'est-ce que j'en savais? Orpheline, personne n'avait la moindre information sur mes géniteurs et mon année hors du camp ne m'en avait pas appris grand chose. J'étais seule au monde. Je n'ai pas eu le luxe (ou la malédiction) d'avoir des parents.





Armani (merci Scare):
 

Armani et Hirondelle en humaine:
 

Spoiler:
 

21 roses, merci Malice, Stormy, Swan, Glory, Destiny, Oméga, Momo, XI, Évidemment, Plumy, Spirit, Penny Black, Marquise, Ironie Funeste, Zéro <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiyana
 Je suis :
 Je suis :
avatar
Messages : 1148
Points d'Experience : 127
Date d'inscription : 25/06/2014
Age : 20
Localisation : In France ! ♫
Joue également : /

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Le Bel oiseau et l'oiseau de Malheur   Mer 10 Aoû - 10:50

Placé dans les abandonnés.





Merci Asgard pour l'avatar et Charbon pour la signa' :heart:


Autres signatures:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le Bel oiseau et l'oiseau de Malheur   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Bel oiseau et l'oiseau de Malheur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'oiseau messager
» Oiseau de malheur
» Un oiseau qui chante....
» Deux oiseau etrange(PV Duscisio)
» Un petit kit pour l'oiseau bleu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spirit RPG :: HORS JEU :: Archives :: RP's Abandonnés-