RSS
RSS

AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Just one time, open your eyes, you’re not alone |Privé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: « Just one time, open your eyes, you’re not alone |Privé   Lun 22 Déc - 16:40

« Just one time, open your eyes,
you’re not alone


J’hume l’air frais. Nous sommes en plein hiver. La neige recouvre le sol, une neige qui ne tiendra hélas pas dès que le soleil sera levé. Car ce dernier, brûlant, ne fera que rappeler à quel point les températures ne sont pas de saison. En ce moment, il y a de grosses variations, et les animaux ont du mal à s’adapter à l’amplitude de chaleur entre la nuit et le jour. Comme je l’ai remarqué quelques instants avant, il y a énormément de neige la nuit et, en journée, la chaleur est désagréable. Je plains ceux qui parcourent le désert lors des heures chaudes de la journée.
Je baisse le museau, reportant mon regard autour de moi. J’ai bien sentie une odeur. Une odeur que je ne connais pas, un mélange de fleur et de miel. Une odeur sucrée et agréable, qui ne sort pas d’ici. Pourtant, au lieu d’être inquiète, je suis rassurée. Je sais qui est là, bien que je ne l’ai jamais vu. Elle hante mes rêves depuis que je suis toute petite. Une présence comme un ange gardien. J’hennis doucement, appelant à moi l’inconnue qui est présente, glissée parmi les ombres, quelques part. Et soudain, je la vois. Une double ponette, avec des reflets étranges et des yeux saisissants. Elle ne semble pas venir de notre monde, tant elle est décalée de la réalité. Sur sa robe qui n’est pas tout à fait noire, sous la lumière, je peux discerner des reflets tantôt roses tantôt verts. Et tandis qu’elle avance, je reste immobile. Quand enfin je peux voir ses yeux, je ne me trompe pas et je comprends toute l’étendue de sa spécificité. Je n’avais pas réussi à déterminer la couleur de son regard et pour cause ; il y a en a des milliers. Des teintes comme celles de l’arc en ciel, pleines de sagesse et de douceur. Je reste émerveillée devant celle qui est là. Son regard me traverse et je ne peux que détourner les yeux devant elle. Elle est impressionnante malgré sa petite taille. Je devine aisément qu’elle aurait du mal à poser sa tête sur mon dos tant elle est petite. Trapue, elle semble faite pour la montagne. Ce genre de jument est une jument rustique. Ce genre de chevaux que l’on ne croise que dans de rares cas, dans des lieux reculés et où ils sont les seuls à pouvoir survivre. Mais nous sommes en pleine, au milieu d’une forêt, n’est ce pas ? Et elle est là. Ce n’est pas un terrain difficile. Qu’est ce qui l’a emmené ici ? Je baisse la tête, plus bas que la sienne, en signe de soumission et d’admiration. Je ne connais même pas sa voix, mais je me soumets à elle volontiers. Car elle est dans mes songes depuis longtemps et que sa présence est protectrice. J’ose enfin briser le silence, relevant timidement les yeux. Son visage est impassible mais n’est en aucun cas dur.

« Qui êtes vous ? »

Elle détourne un instant la tête et reporte son regard sur moi. Son regard si beau et si incroyable.

« Midnight Rose. »

Rose de Minuit. J’aime son nom plus que tout autre chose. La consonance est poétique et pleine de mystère. J’ai presque honte de mon prénom, si simple et qui ne veut absolument rien dire. Leks. En quoi est-il beau, à coté de celui-ci ? Je n’ai cependant pas eu de réellement réponse à ma question. J’aimerais tout connaître d’elle, pour mieux la comprendre. Mais il semble si difficile d’accéder à ses pensées et à son histoire ! Je retente, presque honteuse :

« J’aimerais savoir… D’où venez-vous ? Je vous vois dans mes rêves depuis que je suis pouliche.. »

Un sourire étire ses lèvres. Un sourire énigmatique. Mais jamais, ô grand jamais, elle ne se sépare de son attitude si douce et si chaleureuse. J’ai l’impression d’être face à un ange, tout droit descendu du ciel.

