RSS
RSS

AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un peu trop près d'une meute de loup. [Titan - Breeze]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Un peu trop près d'une meute de loup. [Titan - Breeze]   Ven 13 Mar - 21:57




- Un peu trop près d'une meute de loup -

Oh dear...

Feat Titan & Breeze







Dans ce monde, il y a ceux qui vivent une paisible vie, et il y a ceux qui n'ont peur de rien. Les premiers vivent en famille, ne voyagent pas, et n'ont pas une vie très compliqué. La seconde, elle, est en solitaire, et chaque jour est une nouvelle aventure. Breeze faisait partit de la seconde cathégorie. Tout les jours, il marchait des kilomètres, découvrait de nouvelle chose, et risquait sa vie. L'aventure est sa seule raison de vivre. Aucune attache, aucune famille, aucun réel ami proche. Non, vraiment, Breeze était le solitaire par excellence. Enfin, célibataire, aussi. Pourquoi ? Les juments, ils aiment aller leur faire la cour. Mais ça se passe pas toujours très bien. Alooooors... bah on peut pas dire qu'il a de jument pour amie. Les étalons ? Haha... soit c'est mieux, soit c'est pire. Bien souvent, il tombe sur d'autres mâles qui convoitent celle à qui il faisait les yeux doux. Forcément, ça n'aide pas à créer des bonnes relations va-t-on dire. Puis, après, il y a les pure mecs viriles, célibataire, tout comme lui. Viril ? Breeze n'est pas une fillette mais... nous allons dire qu'il y a plus carré que lui. Non, franchement, il préfère fuir le danger, et les ennuis.

A propos d'ennuis, voilà qu'il était tombé sur un endroit qu'il n'aurait jamais aimé visiter... Le repère des voleurs. Il ignorait que c'était ici, et s'était approché bêtement, comme un idiot. C'est seulement en voyant une bâtisse humaine qu'il s'est dit "Hey, ce truc me rappelle vachement la description d'un étalon cowboy qui avait fait un séjour chez les voleurs..." puis là... Tilt. Oups. Il avait fait une grosse bêtise. Voilà qu'il rasait les murs pour passer discrètement par là, ou plutôt s'en éloigner. La dernière chose qu'il aurait aimé qu'il lui arrive, c'est de tomber sur l'un de ces chevaux appartenant à ces crapules. A ce qu'on lui a dit, ils ne sont pas très aimable. On lui a parlé d'un cheval gigantesque, sans crins, et... brrrr. Quelle horreur ! Il ne voulait pas se rappeler la suite. Non sérieusement, il devait fuir l'endroit. Regardant à droite, à gauche, assez stressé, il vérifiait qu'il était seul. Pas un bruit, pas un son... étrange. Ils étaient peut être partit ?

Seulement voilà. Il venait de buter contre quelque chose. Mais c'était quoi exactement ?




HRP : Sorry, c'est un peu petit. Ça viendra après !
Revenir en haut Aller en bas
Eagle Rare
Je suis:
Je suis:

Messages : 331
Points d'Experience : 54
Date d'inscription : 08/09/2014
Age : 21

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Un peu trop près d'une meute de loup. [Titan - Breeze]   Dim 15 Mar - 12:33


Ces derniers temps, et à force de voir son Kladrubber s'engraisser comme un porc sauvage, Sanders avait décidé de sortir l'étalon et de lui faire effectuer quelques exercices d'endurance mais aussi de concentration pour canaliser le géant. Et, aussi étonnant que cela puisse paraitre, le grand mâle s'était tout bonnement appliqué, arquant doucement la nuque au dessus du mors qu'il mâchait entre ses mâchoires pour garder un contact certain avec son cavalier. Ayant été habitué à travailler avec Madame Delavay il fallait avouer que l'étalon avait pris goût à ce genre de choses et se plaisait dans l’exécution de diverse figures et ce même lorsque Sanders n'avait rien demandé, il semblait vouloir montrer à tout prix de quoi il était capable sous la selle du jeune homme blond, circonspect.

