RSS
RSS

AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je suis là, frérot.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adriel
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 226
Points d'Experience : 75
Date d'inscription : 15/05/2014
Joue également : Zéro - Toxic - Cocaïne - Joshua - Shabet

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Je suis là, frérot.   Dim 7 Déc - 23:50


« Ne t'éloigne pas trop Adriel. »

Recommanda le jeune indien avant de se détourner vers le feu, mangeant de la viande séchée qu'il avait emmené avec lui. Adriel hocha lentement sa tête, s'ébrouant avant de s'éloigner au pas dans la neige. Adriel et Ours Vagabond était dans la montagne afin de récupérer des plantes diverses. Ils n'avaient pas encore tout trouvé. Mais cette nuit-là, le jeune beige ne parvenait pas à fermer l’œil. A sa rentrée au camp, il avait été heureux. Oh que oui, il avait retrouvé tout le monde. Effiel, sa "petite sœur" qui lui avait tant manqué, Hope, une bonne amie d'enfance qu'il aimait beaucoup, Ehawee, sa mère, Ours Vagabond, son frère, et tant d'autres. Même Innocence, cette jument mélancolique qu'il voulait voir sourire. Mais IL n'était pas là. Toujours pas. IL était toujours en enfer. Et puis, vous savez, Adriel à beau être un étalon, il est sensible le petit. En ne le voyant pas, il avait été poignardé au cœur. Parce qu'IL était celui qu'Adriel connaissait le plus, ils étaient pratiquement née ensembles, ils avaient grandis ensembles. Mais tout était terminé. Le jeune étalon beige n'arrivait pas à y croire. Mais ce qui lui faisait le plus mal, c'était qu'ils se soient quittés sur une dispute. Sur une tension. Qu'il s'en voulait d'avoir cracher son venin sur son ami de toujours, comment avait-il pu être si odieux ce jour-là? Avançant dans la neige, la tête basse, Adriel soupira en repensant à tout cela. La nuit englobait à présent toute la montagne, le jeune café au lait était au milieu de la neige et de quelques arbres divers, relevant un peu son encolure, se sentant soudainement terriblement seul. Où était-il? S'était-il perdu? Adriel prit le galop, avançant à l'aveuglette jusqu'à qu'il repère une petite lumière faible plus loin, très à l'écart. Il avait finalement retrouvé son chemin? Son instinct lui disait que non, qu'il ferait mieux de faire demi-tour. Mais sa curiosité le poussa à avancer. Prenant le pas, le café au lait avançant avec une certaine méfiance. Il se souvenait trop bien de la nuit de sa capture pour se refaire avoir. Jamais il ne se ferait capturer de nouveau par ces chiens de cow-boy. Adriel n'était pas quelqu'un de méchant qui haïssait le monde entier, au contraire, il était bon et aimait tout le monde. Sauf les cow-boy et leurs montures. C'était sa peste. L'odeur de chevaux vint finalement lui confirmer ses doutes; des cow-boys. Un camp. Mais bien heureusement, il semblait endormi.

Curieux, repensant à Rodrigo, son cœur s'accéléra. Et s'il le retrouvait? S'il était toujours chez eux? Avec un peu de chance, ils ne l'avaient pas vendus aux voleurs. Il pourrait le revoir! Adriel s'arrêta et secoua sa tête, il était con. Il espérait encore. Mais, s'il avait raison? Si l'alezan était encore là? Non.. Mais.. Il se demandait quelle sera la réaction appropriée. Enfin, il savait bien que s'il le voyait, il risquait de vouloir pleurer. Que voulez-vous! Le café au lait est sensible, un peu trop émotif, ce que beaucoup d'étalons ont tendances à lui reprocher. Ce que les juments semblent apprécier. Ça changeait des machos. Adriel déglutit difficilement puis reprit sa marche, des enclos de fortune étaient faiblement éclairée par quelques lumières grésillantes. Des chevaux endormis. Aucun qu'il ne connaissait. Il n'était pas là. Le jeune indien finit par perdre espoir, son cœur battait plus doucement et ses oreilles se baissèrent. Encore une fois, il avait espéré en vain. Quel crétin il faisait! Le café au lait tapa du pied, faisant voler de la neige autour de lui, cette dernière étouffant le bruit avec merveille. Cependant, alors qu'il comptait partir, son regard clair fut attiré vers un dernier enclos. Un enclos un peu plus dans le noir. Un peu plus à l'écart. Allez savoir pourquoi mais il s'en approcha. Foutu optimiste. Il espérait encore. Mais il eu raison. Parce que cette odeur. Cette silhouette. Cette façon d'être. Il reconnaîtrait tout cela entre tout. C'était lui. De nouveau, son cœur battit plus fort, ses yeux s'agrandirent et un large sourire se peignit sur son visage. Il mourrait d'envie d'hennir de toutes ses forces, de foncer sur l'enclos, le défoncer, aider Rodrigo à fuir d'ici, le retrouver pour de bon. Mais non, ils se feraient capturer. Il devait rester calme. L'autre semblait de dos. Adriel s'avança lentement, au fur et à mesure qu'il approchait, son cœur battait encore plus fort. Doucement, il colla son poitrail musclé à la barrière de bois, tendant son encolure, il souffla.

