RSS
RSS

AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?   Mar 1 Nov - 23:17

Sweet Fire était seul. Terriblement seul. Mais il voulait le rester. Non-pas qu'il aimait la solitude. Mais ici, dans cet endroit infernal, il ne tenait plus vraiment à la vie, même s'il n'était pas prêt à la lâcher. Il repensa avec mélancolie aux belles collines vertes des plaines sauvages, au troupeau qu'il aimait suivre de loin... L'étang, les sources chaudes, la forêt,... Tout cela lui manquait terriblement.

Il était abattu, triste, désespéré. Rien ne pouvait paraître pire à l'étalon à la robe dorée et aux longs crins crème que d'être enfermé, impuissant. C'était trop pour lui. Insupportable. Une image lui revint dans la tête. Une image qu'il n'avait pas vu depuis très longtemps.

Une jument crème, qui lui souriait gentiment. Elle semblait vouloir l'encourager, apaiser sa détresse. Il ne l'avait presque jamais vue... Pourtant, il était sur de la connaitre. Et tout lui revint en mémoire. Il se voyait, poulain, chassant un papillon, bondissant partout comme un lapereau excité. Sa mère le couvait d'un oeil tendre. Sa mère... Oui, sa mère! Cette image qui trottait dans sa tête était bien sa mère! Elle lui manquait terriblement.

Sweet sortit de sa rverie et regarda un peu autour de lui. Sous lui, i voyait un sol sec, dur et craquelé par le soleil. Au dessus de lui, un ciel sans nuage, sans un souffle de vent et plus que tout, un soleil, brillant, fort, chaud! Ce soleil qui était la base de ses ennuis... Un peu sur sa gauche, le corral et ses barrières se dessinaient. Aucune issue possible. Devant lui, un poteau. Et une corde. Au bout de cette corde, lui. Il était attaché à cette corde infernale. vers sa droite, une jument. Pie noire, et dans le même état d'abattement que lui.

l reporta son attention sur le poteau et la corde devant lui. Il se mit à tirer sur la corde. Comprenant que ce système ne marchait pas, il se mit à donner des petits coups réguliers avec sa tête en arrière. Sans grand succès non-plus. En désespoir de cause, il se rabattit sur le foin sec que l'on lui avait servi. Il se mit à mâchonner sans grandes conviction, ce foin qui tentait de ressembler à l'herbe qui pousse dans les terres sauvages ...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?   Mar 1 Nov - 23:39

Ah la voici donc la vie de cheval de cow boy ! Elle ne me plaisait pas le moin du monde. Attaché en plein caniard par une corde reliée à un poteau avec pour seule alimentation du foin sec, je détaillais le paysage triste des écuries et des hommes, vaquant à leurs occupations diverse et variés. Plus vite je sortirais de là, mieux ça serais. Les horribles bipèdes m'avaient lavé de force ce matin en m’aspergeant d'eau gelé. D'accord, je brillais de propreté et j'avais l'air plus gracieuse que d'habitude, mais cela ne m'avais pas plus du tout.

Je n'étais pas seule dans ce triste décor, un étalon doré essayait de se libéré de là, sans succès. Il me fixa un moment puis retourna à son évasion, un ratage total. Il était brillant lui aussi, était-ce à cause d'un lavage ? Ou de la chaleur monumental du jour ? Encouragé par ses essaies interminables, je me mis moi aussi à tirer mes cordes. Impossible de se dépêtrer de là. Je plongea mon museau dans la "paille" sèche que j'avais à manger. Dégoûtant ! Je n'en pris plus une miette. Il fallait trouver un moyen de partir d'ici, et vite !


<< Toi aussi ils t'ont eu ? >>

Lançais-je à l'intention de l'étalon inconnu. Une idée venait de germé dans mon esprit et je comptais en faire part à mon co-détenu. J'éspèré qu'il en aurait le coeur et la force, parceque vu dans l'état ou il était, cela ne serait pas imple.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?   Mer 2 Nov - 9:39

Bercé par son mouvement continuel de la tête qui visant à faire céder la corde, Sweet Fire fut bercé et ses yeux se fermèrent lentement. Son esprit commençait à vagabonder, prenant doucement mais surement le chemin de rêves. Sweet Fire voulait plonger dans le sommeil, qui lui serait bénéfique et revigorant. En même temps, il ne voulait surtout pas s'endormir, de peur qu'un homme s'en prenne à lui durant son sommeil.

Maintenant épuisé, il se dit qu'il pouvait bien s'autoriser quelques instants de sommeil, qui avaient étés rares depuis son arrivé au "Fort", trois nuit auparavant. Il ferma doucement les yeux, se laissant bercer par les bruits autour de lui. Il ne sut pas combien de temps il avait dormi, mais le soleil était un peu plus bas qu'avant. Il avait donc repris des forces un petit moment, et se sentait frais et dispo. Cette sensation qu'il n'avait pas ressentie depuis très longtemps lui fit énormément de bien; il était en pleine forme, et surtout motivé. Son moral était passé de -100 à + 100 en quelques moments de sommeil.

Il avait faim; il décida donc de manger un peu de son foin sec, et bu à grandes gorgées l'eau mis dans ce récipient de fer, qui avait pris un goût désagréable. Cela ne suffit pas à Sweet Fire pour se décourager. Il était beau et propre - les humains avaient entrepris la veille de le laver à coups d'eau et par des frottements intensifs sur la robe.

Maintenant il avait une envie féroce de galoper. Même si c'était en restant dans le corral, sous les yeux de plusieurs hommes, qu'il était enfermé, peu importe. Son premier désir était de galoper. Il se mit à taper du pied de toutes ses forces sur le poteau ou était accrochée sa corde, non-pas pour le casser ou briser la corde -il savait qu'il n'y parviendrait pas- mais pour qu'on homme vienne l'enlever. Il espérait que cela marcherait.

Un peu derrière lui, la jument pie - elle aussi propre et brillante- l'observa un petit moment, et finit par lui dire:
<< Toi aussi ils t'ont eu ? >>

L'étalon rabattit ses oreilles en arrière. Il n'aimait pas qu'on le dérange. Il n'aimait pas les juments. Il n'aimait pas les questions. Pourquoi venait-elle lui parler ?! Elle devait bien se douter qu'il avait été pris, s'il était attaché à un poteau non ?!

Il la regarda un instant histoire d'être sur. Mais oui, il n'y avait aucun doute! Il avait déjà vu cette jument. Une jument sauvage qui suivait parfois le troupeau, d'un peu loin. Elle aussi c'était donc faite capturer... Enfin bon. Il lui répondit d'un ton qui n'avait rien d'agréable:

- "Évidemment si je suis ici! Tu penses que ça m'amuse de rester attaché à un poteau ?!"
Il se rendit compte qu'il avait été peut-être un peu excessif. Il était énervé contre ces cow-boys. Il reprit un peu plus doucement.

- " Désolée. Je suis un peu à cran ces derniers temps, à cause de ... En faisant un signe de tête en direction des cow-boys et ne continua pas sa phrase.