La mâtiné entière passa. La robe parsemée d'écume, les lèvres blanchies par la salive et les naseaux encore étirée, Titanic revenait de la forêt dans un trot énergique non mécontent de rentrer, surtout avec l'idée d'avoir une portion de foin de qualité. Cependant, il se figea net lorsque dans son champ de vision se dessina la silhouette svelte d'un étalon sauvage. Ses oreilles se fixèrent devant lui et ses deux prunelles d'ambre observèrent calmement pendant que ses deux gros sourcils venaient s'abaisser devant son regard. En bon étalon territorial, Titan ne supportait pas voir de nouvelles têtes tourner autour de ses juments, c'était d'ailleurs pour cela que contrairement aux autres il avait été cloitré dans un boxe et parfois même encordé lorsqu'on installait de nouveaux venus.
Celui là, avec sa robe cuivrée et sa crinière délavée, avait l'air bien trop curieux surtout pour le Goliath des voleurs. Alors qu'il essayait de se défiler, Titanic comptait bien lui rentrer dans le lard. Sanders, passif, laissa l'étalon faire, il avait pour idée de laisser Titan s'en approcher pendant qu'il restait totalement silencieux pour ne pas effrayer le bellâtre à la robe rouge.

L'étalon sauvage regardait consciencieusement de chaque coté pour s'assurer que personne ne l'avait repéré, seulement il n'avait pas pris attention à ce qui se tramait devant lui: Le Titan en colère qui ne voyait qu'un rival potentiel en la personne de l'inconnu. Ce dernier vint se frapper contre le poitrail du géant qui abaissa l'encolure pour croiser son regard et laissa échapper un soupire menaçant d'entre ses deux naseaux.

- J'espère que c'est la sortie qu'tu cherches. Ajouta t-il pendant que Sanders essayait d'improviser un lasso de fortune avec l'une des paires de rênes de son étalon. Il n'avait jamais eut à contrôler Titanic sans le mors de bride et c'était quelque chose qu'il redoutait, mais l'étalon sauvage qui se tenait devant eux en valait la peine. Le blondinet n'avait jamais vu de tel cheval et l'imaginait déjà parmi eux. Vläed remarquerait surement la polyvalence de Sanders et avec un peu de chance il le monterait en grade. A vrai dire le jeune homme n'était pas de ceux qui courraient après les grades mais chez les voleurs c'était en fait la seule façon d'être bien logé, d'autant plus quand le patron avait en sa possession une pépite qui valait gros.

Sentant une pression contre son flanc droit, Titanic se déporta vers la gauche pour contourner l'autre étalon alors que Sanders - avec toute la méfiance du monde - tendit le bras pour essayer de passer son lasso improvisé autour de l'encolure de l'autre mâle. Ne l'entendant pas de cette oreilles, le géant envoya les dents contre les flancs de ce dernier.

- Dégage! Les oreilles plaquées. Face à ça, Sanders repris les rênes pour stopper son cheval qui sous la pression d'un simple mors lança son encolure vers l'arrière pour mieux se dresser sur ses postérieurs. Rien qui ne soit bien rassurant pour un cheval sauvage qui tentait déjà de fuir. Prêt à le prendre en chasse, le blondinet n'avait pas lâché des yeux l'étalon rougeâtre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un peu trop près d'une meute de loup. [Titan - Breeze]   Dim 15 Mar - 15:37




- Un peu trop près d'une meute de loup -

Aaaaaaaaah !

Feat Titan & Breeze







Le voilà. Il était là, ce montre. Ce géant sans crins, au regard perçant, et monstrueux. Il n'avait décidément pas assuré en ne regardant pas devant. Ayant reculé un peu de surprise, il secouait la tête, avant relever les yeux sur ce qu'il avait devant lui. Oui, cet étalon... Oh il le faisait réellement flipper. Baissant les oreilles, et laissant ses yeux s'agrandir au maximum, il prit un air aussi terrifié que le plus apeuré des poulains. Breeze se sentait tellement idiot, aussi.Il aurait dû faire demi-tour, et vite. N'importe quel animal censé l'aurait fait !