« Je viens d’ici. C’est étrange que tu rêves de moi. Tu ne m’as pourtant jamais vu. »

Je relève les yeux suffisamment pour croiser son regard. Une vague de chaleur déferle en moi et je ne peux qu’être surprise. Sa présence me fait oublier tout ce qui se passe autour. Je pourrais lui confier ma vie sans aucune crainte. La laisser veiller sur moi lors de mon sommeil. Lui ouvrir mon cœur. Je ne veux pas, je ne veux pas qu’elle me croit ennuyante. Pourtant, je ne m’autorise pas à faire éclater ma joie de vivre. Je suis bien trop impressionnée.

« Que voulez vous dire ? »

« Je t’observe. Tout autant que j’observe les autres. Je t’ai vu à maintes reprises. Tu ne m’a jamais vu, toi. »

Jamais vu ? M’observer ? Cela me laisse perplexe. Pourquoi pourrait-on bien observer la vie des autres ? j’imagine qu’elle a lu dans mes yeux mon questionnement. Elle reprend la parole, de cette voix si sûre d’elle et de cette tendresse qui la caractérise :

« Je ne suis qu’une ombre. Je me plais à aider les gens quand ils ont besoin de moi. »

Mon cœur bat fort. Elle aide les gens ? Mais, si elle m’a déjà vu.. Pourquoi ne m’a-t-elle jamais aidé, lorsque j’étais au fond du gouffre ? Une pointe d’amertume pique mon cœur et s’enfonce à l’intérieur, le faisant saigner. Et encore, cette impression qu’elle lit à moi quand elle me répond :

« J’aide ceux qui ont besoin de moi, pourtant certains doivent traverser des épreuves pour pouvoir grandir. Et tu as bien grandis, Leks. »

Et elle se détourne de moi. Sans un mot de plus, au pas. Je relève la tête. L’ais-je vexée ? J’ouvre la bouche pour l’appeler, lui demander de rester un peu plus. Mais mes mots restent bloqués à l’intérieur de ma gorge et je suis incapable de bouger, encore sous le choc de a rencontre. Un bruit attire mon attention sur le coté. Je quitte un instant des yeux la silhouette obscure et quand je reporte mon attention dessus, impossible de la retrouver. Elle s’est noyée dans les ténèbres, sans un bruit. Cette jument me connaît. Depuis quand ? Depuis combien de temps ? Je reste songeuse. Je l’ai toujours sentie dans mes rêves, mais jamais, au grand jamais elle ne m’a aidée. Elle était là en tant qu’observatrice. Et selon elle, c’est étrange que je rêve d’elle. Je reste pensive un long moment. Son odeur de fleurs et de miel tend à disparaître petit à petit et je n’ai que pour tout souvenir cette rencontre qui semble hors du temps et de la réalité. Qui est-elle ? Je n’ai que son nom. J’aimerais la recroiser. Mais réussirais-je ? Elle semble détenir tout un tas de réponses.


HRP:
 

(C) Galimybé - Mini BN


Dernière édition par Leks le Mar 23 Déc - 14:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anathèmna
« Lost in the maze of my past. »
avatar
Messages : 266
Points d'Experience : 13
Date d'inscription : 21/07/2013
Age : 20
Joue également : Leks

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: « Just one time, open your eyes, you’re not alone |Privé   Lun 22 Déc - 17:05

« Just one time, open your eyes,
you’re not alone


Nous marchions dans la forêt, Sarah et moi. Perchée sur mon dos, elle ne craignait pas grand-chose. Elle comptait sur ma vitesse et sur ses pistolets si nous étions attaqués. Normalement, nous ne devrions pas avoir de soucis, les terres indiennes étaient bien loin. Mais ce qui nous inspirait la crainte était les prédateurs. Du genre meute de loups ou grizzly. Et je n’avais pas franchement envie d’en rencontrer.
Nous étions en balade depuis l’aube. Nous nous étions éclipsés du campement dès que le soleil s’était levé. L’ambiance qui régnait là bas était tout sauf plaisante, et autant moi que Sarah avions besoin de partir et de prendre le large. Nous avions pensé rentrer avant la nuit sauf que ni elle ni moi n’avions le sens de l’orientation. Et nous nous étions perdus. Alors nos avancions depuis déjà bien longtemps.

