RSS
RSS

AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La danse des souvenirs effleurera-t-elle ta mémoire ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arya / El'Dorado
♠ Louve Noire et Songe doré
avatar
Messages : 1304
Points d'Experience : 528
Date d'inscription : 14/10/2011
Age : 21
Localisation : Dans la plaine sauvage...
Joue également : Neo et Plume de Corbeau

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: La danse des souvenirs effleurera-t-elle ta mémoire ?   Jeu 19 Juin - 22:56


La danse des souvenirs effleurera-t-elle ta mémoire ?
Espérance et Arya



Le désert. Un lieu étrange et bien éloigné. Le Soleil y tape si fort... Comment peut-on vivre là ? Ou même rien qu'avoir l'envie de s'y rendre ? Allez savoir... Pourtant, c'est bien ce qu'entrepris l'appaloosa de la harde de Ciel Etoilé. La jument, cette Louve noire, avait décidé de prendre une journée, voire plus s'il le fallait, pour aller faire quelques repérages du côté des Cow-boys... Il était rare qu'elle quitte les Terres sauvages pour celles des Hommes mais quelque chose la poussait à venir y faire un tour. Quelque chose ou... Quelqu'un ! Sweet Nothing vivait ici... Et elle avait envie de voir ce lieu, de sentir la chaleur sur sa robe, de se mettre dans la peau d'un cheval du désert ! Elle avait demandé quelques conseils sur la route à suivre pour voir le Fort à son ami doré et celui-ci lui avait affirmé qu'elle ne pouvait pas le manquer.

Soit. Elle ne le manquerait pas. Elle avait traversé sans mal les terres verdoyantes qui la séparaient de ces lieux qui lui étaient quasiment inconnus ! Ce n'est qu'une fois l'aridité prenant place dans le paysage qu'elle commença à ralentir, intimidée et perdue... C'était si déroutant... La chaleur augmentait à mesure qu'elle avançait, le sable remplaçant l'herbe, plus aucun point d'ombre ou d'eau : le désert dans son intégralité. La jument noire continua de s'avancer, marchant doucement, attentive au moindre bruit. Ses crins dorés finirent par se coller à sa peau sous la chaleur harassante... Le sable, si fin, venait brûler sa peau, juste au-dessus du sabot : c'était quelque peu désagréable comme sensation... Pour ne pas dire ignoble !

Il fallait être fou pour vivre ici ! Enfin, il paraît que l'on s'y habitue... Et puis, il lui faudrait bien prendre cette habitude si elle voulait revenir, de temps à autre. Arya continua d'avancer, appréciant tout de même la chaleur bien que trop forte à son goût ! Elle finit par ne plus faire attention à ce qui l'entourait, uniquement à cette forme indistincte qui tremblait au loin : le Fort ? Elle marchait dans cette direction, ne s'arrêtant pas, ne ralentissant plus.



Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.


El'Dorado
Art © Wenel ♥:
 


Merci Titan pour ce fabuleux cadeau d'anniversaire ♥️ Art©️JOB ♥️

Sweet Nothing, l'indispensable amoureux ♥:
 
Autre compte: Loki, Plume de Corbeau et Neo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Espérance
☼ La jument du soleil
avatar
Messages : 182
Points d'Experience : 123
Date d'inscription : 09/07/2011
Localisation : Sous le soleil de midi.
Joue également : Amazone ♦ Qui-Vive ♦ As de Pique

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: La danse des souvenirs effleurera-t-elle ta mémoire ?   Mar 1 Juil - 20:33



La danse des souvenirs effleurera-t-elle ta mémoire ?

« Je me souviens de la lumière... puis des ténèbres »