Il retourna à ses occupations, c'est-à-dire faire le plus de bruit possible pour qu'on le détache et qu'il puisse galoper à volonté dans le corral. Un moment plus tard, un homme arrivait ...

Sweet espérait qu'on lui enlèverait cette corde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?   Mer 2 Nov - 11:42

J'avais peut être été un peut trop direct car l'étalon me répondit méchamment que qui il était là c'était obligatoirement à cause de sa capture. Je me rétracta, j'étais très sensible mais je ne lui en voulais pas, après tout la minute suivante il s'excusa et commença à faire un tapage avec ses sabots et le poteau ! Un homme vint je me demandais si 'était vraiment bon signe un homme avec une cravache à la main... Mais je n'ai même pas écouté ce qu'il lui à dit. J'ai rabattu mes oreilles en arrière et me suis mise à renâcler.

L'homme attrapa le cheval d'à coté et le prit par la longe pour faire je ne sais quoi. Ai ai ai je ne le sentais vraiment pas celui là. Moi aussi de mon coté je m’ennuyais, j'avais envi de m'amuser avec ces cow boys. Alors j'ai henni de toute mes forces une fois, deux fois, trois fois, quatre fois et enfin un autres bipèdes est arrivé. Quitte à me prendre quelque coup de cravache... Je fis comprendre que moi aussi je voulais qu'on me détache et cet idiot de cow boys le fit. C'est maintenant que j'allais m'amuser. Il allait voir...

Je suis d'abord parti au pas tout doucement et d'un coup... j'ai pris un galop traînant le bipède derrière moi dans la poussière. Je m'arrêta il jura à mon égard il avait lâché la corde. Là j’avoue j'a été bête mais j'y suis retourné j'ai galopé et cabré juste à coté du cow boys lui écrasant la main. Je riais lorsqu'un autres vint lui porter secours. Celle là c'était pas prévu... Je restais immobile il attrapa la corde et... Je repris le galop mais cette fois il ne lâche pas la corde et je l’envoya au dessus des barrière du corral.


<< Mon colonel la nouvelle jument sauvage fait des sienne ! Deux de nos hommes sont blessés mon colonel ! >>

Cria un Bipède. Quoi mais pas du tout ! Je m'amuse... Ro d’accord mais je fais ce que je veux ! C'est là ou j'ai compris que j'e m’étais attirée des ennuis. J'allais être sanctionné... Oh Et Puis d'abord ! Je suis sauvage moi je n'ai pas de règles ! J'avais seulement légèrement peur de la suite des évènement. Ah qu'elle sale balance ces bipèdes alors ! Mais il fallait bien les remettre à leurs place sur l'échelle de la considération des équidés. Oh mais qu'est ce que je disais ! Bref en me retournant je vis le plus "haut gradé" apparent me regarder.

<< Messieurs vous savez comment on calme les choses ici non ? Essayez de sellé la rebelle. >>

Avait dit le "colonel". Eu me seller ? Je ne savais pas ce que cela voulait dire mais ... Déjà le mot ne m'indiquaient rien de bon. C'est pour cela que dès qu'un cow boys m'approchait je lui fonçais dessus et il sortait immédiatement. Mais j'avais besoin d'aide car si il s'y m'étaient à plusieurs j'étais perdu. Et d'ailleurs c'est deux par deux qu'ils venaient maintenant. Même échecs de leurs part. Mince là j'étais dans le pétrin. Je cherchais de tout cotés une aide mais aucun cheval ne bronchaient pour me secourir. Ça y est c'est à trois qu'il m'attaquaient, fini ma liberté...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?   Mer 2 Nov - 12:35

L'homme s'approchait de Sweet Fire. Il arriva au niveau de la corde, la détacha et tient l'étalon à la robe dorée. Celui se doutait bien que on n'allait pas le lâcher d'un coup, comme ça sans rien lui demander. Il resta bien sage aux côtés de l'homme et en profita pour le regarder.

C'était un homme qui lui arrivait au garrot. Il avait un pelage bleu qui semblait fait de plusieurs plaques, mais sans poils! Tout cela était nouveau pour l'étalon qui était très curieux et aimait beaucoup observer e qui lui était inconnu. Sur la tête de l'Humain, une crinière marron et peu épaisse se baladait dans le vide, au gré du vent qui soufflait tout doucement maintenant. Une petite touffe de poils de la même couleur était au milieu de son visage, au dessus de ce qui semblait bien être sa bouche. C'était très étrange pour lui, des poils au milieu du visage, mais autre pars d'autre.

L'homme continuait de le faire marcher dans le corral et Sweet se dégourdissait les jambes. cela lui faisait du bien, même s'il ne galopait pas. Il était étrangement de bonne humeur, même enfermé comme ça dans un corral, chez les cow-boys. Il savait qu'il arriverait à s'en sortir. Bien sur, il sortirait avec l'autre jument, il ne pouvait pas la laisser enfermée comme ça L'idée de devoir voyager avec elle ne me réjouissait pas plus que ça, mais il allait bien devoir s'y faire...

En attendant, il était bien décide à quitter le corral. Il se fit sage et peut-être qu'au bout d'un moment, il pourrait rejoindre les boites à l'ombre où il avait vu des chevaux se reposer. Il avait déjà son plan; il se faisait tout sage, on l’emmènera dans un des ces endroit bien à l'abri du soleil, qu avaient l'air si confortables comparés à cet endroit! De plus, il était bien moins surveillé que cet enclos, et plus près de la grande porte, la sortie !

Il ne restait plus qu'à exposer son plan à la jument, dès qu'il passerait à côté d'elle avec l'humain. Avec un peu de chance, il serait même ensemble dans es grandes boites- même si l'idée de devoir rester à ceux côtés comme ça ne lui plaisait pas, il savait que cela serait plus simple pour s'évader. Il allait lui dire quand elle fit LA gaffe.

Elle se mit à taper du pied tout comme lui, pour pouvoir être détachée. Mais au lieu de rester sagement à côté de l'homme, elle se mit à galoper dans tout les sens ! Elle blessa deux des hommes, mais continua à faire sa folle, pleine de joie d'être libérée !
Oh non ... Comment va-t-on faire maintenant ?
Lorsque la jument passa près de lui, l'humain sera fermement la corde dans ses mains, de peur que je ne lui échappe. Je ne bougeais pas d'un poil, montrant que je n'allais pas partir. L'humain me fit une petite caresse sur l'encolure, et nous restâmes arrêtés sur le bord de l'enclos.

La jument pie dont j'ignorais le nom passa à côté de moi et je lu dit:

- "Arrête! Essaie de te tenir calme, fais semblant d'être sage! Si tu veux sortir d'ici fait moi confiance, mais RESTE CALME! Accepte tout ce qu'ils te feront faire et nos auront plus de chance de nous échapper. Nous pourrons peut-être rejoindre les boites à l'ombre et sortir de là. Je crois qu'à cause de tes bêtises, ils vont vouloir te monter. Mais surtout, laisse toi faire et sois gentille, tu ne pourras jamais t'échapper sans ça !"

