RSS
RSS

AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You're nothing but a pawn.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
River
Gare à vous, je suis :
Gare à vous, je suis :
avatar
Messages : 172
Points d'Experience : 62
Date d'inscription : 30/06/2014
Joue également : Berceuse Pastel - Grondelierre - April

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: You're nothing but a pawn.   Mer 24 Sep - 0:32


Hazel, par un hasardeux concours de circonstances, s’était retrouvée loin des autres chevaux du fort, livrée à elle-même. Elle n’était pas à l’aise dehors car elle ne savait pas où étaient les autres. Elle ne craignait pas les dangers de la plaine, car elle savait les contrer et s’en défendre (c’est-à-dire qu’elle savait les fuir comme la peste avant que vous ayez eu le temps de dire «ouf »), mais elle s’inquiétait plutôt de retrouver son campement. Elle avait finit par s’attacher à Marshall et à la stabilité qu’il semblait prêt à lui fournir et elle n’avait pas envie de se retrouver à la porte comme une clocharde, n’ayant pour elle que ses beaux yeux. Tout recommencer de zéro, non merci ! Pas à douze ans et pas avec la flemme qu’elle avait en ce moment.

Mais foutue pour foutue, puisqu’elle était ainsi dehors, autant en profiter pour explorer les alentours. Peut-être trouverait-elle quelque indice qui lui indiquerait où se trouvaient les cow-boys. Oh, certes, elle aurait bien pu rester sur place, car une patrouille allait bientôt être lancée à sa recherche et elle le savait très bien, mais Hazel n’était pas de ceux qui restent là, les bras ballants, le nez en l’air en attendant que la Vie décide de vous mettre un coup de pied aux fesses. Elle n’avait pas que cela à faire, que diable ! On menait une vie palpitante quand on s’appelait Hazel.
Et la première étape de cette journée dans la Vie Palpitante de la jument Overo était de trouver un cours d’eau car elle avait soif.

En s’éloignant d’une bonne demi-dizaine de kilomètres de son point de chute, la Belle avait mit la main sur l’objet de ses désirs. Se délectant à l’avance de l’onde fraiche qui coulait devant elle, elle avait plongé le nez en brisant la plénitude du petit ruisseau et avait bu de tout son soul. Chose faite, elle était repartie de son trot bondissant, qui faisait rouler ses courbes et voltiger ses crins. Même quand elle bougeait, elle était élégante. Une fois, un homme avait fait la comparaison entre Mime et elle. Hazel avait soupiré devant la bêtise de l’homme : Mime était gracieuse, elle était élégante. La différence était de mise. Cela lui avait alors rappelé une belle jument blanche aux crins noirs, qui était la beauté divine incarnée. Elle se souvenait avoir éprouvé un sentiment vif en voyant cette jument arriver si humblement sur la piste du show, en provoquant une pluie de regard sur elle. Hazel se souvenait encore du souffle que le public avait retenu quand la belle s’était lancée dans un tour de piste les yeux mi-clos. Les juments étaient mortes et enterrées de jalousie et la beauté divine de la Blanche les avait toute éclipsées.

Mais pourquoi pensait-elle à cette jument russe ? Elle était perdue quelque part dans les plaines sauvages, à la merci du premier puma téméraire venu et la voilà qui se laissait aller à des occupations infantiles. Se réprimant à la manière des mères qui répriment un petit turbulent, Hazel se remit en marche.

À force de marcher ainsi, et les Dieux seuls pouvaient savoir qu’elle avait marché aujourd’hui !, Hazel avait parcouru une grande partie du territoire. Elle mettrait bien un jour ou deux à retrouver le camp. Surtout qu’en observant le paysage, elle avait eut tout le loisir de se rendre compte qu’elle avait traversé tout le territoire asséché des cow-boy, alors que ces derniers étaient chez les Indiens, dans les montagnes, et qu’elle en atteignait le bout. Elle se sentit soudainement idiote. Quelle idée avait-elle bien pu avoir pour venir jusqu’ici ? Bon, en relativisant, elle n’aurait qu’à marcher tout droit vers l’Est et elle sera vite chez les Indiens, mais tout de même.

Une alarme, quelque part au fin fond de la mémoire de la jument, s’alluma soudain. L’odeur de ce territoire qu’elle ne connaissait pas ne lui était pas totalement inconnue. Perplexe, elle fit le silence autours d’elle et se concentra pleinement sur ce qu’elle ressentait. Un souvenir, fugace et flou, fit alors surface : un cheval sauvage qui lui disait de se méfier des hommes de cet endroit. Mais elle avait oublié pourquoi est-ce qu’elle devait s’en méfier.

En attendant, la belle n’eut pas le temps de continuer ses réflexions. Un cheval arrivait, un cheval bai. Et il sentait l’odeur de ce territoire presqu’inconnu à plein naseaux. Hazel prit une grande décision : elle allait tout apprendre sur cet endroit, ces secrets, et ce, quel qu’en soit le prix. L'étalon bai serait alors celui qui lui donnerait tous les renseignements qu'elle voulait, car elle en avait décidé ainsi.
Et alors, elle n’aurait plus qu’à rentrer chez elle.