- J'espère que c'est la sortie qu'tu cherches.

Ne bougeant plus et ne voulant absolument pas répondre, son regard fini par bouger un peu, pour remarquer un humain. Il y avait en plus un de ces bipèdes ! Quelle galère ! Il n'aurait pas cherché, et l'aurait mordu en temps normal, mais là... ce qui l'effrayait le plus était ce machin énorme devant lui. Qu'est-ce qu'il n'était pas agréable à regarder... Breeze ne se définissait pas comme une perfection mais... disons qu'il aime contempler son reflet dans l'eau. Pendant des heures. Concrètement, Titan était à ses yeux la faute de goût ultime de mère nature. En plus il était abîmé sur le museau et... raaaah. Non. Il devait regarder ailleurs. Mais il ne pouvait pas. Cette "chose" allait lui rentrer dedans, c'était clair.

Mais... doucement, ce qui l'inquiétait de plus devenait l'humain. Que fabriquait il. Un... oui c'était quelque chose pour l'attraper, c'était clair et net. Mais il faisait ça avec des rênes ? C'était pas un peu... risqué ? Il avait vu beaucoup de chevaux en profiter pour se sauver par le passé. Mais il n'avait pas réagit, comme un imbécile, encore. Cela ne te viendrait pas à l'idée de fuir, Breeze ? Non. Son regard était perdu dans celui de Titan. Il avait l'impression qu'il était dévoré par l'intérieur. Cela lui rappelait... Oh oui c'était ça. Le même regard que l'étalon qui l'avait chassé de chez les indiens il y a fort longtemps. Cela le choquait et le tétanisait. Cependant, il sursauta en entendant un coup de dents qui venait de frôler son flanc. Et encore, il manquait des poils. Wow ! Il recula vivement, ayant enfin reprit ses esprits.

- Dégage! 

Dégager ? Il y comptait bien ! Il regardait autour, cherchant le point de fuite le plus facile. Ah, il y avait bien là-bas, mais il y avait un tel bazar... Il risquerait de se blesser les pattes. Puis... Hum, il venait de penser. L'étalon voulait qu'il parte. L'humain non, visiblement. Ils n'étaient donc pas en grande cohésion ? Il releva les oreilles, et regarda Titan d'un air sérieux avec sa voix plutôt grave, qu'il a dans ces moments là.

- Ah, mais je veux partir moi. Justement ! Tien ton humain en laisse, et tu ne me reverras jamais !

Disait il en reculant, puisque l'autre se cabrait. Non, il n'était pas rassuré, loin de là. Puis il se décida. Faisant un tour rapide sur lui même en s'élançant, il se mit à courir dans la direction opposé, mais se prit les postérieurs dans un licol qui traînait parterre.

- … A-Aaaaah ?!

Il marchait ainsi un peu de travers, en balançant son postérieur droit sur le côté pour s'en débarrasser. Forcé de s'arrêter pour marcher en crabe vers le côtés gauche en agitant son membre, il venait de perdre l'équilibre, et finir dans un tas de sceaux, et d'autres trucs. LE truc bruyant par excellence. Si il voulait rester discret, c'est raté. Il se relevait en vitesse, regardant autour, désorienté, avant de secouer la tête. Ses deux antagonistes se demandaient probablement comme un cheval sauvage aussi maladroit avait pu survivre jusque là ? Et bien la réponse est la suivante : Il est habituellement très chanceux. Et aujourd'hui... Non.