Seulement voilà. Une odeur de chevaux sauvages me titille les naseaux depuis un moment. Je n’espère pas les croiser. Et de toute manière, je ne sais pas comment Sarah réagirait face à des sauvages. A vrai dire, je ne sais même pas comment moi je réagirais. Aurais-je l’envie de recouvrer ma liberté, quit à faire tomber Sarah et à l’abandonner en pleine forêt ? J’étais vicieuse, mais pas spécialement méchante. J’avais finalement commencé à l’apprécier, ce petit bout de femme. Nous débouchons bientôt sur une clairière couverte de neige. La lune éclaire le sol et m’aveugle presque. Au milieu se tient une grande jument grise et noire. A l’orée, j’ai le temps de voir partir un petit bout de cheval qu’il me semble déjà avoir croisé. Généralement, le dégoût des poneys me marque suffisamment pour que je ne les oublie pas. Sarah tire légèrement sur le mors et je m’arrête. Elle aussi, elle a vu la jument grise qui ne semble même pas nous remarquer. Nous restons entre les arbres. Je la dévisage, tandis que la grise reste bloquée à regarder là où la rase moquette a disparue. De loin, j’aperçois une épaisse crinière bouclée de la couleur de l’ébène. Sa robe est grise clair et semble marquée par des étranges dessins. Son museau est noir et elle ne semble pas spécialement méchante. Elle semble surtout abasourdie, comme si une météorite s’était écrasée à coté d’elle en la frôlant. Pourtant, aucune peur. J’arque un sourcil. Elle possède un air un peu idiot. Peut être est-elle simple d’esprit, comme les poulains ?

Ma cavalière exerce une pression avec ses talons et je me dévoile, sortant du couvert des arbres. Nous ne sommes pas là pour la capturer. Quand bien même, nous n’avons rien pour le faire. Et encore, si nous avions de quoi, je doute pouvoir la maîtriser. Elle semble faire la même taille que moi, mais je devine aisément au vu de sa morphologie qu’elle a plus de force de moi. Elle a un corps plus long que le mien, et son encolure bien que fine semble solidement attachée à son poitrail. Sa tête est droite et ses membres sont fins et longs. J’imagine sans difficulté qu’elle est faite pour le voyage et donc l’endurance au contraire de moi qui est bien plus typée pour la vitesse.
Presque vexée qu’elle ne me remarque pas, je lance un petit hennissement. Elle n’est pas spécialement jolie mais possède un certain charme, attisant ainsi ma jalousie. Un coup de dent l’amocherait plutôt bien. Et c’est à la suite de cette pensée mesquine que je remarque la cicatrice sur son coup. Quelqu’un semble m’avoir devancé. Une marque rougeâtre avec la circonférence d’une mâchoire équine détonne sur son encolure pâle. Quelqu’un a tenté de la tuer, au vu de l’emplacement. Car la cicatrice est belle et bien située sur la trachée. Je me demande quelle est l’histoire de la jument.


(C) Galimybé - Mini BN



Spoiler:
 
Merci Titan ♥
Spoiler:
 
2 Roses à ajouter à mon bouquet ! |Nom Voleurs : Oz |Cavalier : Nick|DC : Leks | Design Ana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: « Just one time, open your eyes, you’re not alone |Privé   Mar 23 Déc - 15:09

