RSS
RSS

AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 " On s'habitue à l'absence, toujours, j'ai déjà pensé le contraire, mais c'est faux, le temps prend le dessus, le temps efface tout, absolument tout. " C'est ce que je pensais... Jusqu'à que tu ressurgisses dans ma vie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tallulah
« Petit ange à l'auréole rouge. »
avatar
Messages : 233
Points d'Experience : 131
Date d'inscription : 21/03/2012
Age : 20
Localisation : ...
Joue également : Opale - Ex Aequo - Hazufel

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: " On s'habitue à l'absence, toujours, j'ai déjà pensé le contraire, mais c'est faux, le temps prend le dessus, le temps efface tout, absolument tout. " C'est ce que je pensais... Jusqu'à que tu ressurgisses dans ma vie.    Dim 21 Déc - 12:40


« Tu n'es plus seule »

Penny Black ~ Crépuscule ~ Tallulah ~


Tallulah marchait péniblement sur le sol givré, en cette journée qui s'annonçait banale. Le ciel était couvert de nuages gris, cotonneux, offrant parfois quelques éclaircis. Elle s'éloignait des terres de sa harde, usée par l'ambiance qui y régnait. Les conversations ne se résumaient plus qu'à l'occupation du lac par le groupe de l'étalon étoilé. Certains ne le supportaient pas, d'autres s'en fichait bien -c'était son cas-, et d'autres étaient bien heureux de cette situation. Quoi qu'il en soit, la palomino ne souhaitait pour rien au monde rentrer dans leur débat, et refusait toute expédition de surveillance où la harde de Ciel pouvait se trouver. D'un côté, cette histoire l'arrangée bien; les deux ou trois rabat-joies qui avaient l'habitude de lui faire la morale ne faisaient pour le coup même plus attention à elle.

Ses pensées l'amenèrent à se remémorer avidement cette journée passée auprès de son bel étalon. C'était plus fort qu'elle. Elle ne pouvait s'empêcher de le revoir dans ses plus beaux songes, son timbre grave et séduisant, son pas allégé sur la roche ancienne. Elle espérait seulement qu'après cela, il ne se lasse pas d'elle, et que la magie soit tout aussi intacte.

Un vent glaciale lui arracha un frisson. Ayant un peu froid, la petite accéléra l'allure, amplifia ses foulées pour un galop élancé. Plus rien ne pouvait l'arrêter, hormis l'épuisement... La belle blonde devint éclair de folie, une vraie furie. Dans sa course effrénée, le moindre petit obstacle était l'occasion de se défouler; une motte de terre, un petit arbre au sol, un léger trou...

C'est ainsi que son galop la porta jusqu'au terre indienne. Elle avait depuis bien longtemps ralenti la cadence. La force de l'effort l'avait bien réchauffé, ses muscles en tressaillaient encore. A présent assoiffée, elle entreprit de rejoindre la rivière. Elle prit soin de contourner le camp, observant de temps à autre les tipis qui ornaient le paysage de loin. Ils étaient bien étranges ces indiens. Elle songea à Adequat, cet étalon pie gris qu'elle avait rencontré en une journée tout aussi froide. Elle avait peut être était un peu dur avec lui. La jeune jument fut tentée, quelques secondes tout au plus, de retrouver cette brève connaissance. Mais la lassitude et la fatigue avait déjà pris le dessus, alors que l'eau claire de la rivière s'écoulait à ses sabots. Dès les premières gorgées, elle grimaça tant l'eau était glaciale. Puis la petite s’ébroua, observant futilement les arbres dénués de feuillage près d'elle.

© codage by Lou' sur Epicode




[center]Merci ma Aiyana :heart:



Spoiler:
 
[/center]


Dernière édition par Tallulah le Ven 26 Déc - 22:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crépuscule
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 118
Points d'Experience : 384
Date d'inscription : 15/07/2012
Age : 19
Localisation : En liberté auprès des miens

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: " On s'habitue à l'absence, toujours, j'ai déjà pensé le contraire, mais c'est faux, le temps prend le dessus, le temps efface tout, absolument tout. " C'est ce que je pensais... Jusqu'à que tu ressurgisses dans ma vie.    Dim 21 Déc - 23:26

Penny Black - Tallulah - Crépuscule
" Toi, mon souvenir."




Ce matin, lorsque les premier rayons du soleils avait pointés le bout de leur nez sur les terre que la harde de Ciel Étoile, ma harde, squattait quelque peut, il avait été caché par de blanc nuages et dehors la neige brillait de sa blancheur aveuglante, tellement aveuglante d'ailleurs que j'hésitais quelque peu à ouvrir les yeux. Les poulains eux, était allés jouer ça et là dans ce paysage gelé et n'avais pas besoin de moi étant donné qu'une autre nourrice avait pris ma place pour la journée. Je décidais donc d'aller voir l'imposante jument noire qui vivait dans le camps des Indiens et qui prétendais être ma sœur. C'est vrai que cela faisait un ans au moins que je n'étais pas retournée la voir, un ans pendant lequel je m’étais réfugiée ailleurs loin de ces terres mais je pensais qu'il était maintenant temps de faire le point.