Il espérait qu'elle suivrait mes conseils, ou son plan était fichu ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?   Mer 2 Nov - 15:11

<< Hors de question ! On ne me monté que chez les bipèdes indiens ! J'en ai eu mare ! >>

Les trois bipèdes m'arrivèrent dessus par surprise, reprirent ma cordes et les autres vinrent aussi. Prise au piège et tiré pour allé dans un mini espace clos ! Arrivée la bas il me mire un truc froid et métallique dans la bouche et un autre truc lourd sur le dos. Je me débattais comme une folle mais rien à faire. Là ou je me suis vraiment énervé c'est quand un bipède m'est monté dessus. Je n'ai pas bougé pendant 2 minutes tellement j'étais rageuse puis je me suis vautré par terre en me roulant comme dans l'herbe et le bipède c'est enfuit à moitié étouffé.

Tout les bipèdes m'ont foncé dessus et m'on remis dans l'espace clôturé. Un autres c'est assis sur moi. Celui là à résisté au vautrage au sol mais pas au coup de cul qui l'a propulsé dans les airs. Une fois encore il me tirèrent jusqu'au petit espace clos. Comme j'en avais vraiment mare, les suivant n'ont pas résisté une seconde sur mon dos. C'est le colonel cette fois ci qui décida de m'avoir. Il pouvait courir pour que je me laisse faire. Vu là tête des chevaux spectateur autour de moi, cela ne serait pas facile facile de le désarçonner.

Et le rodéo débuta. J'ai essayais l'étouffement au sol pendant cinq minutes, le coup de cul pendants cinq autres minutes puis le salto magistral un avant un arrière, mais rien n'y faisait vraiment. Alors au bout du compte j'ai tiré sur la ceinture dessous moi qui tenait le gros truc lourd que j'avais sur le dos et ça l'a fait tomber dés que j'au fais un bond. J'ai fais le tour du corral prétentieusement d'accord mais ils avaient qu'à me libérer. Une fois mon petit tour fini je vis le colonel se relever. Cela sentait vraiment le roussi. D'un geste de la main il dit :

<< Mettez moi cette jument encore au poteau sans eau ni nourriture, nous l’achèverons demain après midi vers trois heure. >>

<< Mon colonel si je puis me permettre, pourquoi pas tout de suite mon colonel ? >>


<< Pour qu'elle est le temps d'être affaibli par la faim et la soif. >>

Je rêvais ! Il allait me tuer ! Non ! C'est là ou je me disais que j'aurais du écouter l'étalon doré qui m'avait donné des conseilles. LA J'étais vraiment fichu ! Oh non ! Je n'avais pas eu de famille encore ! Pas de poulain ! Mon rêve ne c'était pas réalisé ! J'étais trop jeune non ! Déjà les soldat m'avaient saisis et attachés au fameux poteau. Qu'elle horreur ! Affolée comme jamais je n'osais plus regarder dans la direction de l'étalon qui était venu avec moi. Je me coucha sur le sol du corral poussiéreux. Je n'avais plus qu'à attendre qu'un miracle se produise, ou que je meurs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?   Mer 2 Nov - 17:29

Voulait faire la rebelle, et faire le contraire de ce que l'étalon lui avait dit, la jument plus que têtue répondit à Sweet Fire:

<< Hors de question ! On ne me monté que chez les bipèdes indiens ! J'en ai eu mare ! >>

Pourquoi les juments n'écoutent-elles jamais ce qu'on leur dit ?! Sweet Fire' était désespéré qu'elle ne suive pas ses conseils. Si les hommes la laissait attachée là, comment pourraient-ils s'échapper? Elle tenait à rester là ou quoi ?!

Les hommes s'approchèrent d'elle, la saisissant avec de multiples cordes, l'empêchant ainsi de se débattre. Ils l'emmenèrent dans une sorte de petite cage minuscule ou elle ne pouvait même pas tourner la tête, lui mirent un tube de fer dans la bouche, une selle sur le dos. L'un d'un monta dessus et Sweet savait très bien comment cela allait finir pour lui. Mais combien d'entre eux Crepuscule allait-elle pouvoir faire tomber de son dos avait de se faire sérieusement punir ?

Ce que craignait Sweet Fire arriva. Un homme imposant s'approcha, et les autres humains s'écartaient sur son passage. Il semblait redoutable et lorsqu'il monta sur Crépuscule, il ne tomba pas lorsqu'elle fit tout son possible, se débattant férocement. Elle finit par le faire tomber, sectionnant ce qui retenait la selle sur elle. Une chose à ne pas faire. Ne jamais faire tomber le colonel.

<< Mettez moi cette jument encore au poteau sans eau ni nourriture, nous l’achèverons demain après midi vers trois heure. >>
Et voilà.La sentence était tombée, tout ça à cause de l'orgueil de la jument. Ils allaient la tuer. Un des soldat intervint:
<< Mon colonel si je puis me permettre, pourquoi pas tout de suite mon colonel ? >>


<< Pour qu'elle est le temps d'être affaibli par la faim et la soif. >>

Sweet Fire n'osait plus bouger d'une oreille. Il était pétrifié et ne savait que faire. On tirait sur sa corde, c'était l'homme qui le tenait qui essayait de le faire bouger. On le faisait sortir de l'enclos. L'homme qui le tenait le fit passer à côté du colonel, il l'entendit dire:

- "Demain, à l'heure de son exécution, nous referons un rodéo. Depuis que plusieurs chevaux se sont enfuis nous en manquons. Nous l’exécuterons si elle nous résiste encore une fois.

Crépuscule... Sois sage cette fois... Je ne te laisserais pas mourir ...
L'étalon doré espérait qu'elle saurait ce tenir cette fois, ou elle allait mourir. Il savait très bien -même s'il refusait de l'admettre- qu'il repartirait soit avec elle, soit il ne repartirais pas, il n'aurait pas la force d'essayer sans elle !c'est elle qui lui donnait l'envie de tout tenter pour repartir d'ici ...

On conduisit l'étalon dans une des boites qu'il avait repéré. On le lâcha dedans. Il regarda un peu autour de lui. Il était seul, dans cette boite en bois seulement percer à un endroit, d'où il voyait le corral. Attaché à un poteau, la jolie Crépuscule était couchée, l'ai abattue. L'étalon doré hennit en se direction, mais elle ne leva même pas la tête pour lui jeter un regard. Il reporta donc son attention à l’intérieur. Sur le soleil, il y avait des tiges coupées, confortable. Dans un coin, un grand récipient d'eau et du foin. Il alla boire un peu, puis revint près de la porte, d'où il voyait le corral. la jument était toujours au même endroit, couchée sur le sol.

Le soleil commençait à descendre dans le ciel, et la nuit tomba. Sweet Fire rentra sa tête, se coucha sur la paille et s'endormit, d'un sommeil sans rêve ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?   Mer 2 Nov - 17:59

Ah oui, j'avais été bien idiote cette fois. La nuit était tombé et l'étalon doré avait été emmené dans les écuries. D'ailleurs, il m'avait appelé mais j'avais honte et je n'avais pas levé la tête. Maintenant le silence régnait et je me redressa. Je n'avais ni faim, ni soif et je n'étais pas fatigué car j'étais une jument nocturne et donc la nuit venu, une sorte d'hyperactivité se faisait sentir en moi. Je fis quelques pas autour de mon poteau puis leva la tête. Le ciel dégagé laissé voir quelques étoiles luisante et rassurante. Toute la nuit, je resta là à rêver.