« Couleur de Hazel: #669966 »
« Couleur de Marshall: #1a2f1f »
[ce sera beaucoup moins long après, ce n'est que du blabla de A à Z, désolée ^^"]

© EKKINOX



©️ Charbon :heart:

Spoiler:
 

OC by La_Siiu 2016

DC: Berceuse Pastel, April, Grondelierre & Tango
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hypérion
 Je suis :
 Je suis :
avatar
Messages : 683
Points d'Experience : 106
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 20
Localisation : À ta gauche.... Et bah non, j'suis à droite :P

MessageSujet: Re: You're nothing but a pawn.   Jeu 9 Oct - 22:42



« Tu veux que je te dises tout ? D'accord, mais tu parles à Hypérion, là... »




Malgré les événements en cours, je n'étais pas parti en guerre, je ne suis même pas sortie dehors ! De toute façon, la guerre ne se faisait pas entre les voleurs et les autres. Mais bien entre les Plumés et les Militaires. Nous, nous étions à part. Seul Toxic s'était rendu sur le champ de bataille et elle n'en était pas ressorti vainqueur. À cette pensée, je levai les yeux au ciel et soupirai. Qui va seule au combat sans alliés ? Un fou de première classe en est capable, seulement, un fou. La pauvre ! N'empêche que ça devait être drôle de la voir seule, dans tout ce méli-mélo. En tout cas, je m'en fiche, je n'y étais pas, je chassai ses pensées d'un mouvement de tête et je sortie la tête hors de ton box. Ouais, depuis le début, les hommes avaient mes fesses en vu, et rien d'autre. Ils étaient tous autour d'une table, entrain de parler des conséquences de cette guerre. Je cherchai mon brave Liam des yeux, et je fini par le voir. Lui aussi, il me regardait. Et son regard en disait long. Avait-il marre de voir mes fesses, ou bien est ce le fait qu'il les a perdu de vu qu'il me fait la gueule ? Je compris dans son regard que ce n’était pas le moment de faire l’andouille dans le repaire durant cette discussion importante et que mes fesses n'avaient rien avoir la dedans.

Ma tête était reposé sur la porte de mon box, attendant que quelque chose se passe, quelque chose d'amusant, bien sur ! Y'avait rien, je ne croise aucun autre cheval voleur depuis un moment. Liam ne venait pas me voir non plus, * sale égoïste, va ! * . J'essayai donc d'attirer son attention, à ma façon, bien sur. Je tapai la porte de mon box avec mon sabot. Boum, Boum, Boum. Ahaha, ça marche * évidement* ! Plusieurs pairs d'yeux se retournent et me reluquent. Je leur fis un sourire fondant *coucou, oui, j'suis là*. Eh oui, c'est moi, le nouveau, héhé. À peine une seconde après, ils se tournèrent vers Liam. Pauvre vieux ! Et à peine une minute plus tard, Liam m'envoya balader à l'extérieur. J'suis doué, hein ! Voilà comment sortir sans cavalier et sans travailler.

Enfin à l'air libre ! Voilà plusieurs jours que j'étais enfermé dans ce miteux repaire où personne n'est marrant. On dirait être entouré de carottes ambulantes. Bref, j'suis dehors et il fait pas trop chaud, pas trop froid, pas trop moche et pas trop beau non plus. Je trottais, souriant, les oreilles droites et mes yeux bruns ouvert sur le monde. Je dois dire qu'aujourd'hui, j'ai de la chance, non loin de moi, j'aperçus un cheval. Une jument, même, à en croire par son corps fin et gracieux. Douce et belle jument, tu viens de tomber sur Hypérion !

Je changeai mon allure immédiatement. Marchant d'un pas très allongé, je me tint bien droit, l'encolure et la tête bien haute, je pris un air supérieur. Et oui, j'aime rigoler et des fois, ça commence comme ça ! Ma queue, je la gardais plaquée contre mes belles fesses. Une fois à la hauteur de la jument, je pris une voix sérieuse et lui dit:

- Dites que faites vous sur mon territoire ? Je suis Toxic, chef des voleurs.

Oui, Toxic fait également très masculin, non ? En tout cas, je posai mes yeux bruns sur la jument avec toute la prestance d'un chef et je fis comme-ci ce que je disais était la stricte vérité.


Codage par Etoile sur [url=Epicode ]http://epicode.bbactif.com[/url]




Couleur d'Hypé: #00ccff
*Hypé pense*

PS: c'est nul, je me rattrape au prochain post. Faut que je m'adapte avec ce petit Hypé ;)






Moi qui me suis débarrassé de mon cavalier:
 

Moi, lors de ma petite escale au fort:
 


V'la Mon Liam :):
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
River
Gare à vous, je suis :
Gare à vous, je suis :
avatar
Messages : 172
Points d'Experience : 62
Date d'inscription : 30/06/2014
Joue également : Berceuse Pastel - Grondelierre - April

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: You're nothing but a pawn.   Mar 21 Oct - 11:51


Hazel avait observé le nouveau venu. Longtemps. Très longtemps. "Ça ? La monture d'un chef ? Les hommes ont visiblement perdu toute jugeote", se disait-elle en fixant l'étalon bai d'un œil critique. Elle ne le crut pas une fraction de seconde. Quand bien même sa carrure était tout à fait crédible, la tête de l'animal et son regard trahissait son rang. Un cheval de chef n'a pas cette infime lueur amusée au fond du regard et il ne traîne jamais loin de son cavalier. Et puis, son odeur n'était pas tout à fait la même que cet endroit, comme s'il venait d'arriver: quel chef ferait confiance à un nouveau venu ? Mais comme Hazel avait décidé d'en apprendre plus sur les voleurs, elle s'était reprise et lui avait coulé un grand sourire mielleux assorti à son regard de donzelle qui vous place au sommet de l'échelle sociale de tous les étalons de cet endroit qui pue la chaleur.