Mon galop dans la neige, étouffé, plaisait à mes oreilles et je passais ainsi dans tout les lieux que je connaissais, qui me disais quelque chose mais sur lesquels il m'étais impossible de mettre des souvenirs. Et je ne savais ce qui était le plus terrible au fond, cette sensation de frustration ou le fait que j'eus envie à ce moment là de tout laisser tomber, de m'inventer une autre moi et de faire comme si rien ne c'était jamais produit d'horrible. Oui, c'était très tentant.

Je finis par arriver aux abords des Tipis, et, prenant soin de ne pas me faire repérer par les hommes tous affairés à faire des feux et à s'occuper de leur famille, je me mis à la recherche de Penny. Ne la trouvant nul part dans le camps je décidais d'aller voir dans les vastes prairies au pieds des montagnes et aux bordures des forêts, dans ces paysages qui semblaient figés dans le temps. j'arrivais enfin à la rivière dans laquelle je bus. L'eau glacé, plus revigorante que n'importe quelle boisson, me faisait du bien et me plongeait dans un bonheur sans fin. Je n'avais même pas remarqué la jeune jument qui se tenait sur l'autre rivage.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 3305
Points d'Experience : 670
Date d'inscription : 23/08/2011
Age : 20
Localisation : Dans le camp des Indiens
Joue également : Diesel, Rafale, Phoebus, Khendrej, Hypérion

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: " On s'habitue à l'absence, toujours, j'ai déjà pensé le contraire, mais c'est faux, le temps prend le dessus, le temps efface tout, absolument tout. " C'est ce que je pensais... Jusqu'à que tu ressurgisses dans ma vie.    Mer 24 Déc - 2:33

[Penny]
La guerre était terminée depuis peu et mon retour avec les chevaux incapables de se battre fut difficile. Pour moi, surtout. Je m'étais attendu à ce que cette guerre soit affreuse, mais le fait d'avoir été dans un autre lieu pendant ce temps a rendu le choc du retour encore plus important. Des ruines anciennes paisibles, nous étions arrivés sur une scène de désastre. Corps sans vies de chevaux et d'hommes et tipis au sol. Lorsque nous avions pénétré dans le camp, Omatica et moi-même avions contemplé cette scène avec désolation, mais rapidement notre regard s'était détourné, faisant comme-ci tout cela n'avait été qu'un cauchemar de mauvais goût.

Nous avions gagné la guerre, mais nous avions eu des pertes. J'étais couchée en vache à côté du tipi d'Omatica, encore sous le choc. Par chance, le sien était encore debout. Mon humaine était assise en tailleur à mes côtés. J'avais posée ma tête sur ses genoux. Mes yeux, bels et biens ouverts, étaient vitreux et vide de vie. Passant sa main dans ma crinière, ma cavalière tenta de me remonter le moral. Pourquoi tant de mal dans ce monde ? Je n'avais perdu aucune personne de mon entourage proche, mais j'ai tout de même perdu des membres de ma famille indienne.

J'étais triste. Bien que la vie dans le camp reprenait petit à petit son cours, ce ne sera plus jamais pareil. Profitant de se moment de détente et des caresses de ma cavalière, je commençai à fermer mes yeux pour m'endormir. Sauf que quelque chose attira mon regard. Comme un fantôme dans la nuit, j’aperçus un cheval pie aux abords du camp. Ceci capta mon attention. Mon coeur se mis à battre un peu plus rapidement et mon esprit fit des liens rapidement. Mes oreilles se dressèrent et je levai ma tête en direction de l'endroit où je l'avais aperçus. J'eu soudain un présentement. Et si ?

Sans plus attendre, je me levai, étirant un membre après l'autre.

- Penny, qu'as-tu vu ? Demanda ma cavalière, inquiète.

D'un petit sourire accompagné d'un hennissement, je lui fis comprendre que tout allait bien. Curieuse, je parti d'un pas rapide vers la sortie du camp. De là, j'observai les environs. Rien. Déçus, je ne baissai pas les pattes de ci-tôt quand même. J'étirai mon encolure et reniflai l'air. Le temps était couvert, mais la présence d'une brise m'amena une odeur lointaine, mais familière. D'un pas qui manquait d'assurance, je me dirigeai vers la rivière.