Le lendemain, je n'avait dormi que deux heures et je fus réveillée par le corps qu'un des soldats faisaient sonner. Je m'ébroua la nuit avait été fraîche et là il faisait très très chaud. Je gardais la tête baissé de honte suite à mon aventure de la veille. Je secoua mes crins noir pour les remettre à leurs "place". La journée passa et je ne la vis pas passé car je l'avais passé à somnoler et à rêvasser. Tout moi quoi... Il était bientôt trois heure et j'avais appris par un cheval un jour que les bipèdes étaient très ponctuel ce qui me fit soupirer. L'heure vint.


<< Mon colonel, Mon colonel, la jument ne semble pas s'être affaibli mon colonel. >>


<< Qu'importe ! Sellé là de nouveau. >>


<< Mais mon colonel vous.. >>


<< Sellé là point ! >>

C'est là ou je compris que j'avais une deuxième chance, je comptais bien m'en servir et là mettre à mon avantage alors je me mis en "conditions" pour ne pas m'énervé contre ses cow boys idiots. Je les suivis donc sans encombre et "accepta", si l'on puis dire, le truc lourd et le tube de métal. Le colonel décida de me monté le premier, je fis tout ce qu'il me demandait, le pas, le trot le galop... Même si cela me tapé sur les nerfs. Il sembla satisfait, j’espérais qu'après ça le beau cheval doré qui était arrivé avec moi aurait une idée...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?   Mer 2 Nov - 18:25

Sweet Fire se réveilla tôt. Crépuscule était toujours là, attachée à son poteau, l'air désolée, dans un état de demie somnolence. Elle se réveilla soudain, lorsqu'un des humain fit sonner un des ces instruments qui fit un bruit d'enfer. Le brouhaha habituel du fort commença à se faire entendre. Des groupes de chevaux sortaient du for avec leur cavalier, des hommes criaient des ordres. On voyait sur le haut des mur en bois de fort des hommes, scrutant l'horizon à la recherche d'un éventuel danger. L'agitation régnait dans le fort.

L'étalon regardait la jument qui se réveillait. Elle semblait si fragile mais déterminée à la fois! Il s'empressa de rentrer la tête dans son box lorsque la jument commença à se tourner vers lui. Il ne voulait pas qu'elle sache qu'il la regardait, sa fierté l'en empêchait. Il put constater au fil de la journée qu'elle semblait résolue à attendre l'heure fatidique, sans tenter la moindre chose... Une drôle de pensée traversa la tête de Sweet Fire. Il ne comprenait pas vraiment pourquoi il pensait à ça mais cela lui fit un petit pincement au cœur. Il n'arrêtait pas de penser que même après avoir passé plusieurs journées dans le même endroit, il ne l'avait jamais vue sourire. Mais comment aurait-elle pu sourire dans ces conditions, enfermée ?

3 heures sonnèrent. Les hommes sortirent d'un peu partout du fort, pour venir assister à l'évenement. La nouvelle avait du faire le tour du fort et tous c'étaient rassemblés pour assister à l'exécution de la jolie jument pie... Quels tristes personnages ces humains... Venir voir comme à un spectacle le meurtre d'une jument...

Plusieurs hommes s'approchèrent d'elle. Ils parlèrent mais l'étalon doré ne pu entendre leurs paroles. L'un deux commença à seller la jument.. Mais oui ! L'étalon avait oublié les paroles du colonel ! Crépuscule avait une deuxième chance ! Il avait envie de sauter de joie! Pourvu qu'elle aie retenu la leçon ! Sweet Fire espérait tant...

Lorsque le colonel monta sur Crépuscule, Sweet Fire la vit rabattre les oreilles en arrière. Il eut un frisson. La jument se contint malgré tout et obéi parfaitement! Elle était surement sauvée ! Le colonel finit par descendre. L'étalon vit qu'on la dessellait, et qu'on la tenait en licol. On la dirigea dans le corral, en direction de la sortie. Le coeur de l'étalon battait la chamade.
L'homme qui tenait la jument la fit sortir du corral, et se dirigea vers mon box. On l'y emmenait!Il était tellement soulagé!

L'homme ouvrit la porte du box, laissa entre la belle jument dedans. Ses muscles gonflés à bloc et encore chauds saillaient sous sa robe. Elle était magnifique.

Avant qu'elle n'eut le temps de voir son visage, il se recomposa un masque de fer, cachant à Crépuscule combien sa présence le rendait heureux. Il lui fit juste un petit sourire signifiant qu'il était soulagé qu'elle ne soit pas morte, mais rien de plus...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?   Mer 2 Nov - 18:48

Lorsque tout fut finis, les hommes m'emmenèrent dans le même box que mon congénère. La tête rabaissé en continue de mon corps, je jeta un coup d'oeil seulement de mes yeux à l'étalon qui me fit un petit sourire. Soulagé mais épuisé je me coucha sur le paille et ferma les yeux le restant de la journée. La nuit commençais à tomber, un froid glacial bien de cette saison automnal s'installa avec une légère brise. Pensant que le cheval dans le même box que moi dormait je fis très doucement et je passa ma tête devenu noir avec mon changement de poil dehors.

Je soufflais fort par mes naseaux en fermant les yeux, la buée sortait et s'envolait. Ma mèche noir rebelle sur mon chanfrein flânait dans le petit vent frais. Je rêvassais encore au poulain que je voulais avoir, à la famille que je désirais fonder. J'en rêvais depuis longtemps déjà mais... L'étalon que j'aimais était parti. Je voulais tout recommencer mais avec qui... Ce soir vers le milieu de la nuit , j'eu un coup de fatigue, je me terra dans le foin et m'endormis. Mes rêves furent fondé sur l'étalon doré qui dormait dans le box, pourquoi ? Je ne le sus pas.


Le jour se leva je restais couché en somnolente. On ne vint pas me chercher j'en fus contente car je désirais resté tranquillement couché. La fatigue d'hier était encore présente. Le foin était douillet et chaud j'étais bien alors je n'ai pas bougé. J'ai juste ouvert les yeux pour fixer le mur dans ma rêverie, mes yeux bleu océan regardant comme le vide amère de la vie d'une jument de cow boys. Il fallait me faire sortir, je riais encore moin qu'avant et l'enfermement n’arrangeait rien. Ou j'étais libre ou je dormais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?   Mer 2 Nov - 19:38

La nuit était tombée. Crépuscule était couchée, à quelques pas de Sweet Fire et il entendait son souffle régulier. Il n'arrivait pas à dormir, repassant tous les derniers évènements qui lui étaient arrivés ces derniers jours. Tout était allé très vite. D'abord sa course folle dans le désert, puis son état presque mort lorsqu'il avait été secouru par un cheval nommé Billie Jean. Maintenant, il était là, presque confortablement installé, sur de la paille et à ses côtés se trouvait une belle jument, qui se reposait. C'était troublant de voir à quel point le train-train quotidien peut être rompu facilement.