with Arya ~ PV



    Certains disent que nos chemins sont déjà tout tracés. Qu'il n'y a qu'une route, qu'une direction. Et aucune issue de secours. Que l'on ne peut pas se tromper, ce qui arrive était prévu. C'est ainsi. On ne change pas les choses. Ces mêmes personnes disent qu'il est impossible de contourner un obstacle. Impossible. Il faut serrer les dents, prendre le taureau par les cornes et lui faire face. Là. Planté devant la fatalité. Les yeux dans les yeux. Les plus téméraires ont même parfois l'audace de lui cracher à la gueule. Et puis, ne dis-t-on pas : ce qui ne tue pas rend plus fort ? Les épreuves ne sont pas là par hasard, selon ces gens. Elle sont ici pour nous endurcir, nous enseigner des leçons importantes sur la vie. C'est la raison pour laquelle les vieux sont plus sages. Ils en ont connus, des entourloupes du destin. Et ils savent de quoi ils parlent, quand ils disent que nos chemins sont déjà tout tracés. Car ce sont eux, ces gens là. Eux, qui résistent encore ardûment à la mort malgré la fatigue de leur corps. Eux, qui revoient leur vie d'un œil nostalgique et qui se disent que malgré toutes les horreurs qu'ils ont pu croisés, ils seraient bien partants pour un deuxième tour. Eux, ces sages, riches de leur expérience, qui disent que la vie ne se réduit qu'à une seule route.

    Mais que se passe-t-il lorsqu'on arrive à un croisement ? Car contrairement à tout ce que l'on peut dire, tout ce que l'on peut entendre, il y en a un. Pour Espérance, en tout cas, ça se passe ainsi. Et on doit faire un choix. Car la vie est une voie à sens unique, aucun retour en arrière n'est possible. C'est comme ça. Il faut se décider. Il faut se déchirer. Suivre l'axe principal ou tourner ? Pile ou face, longues réflexions, à chacun sa méthode. Le fait est qu'il faut trouver, les yeux bandés, le chemin qui dure le plus longtemps. Ou alors celui où les oiseaux chantent & il y fait bon vivre. Celui du bonheur... La vie bien est trop courte pour être ennuyeuse.

    ☼ Quelques rayons de soleils vinrent titiller les paupières de la jument. Doucement, elle ouvrit les yeux, battant des cils le temps que ses pupilles s'habituent à la soudaine luminosité. L'astre était déjà haut dans le ciel et elle déduis, aux petites vaguelettes de chaleurs qu'elle apercevait à l'autre bout du fort, qu'il devait être aux alentours de onze heures - midi. Encore engourdie, elle tendis son encolure et saisi une petite poignée de foin qu'elle mâchouilla lentement. Puis, avec difficulté, elle se mit sur pattes et marcha jusqu'à son abreuvoir. Là, elle y plongea son museau et avala goulument quelques gorgées. Le breuvage eu pour mérite de la rafraîchir et de la réveiller. Peu à peu, ses idées se remirent en place. Bien qu'il n'y avait plus grand chose dans sa tête depuis son amnésie. Le fort. Le foin. Les soldats. Les chevaux du fort. Le fort. Le foin. Les soldats... Les jours se suivaient et se ressemblaient. Elle avait l'impression d'être prise au piège dans un disque rayé, revivant chaque fois le même épisode. Elle était tombée dans les filés de l'ennui.

    ☼ Des pas retentirent, dehors. Et bientôt, la petite mustang aperçut un jeune humain passer la tête par l'encadrement de la porte. Il vit la jument et fit demi-tour pour la laisser sortir. Il était venu pour remplir son abreuvoir et entretenir la litière. Bénévolement. Comme chaque jour. Il était d'ailleurs le seule à s'être collé à la tâche. A même temps, qui aurait accepté d'entretenir le vieux box à la porte arraché, dans lequel logeait une jument trop encore trop fragile pour être dressée ? Peut-être le petit homme espérait-il l'apprivoiser au fur et à mesure du temps et devenir cavalier un jour ? Si c'était le cas, il serait très certainement déçu. Espérance ne se laissait même pas approcher. Non pas qu'elle n'ai pas conscience du mal que se donnait le gamin pour lui assurer eau et nourriture tous les jours, mais les humains l'effrayaient au plus haut point. C'est plus fort qu'elle. La belle décida néanmoins de ne pas le faire attendre et sortit du box. L'humain tendis la main pour espérer la toucher au passage mais elle fit un écart et s'en alla au petit trot. Un prochaine fois, peut-être...