C'est là que je les ai vues. Deux juments étaient présentes. Une jument pie à la robe unique et la jument pie fantôme que j'avais aperçus plus tôt. Je n'y arrivais pas à y croire. M'approchant la tête basse, pas sur de moi, j'analysai la jument pie noire. Trait fin, belle et unique. Cette fois j'en était sur. Puis, je regardai l'autre jument, elle je ne l'avais jamais vu, mais son physique ressemblait étrangement à celui de Crépuscule. Me positionnant à côté de ma soeur, je demandai, encore abasourdie avec la larme à l'oeil:

- Crépuscule, c'est bien toi ?

Penny:9966cc


103 roses
Merci vous tous:
 

Penny Black et Em':
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpgblancheneige.forum-canada.com/
Tallulah
« Petit ange à l'auréole rouge. »
avatar
Messages : 233
Points d'Experience : 131
Date d'inscription : 21/03/2012
Age : 20
Localisation : ...
Joue également : Opale - Ex Aequo - Hazufel

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: " On s'habitue à l'absence, toujours, j'ai déjà pensé le contraire, mais c'est faux, le temps prend le dessus, le temps efface tout, absolument tout. " C'est ce que je pensais... Jusqu'à que tu ressurgisses dans ma vie.    Ven 26 Déc - 23:16


« Tu n'es plus seule »

Penny Black ~ Crépuscule ~ Tallulah ~


L'odeur bien reconnaissable d'une jument sauvage, appartenant à l'autre harde, émergea jusqu'aux naseaux veloutées de la blonde. Elle soupira, agacée. Elle avait évité les terres sauvages pour ne pas croiser ces chevaux là. Et voilà qu'on venait à elle, sur les terres indiennes. Mais sa réaction fut tout autre lorsqu'elle leva ses yeux bruns sur la dite intruse. A cet instant, elle eut l'impression que le monde entier s'écroulait autour d'elle. Le choc fut tel qu'elle en oubliait de respirer, et les larmes montèrent instinctivement. Alors que sa gorge se serrait douloureusement, elle regardait, l'air ébahit, sa mère boire paisiblement... Elle avait l'air en parfaite santé, elle était ravissante. C'était bel et bien Crépuscule, jument pie noire aux yeux d'un bleu pur, qui avait donné naissance à une belle pie palomino.

La jeune jument ne pouvait y croire. Elle se remémorait ce jour maudit, terrible, qui aurait dû lui être fatal. Tallulah était alors bien jeune, mais quelques images lui restaient en mémoire. Notamment ce démon blanc, le visage de sa mère horrifiée, et celui de son père bien après. Elle serra les dents lorsqu'elle que le visage détruit de son géniteur lui apparut. Elle le haïssait plus que tout. Lui qui l'avait abandonnéelorsqu'elle avait le plus besoin d'une présence aimante. Un lâche, une ordure. C'était de ces mots qu'elle le qualifiait.

La petite restait totalement statique, incapable de bouger un de ses membres crispés par l'émotion. Elle sentait son cœur palpiter vivement en tout point de son corps. Elle laissa son regard s'embuer par les innombrables perles salées qui ruisselaient déjà. Mais lorsque le nom de sa tendre mère résonna aux creux de ses oreilles, par une voix qui lui était inconnue, elle secoua la tête. Mille questions fusaient dans son esprit perturbé... Comment avait elle survécu ? Où était elle durant toutes ces années ? Qu'avait elle fait ? Pourquoi ne pas avoir cherché sa fille ? Complètement confuse, elle s'avança maladroitement pour traverser ce qui la séparait de la plus belle jument à ses yeux; sa maman. Elle franchie la rivière sans trop de mal, là où le courant n'était pas dangereux, mais l'eau était terriblement froide. Là, elle dévisagea très brièvement la jument noire aux yeux bleus - semblables à ceux de Crépuscule. Elle avait l'air, elle aussi, bouleversée par l'apparition miracle de la pie noire. Même si toutes explications échappées à la petite Tallulah, elle se précipita auprès de sa mère, se collant fort contre elle.

- Oh Maman,... Elle ne put s'empêcher d'éclater en sanglot. C'est... C'est incroyable.. Finit elle par bafouiller.

Se sentir tout contre sa mère, alors que tous la croyait morte était un instant totalement indescriptible, tout autant qu'il était inattendu... Elle avait la poignante impression de revivre des moments où, pouliche, elle se réfugiait auprès de sa douce mère pour des moments de simple complicité. La pie dorée n'était même plus certaine de la réalité. Même ses plus beaux rêves n'osaient pas ressusciter sa mère.