Sweet fut sortit de sa rêverie par le doux bruit de la jument pile qui se levait, faisant attention à ne pas le réveiller, croyant qu'il dormait. elle passa rêveusement la tête par l'ouverture de la porte, son souffle chaud s'élevant en fumée à la sortie de ses naseaux. L'étalon adorait contempler la jument comme ça, même si cela ne lui ressemblait guère. Il finit par se rendormir, doucement transporté dans le pays de rêves. Rêves occupés par la jument qui partageait son box...

Le jour levé, les deux chevaux étaient à moitié réveillés, à moitié endormis. D'un coup, il réalisa une chose. Il ne connaissait même pas son nom! Il voulait lui demander, mais les conversation n'étaient pas son point-fort. Il ne savait pas vraiment comment si prendre. Il dit doonc, d'un ton un peu hésitant:

- "heu... Enfaite, quel est ton nom ?? "
Il se sentait tout gêné, comme s'il avait fait quelque chose de mal. Ou peut-être avait-il peur de dire quelque chose qui décevrait la jument ? Cela ne lui ressemblait pas...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?   Mer 2 Nov - 20:00

<< heu... Enfaite, quel est ton nom ?? >>


Roulé sur moi même je leva là tête. Il m'avait demandé mon nom ou je rêvais ? J'étais contente que quelqu’un me parle, et c'est vrai que l'ennuie profiterais à faire connaissance. Je me déploya et me releva. J'étais devenu plus réservé avec le temps et l'année de plus que j'avais pris. Mais il ne me semblait pas méchant. Même plutôt gentil. Je le détailla un peut plus, il avait une robe brillante et doré, peut commune, de beau yeux pétillant et... Bref quand j'eu fini le "détaille" je m'ébroua et le fixa de mes yeux bleu piqué par l'ambiance sèche du box dans lequel nous étions tout les deux enfermé puis je dis d'une voie distinct et innocente :

<< Je suis Crepuscule, et toi ? >>


Vraiment, j'aurais été enfermé toute seul que cela m'aurais tué de tristesse, mais là non cela pouvait allé. De plus c'est grâce à ses conseille que, au bout de deux fois, j'avais réussi à survivre ! Dans ma tête tout était encore confondu de notre mésaventure d'hier, je m'étonnais encore de pouvoir lui parlé. Dire qu'à cette heure là je devrais être morte. Attendant sa réponse je balançais le panache de crins de ma queue noir et blanc. Ah franchement j’espérais que l'on nous ferait vite sortir d'ici tout de même. Le quotidien était d'un ennuiyeux chez les bipèdes cow boys...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?   Mer 2 Nov - 20:27

La jument mis un petit instant avant de répondre, d'une petite voix:
<< Je suis Crepuscule, et toi ? >>

Elle semblait sage et innocente, fragile et forte en même temps. Une petite brise froide de l'automne soufflait dans le box. Sweet Fire lui répondit d'une voix douce -qu'il n'avait guère souvent l'occasion d'utiliser-

- " Je suis Sweet Fire. "

Il croisa un instant son regard. Ses yeux bleus brillaient et il détourna la tête. Il réfléchi un instant, perdu dans ces pensés une fois de plus. Crépuscule quel joli nom ! Il lui va à merveille. Il était impossible de qui il parlait vraiment, du nom ou de la jument... Déjà, pour une raison étrange, il savait qu'il n'oublierait jamais ce nom, ne ce visage. Ces souvenirs resteraient gravés dans sa mémoire pour très longtemps.

L'étalon doré se leva et mit la tête en dehors de son box. L'air frais et pur pasait devant et Sweet Fire respira à plein poumons. Cela le revigora et le remotiva. L'agitation habituelle du fort était constante, encore une fois. De la où se trouvait Sweet Fire, il pouvait voir d'autres grands boxes, en face de lui. Un cheval qui s'y trouvait tapait activement dedans. Cela faisait un vacarme d'enfer mais l'agitation du fort était tellement plus grande que l'on ne l'entendait à peine. Un moment plus tard, alors que le bruit du cheval qui tapait contre sa porte avait cessé, il jeta un coup d’œil en sa direction. la porte était ouverte et le cheval broutait paisiblement en liberté! Personne ne semblait avoir remarqué que le cheval en était sorti.

Sweet Fire, eut une idée. Il commença à taper de toute ses forces lui aussi contre sa porte, essayant de l'ouvrir. Regardant Crepuscule, il lui dit:

-"Aide-moi à ouvrir la porte, s'il te plait... Crépuscule "

Et après un regard à la jument pie, il continua à taper sur sa porte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?   Mer 2 Nov - 21:08

J'ai fais ce qu'il m'a dit après qu'il m'ai révélé son identité d'une voie douce. Et la porte c'est ouverte. J'étais contente alors j'ai foncé vers une touffe d'herbe qui poussait à coté d'un seul point d'humidité, l'abreuvoir. C'était doux ! Les portes du fort étaient ouverte alors j'ai regardé l'étalon doré et d'un coup ch'ai pas pourquoi mon coeur c'est arrêter. J'ai secoué la tête et au pas lent je me suis dirigé vers les grande portes. Pourquoi mon coeur battait il comme ça ? Était-ce car j'allais retrouver la liberté ? Non... Parfois mes propres réactions me donnait grand étonnement.

<< Viens ! >>


Ai-je dis à Sweet Fire derrière moi. J'ai souris puis je suis parti au galop pour sortir mais quelque chose m'a arrêter, ils sonnaient le corps qui obligeaient les soldats à se lever ! Non ! Nous allions nous faire prendre. Je me suis retourné vers Sweet Fire avec un regard d’effrois. Que faire avancer et tenter de s'échapper où faire marche arrière ? Ne voulant pas faire de bêtises je préférais attendre que sweet me dise quoi faire. J'en avais asser fait à mon arrivé ! J'avais peur très peur ! Mais il fallait que l'on reparte ? J'ai attendu que le bel étalon me donne une directive.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?   Mer 2 Nov - 22:04

Après avoir résister un petit moment à nos coups, la porte finit par s'ouvrir. Nous étions libres! Enfin, libre de sortir du box; il nous restait encore à sortir du fort maintenant! Quelques touffes d'herbes poussaient par là et la gracieuse Crépuscule se mit à brouter rapidement. Je me rendis compte seulement à quel point sa liberté lui avait manqué! Le fait d'être sortis du box semblait beaucoup la réjouir et cela me fit chaud au coeur. La légère brise portait son odeur jusqu'à moi. C'était un parfum très agréable, et je respirais à plein poumons pour en profiter un maximum.