"Toxic, c'est bien cela ? Quelle chance j'ai de tomber sur le chef en personne. Je me nomme Hazel, enchantée. "

Règle première: pour appâter l'étalon, le flatter est la solution. Ouvrant de grands yeux tout ébahis, avec une moue approbatrice, Hazel avait enfilé le masque de la jument comblée de joie de tomber sur telle figure d'autorité, subjuguée à l'idée de passer un peu de temps avec une personne si haut gradée. Elle fit deux pas en avant, un sur le côté, afin de mieux observer l'étalon. Son idée première se concrétisait: si il était le chef, elle était rousse comme Goupile et rase de crinière comme Mime !
Mais jouant le jeu à fond, elle lui fit ensuite la tête de la pauvre petite jument ayant besoin d'être protégée.

"Je me suis perdue, pour tout vous dire. Une guerre horrible fait rage et je n'ai su me résigner à rester sur la scène macabre. Je suis désolée de vous avoir ainsi incommodé, je ne savais pas que cet endroit était votre domaine."

Elle se moquait clairement de lui. Certes, elle ne se trahissait pas à un seul moment, mais aucune personne saine d'esprit connaissant la jument ne tomberait dans le panneau. Hazel n'était jamais en admiration devant personne, si ce n'est elle. Hazel ne vous félicite jamais, ni ne vous accorde de l'attention si cela ne la concerne pas directement. Mais comme personne, au final, ne connaît vraiment Hazel et comme cet étalon n'y faisait pas exception, il ne pouvait se douter une seule seconde que la jument se fichait bien du rang qu'il occupait, si tant est qu'il soit le sien.

Continuant sur sa bonne lancée, elle enchaînait avec cette question:

"Je ne savais pas qu'il y avait des voleurs ici.... que volez-vous exactement ?"

Surtout qu'il n'y avait rien à prendre ici. Plus de fort, pas de bisons, pas d'indiens. Était-ce là le meilleur endroit pour poser une planque ? Peut-être que l'endroit si reculé éloignait les autres, mais d'un point de vue tactique, ce n'était pas fameux : les chevaux devaient être exténués à force de devoir parcourir le territoire de long en large pour obtenir quelque chose à dérober.



« Couleur de Hazel: #669966 »
« Couleur de Marshall: #1a2f1f »
[c'est pas top, désolée D/ Je me rattrape sur le prochains post, promis !]

© EKKINOX



©️ Charbon :heart:

Spoiler:
 

OC by La_Siiu 2016

DC: Berceuse Pastel, April, Grondelierre & Tango
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hypérion
 Je suis :
 Je suis :
avatar
Messages : 683
Points d'Experience : 106
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 20
Localisation : À ta gauche.... Et bah non, j'suis à droite :P

MessageSujet: Re: You're nothing but a pawn.   Dim 2 Nov - 20:57



« Tu veux que je te dises tout ? D'accord, mais tu parles à Hypérion, là... »




Sourire sérieux aux lèvres, tenir le rôle de chef ne sera pas facile. Cet air sérieux et supérieur est tout sauf moi. Un doute se mit en moi. La jument serait-elle trompée par ma blague ou pas du tout ? Tout en moi était en train de me trahir, tout. Mon look, ma face, mes yeux, même ma queue avait la bougeotte et ne gardait pas sont panache. Ah quoi bon, si je me fais démasquer, tant pis !

- Toxic, c'est bien cela ? Quelle chance j'ai de tomber sur le chef en personne. Je me nomme Hazel, enchantée.

Rhoooo, elle me croit. Tout content, fier comme un con, c'est le cas de le dire, je repris mon assurance et mon allure de roi. Hazel était for belle demoiselle. Je me devais tenir mon histoire, sinon, quelle jument apprécierait un menteur ? Alors, tout en la regardant prendre un air bien commun pour la gente demoiselle, je pris un air arrogant et dominant, Toxic, quoi.

- Je me suis perdue, pour tout vous dire. Une guerre horrible fait rage et je n'ai su me résigner à rester sur la scène macabre. Je suis désolée de vous avoir ainsi incommodé, je ne savais pas que cet endroit était votre domaine. Je ne savais pas qu'il y avait des voleurs ici.... que volez-vous exactement ?

Jument en détresse, quoi de plus touchant. Mon cœur tendre ne pouvait tenir un regard arrogant plus longtemps. Arff, j'aurais pas du dire Toxic, elle est tellement d'une humeur massacrante que la copier, c'est comme copier un mur. Faudrait que je tire la gueule tout le temps. Nan, j'va faire la Toxic à mon image.

Gardant le poitrail bombé et l'encolure dressée, je me déplaçai pour me retrouver sur la droite de la jument, côte à côte, nous étions. Dans cette position, nous avions à peu près une vue potable du repaire et de l'étendu de nos terres. Étirant mon encolure en direction du repaire et faisant quelques coups de têtes à droit et à gauche, je lui pointa le territoire tout en lui disant:

- Et bien chère Dame Hazel, *ouhouh on dirait demoiselle, ok, concentration*, cette guerre j'en sais quelque chose ! Il n'y a pas longtemps que je suis de retour dans notre repaire. Ta présence n'incommode personne, voyons ! De la compagnie après un combat rude, c'est agréable. Si tu veux, je peux de dévoiler quelques trucs. Sur ces terres règne les voleurs de chevaux. Nous sommes environ, *on est combien ? 10, 50, 5 ?* hum, une quarantaine, et nous volons chevaux, récoltes, bétails et or. Dis-je en perdant momentanément, vers la fin de ma phrase mon personnage.