© codage by Lou' sur Epicode




[center]Merci ma Aiyana :heart:



Spoiler:
 
[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crépuscule
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 118
Points d'Experience : 384
Date d'inscription : 15/07/2012
Age : 19
Localisation : En liberté auprès des miens

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: " On s'habitue à l'absence, toujours, j'ai déjà pensé le contraire, mais c'est faux, le temps prend le dessus, le temps efface tout, absolument tout. " C'est ce que je pensais... Jusqu'à que tu ressurgisses dans ma vie.    Lun 29 Déc - 23:55

Penny Black - Tallulah - Crépuscule
" Toi, mon souvenir."




Je profitais tant de ma boisson que je n'ai pas non plus entendu le galop de la jument que j'étais venu chercher là. Pourtant le sol tremblait, les petite roches glissaient autour de mes sabots et ce que je ne savais pas c'était qu'en relevant la tête la surprise serait grande. Mes crins blanc frétillèrent avec la douce brise lorsque je releva la tête vers la provenance d'une voix qui prononça mon nom sous un tond plutôt choqué. Peut être bien aussi choqué que moi. La pâleur des nuages cotonneux qui recouvrirent peut le ciel en un grand draps blanc nappant le Cimarron firent ressortir la robe obscure de Penny qui, avec un regard tout aussi incrédule que le son de sa voix me posa une question à laquelle je savais sans aucune hésitation répondre.

- Crépuscule, c'est bien toi ?

J'étais au final tout aussi émue qu'elle de nos retrouvailles, mon cœur battait la chamade, mes yeux papillonnaient et mes membres se faisait coton. Le froid, le souffle du vent, je ne ressentait plus rien autour de moi, juste ces battement de cœur intense qui me plongeaient dans une joie euphorique d'enfin revoir ma sœur qu'enfin je pouvais reconnaître comme ma sœur. Mes sabots, l'un après l'autre se dégourdir doucement en la fixant, la gorge nouée, des souvenirs me revenaient. L'annonce de ma grossesse que j'étais venue lui faire ici même dans ce camps, le jour ou je l'avais découverte, elle dont je ne connaissais pas l'existence au paravent. Je cru m'évanouir mais ce n'étais que le début.

La jument doré que je n'avais pas encore remarqué réveilla mon esprit comme une pulsion électrique. Je tourna la tête vers elle qui au début ne bougeait pas. Ses membres étaient d'une finesse extrême, ses crins d'une clarté qui me rappelaient les miens et ses tâches étaient également très similaire voir exactement. Ses yeux étaient bruns comme l'écorce claire d'un jeune chêne. Je me refusa de croire qu'elle pouvait avoir un quelconque rapport avec ma fille tant sa beauté semblait irréelle. En fait, je n'y pensais même pas à ce moment là. Je m'interdisais en fait d'avoir toute pensée à ce moment là sachant très bien que l'émotion m'emporterais dans la seconde et je ne voulais pas mourir, pas aujourd'hui.

La doré traversa doucement la rivière d'un pas chancelant elle semblait ailleurs et en transe dans un état second. Je l'étais également à cause de Penny mais ce à quoi je ne m'attendais pas suivit de très près ce moment ou le paysage se retournait milles fois dans ma tête. La jeune jument marqua un temps d'arrêt en dévisageant Penny puis je la vis en une fraction de seconde foncer vers moi. Au contact de la robe douce de celle ci, tout se déclencha. Tout mes souvenirs me revinrent de plein fouet, tout ce que j'avais perdu après...cette terrible chute ! Le cheval blanc... mon ancien compagnon Sweet Fire ! Mes jeunes année, mon premier compagnon, les Indiens, les Cow-Boy, mes amis, ma famille tout ! La naissance de...de ma pouliche de cette fille que j'avais tant cherché et dont le nom, résonant comme un doux poème me revint également dans un flot de larmes, collant mon chanfrein contre le sien. Je m'étonnais de ne pas tomber dans la violence et le choc que mon être total reçu. La neige commençait à tomber autour de nous.

- Oh Maman, C'est... C'est incroyable..

- Tallulah... Ma fille...Je me souviens maintenant...








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 3305
Points d'Experience : 670
Date d'inscription : 23/08/2011
Age : 20
Localisation : Dans le camp des Indiens
Joue également : Diesel, Rafale, Phoebus, Khendrej, Hypérion

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: " On s'habitue à l'absence, toujours, j'ai déjà pensé le contraire, mais c'est faux, le temps prend le dessus, le temps efface tout, absolument tout. " C'est ce que je pensais... Jusqu'à que tu ressurgisses dans ma vie.    Mer 31 Déc - 4:31

J'avais figé. Je le savais bien que c'était elle devant moi, mais il avait fallu que je pose cette question pour m'en assurer, trop abasourdie par ce que j'avais devant mes yeux pour le croire. Mes muscles s'étaient crispés. J'avais toujours gardé espoir de la revoir, mais avec le temps, j'avais fini par oublier cet espoir si vain. Je chassai toutes mes pensées, pour profiter du moment présent, avec un petit coup de tête vers la gauche pour tasser mon toupet sur le côté.