    ☼ La petite mustang repassa au pas et finit par s'arrêter à quelques mètres des grandes portes du fort. La patrouille de l'aube n'allait pas tarder à rentrer et elle aimait bien les observer se pavaner en rythme. D'ailleurs, un soldat hurla quelque chose du haut de la passerelle qui longeait les remparts. Alors les portes grincèrent et lentement, s'ouvrirent pour laisser entrer le petit groupe de cavaliers. La trompette retentit et comme s'ils ne faisaient qu'uns, les chevaux entrèrent dans le fort, paradant sur le même tempo. Habituellement, Espérance se plaisait à les admirer tout le long du spectacle, jusqu'à ce qu'ils repartent aux écuries. Mais cette fois-ci, alors qu'elle jeta un rapide coup d’œil au désert derrière les portes... une bulle éclata dans sa tête.

    ☼ Ce n'était rien. Un fragment. Une poussière. Mais Espérance le reconnu immédiatement... un souvenir. Un souvenir de sa vie d'antan. Une couleur. Du vert. Du vert. Du vert. Là-bas, du vert. Au-delà du désert, il y avait du vert. Pendant un instant, elle crû que son cœur allait déchirer sa poitrine tant il tambourinait fort. Son sang ne fit qu'un tour et, ni une ni deux, elle s'élança à plein galop en direction des portes. Au passage, elle frôla la patrouille et certains soldats protestèrent mais elle n'y fit pas attention. Elle traversa les portes comme une flèche, laissant derrière elle les cris des cow-boys. Du vert. Espérance s’accrocha à ce souvenir de toute ses forces.

    ☼ Elle ne su depuis combien de temps elle galopait, ni même quelle distance elle avait parcourue. Mais le soleil était un peu moins haut que tout à l'heure. Elle ralentit un peu son allure, histoire de ne pas s’essouffler trop vite. Elle était habituée au désert et elle savait pertinemment que la chaleur pouvait bien vite jouer des tours à quelqu'un qui n'avait plus toutes ses forces. Elle savait aussi qu'il n'y avait pas de point d'eau à des kilomètres à la ronde et que la sueur qui lui collait les crins était un peu de vie qui avait juste quitté son corps. De plus, elle ignorait combien de temps elle galoperait, elle n'avait jamais traversé entièrement le désert. Du moins dans sa vie d'après...

    ☼ Cette fois, Espérance pu deviner, à l'aide du positionnement du soleil dans le ciel, quelle heure il était : aux environ de trois - quatre heures. Ses muscles la brûlaient, encore plus que l'astre qui cuisait son dos & sa bouche était aussi sèche que le sol. Mais ce n'est pas pour autant qu'elle allait baisser les bras. Elle était déterminée et irait jusqu'au bout. Quitte à y laisser sa peau. Vert. Elle s'accrochait désespérément à ce souvenir comme à un noyé à une bouée de sauvetage. C'était tout ce qui restait d'elle...

    ☼ Elle aurait pu continuer bien longtemps, poussée par sa seule détermination si, au détour d'un cactus, elle n'aurait pas percutée de plein fouet une masse sombre. Le choc fut terrible. Elle tomba à la renverse et effectua bien deux ou trois roulade avant de s'immobiliser sur le sol. Mais bien que sa vision soit floue et que le monde tournait autour d'elle, elle hurla une dernière fois :

    « Du vert ! »


© code by Lou' sur Epicode




Image de base de la signa' et l'avatar by Dreamworks
Line + Colo' + Montage by Lost-Koneko


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya / El'Dorado
♠ Louve Noire et Songe doré
avatar
Messages : 1304
Points d'Experience : 528
Date d'inscription : 14/10/2011
Age : 21
Localisation : Dans la plaine sauvage...
Joue également : Neo et Plume de Corbeau

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: La danse des souvenirs effleurera-t-elle ta mémoire ?   Sam 19 Juil - 20:12

Je te connais. Mais me reconnais-tu ?
Espérance ∞ Arya
Le Soleil tapait si fort... Il en faisait trembler les ombres et les dunes qui se profilaient au devant de la jument sombre. Notre petite Arya espérait le voir, lui, arriver dans toute sa splendeur, comme s'il l'avait senti, entendu... Quelle douce utopie. Un doux rêve irréalisable, elle le savait bien. Mais sans espoir, on se dessèche. Oui, c'est ça, on n'attend plus rien de la vie si nous n'avons plus d'espoir. La petite appaloosa voyait le Fort se profilait de loin, bien loin au nord de sa position. C'était la première fois qu'elle le voyait de si près... Ce Fort qui renfermait Hommes d'un autre monde et chevaux de tout horizon. Ce Fort qui gardait en son sein certains des siens, certains de ses chères personnes que la jument aimait voir... Il semblait si proche, alors qu'il était si loin ! Hors de portée... Elle avait beau tendre l'encolure, il lui paraissait toujours aussi loin ! La chaleur l'accablait : la sueur faisait briller sa robe noire et blanche, ses crins blonds d'entremêlaient dans un jeu de noeuds dicté par cette chaleur. Elle avait beau s'ébrouer, se cacher à l'ombre des cactus, rien n'y faisait. Qu'avait-elle entrepris, elle, pauvre folle de mustang sauvage qui vivait aux vertes plaines ? Imbécile. Imbécile amoureuse.