J'en savais rien moi. Merde alors. J'viens d'arriver. Je sais juste qu'on est des voleurs de chevaux et que Liam vole des chevaux. Mais entend une petite minute. Si j'arrivais à amené cette belle jument au repaire, je serais le premier cheval sans humain à avoir capturer un cheval. *Ohoh, mon petit Hypé tu es un génie !*

Sauf que, manipuler, j'aime pas ça et je suis en plein'dans, c'est dégueulasse. Sauf si la jument me suis de son plein grès, là, je n'y serais pour rien. Bon, c'est pas comme-ci je voulais forcément l'amener à la boucherie, j'vais lui laisser une chance de rester libre, tout de même.

- Vous, il me semble que vous êtes une belle jument de cow-boy, n'est-ce pas ? Votre cavalier ne va t-il pas s'inquiéter de votre disparition?

Devrais-je lui avouer que je ne suis qu'un simple pion parmi les autres chevaux des voleurs ? En tout cas, je sens que je ne vais pas tenir longtemps. Toxic me rend trop manipulateur et dragueur. Je suis déjà trop intoxiquer, par cette personnalité à la noix.


Codage par Etoile sur [url=Epicode ]http://epicode.bbactif.com[/url]




Couleur d'Hypé: #00ccff
*Hypé pense*






Moi qui me suis débarrassé de mon cavalier:
 

Moi, lors de ma petite escale au fort:
 


V'la Mon Liam :):
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
River
Gare à vous, je suis :
Gare à vous, je suis :
avatar
Messages : 172
Points d'Experience : 62
Date d'inscription : 30/06/2014
Joue également : Berceuse Pastel - Grondelierre - April

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: You're nothing but a pawn.   Sam 8 Nov - 12:07


Hazel était consternée par la crédulité de cet étalon. Il s’était réellement prit à son propre jeu celui-là ? Si cela n’avait pas risqué de compromettre son petit manège, elle lui aurait très certainement rit au nez. À la place, elle lui avait fait de grands yeux de biche et avait fait mine d’être absolument subjuguée par l’étalon bai. Il avait prit un air arrogant, sur de lui comme le sont tous les dominants ou les emplumés qui pensent l’être. Il avait ensuite fait quelques pas et Hazel l’avait retrouvé à sa droite. Tournant la tête vers lui, yeux à demi-clos, regard enjôleur, elle lui avait sourit. Il n’avait pas de chance ce pauvre cœur, Hazel était en train de jeter son filet sur lui. Il allait devenir une précieuse source de renseignements si il continuait à tenir son rôle. C’était presque trop facile.

Il s’était alors lancé dans la description de leur territoire. Hazel était réellement intéressée pour le coup et elle notait tout ce qu’il racontait, attendant tout de même d’en voir plus pour valider ce qu’il avait raconté.

« Et bien chère Dame Hazel, cette guerre j'en sais quelque chose ! Il n'y a pas longtemps que je suis de retour dans notre repaire. Ta présence n'incommode personne, voyons ! De la compagnie après un combat rude, c'est agréable. Si tu veux, je peux de dévoiler quelques trucs. Sur ces terres règne les voleurs de chevaux. Nous sommes environ, hum, une quarantaine, et nous volons chevaux, récoltes, bétails et or. »
« Oooh, je serais ravie d’en savoir plus. » elle avait rit d’un rire cristallin quand il l’avait nommé Dame Hazel, « Je suis soulagée de savoir que je ne dérange pas, c’est bien là ce que je craignais le plus. » elle avait de nouveau marqué une pause, faussement impressionnée, « Autant que cela ? Et bien, vous devez être rudement forts et redoutés sur le Cimarron. »

*Tu parles !* pensait-elle, *S’ils étaient autant, beaucoup moins de chevaux seraient revenus les selles vides de la bataille, ils les auraient attrapés. Que me raconte encore cet oiseau là ?*
Hazel ne savait pas sur qui elle était tombée. Il parlait beaucoup, donnait des chiffres et des renseignements sans se montrer méfiant une seule seconde à une parfaite inconnue. Était-il réellement membre des voleurs ? On racontait qu’ils étaient très discrets, qu’ils ne parlaient presque pas et qu’ils se méfiaient de tout. On les disait manipulateurs et puissant, or, Hazel avait la nette impression qu’elle était celle qui embobinant le plus l’autre. Certes, elle était très douée dans ce domaine et elle ne comptait même plus le nombre de… « Victimes » qu’elle avait bien pu faire, mais tout de même, s’il était un voleur, elle aurait d’hors et déjà avoir dû rencontrer beaucoup plus de résistance de sa part.
Décidant tout de même de continuer ce petit manège, elle avait conservé son masque de jument naïve.

« Vous, il me semble que vous êtes une belle jument de cow-boy, n'est-ce pas ? Votre cavalier ne va t-il pas s'inquiéter de votre disparition ? »

Mmmh, petit génie. Hazel devait puer l’humain à plein nez, seul un écureuil sénile n’aurait deviné qu’elle venait du fort. Jouant la suprise, elle lui avait répondu avec un grand sourire fasciné et des yeux d’or brillant d’admiration… ou presque. Mime lui aurait très certainement demandé pourquoi est-ce qu’autant de mépris semblait se peindre dans son regard. Mais il n’y avait pas la belle brune et personne ne la connaissait assez sauf elle pour savoir de quoi il retournait.