HRP : Voilà. J'ai répondu dans la journée pour que ça soit fait. A toi quand tu veux.
Désolé d'avoir appuyé sur un côté monstrueux pour Titan mais... C'est Breeze. Si t'es pas dans sa "catégorie" (ou du moins ce qu'il estime de à son goût), alors t'es pas regardable à ses yeux ! :aaaah:
Revenir en haut Aller en bas
Eagle Rare
Je suis:
Je suis:

Messages : 331
Points d'Experience : 54
Date d'inscription : 08/09/2014
Age : 21

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Un peu trop près d'une meute de loup. [Titan - Breeze]   Jeu 26 Mar - 11:43


Assurant qu'il voulait s'en aller, l'étalon rouge s'éloigna au loin mais dans sa course folle s’empiégea dans un licol qui trainait là, surement laissé par Zekke ou bien quelqu'un dans ce genre. Titanic et Sanders étaient resté bouche bée devant ce spectacle quelque peut décevant de la part d'un fougueux animal sauvage. Sans attendre, néanmoins, le jeune homme serra les mollet sur les cotes de l'étalon fumé qui se refusa à avancer: Il ne voulait qu'on capture un énième étalon, il y en avait bien assez comme ça dans ce repaire, voir trop aux yeux du géant. Face au manque de volonté de Titanic, Sanders rentra les talons pour titiller les flancs de sa monture du coin de ses éperons. La réaction ne se fit pas attendre, sentir deux pointes de fers se planter dans ses cotes le rendait tout bonnement dingue. Il rua, envoya les postérieurs comme il savait si bien le faire, mais Sanders étant un habitué des départs brusques et des réactions exagérer du délicat étalon qui abhorrait plus que tout être précipité, resta en selle. Son petit caprice terminé, le Kladruber s’élançant à contre cœur.

- Un comme ça, il durerait même pas deux jours ici avant que quelqu'un ne lui même une balle dans le crâne. Affirma le jeune homme qui avait pris l'étalon sauvage pour un de ces animaux brusques incapable de savoir où il allait poser les pattes, une espèce de second Titanic finalement, enclin à sombrer à chaque pas. Seulement Titanic avait pour lui l'obéissance, du moins à certain moment, mais il était indéniable qu'il avait reçu une éducation particulière et ce d'où qu'il vienne. Son entraineur avait vraisemblablement fait du bon travail avec lui, malheureusement Sanders, bien qu'ayant toute la volonté du monde, n'avait pas encore sût trouver comment prendre le cheval: Avec des pincettes tout simplement.
Arrivé à la hauteur du mâle aux crins lavés, Titan se stoppa et le blondinet sauta de sa selle. S'approchant avec méfiance - pour éviter que l'autre ne s'énerve et ne s'empiège encore plus - il tenta d'attraper un morceau de la longe dans laquelle l'étalon s'était pris pour ensuite la défaire.

- Eh, Sanders! Qu'est-ce que tu fais?
Voilà ce qui arrivait quand on faisait tant de bruit: On attirait Murphy, celui là avait des oreilles de partout dans le repaire et à la moindre anomalie on le voyait se ramener. L'étalon fumé plaqua les oreilles à la seule vue de l'individu puis se tourna vers son congénère quelque peu décontenancé et surtout légèrement agacé.

- Qu'est-ce que tu n'as pas compris quand je t'ai dis de dégager?
Grommela t-il en grinçant des dents, levant les yeux au ciel. Là c'est clair que tu risques de nous avoir au cul pendant un moment... Et la nouvelle était loin de plaire à Titan qui détestait devoir se lancer dans la chasse aux chevaux sauvages alors que ce n'était pas son boulot. Enfin, pour se lancer dans une chasse il fallait déjà que l'autre se mette à courir et visiblement - en le voyant dans cet état, emmêlé dans de la corde - il n'était pas près de s'y mettre. L'autre, Murphy, il s'était empressé d'aller chercher son lasso et ses éperons ce qui laissait encore le temps de partir à l'étalon sauvage.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un peu trop près d'une meute de loup. [Titan - Breeze]   Lun 13 Avr - 21:17




- Un peu trop près d'une meute de loup -

Maybe next time, cowboy ?