« Rodrigo.. »

Et il espérait qu'il ne s'était pas trompé. Que c'était lui. Son frère. Peut-être pas de sang mais à ses yeux il l'était. Celui avec qui il avait grandit.


Adriel & Innocence


Adi' & Inno':
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Je suis là, frérot.   Lun 8 Déc - 13:46

    Étrangement, la nuit était vite tombée aujourd'hui. Le camp se vidait petit à petit chaque jour, les indiens ayant repris le dessus sur leurs terres. J'étais vraiment content d'apprendre que les hommes rouges avaient gagnés contre les cow-boys, mais d'un autre côté, ça voudrait dire que les cow-boys devront chercher des terres éloignées pour y trouver refuge, et qui dit terres éloignées, dit ne plus pouvoir venir ici. J'étais dans mon box -provisoire serte-, dos à la portière. Depuis que j'avais ressentis les joies de rediscuter avec des chevaux sauvages, je n'arrêtais plus de penser à ma liberté. A chaque fois que j'en avais l'occasion, j'imaginais ma fuite et comment je procéderais, mais, bien entendu, tout ceci est très lointain... Dire que j'avais forgé toute une vie chez les indiens. Des amis, des frères, une compagne... Tout ceci fait parti du passé maintenant. J'imagine que tout le monde là-bas a dû m'oublié. Ça doit faire combien de temps maintenant? Combien de temps que je n'ai plus souris sincèrement? Combien de temps que je n'ai plus revu ces visages amicaux me sourire avec gentillesse?...
    Je lâchais un long soupir en fermant les yeux. Repenser à tout ça m'était douloureux, je le savais, mais je ne pouvais m'en empêcher. Une image me vint à l'esprit. La tête d'un étalon que je ne connaissais que trop bien se dessinait dans ma tête. J'ouvris les yeux à cet instant, ne voulant pas penser à la pire chose qui soit: Ma séparation et ma dispute avec mon frère. J'avais été idiot, con même en ce temps-là! Comment avais-je osé dire que j'étais d'accord qu'on se laisse faire par les humains? Je n'avais vraiment aucun honneur!... *dégoûté*
    Au moment où j'allais m'allonger sur le sol, rageant intérieurement de ma stupidité passée, j'entendis un faible "Rodrigo" derrière moi. J'avais dressé les oreilles vers la voix, une voix qui me fit stresser, m'obligeant à ouvrir la bouche pour mieux respirer. Cette voix, elle ne pouvait appartenir qu'à un seul équidé. Petit à petit, je tournais doucement la tête vers mon interlocuteur, le regard emplit de surprise. A la porte du box, je vis sa silhouette, ce qui me fit encore plus écarquiller les yeux. Les lumières étaient faibles, mais je n'eu aucun mal à reconnaître l'étalon qui m'avait appelé. D'un pas hésitant, je finis par complètement faire face au cheval, mon visage affichant toujours une expression de stupeur.

      -A... Adri...el? Bafouais-je comme un idiot.


    Je n'arrivais même plus à trouver mes mots tellement le choc était puissant. C'était bien lui, Adriel, l'étalon avec je partageais tout autre fois, l'étalon avec qui j'ai grandi, mon frère. Il se tenait bien là à me regarder avec ses yeux de merlan fris -je n'étais pas mieux j'imagine-. Je me rapprochais davantage vers l'équidé pour me persuader que c'était bien lui, même si, au fond de moi, je savais bien que ça ne pouvait pas être quelqu'un d'autre. En le regardant, je me rappelle notre dispute, mais le sujet de cette dispute, aucune idée, je ne m'en rappelle plus... Allez savoir si c'est le choc qui fait ça ou autre chose...

      -Que... Qu'est-ce que tu fais ici au juste?