« C’est exact, je suis en effet une monture de la cavalerie. Vous êtes drôlement doué ! » prenant un air inquiet, elle avait enchaîné, « Et bien pour tout vous dire… je ne sais pas. Mon humain était sur le champ de bataille et je me suis enfuie avant son retour… »

Et hop, un petit mensonge. Marshall devait actuellement être en train de maudire sa jument et de la rechercher. Après tout, elle valait un beau paquet de billets vert et la cavalier était prête à payer cher pour la récupérer. C’est pourquoi elle avait décidé de taire ce détail : s’il était un cheval de Voleur, il ne devait pas savoir qu’il avait peut-être touché le gros lot. De plus, elle devait être méfiante car si il semblait assez naïf pour la croire et ignorer sa valeur, une monture plus avisée saurait deviner que les hommes pouvaient s’arracher une jument comme elle. Méfiance, donc.


« Couleur de Hazel: #669966 »
« Couleur de Marshall: #1a2f1f »
[Hazel est odieuse, désolée xD]

© EKKINOX



©️ Charbon :heart:

Spoiler:
 

OC by La_Siiu 2016

DC: Berceuse Pastel, April, Grondelierre & Tango
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hypérion
 Je suis :
 Je suis :
avatar
Messages : 683
Points d'Experience : 106
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 20
Localisation : À ta gauche.... Et bah non, j'suis à droite :P

MessageSujet: Re: You're nothing but a pawn.   Dim 7 Déc - 22:11



« Tu veux que je te dises tout ? D'accord, mais tu parles à Hypérion, là... »




La jument semblait hypnotisée par mes paroles et par... moi. En effet, je trouvais son regard très enjôleur. Je n’ai pas l’habitude de draguer et encore moins de me faire draguer. Je fus soudain mal à l’aise. Serait-elle en train d’aimer Toxic ? Si oui, je suis dans la merde. Après mon petit discours sur notre effectif, la jument semblait encore plus subjuguée. N’aimant pas trop cette situation, je fis la moue et me décalai d’un pas d’Hazel. Ce n’est pas elle le problème, c’est moi. J’aurais tout de suite dit qui j’étais réellement, elle n’aurait peut-être pas réagis de la même façon. Donc, prudence, on ne joue pas avec les sentiments des autres, lorsque l’on est quelqu’un d’autre.

Je n’avais, par contre, toujours pas cessé de la regarder. Jument pie aux crins noirs et corps fin, mais montrant de la robustesse, elle devait être une monture de premier choix. Puis, la jument confirma l’une de mes hypothèses :

- C’est exact, je suis en effet une monture de la cavalerie. Vous êtes drôlement doué ! Et bien pour tout vous dire… je ne sais pas. Mon humain était sur le champ de bataille et je me suis enfuie avant son retour…

Lorsqu’elle prononça le mot doué, je ne pus m’empêcher de sourire et de dresser mes oreilles bien hautes. Je le sais que j’suis doué et futé, mais personne ne me l’avait dit avant, sauf aujourd’hui ! J’étais tout content, alors je me rapprochai de la jument. C’est la moindre des choses. J’écoutai le reste de son histoire, encore éblouis par son compliment. Donc, elle était seule et personne ne savait où elle était. De plus, son cavalier est tombé en terre indienne. Il est surement mort se pauvre bougre, elle doit en être très attristée. *Hypérion, là, fais pas le con, c’est ta chance de prouver aux autres voleurs que tu n’es pas qu’une simple mule de foire !*. Fais pas le con, fais pas le con, facile à dire. Je pris une mine réfléchis, plissant à demi mes yeux et fronçant mes sourcils. Devrais-je lui dire qui je suis réellement? Non, pas tout de suite, ça risque de lui faire un choc. En tout cas, je ne pouvais pas rester à côté d’elle comme un pantin souriant. Aha, une idée * je suis un génie* !

- Hazel, il est dans mon devoir de chef de vous venir en aide ! Perdre son cavalier est une grosse perte. Demandez-moi ce que vous voulez et je vous aiderais. Mais d’abord, que diriez-vous de vous abreuvez d’eau fraîche dans mon humble repaire. Voici y serez bien accueillis !

Hop, regardez-moi ce génie ! Et oui, il s’appelle Hypérion, seul cheval de tout le Cimarron à avoir attrapé sans homme sur le dos un cheval ! Bien sûr, si les hommes ne veulent pas d’elle, je la raccompagnerais à l’extérieure du repaire, sinon, s’il la garde, on pourra faire plus ample connaissance et on rigolera. *C’est un peu de la manipulation que je fais là, non ? * Humm, ce n’est pas dans mes mœurs, mais, ce n’est pas comme-ci je lui brisais le cœur. Je vais même lui donné une vie meilleure ! Cette fois, j’ai pas fait l’con. Je lui fis de petits signes de tête en direction du repaire et continuai d'un air solennelle *celui de Toxic héhé* et d'un air joueur * le mien*:

- Si vous me suivez, même un peu, je vous révélerez un secret, qui bouleversera le court de cette rencontre.





Codage par Etoile sur [url=Epicode ]http://epicode.bbactif.com[/url]




Couleur d'Hypé: #00ccff
*Hypé pense*






Moi qui me suis débarrassé de mon cavalier:
 

Moi, lors de ma petite escale au fort:
 


V'la Mon Liam :):
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
River
Gare à vous, je suis :
Gare à vous, je suis :
avatar
Messages : 172
Points d'Experience : 62
Date d'inscription : 30/06/2014
Joue également : Berceuse Pastel - Grondelierre - April

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: You're nothing but a pawn.   Mer 31 Déc - 11:49