La petite Louve Noire s'arrêta un moment sous un cactus, ces végétaux si étranges pour elle. Arya manqua de se piquer à ces épines et dû se résoudre à reprendre son chemin. Car il lui fallait continuer. Elle ne pouvait retourner sur ses pas si proche d'un but si lointain ! Mais alors qu'elle sortait de l'ombre de ce végétal, le Soleil vint la percuter. Elle n'eut pas le temps de voir autre chose que cette masse brillante la percuter, telle une boule de feu lancée à pleine allure ! Elle roula dans le sable qui s'accroche à elle et crû entendre quelques mots : du... Vert ? Elle s'arrêta de faire des tonneaux et resta un petit moment couchée sur ces petits minéraux si chauds qu'ils la brûlaient. Mais elle n'avait pas la force de se redresser tout de suite, un peu perturbée par cette masse et ces mots... Une voix qui lui semblait d'ailleurs bien familière. Il fallait qu'elle se décide à se redresser, à faire face à cette inconnue dont l'odeur, éloignée et proche, venait lui chatouiller les naseaux. D'un mouvement habile, elle se remit sur ses sabots, lançant un regard sur l'inconnue.

Son coeur s'arrêta, son cerveau arrêtant de fonctionner pour le présent et retournant dans le passé. Un mode Flash-back qui dura quelques secondes qui lui parurent des années. L'appaloosa se souvint du temps où les choses s'étaient vivement améliorée pour elle, le temps où elle rejoignit la harde de Santaro. C'est là qu'elle rencontra une jument douce et forte à la fois : Espérance. Une jument pour qui elle, comme tous les autres membres, avaient un respect des plus profonds. Elle se revit observant la belle jument dans l'exercice de ses fonctions... Prenant soin des autres, prenant soin du troupeau. Oui, Espérance. L'espoir même...

Arya resta interdite : que faisait-elle là ? Elle était bien loin du troupeau... Cela faisait si longtemps qu'elle ne l'avait pas vu, des années. Mais comment aurait-elle pu oublier ? Elle l'admirait en silence, dans l'ombre du troupeau. Mais son odeur était différente. Celle des Hommes... Etait collée à elle. Sa manière d'être aussi lui sembla étrangement lointaine... Et pourtant si proche ! L'appaloosa étira un sourire doux et respectueux en s'avançant vers elle.

" J'espère que vous ne vous êtes pas fait mal, Espérance. Je m'excuse de vous avoir fait chuter... "

Mais la jument se souvenait-elle d'Arya? Car la sombre se souvenait très bien d'elle, tout le monde la connaissant. Mais elle ? Avait-elle marqué l'esprit d'Espérance comme celle ci l'avait fait ?
Code by Silver Lungs


El'Dorado
Art © Wenel ♥:
 


Merci Titan pour ce fabuleux cadeau d'anniversaire ♥️ Art©️JOB ♥️

Sweet Nothing, l'indispensable amoureux ♥:
 
Autre compte: Loki, Plume de Corbeau et Neo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La danse des souvenirs effleurera-t-elle ta mémoire ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

La danse des souvenirs effleurera-t-elle ta mémoire ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Entrer dans la danse [U.Desires]
» " La vie est un ballet; on ne le danse qu'une fois. " (PV Anna Wall' Stood)
» [Évènement] Bal de Noël ~ [PISTE DE DANSE]
» Megara ▬ On chante, on danse, on tchatche, on s’embrasse, on rentre à la maison, elle est pas belle la vie ?
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spirit RPG :: HORS JEU :: Archives :: RP's Abandonnés-