C'est à ce moment là que je vis que la jument doré avait traversée la rivière et nous avait rejoint. Comme-ci de rien n'était, elle se rapprochait et me dévisagea. Je la fixai, incrédule et jetai un coup d’œil à Crépuscule. Son regard bleu, comme le mien, parlait à lui seul. Elle connaissait cette jeune jument et au fond de moi, je sentais qu'elle n'était pas, non plus, une parfaite étrangère. Son odeur avait quelque chose de familier. Puis, sans prévenir, elle se colla à ma soeur, s'exprima, suivie par Crépuscule:

-Oh Maman, C'est... C'est incroyable..

- Tallulah... Ma fille...Je me souviens maintenant...

Je fis un pas de recul, respirant plus fort en élargissant mes naseaux, me sentant, tout d'un coup, de trop dans ce si beau moment. C'était sa fille, ma nièce... Les voyant ainsi réunis, tant de questions me vinrent à l'esprit, mais surtout, tant de larmes me vinrent aux yeux. Ma soeur était toujours en vie et devant moi, sa fille, d'où elle m'avait parlé de sa grossesse, était également là. Tallulah qu'elle s'appelait. Nom pure et unique, tout comme sa robe. Elle ne nous ressemblait pas tant que ça, mais j'avais l'impression qu'à l'intérieur, nous sommes toutes pareils.

La neige commença à tomber, ce qui rendait le tout encore plus incroyable. Et dire que la dernière fois que j'ai vu ma soeur, elle portait cette jument doré dans son ventre. Tant de temps nous sépare. Je poussai un soupir, repensant au passé, si beau et si terrible et cruel, à la fois. Je restai un moment comme ça, quasi immobile, laissant la neige se déposer sur mon pelage noir d'hiver, pour que Crépuscule et Tallulah puissent savourer cette retrouvaille. Puis, je fis quelques pas, sur le tapis de neige naissant, vers les deux juments et je leur adressai un regard et un sourire remplit de joie. Basculant mes oreilles vers l'avant, je m'adressai à Tallulah d'une voix douce:

- Bonjour, ma chère Tallulah, je suis ravie d'enfin faire ta connaissance. Je me nomme Penny Black, la soeur de ta magnifique mère.

Puis, je fis une pause et m’adressai à Crépuscule:

- Je suis si heureuse de te revoir.

J'avais depuis quelques temps séché mes larmes, mais une goutte perla sur ma joue lorsque je prononçai ces mots à ma soeur. Je ne suis plus seule désormais.


103 roses
Merci vous tous:
 

Penny Black et Em':
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpgblancheneige.forum-canada.com/
Tallulah
« Petit ange à l'auréole rouge. »
avatar
Messages : 233
Points d'Experience : 131
Date d'inscription : 21/03/2012
Age : 20
Localisation : ...
Joue également : Opale - Ex Aequo - Hazufel

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: " On s'habitue à l'absence, toujours, j'ai déjà pensé le contraire, mais c'est faux, le temps prend le dessus, le temps efface tout, absolument tout. " C'est ce que je pensais... Jusqu'à que tu ressurgisses dans ma vie.    Jeu 1 Jan - 20:32


« Tu n'es plus seule »

Penny Black ~ Crépuscule ~ Tallulah ~


Sentir un apaisement total détendre chaque muscle de son corps. Une sorte d'euphorie. Le bonheur insaisissable qu'éprouve la fille près d'une mère disparue. Se sentiment incroyable qui se love au plus profond de votre être. Réanimant des souvenirs, des espérances vaines... La souffrance aussi. La douleur qu'avait creusé le manque maternel. Ses pleurs, ses lamentations perceptibles faisant écho dans une nuit terrible, par une petite âme qui ne sait pourquoi son monde entier d'amour et de tendresse s'est anéanti.

Les flocons, doucement, achevaient leur chute en tâchant le sol de leur blancheur immaculée, d'autres se posaient sur les silhouettes délicates des trois juments. Non, Tallulah n'avait pas ce noir de jais, ces yeux au couleur de la nue, pure. Mais elle avait ces courbes, fines et élancées, un visage expressif et délicat, qui témoignaient de leurs ressemblances. Elle avait hérité tout ce dont une jument pouvait désirer; un corps naturellement épuré, une féminité évidente. La jeune jument arriva à se calmer un peu. L'esprit désireux de réponses en était certainement la cause. Ses yeux larmoyants se portèrent sur ceux, bien plus beaux, de sa tendre maman.