❝ A silly pawn. ❞

À trop jouer les éplorées, on s’attire des ennuis*, se dit Hazel. Toxic venait de lui proposer un petit tour chez les Voleurs. En clair, il lui proposait de se jeter tout droit dans la gueule du loup.
❝Hazel, il est dans mon devoir de chef de vous venir en aide ! Perdre son cavalier est une grosse perte. Demandez-moi ce que vous voulez et je vous aiderais. Mais d’abord, que diriez-vous de vous abreuvez d’eau fraîche dans mon humble repaire. Voici y serez bien accueillis ! ❞
Hazel n’était pas totalement d’accord. Quelque chose ne lui plaisait pas dans cette proposition.
❝Si vous me suivez, même un peu, je vous révélerez un secret, qui bouleversera le court de cette rencontre. ❞
Elle avait relevé les oreilles : ah bon ? Une révélation divine cher ami ? Elle réfléchît rapidement : si elle refusait, elle était certaine de s’en tirer sans mal et elle pourrait rentrer immédiatement au campement, sinon, elle acceptait et elle était alors certaine d’en apprendre d’avantage sur les us et coutumes de ce groupe bien méconnu et puis, pour se sauver, elle était douée. Cependant, elle avait entendu dire que les Voleurs étaient des hommes brutaux, impatients, et qu’ils ne laissaient pas la moindre liberté aux chevaux qu’ils capturaient dans l’espoir de les revendre. Si Hazel se faisait avoir, quelle était sa garantie de pouvoir sortir de ce guêpier ? Elle ne voulait pas être trimballée dans tous les sens et puis, bon, elle appréciait la compagnie de Marshall et de Mime, elle le reconnaissait, alors inutile de s’en aller. Et puis quand bien même, qu’est-ce qui lui disait qu’elle n’allait pas passer le reste de sa vie enfermée dans un box trop petit ?
Hazel fit alors un choix.
❝J'accepte bien volontiers votre offre, Toxic, merci. Je suis épuisée et assoiffée. Après vous, je vous en prie. ❞
La jument avait menti, elle n’était pas fatiguée et elle avait longuement bu, avant de tomber sur le cheval bai. Elle était plutôt en forme, la donzelle. Elle avait élaboré un plan très élémentaire, mais rudement efficace : elle accompagnait le bai sur le chemin du repaire, puis, si elle sentait qu’elle avait le dessus, elle entrerait dans ce charnier et s’en échapperai aussitôt, si au contraire, elle sentait que l’endroit était dangereux pour elle, elle ferait demi-tour, profitant que Toxic marcherait en tête, pour s’enfuir au galop. Quand on la voyait, on ne se doutait pas que la bête avait un pied sur et le galop franc : de ce fait, on pensait s’en faire une cible facile, une poulinière (ça ce voyait tout de même, enfin, les hommes l’assuraient chaque jour en la croisant) ça ne fait pas d’histoire, ça reste calme et ça obéit bien sagement à l’humain. On ne lançait jamais de gros effectifs à sa poursuite et c’est bien pour ça qu’elle s’en tirait à merveille.

Mais revenant à ses moutons, Hazel avait observé le repaire que lui désignait le bai. L’endroit n’était pas accueillant. La jument overo se dit que si ils étaient tous comme le cheval qui l’escortait, elle n’aurait qu’à faire tomber quelque chose pour faire distraction. Mais au fond, elle savait que ce n’était pas le cas et qu’il devait être l’exception. Elle devrait être prudente.

❝Hazel parle en #b5d199❞: mp si tu veux plus :heart:


©️ Halloween; bidouillé par Siiu




©️ Charbon :heart:

Spoiler:
 

OC by La_Siiu 2016

DC: Berceuse Pastel, April, Grondelierre & Tango
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hypérion
 Je suis :
 Je suis :
avatar
Messages : 683
Points d'Experience : 106
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 20
Localisation : À ta gauche.... Et bah non, j'suis à droite :P

MessageSujet: Re: You're nothing but a pawn.   Ven 6 Fév - 3:41



« Tu veux que je te dises tout ? D'accord, mais tu parles à Hypérion, là... »




J'avais commencé à avancer dans la direction du repaire, pour l'inciter à me suivre. Je me doutais bien que ma dernière phrase l'avait surement interpellée et puis, j'ai pas trop l'air menaçant. Elle doit probablement se douter de rien ! Je suis tellement content, c'est fou. Puis, comme pour confirmer que mon plan fonctionne à merveille, la jument me répondit:

- J'accepte bien volontiers votre offre, Toxic, merci. Je suis épuisée et assoiffée. Après vous, je vous en prie.

Je poussai un petit hennissement de joie. Ce n'est pas l'allure que Toxic la froide aurait, mais moi, si. Je pris donc la tête de la marche, m'assurant de rester assez proche de la jument pour la garder à l'oeil. Le repaire n'était qu'à cinq ou six foulées de nous, donc rapidement, nous étions devant l'entrée. Je m'arrêtai, regardai la jument et, après un court instant, je pénétrai dans le repaire. Je n'avais fait que deux pas à l'intérieur pour, à la fois inciter la jument à me suivre et pour rester près de la sortir, si elle venait à partir.

Une fois à l’intérieur, je posai mon regard un peu partout. Il y avait environ cinq hommes assis autour d'une table, au fond de la pièce, entrain de jouer avec des cartes. Jeu très amusant selon mon Liam. Moi, je trouve ça barbant, jusqu'à ce qu'il y en a un qui triche, hehe. Bref, ils ne me virent pas entrer, j'hésitai à hennir pour attirer leur attention, mais si je fais ça, la jument risque de comprendre... Ne voyant toujours pas Liam * Il est jamais là quand on a besoin de lui, cet abruti!*, je fis un pas sur le côté, sourire en bouche et déclarai à la jument en pointant le récipient d'eau:

- Voilà l'eau ! Une fois abreuvée, je vous révélerais, comme promis mon terrible secret. Je jetai un regard vers les hommes qui riaient à n'en plus finir, puis reposai mon regard sur la jument. Surtout n'aillez crainte, ils ne vous feront rien, ils sont trop occupé à faire les zouaves. *Ils ne vous feront rien pour le moment, héhé.*

Je gardai mon air solennel et gentillet, attendant la réaction de la jument et de pouvoir enfin crier victoire !