    J'avais réussi à prononcer d'autres mots, et ça n'a pas pu être mieux que cette question... *exaspéré*

Revenir en haut Aller en bas
Adriel
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 226
Points d'Experience : 75
Date d'inscription : 15/05/2014
Joue également : Zéro - Toxic - Cocaïne - Joshua - Shabet

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Je suis là, frérot.   Dim 21 Déc - 19:08


Le cœur battant à vive allure, Adriel ne savait que faire, les jambes tremblantes. Que faire? Que dire d'autre? L'autre s'était stoppé dans son allure, les oreilles bien droites sur sa tête. Il avait entendu et l'indien se félicitait d'avoir parlé suffisamment fort. Il se tourna doucement, lentement, trop au goût d'Adriel qui voulait savoir s'il s'était trompé ou non. Non, il ne pouvait pas s'être trompé, par avec ça. Pas avec lui. A l'aide de la faible lumière des lampes, la jeune étalon café au lait pu amplement voir Rodrigo, c'était lui, bel et bien. Il était toujours là. L'étalon bai s'approcha doucement, venant finalement faire face à Adriel qui arborait un air surprit, les yeux légèrement écarquillés, la bouche entrouverte. Il mourrait d'envie d'être fou de joie, d'hennir avec force mais non, il ne pouvait pas. Pas maintenant. Rodrigo.. Il était là. Après tant de temps séparés, quittés sur une belle engueulade et une grande tension, les deux vieux frères se retrouvaient enfin. Finalement, alors que le bai laissait passer le nom de beige entre ses lèvres, ce-dernier sourit. Rodrigo s'était encore rapproché et Adriel se sentait léger, son estomac jouait encore des siennes mais petit à petit, une vague de joie venait le submerger. Il n'avait plus aucune haine, aucune tension envers Rodrigo. Juste de la joie de l'avoir enfin retrouvé même s'il se sentait assez honteux de lui avoir ainsi fait la morale. Au fond, ce n'avait pas été la faute du bai si les humains avaient réussis. Combien de fois Adriel avait faillit flancher? Et pourquoi avait-il fui seul? Non, il aurait dû fuir avec Rodrigo. Il se souvient tellement bien de cette fuite, il s'était retourné vers le Fort, démoralisé de laisser son frère derrière lui. Oh oui, il avait été rongé par le remord.

« Que... Qu'est-ce que tu fais ici au juste? »

Le jeune étalon indien soupira doucement de satisfaction, ses muscles restés tendus lui faisaient mal et, petit à petit, il se détendit. Son poitrail musclé se colla aux barrières et il tendit son encolure afin de venir donner un petit coup de nez affectueux au bai, souriant. Ah, qu'il était fou de joie. Rodrigo était là! Il l'avait enfin trouvé! Il ne semblait pas aller trop mal, enfin, il devait encore vouloir fuir d'ici. C'était normal non? Il avait sa vie chez les indiens, sa famille, ses amis, une compagne. Tout comme Adriel d'ailleurs, à l'exception qu'il n'avait pas de belle jument à ses côtés. Un sourire ne voulant pas se décrocher de son visage, Adriel recula sa tête, posant son regard bleu dans celui de son vieil ami.

« Je.. J'étais dans la montagne et en marchant, je me suis retrouvé ici.. »

Il avait dit cela d'une petite voix, ayant encore du mal à réaliser. Pourtant, il l'avait touché, il avait bien vu que Rodrigo n'était pas un mirage, une illusion. Non, il était bel et bien là. Juste devant lui. Un frisson parcourut le café au lait qui prit sans s'en rendre compte un air désolé, baissant sa tête, dépité.

« Je suis tellement désolé Rod'... je m'en veux de t'avoir abandonné, d'être partis sans rien dire.. de cette dispute.. Vraiment désolé.. »

Et il était on ne peu plus sincère.


Adriel & Innocence


Adi' & Inno':
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiyana
 Je suis :
 Je suis :
avatar
Messages : 1148
Points d'Experience : 127
Date d'inscription : 25/06/2014
Age : 20
Localisation : In France ! ♫
Joue également : /

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Je suis là, frérot.   Mer 10 Aoû - 11:21

Placé dans les abandonnés.





Merci Asgard pour l'avatar et Charbon pour la signa' :heart:


Autres signatures:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Je suis là, frérot.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Je suis là, frérot.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Noob, je suis un noooob!
» ATTENTION K-PLIM JE SUIS CONTRE TOUT RECYCLAGE DE RENE CIVIL...JWET SE JWET ...
» Je suis folle. Et toi?
» Je suis démocrate !
» Lindsay River ♥« Je suis l'unique créatrice de mes Désirs »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spirit RPG :: HORS JEU :: Archives :: RP's Abandonnés-