Feat Titan & Breeze







Oh Dear. C'était décidément pas sa journée. Pas du tout même. L'autre semblait pas commode, son humain voulait visiblement en faire son quatre heure également, et en plus, ils le regardaient comme si il n'était qu'un idiot, un imbécile. Loin de là ! Breeze était juste en panique totale. C'est quelque chose qui lui arrive bien rarement, mais aujourd'hui, c'est le cas, c'est ainsi. Que pouvait-il y faire ? Son cœur battait plus vite que jamais, de peur. Lui aussi ne voulait pas rester ici, ou du moins s'y éterniser. Il ne faisait pas du tout le poids face à Titan. Oh non. La seule solution était définitivement la fuite. Le gros étalon se cabra, ensuite, montrant de nouveau toute sa puissance. Mais il nota quelque chose : Il semblait, lui, ne pas vouloir attraper le jeune chocolat. Autre chose, lui et son cavalier le prennent pour un cheval totalement à côté de la plaque, pourquoi ne pas en profiter ?

- Un comme ça, il durerait même pas deux jours ici avant que quelqu'un ne lui même une balle dans le crâne.

Et pourtant, si il savait ce qu'il avait enduré. Breeze gardait un air apeuré, et pourtant il se calmait, intérieurement. Il fallait retourner la situation à son avantage. Il observa les objets humains dans lesquels il s'était prit les pattes, d'un coup d’œil. Il ne connaissait pas ce terrain, il fallait donc absolument qu'il retourne sur le siens. Il releva ensuite les yeux vers Titanic, puis les tourna vers le petit blondinet. En faite, il ne faisait pas du tout peur, lui. Et en plus, il le détachait. Pauvre idiot.

- Eh, Sanders! Qu'est-ce que tu fais?

Et en voilà un autre ! La fête continue ! L'alezan crins lavés souffla dans ses naseaux, agacé. Cet humain semblait pas très futé non plus. Décidément, Breeze préférait totalement les indiens. Les Cowboys ont tellement des accoutrement bizarres et agressifs. Quel idée de vous mettre quelque chose dans la bouche pour vous faire avancer, et des piques sur ses pieds pour vous faire du mal. Comme le géant devant lui l'avait démontré, cela crée plus de mauvaises réactions que de bonnes. Il reprenait petit à petit de l'assurance. Cependant, sa petite once de courage retomba rapidement quand Hail The Titanic recommença ses menaces. Arg. Le moins sympathique d'entre eux, c'était bien lui.

- Qu'est-ce que tu n'as pas compris quand je t'ai dis de dégager? Là c'est clair que tu risques de nous avoir au cul pendant un moment...

Un coup il était agressif, un coup il semblait prêt à ne pas faire d'effort pour le laisser fuir. D'ailleurs, la corde était défaite. Merci petit ami humain blond à l'allure stupide ! Il se releva d'un bond, le sauvage, et le dégagea en passage avec le côté de son corps, ayant tangué un peu. Non mais sans rire ! Bon, il aurait pu le piétiner, aussi, mais il n'avait décidément pas le temps. Il regarda néanmoins en vitesse son camarade à sabots.

- Oh, mais, j'y vais ! N'ai crainte ! Oh... et merci de la diversion.

Disait il avant de dessiner un léger sourire sur son visage, comme si il avait prévu un plan depuis quelques secondes, et c'était le cas. Il se retourna, et frappa un tas sceaux qui traînait par là, en ruant. Ainsi tous se détachaient des uns et des autres, et volaient un peu partout. Cela faisait du vacarme, certes, mais détournait bien l'attention. Il se mit à courir vers la sortie, ensuite, priant pour que l'étalon voleur ne s'en prenne pas un, et devienne fou de rage au point de le poursuivre pour lui faire la peau. Cependant, pourquoi avait il remercié Titan ? Car il n'allait sûrement pas apprécier la plaisanterie, et se cabrer, de surprise. Cela occuperait l'humain, qui d'ailleurs était probablement tombé, car il allait devoir rattraper sa monture.