Codage par Etoile sur [url=Epicode ]http://epicode.bbactif.com[/url]



Si tu veux autre chose, dis le moi, ce rp est pas top.
Couleur d'Hypé: #00ccff
*Hypé pense*






Moi qui me suis débarrassé de mon cavalier:
 

Moi, lors de ma petite escale au fort:
 


V'la Mon Liam :):
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
River
Gare à vous, je suis :
Gare à vous, je suis :
avatar
Messages : 172
Points d'Experience : 62
Date d'inscription : 30/06/2014
Joue également : Berceuse Pastel - Grondelierre - April

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: You're nothing but a pawn.   Jeu 5 Mar - 12:15



« You are nothing but a Pawn  »
________________

ft. Hypérion
__________

Hazel était plus silencieuse qu’une tombe. Ses oreilles s’agitaient dans tous les sens, son odorat analysait mille et une odeurs, ses muscles finement sculptés étaient tendus, afin de pouvoir s’enfuir au moindre faux pas. La seule chose qui l’embêtait, c’était son ventre, qui grossissait à vue d’œil chaque jour : elle savait qu’il ne fallait pas infliger à son futur petit de fortes secousses.
Et cet étalon bai qui avait l’air bien trop joyeux, ça avait le don de l’exacerber.

Le repaire n’était vraiment pas loin. Intriguée, méfiante, Hazel s’était arrêtée à la limite, ses petits sabots beiges parfaitement alignés, l’encolure fièrement relevée, un peu incurvée comme le font tous les chevaux ibériques. Un tour d’horizon du coin de l’œil et Hazel se dit qu’elle était mille fois trop bien pour vivre ici : elle prit la décision de ne jamais se laisser attraper par les Voleurs. Ah, si seulement elle avait eu un gentil petit pion ici, qui lui dirait tous les détails dont elle a besoin, sans avoir à se rendre sur place, cela aurait été plus simple. Mais tout ce qu’elle avait était un étalon bai à l’air beaucoup trop heureux pour lui paraître franc de collier.

Il lui avait d’ailleurs fait observer que l’abreuvoir était juste là (*à l’intérieur, évidemment : il n’est pas totalement bête* se dit-elle) et que les cinq hommes, qui n’avaient pas encore remarqué qu’une poulinière, pleine de surcroît, se tenait à moins d’un mètre d’eux (*se rendent-ils seulement compte qu’en me vendant ils pourront faire l’affaire de leur vie ?* ajouta-t-elle à son petit monologue intérieur).

« Merci Toxic, c’est bien aimable de votre… »

Hazel s’était brusquement tue : une odeur, qu’elle connaissait mais qu’elle croyait avoir oublié, était remonté jusqu’à elle. Une odeur rassurante, qu’elle n’avait pas croisée depuis onze ans, une odeur qui faisait remonter en elle de nombreux souvenirs, l’odeur de sa mère. Les naseaux dilatés comme jamais ils ne l’avaient été, Hazel avait inspiré ce qu’elle pouvait : oui, l’odeur de sa mère était présente, mais elle était mélangée à une autre, comme si… comme si un petit de Frozen Queen se trouvait dans le repaire. Elle savait que sa mère avait eu d’autres petits avant elle, mais Frozen, dans sa fierté de Reine qui lui avait valu son nom, n’avait jamais parlé des autres, car ils n’étaient pas assez bien pour elle. Hazel n’avait jamais entendu que trois noms, venir de la bouche de sa mère : Dragon, une de ses filles, qui avait tout de suite prouvé au monde entier qu’elle l’avait à ses pieds (et Hazel avait elle-même donné ce nom à sa première fille), Immortel, un frère qu’Hazel n’avait jamais rencontré mais qui, elle le savait, valait beaucoup plus que tous les chevaux du fort réuni et enfin, Grondelierre, une pouliche qui avait été séparée de Frozen à cause des hommes, qui avaient donné à la divine un autre poulain qu’elle avait immédiatement mordu. Hazel, si elle se souvenait bien, savait que Dragon était baie et qu’elle avait été vendu à un riche cavalier Anglais, qu’Immortel était gris et qu’il vivait dans les écuries d’un prince et que Grondelierre avait une robe noire comme la nuit et qu’elle avait disparu dans Londres.

Ce moment d’égarement valu à Hazel de s’avancer dans le repaire, sans faire attention, le nez levé dans la direction de l’odeur. De qui s’agissait-il bon sang ?! Comment se pouvait-il qu’un descendant de Frozen se trouve ici ? Un homme avait remarqué la belle. Plaquant les oreilles en arrière, elle prit sa mine effroyable, le défiant seulement d’oser s’approcher d’un pas. L’homme, ça elle ne le savait pas, fut étonné : comment cette jument pouvait-elle aborder la même posture de défi que Corbeau ? Il fit signe à un autre, qui constata la même chose. Hazel, déterminée à savoir pourquoi l’odeur de sa mère se trouvait ici, avait fait un pas franc, son antérieur claquant férocement, comme sa mère le lui avait appris. Les deux hommes, abasourdis d’avoir face à eux une Corbeau bicolore, restaient immobiles, observant la bête. Hazel avait décrit un cercle, jusqu’à arriver prêt de Toxic, ses oreilles toujours contre son crâne, ses yeux d’or cherchant l’animal qui prétendait à porter l’odeur de Frozen Queen.