- Tallulah... Ma fille...Je me souviens maintenant...

Se souvenir... Les mots raisonnèrent en elle, tentant de comprendre ce qu'il s'était passé. Mais non, la jeune sauvage était bien trop émue, trop heureuse pour y arriver. Crépuscule était un miracle. Voilà tout. Alors que la beauté de l'instant s'écoulait paisiblement, la voix de la jument noire s'éleva.

- Bonjour, ma chère Tallulah, je suis ravie d'enfin faire ta connaissance. Je me nomme Penny Black, la sœur de ta magnifique mère
, s'adressa t-elle à la petite, l’allégresse ornant son visage.

La pie palomino s'écarta légèrement, prenant la politesse -inhabituelle- de faire face à cette jument qui serait donc... Sa tante. Crépuscule ne lui avait jamais parlé d'une sœur ? Peu importait, les deux sœurs avaient aussi la joie immense de se retrouver. Enfin. Un doux sourire étira ses lèvres. Elle eut une étrange sensation. Celle de renouer une famille. Des proches sur qui compter. C'était, en somme, quelque chose de magnifique. Elle la laissa donc parler, témoignant de l'infini bonheur qu'elle avait elle aussi de revoir la pie noire. Pour elle aussi, le choc avait dû être dur, et la larme qui perla en montrait une infime partie. Tallulah prenait de profondes inspirations, reprenant peu à peu ses esprits.

Au fond d'elle, elle songea à Sweet Fire. Qu'aurait il fait, à cet instant ? Qu'aurait il pensé de sa fille après toutes ses années ? Et qu'aurait il bafouiller lorsqu'elle lui aurait cracher des injures, cette adolescente qui avait été condamné à surmonter la douleur seule ? Cette haine, ce dégoût qu'elle avait pour son père ne pouvait s'apaiser. Et aujourd'hui, c'était une nouvelle revanche à cet être perfide, immonde. Mais la pie noire n'en savait rien. Elle ignorait l'abandon de sa chère fille, la fuite du mâle qu'elle avait aimé plus que tout. Elle ne se doutait pas que cet étalon l'avait condamnée. Réduite à une orpheline dénuée de repère, d'éducation, d'amour, de réponse à ses questions... La douce Crépuscule ne se doutait pas non plus à quel point la petite avait changé. Tallulah n'était plus cette âme innocente, pure, curieuse, avec une joie à toutes épreuves. Du tout. La brave mère ne s'en apercevrai peut être pas directement. Mais bien assez tôt...

La blonde secoua brièvement la tête. Qu'avait elle à se perdre dans ses pensées dans un tel moment ? Sa mine soucieuse disparut, alors qu'elle s'attarda à répondre à la douce noire, presque gaiement.

- Je n'aurais jamais cru avoir une tante... Penny Black, enchantée,... L'émotion lui noua la gorge. Ça fait tellement, en si peu de temps. Son regard glissa vers sa mère. Maman, tu nous as terriblement manqué... Comment... Comment as tu pu... ? Vivre. Mais le mot ne pouvait sortir de sa bouche, tant le traumatisme était poignant.

© codage by Lou' sur Epicode




[center]Merci ma Aiyana :heart:



Spoiler:
 
[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crépuscule
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 118
Points d'Experience : 384
Date d'inscription : 15/07/2012
Age : 19
Localisation : En liberté auprès des miens

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: " On s'habitue à l'absence, toujours, j'ai déjà pensé le contraire, mais c'est faux, le temps prend le dessus, le temps efface tout, absolument tout. " C'est ce que je pensais... Jusqu'à que tu ressurgisses dans ma vie.    Dim 4 Jan - 21:51

Penny Black - Tallulah - Crépuscule
" Toi, mon souvenir."




Penny s'avança pour parler à ma fille, celle-ci, s'écartant de moi pris place face à elle. Plus je l'a regardais, plus je trouvais qu'elle ressemblait à son père dont l'image était maintenant bien net dans ma tête. Seule ma finesse de carrure, qui rendait encore mieux sur elle, était similaire à moi. La neige s'était posé en fin flocons dans ses crins platine et ses membres puissant saillaient sous sa robe et j'étais si fière d'elle dans ce paysage qui se complétait de blancheur. Je n'aurais jamais cru que ce moment arriverais, l'accomplissement d'une recherche si intense et pendant tellement de temps, c'était à peine croyable de voir ces deux membres de ma famille ici mais encore plus incroyable était le fait que je puisse les reconnaître. La voix cristalline de Tallulah s'éleva alors pour répondre à sa tête et quelle voix, l'émotion était palpable.

- Je n'aurais jamais cru avoir une tante... Penny Black, enchantée, ça fait tellement, en si peu de temps. Maman, tu nous as terriblement manqué... Comment... Comment as tu pu... ?