Revenir en haut Aller en bas
Eagle Rare
Je suis:
Je suis:

Messages : 331
Points d'Experience : 54
Date d'inscription : 08/09/2014
Age : 21

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Un peu trop près d'une meute de loup. [Titan - Breeze]   Sam 11 Juil - 9:21


Les sceaux volèrent suite au coup bien placé du sauvageon et l'un d'entre eux vint percuter le crâne de Sanders - qui resta sonné un moment - pendant qu'un second manqua de peu Titan qui dans la surprise se sentit reculer vivement. A peine eut-il le temps de reprendre son calme qu'un poids - bien différent de celui de Sanders - s'écrasa brusquement sur son dos. Le dit poids avait arraché les rênes et planté deux éperons plutôt sévère dans les cotes de l'étalon fumé. Pris par surprise, l'animal fit un bon de cinq mètres en avant et comme un taureau enragé il s'élança à la poursuite du fuyard comme son nouveau cavalier semblait lui avoir demandé. Murphy venait - sous le nez de Sanders, hagard - de s'emparer de l'étalon qu'il convoitait tant pour une charmante partie de chasse. On aurait cru voir un tank collé au train de Breeze, une impressionnante masse de muscle - et surement de graisse - qui fonçait droit devant ignorant tous les obstacles préférant les briser que de les sauter. Il fallait avouer que ce coup d'éperons avait réveiller le Titan qui en avait encore les naseaux dilaté, les yeux exorbités, voilà - surement - pourquoi les chevaux de voleurs faisaient si peur.

Mais alors que le géant commençait à ralentir un peu et se remettre de ses émotions, le brigand le rattrapa aussitôt et lui asséna un nouveau coup de jambe qui ne manqua pas de le faire sauter en l'air encore une fois, lançant les postérieurs derrière avant de reprendre à fond.

- Aller grande carne! Tu ne le rattraperas jamais à ce train là! Maugréa Murphy qui s'agitait sur le dos de l'étalon, préparant de quoi attraper le fuyard. Il repris les rênes d'une main, bloquant la nuque du grand mâle fumé qui n'eut d'autre choix que de tirer sur ses mors pour tenter de s'en défaire, mais en vint. Et de l'autre main, Murphy agrippait son lasso qu'il fit tourner autour de sa tête pour lui donner de l'élan et se préparer à l'envoyer sur le sauvage.
Hail The Titanic haletait, il fumait comme la cheminé d'un vieux paquebot et ses membres tremblaient sous le poids de l'effort. Il était certes endurant mais c'était sur une vitesse adapté, là Murphy ne lui laissait pas un moment de répit, ressentant avec précision chacune des fuites du grand garçon et répliquant aussitôt. Il était loin d'être un cavalier tendre, c'était certain, mais il avait de l’expérience et ça se ressentait, il en avait d'avantage que Sanders et ça plaisait guerre à notre géant qui sentait très bien qu'il n'avait aucune échappatoire. Ils étaient finalement deux à fuir.

Murphy lança une première fois son lasso qui surpris Titan lorsqu'il lui passa au dessus des oreilles - lui qui n'avait pas l'habitude des captures -.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un peu trop près d'une meute de loup. [Titan - Breeze]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un peu trop près d'une meute de loup. [Titan - Breeze]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Trop près de moi... (PV Sojuro)[terminé]
» Quand ont s'approche trop près ... Ont tombe. [Decem]
» Les hommes sont comme les débris de verre, au loin ils brillent et de trop près ils blessent.
» Douche froide - Abandon -
» Regardez ça aller. Est-ce que je tire trop fort sur la laisse de l'animal?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spirit RPG :: HORS JEU :: Archives :: RP's Abandonnés-