Je me repris rapidement. Pourquoi trouvais-je ce parfum si agréable ? Il n'avait rien de particulier pourtant? Si, il avait bien une particularité. Il avait la douce odeur de Crépuscule. L'étalon remarqua à ce moment là que la porte du fort était ouverte. Crepuscule avait levé la tête un peu avant moi et me dit:

<< Viens ! >>
C'est ce que je fis, suivant Crépuscule. Nous galopions en direction de l'immense porte, la porte de la Liberté! Nous arrivions enfin à nous échapper! Mon coeur battait la chamade, à mes côtés Crépuscule aussi galopait, ivre de joie. Mes flancs touchèrent parfois les siens pendant que nous galopions, leur contact était doux comme une caresse.

Un bruit interrompit notre course. C'était une sorte de tube métallique qu'utilisait un homme. A ce signal, la plupart des hommes du forts se mirent à gesticuler dans tous les sens. Nous allions être pris! Crépuscule semblait hésiter à continuer... Elle voulait qu'il lui dise quoi faire ?! Il était vraiment touché par cette marque de confiance. Mais lui-même ne savait pas vraiment quoi faire. Réfléchissant un instant, il se dit que l'occasion ne se représenterait peut-être pas. Il dit en continuant de galoper donc:

- " Je ne suis pas vraiment sur... Mais je crois que nous devrions continuer... Qui sait quand une occasion pareille se représentera ? "


Il continua de galoper de toute sa vitesse, aux côtés de la jument pie. Devant eux, les portes continuèrent de se refermer ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?   Jeu 3 Nov - 19:13

J'acquiesca pis fonça mais le temps que nos arrivâmes, les portes c'était refermés. Les soldats n'étaient pas encore sorti. J'ai regardé Sweet Fire mais il m'a fait signe de partir j'ai consentis et je suis retourné a triple galop dans notre box. Inquiète que j'étais... Pourquoi d'abord ? Être inquiète pour un étalon ce n'était vraiment pas mon genre... Un frisson me parcourait pendant ces secondes qui me semblaient des minutes. Je repensais à lorsque nous avions galopait vers la porte j'avais ressentis quelque chose pour lui au fond de moi... nan.. Impossible.

Il revint enfin auprès de moi est tout alla "asser bien". Épuisée par le nouvel évènement je me suis couché dans un coin du box. Dans Mes rêves il était là l'étalon doré et nous avions retrouvé nos prairie. Tout simplement improbable. Quand je me suis réveillé ne larme avait coulé le long de mon chanfrein. Je pensais que Sweet ne l'avait pas vu. Je me suis levé. J'ai pris un brin de paille pis je me suis recouchée enfouit sous le foin au sol. J'avais froid et je frissonnais à chaque seconde. Quand je me suis endormi, je continuais de frissonner durant mon sommeil. J’espérais n'avoir pas réveillé mon colocataire.

[Dis le moi si je t'ai trop joué. Désolé si c'est la cas... ]

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?   Jeu 3 Nov - 22:10

[C'est bon, ne t'en fais pas ^_^]

Nous galopions, côte à côté, à toute vitesse. Nous foncions en direction de la grande porte massive devant nous, qui se refermait toujours peu à peu. Personne ne sembla nous remarquer, tant le vacarme était fort autour de nous et la grande porte, notre but, qui grinçait en se fermant n'arrangeait pas tout. Il nous fallait faire vite pour espérer l'atteindre avant qu'elle ne se referme, même si cela semblait inespéré. D'un claquement sec, cela arriva. La porte était refermée.

Je fis un signe à Crépuscule. Nous étions obligés de rentrer maintenant. C'était notre dernière chance de ne pas se faire repérer. Nous étions prisonniers, mais au moins, on nous laissait en paix. Nous n'avions toujours pas récupéré de notre capture respectivement, et je boitais légèrement de l'antérieur gauche. Les humains nous laisseraient probablement tranquille pour l'instant, mais, comment savoir si cela pourrait durer ?

Encore une fois, nous nous retrouvions couchés sur la paille du box, à moitié sommeillants. Je ne savais que penser de moi même. Je m'étais déçu après cette échec cuisant. Comment allons-nous faire pour sortir maintenant ?? Tant de pensées contradictoires m'envahissaient! J'étais perdu, et je sentis mon désespoir s’accroitre. Je finalement, je sombrai dans un sommeil agité, ou se mélangeaient le noir et le blanc. C'était à la fois beau et triste. Peut-être parce que je savais déjà que cela n'était pas la réalité, que ce qui m'arrivait n'était peut-être pas... partagé?
Mais qu'est-ce qui m'arrivait? Je pensais vraiment n'importe quoi en ce moment. Peut-être était-ce du à la chaleur et au froid successifs ?

Un bruit à la porte me réveilla. J'ouvris les yeux et la lumière m’écarquilla les yeux. Il était donc si tard ?? Je regardais un peu autour de moi et vit que ce qui m'avait réveillé était un homme qui entrait dans le box. Il tenait dans sa main un long serpent jaune. D'un bond de peur, je me mis d'un geste instinctif et protecteur devant la jument qui dormait, la protégeant ainsi du serpent... Qui ne me prêta aucune attention. Il se contenta de cracher de l'eau dans le récipient ou nous avions l'habitude de la trouver et de ressortir, tenu par l'homme.

Je mis la tête dehors. L'immense porte du fort était ouverte, mais pourtant tout semblait calme. Peut-être qu'elle était ouverte toujours au même moment ? En réfléchissant un peu, je me souvins que c'était à ce moment de la journée que la jolie Crépuscule et moi avions tenté de nous échapper! Une idée commença à germer dans ma tête...

Me tournant vers la jument, je vis qu'elle dormait encore. Son sommeil était un peu agité. Comme elle devait être épuisée pour dormir ainsi! Je réalisait qu'à chaque fois que je m'étais réveillé, même au beau milieu de la nuit, il me semblait l'avoir vue éveillée. Elle eut un petit frisson, elle semblait transie de froid. Sans vraiment réfléchir à se qu'il faisait, il s'approcha d'elle -elle était couché, un peu en cercle- se mit à son côté et se coucha, son flan touchant les siens. Ainsi, il lui tenait chaud, couché tout contre elle. Il laissa ses yeux se fermer doucement, restant éveillé mais laissant son esprit vagabonder ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?   Ven 4 Nov - 18:05

Je sentis quelque chose de doux et de chauds qui me décongela desuite. J'en rapprocha ma tête et devina bien vite même à travers ma somnolence ce que c'était. J'esquissa un sourire. Et poursuivis mon rêve, un poulain s'y trouvait de je ne sais plus qu'elle couleur. Sweet lui aussi y était, il surveillait le poulain et ne le lâchait pas d'une semelle. Je ne compris pas tout de suite ce rêve. Quand je me réveilla il était la nuit et j'avais dormi un jour et demie. Un ballot de foin était devant moi. Je ne voulais de cette abominable nourriture. Plutôt mourir de faim.

Je me releva difficilement, Sweet, apparemment dormait. Mes sabot me conduirent contre le petit portillon de bois. Je respirais l'air frais j'ai regardé vers les grande portes du fort, elles étaient asser entre ouvertes pour nous laisser passer ! Que faire ? Réveiller Sweet qui dormait si bien et tenter le coup ou laisser ça de coté... Le choix se trouvait être critique... Je paniquais... Je rêvais de retrouver ma liberté mais sweet dormait rarement ces dernier temps... Je décida de ne pas le "réveiller" proprement dit mais de voir si IL l'était.