Je ne savais que répondre, si ce n'est la vérité. Mon regard s’appuya sur le sol, je réfléchissais à mes mots. Je ne voulais pas la brusquer, le traumatisme était surement encore si frais dans la tête de ma magnifique fille. Je me souvenais de ce cheval blanc qui avait brisé nos vie. Cet éclaire qui avait attenté à ma vie devant mon compagnon, ma fille et une jument qui était là. Mon cœur se serrait en levant à nouveau les yeux vers elle.

- Quelques jours après que ce cheval m'ai jeté au fond du ravin, un Indien perdu est passé par là, il sortait du camps des Cow Boy. Il à décidé de me sauver mais j'ai perdu la mémoire et dés que j'ai sus que j'avais une fille, je t'ai cherché, tellement longtemps... Je viens juste de retrouver tout mes souvenirs, comme quoi, tu étais bien la clé pour libéré ma mémoire. J'esquissais un sourire. Mais... j'aimerais savoir ce qui... est arrivé à...ton père...






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 3305
Points d'Experience : 670
Date d'inscription : 23/08/2011
Age : 20
Localisation : Dans le camp des Indiens
Joue également : Diesel, Rafale, Phoebus, Khendrej, Hypérion

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: " On s'habitue à l'absence, toujours, j'ai déjà pensé le contraire, mais c'est faux, le temps prend le dessus, le temps efface tout, absolument tout. " C'est ce que je pensais... Jusqu'à que tu ressurgisses dans ma vie.    Ven 9 Jan - 6:23

Je fixai la jeune jument avec tendresse. Elle faisait maintenant partie intégrante de ma vie et je voulais qu'elle comprenne qu'elle n'avais pas à se méfier de moi et encore moins de ne pas me faire confiance. Évidement, j'étais une parfaite inconnue pour elle, inutile de la forcée à quoique se soit en cette première rencontre. En tout cas, je serais toujours là pour l'épauler, si elle en a besoin à un moment ou à un autre.

- Je n'aurais jamais cru avoir une tante... Penny Black, enchantée, ça fait tellement, en si peu de temps. Maman, tu nous as terriblement manqué... Comment... Comment as tu pu... ?

Je baissai légèrement ma tête vers le sol et la remontai lentement, en fermant les yeux, pour lui faire savoir que je comprenais tout à fait, qu'en ce moment, il y avait un trop plein de choses et d'émotion à gérer et qu'elle n'était donc pas très loquasse à mon égard. Par contre, sa dernière phrase, qui s'adressait à ma soeur, me fis relever les oreilles et attira grandement mon attention. Moi aussi, je voulais des réponse.

- Quelques jours après que ce cheval m'ai jeté au fond du ravin, un Indien perdu est passé par là, il sortait du camps des Cow Boy. Il à décidé de me sauver mais j'ai perdu la mémoire et dés que j'ai sus que j'avais une fille, je t'ai cherché, tellement longtemps... Je viens juste de retrouver tout mes souvenirs, comme quoi, tu étais bien la clé pour libéré ma mémoire. Mais... j'aimerais savoir ce qui... est arrivé à...ton père...

Son histoire me choqua. Quel monstre avait bien pu la jeter au fond d'un ravin ? Je me gardai bien de poser ma question tout de suite, car Crépuscule en avait posé une à sa fille. Une question qui avait une plus grande importance, pour le moment, que la mienne. Par contre, au fond de moi, je ressentais un douleur terrible à l'égard de ce que ma soeur a vécu et dans son regard, je pouvais sentir qu'elle n'en restait pas moins indifférente lorsqu'elle avait prononcée ses mots. Instinctivement, je touchai son encolures avec mes naseaux en esquissant un sourire, pour la rassurer.

Cette rencontre ne tournait pas autour de moi, je préférais donc, ne pas trop intervenir dans les discussions et rester en arrière plan, en écoutant tout et en ouvrant la bouche, seulement lorsque nécessaire.

(court, désolée)


103 roses
Merci vous tous:
 

Penny Black et Em':
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpgblancheneige.forum-canada.com/
Tallulah
« Petit ange à l'auréole rouge. »
avatar
Messages : 233
Points d'Experience : 131
Date d'inscription : 21/03/2012
Age : 20
Localisation : ...
Joue également : Opale - Ex Aequo - Hazufel

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: " On s'habitue à l'absence, toujours, j'ai déjà pensé le contraire, mais c'est faux, le temps prend le dessus, le temps efface tout, absolument tout. " C'est ce que je pensais... Jusqu'à que tu ressurgisses dans ma vie.    Sam 10 Jan - 13:41


« Tu n'es plus seule »

Penny Black ~ Crépuscule ~ Tallulah ~



- Quelques jours après que ce cheval m'ai jeté au fond du ravin, un Indien perdu est passé par là, il sortait du camps des Cow Boy. Il à décidé de me sauver mais j'ai perdu la mémoire et dés que j'ai sus que j'avais une fille, je t'ai cherché, tellement longtemps... Je viens juste de retrouver tout mes souvenirs, comme quoi, tu étais bien la clé pour libéré ma mémoire. Mais... j'aimerais savoir ce qui... est arrivé à...ton père...