« Je n’aime pas la façon dont les hommes m’observent Toxic… Saurais-tu me dire ce qui les intrigue à ce point ? »

∆∆∆
« Hazel parle en #b5d199. »
Non non, c'est parfait :heart:
J'ai fait un gros pavé avec beaucoup de bla bla inutile mais comme ça je peux avancer dans l'histoire d'Hazel :3 MP si tu veux plus !


©️ SIIU



©️ Charbon :heart:

Spoiler:
 

OC by La_Siiu 2016

DC: Berceuse Pastel, April, Grondelierre & Tango
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hypérion
 Je suis :
 Je suis :
avatar
Messages : 683
Points d'Experience : 106
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 20
Localisation : À ta gauche.... Et bah non, j'suis à droite :P

MessageSujet: Re: You're nothing but a pawn.   Mar 7 Avr - 4:05



« Tu veux que je te dises tout ? D'accord, mais tu parles à Hypérion, là... »




Bien que j'avais la situation bien en main, j'étais tendu. À n'importe quel moment, la jument pouvait faire un écart et me filer entre les sabots. Même avec ma force et ma vitesse, je ne suis pas sur de pouvoir la rattraper, car elle aurait l'effet de surprise en plus. Néanmoins, elle semblait ravie de voir l'eau, puisqu'elle me dit:

- Merci Toxic, c’est bien aimable de votre…

Mais c'était tout un hon... Quoi !? Elle s'était tut net. Pourquoi ? Est-ce un homme qui l'a dérangé ? Non, il n'y a rien de cela. Je ne comprenais plus rien. Alors, j'observais la jument pour essayer de comprendre ce qui se passait. Elle semblait intriguée, curieuse, surprise et même étonné, selon ses mouvements et par la manières dont ses oreilles bougeaient. Puis, elle fit quelques pas, par elle-même, vers l'intérieur du repaire. *Eh ben, elle se jette toute seule dans la gueule du loup, pardi!*. Qui aurait cru que moi, Hypérion, ait réussi à capturer une jument et d'avoir fait un sorte que sa méfiance pour les voleurs ait disparut aussi rapidement ? J'étais fier de moi, j'élevai mon encolure pour que tout le monde présent me remarque.

Quelques instants après, un homme la remarqua enfin. *Regardez moi ! C'est moi qui l'ait ramenée!*. Je leur lançai un signe de tête, le tic de l'ours, comme le dirait mon cavalier, mais ils ne me regardèrent pas une seule seconde. L'homme était comme qui dirait hypnotisé par la jument. Puis, il donna un petit coup à un autre homme pour attirer son attention et il se trouve que cet homme n'était nul autre que mon Liam. Évidement, il ne me regarda pas. *Quel crétin celui-là, même les femelles de mon espèces l'attire. Obsédé, va !*

Dans tous les cas, chaque mouvements que Hazel faisait les rendaient abasourdis. Je fronçais les sourcils, pour ma part, et ça n'a pas attiré leur attention d'avantage. Néanmoins, la jument revint à mes côtés quelques instants plus tard et là, Liam et son collègue étaient obligés de me voir !

- Je n’aime pas la façon dont les hommes m’observent Toxic… Saurais-tu me dire ce qui les intrigue à ce point ?

En entendant sa voix, je reviens sur Terre. Je m'appelle encore Toxic, c'est vrai. Ne connaissant absolument pas la réponse, je lui répondis:

- Franchement, je ne sais pas. Ils doivent te trouver ravissante, ça c'est certain ! Mais sinon, je ne vois pas, désolé.

Penaud, pour mon ignorance, je posai mon regard sur mon cavalier qui semblait aux anges. Lentement, surement pour ne pas faire peur à la jument, il se rapprocha de moi. Il étendit ses bras vers l'avant comme pour nous dire de nous calmer et de ne pas être effrayés par sa présence *On est tous calme ici, à part toi et tes potes, du con.*. Puis, il déclara doucement:

- Hypérion, tu me surprendras toujours! Il faut croire que tu n'es pas aussi bête que tu en a l'air. Son regard me quitta et se posa sur la jument et il s'adressa aux autres hommes. Elle ressemble et agit étrangement comme ta jument Corbeau, Tyee, non ?

Quel con ! Il m'a démasqué. Il va me le payer ! Et pourquoi il parle de la jument noire avec qui j'étais parti en mission ? Je tournai ma tête vers la jument, souriant bêtement:

- Oh oui, en faite, mon secret, c'était ça. Je ne suis pas Toxic ! Surprenant, n'est ce pas ? Ne m'en voulez pas, hein, je suis comme-ça moi.



Codage par Etoile sur [url=Epicode ]http://epicode.bbactif.com[/url]



Couleur d'Hypé: #00ccff
*Hypé pense*

HRP: Je peux modifier la fin, si tu ne prévoyais pas ça comme-ça ! ( je suis parti sur l'idée que les cavaliers se connaissent pas mal entre eux et que Tyee était présent, en train de jouer aux cartes x)). Sinon, est ce que ta jument est connu sous le nom de Corbeau ou bien de Grond' (pour les hommes voleurs) ?






Moi qui me suis débarrassé de mon cavalier:
 

Moi, lors de ma petite escale au fort:
 


V'la Mon Liam :):
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

You're nothing but a pawn.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pawn Hearts - Van der Graaf Generator
» a pawn in your chess game ♖ HAZEL
» SHORRY ▬ Everyone is king when there's no one left to pawn.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spirit RPG :: HORS JEU :: Archives :: RP's Abandonnés-