<< Sweet Fire, Sweet... Les portes du fort son entre ouverte... >>
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?   Sam 5 Nov - 23:13

J'étais là, couché tout contre elle. Il faisait une douce chaleur, qui émanait de la jument pie, j'en étais avide. Je voulais sentir toujours plus et sans m'arrêter, jamais, de la sentir contre moi. Rien ne semblait pouvoir troubler ce calme rassurant, un moment d'une grande simplicité mais qui vous étouffait de bonheur. Nous étions confortablement installés sur ce lit de paille, fait par les humains.

Mon esprit vaquait à droite et à gauche, cherchant le sommeil, si dur à trouver ces derniers temps! Je repensais à notre belle terre sauvage, si loin d'ici... Cela me manquait, avec ces ruisseaux froids et ces hautes herbes... Je réfléchissait à sa longtemps et petit à petit, mes yeux se fermèrent, comme si mes paupières étaient lourdes. Cette sensation était si agréable! Depuis combien de temps n'avais-je pas dormi, serein? Etait-ce Crepuscule qui me rendait calme et me rendait le sommeil ? Je ne le savais pas et me laissais entrainer vers un sommeil reposant.

Même si je ne dormais pas aussi profondément que je l'aurais espéré, je dus dormir un bon moment car je me réveillais dans la nuit. Tout était calme, dans un silence seulement rompu par le chant nocturne des grillons. L'habituelle agitation du fort avait disparue, et c'était reposant. En fait, en écoutant, je réalisais que il avait un autre bruit. C'était Crepuscule, qui me parlait doucement. Elle disait:

- << Sweet Fire, Sweet... Les portes du fort son entre ouverte... >>

Je mis un peu de temps à me réveiller complètement et à comprendre le sens de ces paroles, mais le seconde d'après, j'étais debout. Il fallait à tout pris essayer de sortir! Le fort calme de la nuit était le moment idéal! Je me demandais comment j'avais fait pour ne pas y penser avant. Le seul moment ou il n'y avait personne susceptible de les voir... Parfait!

Je me rapprochais un peu de Crépuscule et lui dit:

- " Nous devons absolument tenter notre chance maintenant! La nuit est le meilleur moment pour ça ! Mais, il y a juste un problème. Sais-tu comment sortir de ce box sans bruit ??"


J'espérais vraiment qu'elle savait comment faire, notre liberté reposerait surement sur ça.Il ne fallait pas réveiller les humains qui les empêcheraient de partir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?   Sam 5 Nov - 23:48

Sortir de ce box ? Et sans bruit en plus ? Il fallait y réfléchir, là mon regard se posa sur un objet métallique sur la porte. Je le pris machinalement entre mes dent et le tourna, puis le poussa et la porte s'entre ouvrit. Je l'ouvris du sabot et me rangea sur le coté pour laissé sweet sortir. Tandis qu'il faisait ses quelques pas vers la liberté je l'observais, et c'est à ce moment là que je compris mon rêve. J'étais amoureuse... Et de.. Sweet ! Et le poulain, c'était un poulain que je rêvais d'avoir avec lui... Je ne savais comment lui dire et je me trouva bien embêté.

Le plus important était de sortir de ce fort et je me mis en première ligne pour courir jusqu'au portes. Rien ne pouvait plus nous en empêcher. Arrivé la bas j'attendis Sweet et je savais que lorsque nous sortirions de là, nous serions libre à jamais. Tan de mystère découvert en si peut de temps et une liberté tellement convoité qui aujourd'hui venait à nous comme le plus facilement du monde. Une fois que nous fumes prêt, je n'attendis plus une seconde et franchis le seuil de notre prison. J'entrepris de galoper le plus loin possible de cette endroit maudis.

Une fois hors de danger j'henni de joie et d'allégresse sur notre sort d'ou nous étions enfin délivré et comme le plus normalement du monde, dans ma joie qui m'emporta au septième ciel je frotta mon encolure à celle de sweet. Ce n'est qu'après coup que je réalisa mon geste, immensément gêné je fis un pas un arrière. Qu'allait il se passer ? Je ne voulais pas être rejeté et je ne savais pas si Sweet éprouvé des sentiments tel au miens. Ce n'était pas raisonnable ce que je venais de faire. Redressant la tête je dis :

<< Je suis désolé mais je... >>

Il me fut impossible de continué. Je restais juste là à le regarder espérant qu'il comprendrais la suite de ma phrase.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?   Dim 6 Nov - 0:48

Je vis Crépuscule passer sa tête par l'ouverture du boxe. Après avoir tourné dans un sens complexe une barre de faire, la porte s'ouvrit doucement et sans bruit. Crépuscule avait réussi à le faire! J'eus un peu de mal à croire se qui me disaient mes yeux: nous étions libérés de ce box et devant nous se dressaient les portes du fort, grandes ouvertes. La clef de la liberté! Tout cela me semblait trop facile, et je restais méfiant, sur mes gardes.

Je sortis de cette boite silencieusement, passant devant Crépuscule qui s'était décalée. Au dehors, l'air de la nuit embaumait: il portait l'odeur de la liberté, une chose qui nous avais tant manqué! Je fis quelques pas hésitants de plus en dehors du box. Je fus rejoins par Crépuscule, qui semblait ivre de joie. Nous nous mîmes tout deux à galoper joyeusement, nous rapprochant toujours plus de ces deux immenses portes qui se dressaient, grandes ouvertes.

Nous les franchîmes comme si cela était naturel mais nous avons continué de galoper encore longtemps, mettant le plus de distance possible entre nous et cette prison qui nous avait renfermés tant de temps! J'avais l'impression que je pourrais galoper jusqu'au bout du monde, la joie au coeur et le sourire aux lèvres. J'avais aussi la chance d'avoir à mes côté une très belle jument... A sa pensée, mon cœur s’accéléra.

Après avoir galopé longtemps, nous nous arrêtons, reprenant haleine. Nous n'avions jamais étés aussi heureux depuis nos captures. Autour de nous régnai un calme absolu, nous étions hors de danger, loin de ces cow-boys. Crépuscule aussi semblait heureuse comme je ne l'avait jamais vue. Elle rayonnait de bonheur. D'un coup, elle se colla à moi et un instant plus tard, je sentis un contacte doux et chaud sur mon encolure: c'était Crépuscule, qui emportée par son élan, venait de faire preuve de son émotion ... Ou de ses sentiments.

Elle recula d'un coup, comme mesurant l'ampleur de son geste et dit, très embarrassée:

- << Je suis désolé mais je... >>

Elle ne finit pas sa phrase, ne sachant plus ou se mettre. Mais Sweet Fire répondit à son geste, et, avec une douceur étonnant chez lui, mit sa tête contre son encolure. La jument était magnifique, son poil noir et blanc brillait. Se fut à l'étalon de lui dire:

- " Crepuscule, c'est moi qui... Enfin..."