Les mots, les liens, s'enchaînaient dans l'esprit de la petite. Elle tenait réellement du miracle. Et son ange n'était autre qu'un... Humain. La pie palomino avait du mal à réaliser. Sa mère avait été sauvé par un peau rouge. Avant ces retrouvailles, Crépuscule ignorait bon nombres de ses souvenirs. Sa mémoire l'avait condamné à se construire une nouvelle vie, avec l'angoisse et le terrible sentiment qu'elle passé à côté de l'essentiel. Et c'est à cet instant que tout s'écroule. Ou plutôt, que tout se reconstitue, d'une manière si inattendue qu'elle en est désarmante.
Mais il manquait une pièce au puzzle. La brave mère ignorait ce qu'était devenu l'être qu'elle aimait. D'ailleurs, la jeune jument non plus. Elle espérait qu'il soit mort de désespoir, au confins du désert de l'oubli. Elle jugeait qu'il ne méritait plus de vivre. Contrairement à la pie noire, la blonde ne choisit pas ses mots. Elle aurait aimé lui dire que son père était sur les terres sauvages, tout comme elle. Qu'il n'avait jamais cessé de l'aimer. Mais la réalité était loin d'être aussi belle.

- Ce n'est pas mon père. Il ne m'aimait pas, maman. Dès que tu es... Tu... Enfin, qu'on te croyais morte... Il est parti. Son visage se voulait crispé, presque dur, avec un dégoût évident. Elle voulait cacher une certaine faiblesse. Mes les quelques larmes qui coulaient le long de ses ganaches trahissaient cette carapace qui se formait, dès qu'on lui parlait de son géniteur. Il m'a abandonné. Je me suis retrouvée seule avec une harde qui ne me comprenait pas, avec des regards de pitiés, hypocrites, que je haïssais... Tout ça par sa faute. Il ne te méritait pas, ce pauvre lâche !

La jeune pie avait encore la force de se retenir de ne pas éclater en sanglot. Mais c'était dur, très dur. C'était comme si le poids de ces quelques années accablantes, malgré les apparences, retombaient entièrement.

- Il est surement mort de désespoir, ou refait sa vie, loin d'ici. Sans son boulet de fille à se traîner dans les pattes,lâcha-t-elle dans un sifflement, son regard luisant d'une haine ardente.

Elle recula de quelques pas, ses sabots s'enfonçant sur le sol de plus en plus enneigé. Elle secoua la tête, essayant ses larmes. Loin d'elle l'envie de briser le cœur sa chère mère. Surtout pas aujourd'hui. Mais le bouleversement était telle qu'elle ne pouvait mâcher ses paroles.

- Désolée. Mais je ne peux pas faire comme s'il ne s'était rien passé. Tallulah était réellement navrée. Elle espérait que ni Crépuscule, ni Penny Black ne lui en voudrait pour cela. Et elle espérait aussi que sa mère tourne la page, qu'elle oublie ce Sweet Fire, pour trouver une âme digne d'elle.


© codage by Lou' sur Epicode


[ Aucun problème, c'est pas si court ! La longueur n'a peu d'importance Pennychette, tant que le contenu est bon ! ]




[center]Merci ma Aiyana :heart:



Spoiler:
 
[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

" On s'habitue à l'absence, toujours, j'ai déjà pensé le contraire, mais c'est faux, le temps prend le dessus, le temps efface tout, absolument tout. " C'est ce que je pensais... Jusqu'à que tu ressurgisses dans ma vie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jusqu'où ira t-on dans cette société ?
» Ma galerie de dessins Hiccstrid
» " S'il n'y avait personne sur terre, je resterais. Mais puisque ce n'est pas le cas, je m'en vais. ♦ PRIVATE ~ LILIETH"
» JAMIE-HOPE ♣ Il y a un adage qui dit qu’on fait toujours du mal à ceux qu’on aime mais il oublie de dire qu’on aime ceux qui nous font du mal.
» Jessie - Il y a un adage qui dit qu’on fait toujours du mal à ceux qu’on aime mais il oublie de dire qu’on aime ceux qui nous font du mal.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spirit RPG :: HORS JEU :: Archives :: RP's Abandonnés-