« Just one time, open your eyes,
you’re not alone


Un petit hennissement brise l’écho de mes pensées et je détourne la tête vers la source du bruit. Je reste figée un instant en voyant une cow boy et sa jument. Fuir ? Je suis tétanisée, je ne m’en sens pas capable. Et puis, une petite voix hurle en moi que si elles avaient voulu me capturer, j’aurais un cerceau depuis bien longtemps autour de l’encolure. Après tout, prise dans mes pensées je ne les avais pas remarquées. Les oreilles pointées en avant, bien campées sur mes membres, prête à fuir au moindre mouvement suspect, je les observe. Mais la jument appaloosa continue d’avancer, sereine. Presque hautaine. Je me force à respirer. Je la détaille d’abord elle. Elle possède une épaisse crinière blonde. Son toupet et sa queue sont exactement pareils. Sa démarche est légèrement, altière, comme celle d’une princesse un peu trop orgueilleuse. Sa belle face se mue en un museau légèrement rosé et des yeux d’un bleu saisissant surplombent tout ça. C’est un bleu clair, qui me rappelle sans aucun doute possible un iceberg qui dérive dans l’océan. De la glace à l’état pur. Ce regard ne me fait que trop penser à celui de Black Angel, mais qui lui possédait des yeux bien plus foncés. Des yeux bleus comme une mer démontée en pleine tempête. Je l’observe encore un peu. Bientôt, je perçois les trois petits points sous ses yeux, qui les souligne encore un peu plus. Ils sont beaux. Décidément, dieu qu’ils sont beaux. Sa robe alezane est taché par un capé tacheté blanc sur sa croupe, et trois balzanes ornent ses membres. Un étrange dessin se présente sur sa cuisse qui possède la plus haute des balzanes. Sa morphologie est celle d’une coursière ; elle est taillée pour la vitesse autant que moi je le suis pour le voyage. Et pourtant, nous nous ressemblons étrangement. Ses membres sont fins, hauts et son poitrail n’est pas large. Sa tête est légèrement incurvée. C’est la première fois que je vois une jument aussi typée. Elle semble décalée par rapport à notre monde, comme si elle venait de très, très loin. D’elle se dégage un sentiment de majesté. Elle possède l’expression d’une reine. Elle tranche énormément avec Midnight Rose. J’ai l’impression de rencontrer les deux opposés. Si l’une n’était pas spécialement jolie mais possédait une aura incroyable, l’alezane était exquise grâce à son physique mais ne semblait pas aussi belle à l’intérieur. Comme une noix qui semble parfaite extérieurement et quand on l’ouvre, on la découvrir pourrie, rongée par le temps.

Enfin, mon regard se pose sur la cavalière, tandis que mes deux compagnes d’un moment sont quasiment arrivées à ma hauteur. C’est un petit bout de femme qui semble hypnotisée par moi. Elle n’a pas l’air profondément méchante, juste très têtue. Ses traits sont jeunes, et pour un humain elle doit avoir atteint à peine l’âge de raison. Sous son chapeau, je vois une chevelure courte et d’un rouge bordeaux qui ne semble absolument pas naturel. Je ne peux m’empêcher de sourire intérieurement ; je pensais que les couleurs étranges étaient le propre des indiens. Visiblement, non. Une couleur au henné pur donne une teinte qui varie d’orange à rouge selon la concentration. Cette femme, bien que militaire puisqu’elle est cow boy, semble coquette. Comment prennent-ils au fort le fait qu’elle se teigne les cheveux de cette couleur ? Un mouvement de sa part me tire de mes pensées. Elle semble faire s’arrêter la jument auprès de moi. Mais je ne sais pas qui a exactement a décidé cela, car la jument inconnue semble tenir les rennes autant que sa cavalière, juste en le faisant d’une façon différente. Puis la question se pose, en moi. Que font-elle ici, alors qu’il fait nuit ? Ne devraient-elles pas être rentrées ? Un cow boy, de nuit, c’est plutôt rare… Je remarque ses traits tirés, dans la pénombre. Elle ne semble pas avoir dormi depuis longtemps, bien que sa jument soit encore en pleine forme, elle. Je recule de quelques pas, la neige étouffant le bruit de mes sabots sur le sol. J’ouvre finalement la bouche, m’adressant à la blonde en face de moi :