L'étalon n'osait plus parler, cela l'énervait. Il se reprit et, regardant la jument dans les yeux, lui dit:

- "Crepuscule... Je t'aime."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?   Dim 6 Nov - 1:15

Je devais rêver, ce n'était pas possible ... Mais si c'était bien réel. Il m'aimait... Et moi aussi. Repensant à mon ancienne histoire, je l'enterra à jamais dans mes souvenirs perdu. Une nouvelles histoire commençait. Mon coeur battait la chamade c'était trop beau. Je ne pouvais plus faire chemin arrière et repousser mes sentiments car oui, c'est vrai, je l'aimais. Mon souffle dans son encolure demeurait calme est serein, j'étais heureuse, la plus heureuse jument qu'il fut à cette instant dans le monde. Et ses mots sortir plus doux encore que la liberté :

<< Moi aussi je t'aime Sweet... Je t'aime... >>

Le mot restait dans ma tête comme le refrain d'une chanson chantée trop longtemps et trop secrètement dans ma tête. Je ne voulais plus bouger, j'étais trop bien baigné dans son amour. Je ne voulais plus le quitter, le suivre jusqu'à la mort et bien après. L'aurore d'une toute nouvelle matinée se levait à cette instant précis et on entendais le corps des cow boys de la ou nous étions. Mais je n'avais plus peur. Je savais que, lorsque les bipèdes se rendraient compte de notre disparition ils ne chercheraient pas à nous retrouver.

Le ciel rose et orangé à la fois ne me semblait plus comme celui d'avant. J'avais vécu un tas de levé de soleil dans ma vie, mais celui là annonçait le départ d'un tout nouveau récit, celui de notre amour. Mes crins balançaient dans un douce brise matinale. Je le sentais juste car à présent j'avais fermé les yeux pour savourer cette instant de bonheur. Il fallait penser à rentrer. Alors sans reculer ni rien faire et en profitant encore et encore de ce moment doux et apaisant, je dis de ma voix douce est sereine:

<< Si on rentrait à la maison ? Sweet... >>


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?   Mar 8 Nov - 20:43

<< Moi aussi je t'aime Sweet... Je t'aime... >>

Ces mots, prononcés par la belle jument pie, étaient aussi doux que le souffle de la brise d'été au petit matin. Tout cela me paraissait presque irréel, tant c'était beau. Pourtant, le désert devant, et surtout la jument en face de moi, tout était bien réel, sous mes yeux. Un frisson chaud et tellement agréable me parcouru, c'était tellement inhabituel! Une découverte, même.

Se sentir aimé! C'était fou, mais magnifique, comme le soleil couchant sur la plaine. C'était vertigineux comme sur les montagnes, mais tellement prometteur ! Comment, mais comment était-ce possible? J'avais moi-même du mal à le croire. Je savais, en moi que tout cela était vrai, depuis les yeux profonds de la jument, aux battements rapidement de mon cœur dans mon poitrail. J'avais l'impression de voler au dessus des nuages, plus vite que l'aigle qui fend le ciel, pareil à une étoile filante.

Sa tête contre mon encolure, son souffle chaud sur ma peau, tout était doux et agréable. comme les paroles qu'elle me dit, qu'on n'étaient pas surs de pouvoir prononcer un jour:

<< Si on rentrait à la maison ? Sweet... >>


L'images des herbes, des collines et des ruisseaux s'imposa en moi. Comme tout cela me manquait! J'allai enfin revoir tout ça! Mais d'un œil neuf, calme mais surtout accompagné. Plus que jamais. A deux, tout était plus facile, plus serein. Je lui répondit, d'un ton doux et apaisant:

- " Oui, rentrons..."


Et nous repartîmes, marchant doucement, à la rencontre des terres qui étaient les notre, vivre où l'on voulait, comme on le voulait et quand, libres de nos choix.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?   Mar 8 Nov - 21:20

Jamais je n'aurais cru être aussi heureuse que ce jour là. C'est lorsque nous nous mîmes en routes que je fus la plus heureuse. Et lorsqu'enfin nous atteignîmes les prairie et les collines c'est là ou ma joie atteignit un sommet. Je connaissait cette endroit... Je me mis à galoper invitant ainsi de mon rire joyeux Sweet et je dévala la Coline à la base de laquelle, je tomba lourdement au sol. Sentir ces douces herbes... l'odeur de leurs fleurs... C'était magnifique. Nous avions voyagé un jour durant et la nuit tombait déjà. Je me mis couché et regarda Sweet.

Je leva la tête au ciel avec ses mille étoiles brillante et sa lune ronde et pleine ce soir là. Plus rien ne pouvais nous emprisonner. Le choc avait était tel que je me promis de faire bien plus attention la prochaine fois. Mais au cas ou je savais qu'il y aurait mon nouvel amour. J’espérais rester avec lui pour toujours. D'ailleurs mon regard l’appelait à venir auprès de moi. J'étais tellement heureuse. Mon coeur était comblé tout comme ma douce âme tendre qui ne souhaitait qu'une seule et unique chose, Sweet Fire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?   Mar 8 Nov - 23:39

Devant nous s’étendaient de grandes étendues d'herbes à l'infini. Le vent qui y soufflait était chargé d'odeurs, qui m'avaient tant manqués ces longs jours que j'avais passé enfermé. Nous étions enfin revenus, chez nous, après ces longs périples qui nous avaient épuisé. La traversée du désert avait été infiniment moins dur, à deux, que ce que j'avais fait à l'aller. Nous étions arrivés au sommet d'une colline et nous sommes mit à galoper, trop heureux pour sentir la fatigue.

J'avais l'impression de voler, et mes flancs touchaient ceux de la jument pie pendant que nous galopions. Son contact était chaud et rassurant, comme le soleil qui se couchaient derrière les collines des terres sauvages, que nous avions enfin retrouvées après un si long moment. Le jour tombait d'ailleurs et quelques étoiles brillantes apparaissaient peu à peu dans le ciel. Bientôt, il fit complètement nuit et les grillons commencèrent à chanter leur mélodie nocturne.

A mes côtés, Crépuscule, Ô la belle Crépuscule, leva la tête vers les étoiles. Dans le ciel brillait la lune, ronde et lumineuse comme le soleil. Je me rapprochais de Crépuscule, sentant la douce chaleur de son corps près du mien. Nous étions fatigués après ce voyage, je me couchais donc, et fus bientôt rejoins par la jument pie noire qui se mit contre moi. Je sentais sa tête contre mon encolure et sous la lune ronde comme une balle, j'avais l'impression que nous étions seuls au monde ayant le ciel pour nous tout seuls...

[Fin ?]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Emmurés dans la solitude ... Le chemin long et périlleux qui les sépare deviendra-t-il un chemin de nuages ?
» Nuage du Rossignol | « Le rossignol chante mieux dans la solitude des nuits qu'à la fenêtre des rois. »
» Dans la solitude du desert.
» Aaron Finnigan - "Tout fuit et se disperse" R. B.
» [Entraînement.] Dans la solitude des champs de coton •• atios.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spirit RPG :: HORS JEU :: Archives :: Boite à RP's-