« Qui es-tu ? Et que faites-vous ici ? Ne devriez-vous pas être au fort ? »


(C) Galimybé - Mini BN
Revenir en haut Aller en bas
Anathèmna
« Lost in the maze of my past. »
avatar
Messages : 266
Points d'Experience : 13
Date d'inscription : 21/07/2013
Age : 20
Joue également : Leks

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: « Just one time, open your eyes, you’re not alone |Privé   Mar 23 Déc - 15:26

« Just one time, open your eyes,
you’re not alone


La jument me remarque enfin et tourne sa tête vers moi. Elle semble effrayée, comme si j’étais le grand méchant loup. Un sourire moqueur étire mes lèvres. Suis-je si monstrueuse que cela ? Tandis que j’arrive à sa hauteur, elle ne m’a pas quitté du regard. Je sens Sarah qui tire sur mon mors, pour me faire m’arrêter. Mais je comptais déjà le faire avant, car je ne souhaite pas rentrer dans cette jument. Si nous nous percutons, je suis sûre que c’est moi qui tombe, et non elle. Après tout, j’ai les os fragiles et une constitution frêle. Et je ne suis, en prime, pas stupide. La grise recule de quelques pas. Son museau n’est pas noir, en réalité il est séparé par une longue liste blanche qui se noie dans le gris clair de sa robe. Sur son arrière train, je vois les vestiges d’un capé qui n’est pas arrivé à terme. Sur son dos, une raie de mulet qui s’achète sur les pointes de ses oreilles. Sa robe, en plus de contenir des motifs étranges et également composées de multiples détails dont il faut être proche pour les remarquer. Elle est presque jolie, et dévoile un camaïeu en noir et blanc. Ses yeux font tâches. Bleu comme un ciel d’été, je devine sans difficulté qu’elle n’est pas une jument taciturne. Cette jument doit être un véritable amour. Ce genre de cheval qu’on prend un mal et un plaisir à tourmenter tant ils sont gentils et ne réagissent pas aux piques. Elle ouvre la bouche pour parler. Sa voix est délicate et légère. Un son agréable à entendre, reposant et qui fait oublier tous nos problèmes.


« Qui es-tu ? Et que faites-vous ici ? Ne devriez-vous pas être au fort ? »

Trop de questions en une seule phrase. Je souffle dans mes naseaux, bruyamment. D’où vient-elle pour me harceler de la sorte ? Je peux cependant prendre le dessus sans aucun problème sur elle. Elle ne semble pas sûre d’elle pour deux sous.

« Quand on est poli, on dit d’abord bonjour et on ne harcèle pas l’autre comme une mégère. »


Je suis totalement au courant que l’autre va le prendre mal. Je ne suis pas là pour être gentille. Je veux qu’elle comprenne qui est le maître ici. C’est moi qui pose les questions et elle qui y répond. J’inverse nos rôles, en prenant la parole ainsi elle a sûrement cru qu’elle aurait le dessus. Et non. Je ne suis pas faite pour être soumise à un autre équidé, et certainement pas à une solitaire perdue ou une exilée ou que sais-je d’autre.
Je sens Sarah qui descend de mon dos, comme une plume. Quand elle touche terre, je ne la regarde même pas, plantant mon regard inquisiteur dans celui de la grise. Du coin de l’œil, pourtant je devine la forme de ma cavalière qui s’approche tout doucement vers la grise, main tendue vers elle, insensible à notre discussion. De toute manière, elle ne peut nous comprendre. Pour elle, ce n’est qu’un mélange de gestes et de petits bruits, de mimiques et de hennissements basse fréquence. Sarah ne semble pas vouloir lui faire de mal. Et la connaissant, elle ne serait heureuse qu’en la touchant ne serait-ce qu’un instant. Le bon sens m’aurait dicté de prévenir mon interlocutrice. Mais non. Un mince sourire se dessine sur mon visage.



(C) Galimybé - Mini BN



Spoiler:
 
Merci Titan ♥
Spoiler:
 
2 Roses à ajouter à mon bouquet ! |Nom Voleurs : Oz |Cavalier : Nick|DC : Leks | Design Ana


Dernière édition par Alice le Dim 28 Déc - 16:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: « Just one time, open your eyes, you’re not alone |Privé   Mar 23 Déc - 15:46

« Just one time, open your eyes,
you’re not alone



« Quand on est poli, on dit d’abord bonjour et on ne harcèle pas l’autre comme une mégère. »

Ma mâchoire semble se décrocher de mon crâne. Vient-elle réellement de me traiter de mégère ou je rêve ? Nous ne nous connaissons même pas ! Et pas seulement de mégère, mais aussi d’impolie. Pas directement, certes, mais elle m’a tout de même insultée. Pour qui se prend-t-elle ? Elle n’a aucun droit de me traiter ainsi !
Mes traits se durcissent, comme ceux d’une mère en colère après son enfant. J’aperçois sa cavalière qui descend et tente de s’approcher de moi. Je choisis de l’ignorer, trop offusquée par l’autre blondasse pour tenir compte d’un petit bout de femme qui m’arrive à peine au garrot.

« Je parie que tu t’appelles Acerbe, ce nom t’irait à ravir. »

Je n’ai pas pour habitude d’être méchante. Mais là, elle dépasse clairement les bornes. Je ne suis pas une pouliche trop effrayée pour répondre à une adulte. Même si elle doit être plus vieille que moi d’un an ou deux, je ne me sens en aucun cas inférieur à elle. L’image de la noix pourrie me revient en tête. D’accord, je ne suis pas aussi jolie qu’elle. D’accord je semble moins sûre de moi qu’elle. Pourtant, c’est sans aucun doute que j’ai plus de beauté qu’elle en moi. Difficile d’être pire, à mon avis. Je hais juger sans connaître. Pourtant, celle là mérite bien. Elle ne me quitte pas du regard et je l’affronte sans ciller. Je dois cependant détourner les yeux, car l’humaine s’approche un peu trop de moi. J’aperçois un sourire qui se dessine sur les lèvres de Pimbêche. Un simple sourire qui révèle énormément de choses sur elle. Et je sais à cet instant que le surnom Pimbêche que je lui ai trouvé lui va très bien. L’humaine tant la main vers moi et se courbe un peu en avant, pour se montrer encore plus petite qu’elle n’est. Sa main est tendue vers moi, comme un geste de soumission. Je baisse les oreilles un instant et relève vivement la tête, ce qui la fait s’arrêter. Je suis une jument sauvage, je ne suis pas une poupée du fort que avec laquelle on peut aisément jouer. Je ne suis pas comme sa jument dont je ne sais même pas le nom. Je ne peux m’empêcher de me souvenir de ma rencontre avec Angel. Si je l’ai comparé un instant avec cette jument, je le regrette amèrement. L’étalon noir était juste froid et renfermé. Il n’était pas méchant, et il ne l’est pas. Il possède un cœur en or. Alors que Pimbêche ne semble même pas en avoir un, et fait exprès de se montrer désagréable. Comment apprécier une telle jument ? Au fond, peut être n’est-elle pas si méchante que cela, peut être est-ce juste une façade ? Je n’en sais rien, je n’en sais absolument rien. Et elle ne me donne en aucun cas envie de le savoir. Rencontrer un cheval comme elle ne me donne que l’envie de fuir, pour ne pas me prendre la tête.

« Tu ne m’as d’ailleurs toujours pas répondu. »


(C) Galimybé - Mini BN
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « Just one time, open your eyes, you’re not alone |Privé   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Just one time, open your eyes, you’re not alone |Privé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 06.Open your eyes (accouchement de Chris)
» Amanda E. Nolan || Ready ? Open your eyes ...
» MAHJA ∂ open your eyes, you never know where the illusion lies
» Just open your eyes, and you will see ~ Callista&Ashley [Terminé]
» I open my eyes and I see that it's you

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spirit RPG :: HORS JEU :: Archives :: RP's Abandonnés-