RSS
RSS

AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Guardians of the Wood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Guardians of the Wood   Dim 4 Mai - 0:57



Guardians of the wood  ~
Anakin & Bohémien


Flllshhh... Fshh...

Le soleil, déjà? J'avais donc marché toute la nuit? Les terres indiennes que je viens de quitter ne me semblaient pas si lointaines de celles de Santaro.  J'étais parti. Pour de bon. Laissant derrière moi, là bas près de la plaine enneigée mes traces, dans la neiges, ces traces qui à cette heure doivent déjà être recouvertes par ces flocons, légers, futiles, fragiles et si blancs qui tombent si régulièrement. J'étais parti parce que j'avais eu ce qu'il me fallait de nostalgie et de souvenirs pour repartir. Il faut parfois ce genre de pause, ce genre de période où il faut tout reprendre du début, de nos premiers pas en passant par nos anciennes habitudes, jusqu'à celles d'aujourd'hui; pour pouvoir repartir, continuer, vivre sa vie.
J'étais reparti le coeur vide, comme si j'avais laissé là bas, tous mes souvenirs comme une sort de décharge. Je vis et quand je sens venir le trop plein, je vais tout vider au coeur de mes terres natales, refaisant le tri, ne gardant que le plus important. Quel est le plus important me direz-vous ?
Je me suis longtemps posé cette question. Le plus important doit probablement ressembler à ce qui nous tient le plus à coeur, ce qui nous est vital, ou tout simplement ce qui nous semble le plus important. Parce qu'effectivement, le plus important, est de d'avoir son propre avis. C'est en tout cas ce que j'en pense.

Alors je n'ai rien gardé. Parce que le plus important justement, il n'y en avait pas. Tout était égal. Ma vie ne me semble pas plus importante que celle des autres. Alors je n'ai même pas trié. J'ai tout jeté, sans même regarder.

La journée était ensoleillée et la plupart des chevaux étaient sous les pommiers, si agréables, et garnis de fruits à cette époque. D'autres poulains jouent, goûtent leur première pomme pour certains, leur deuxième pour d'autres. Tout le monde est heureux, tout le monde rit, tous les petits courent, se roulent dans l'herbe tiédie par le soleil, ou fraîche , à l'ombre du grand pommier. Entre deux galopades, je m'arrête, plonge le nez dans l'herbe et du bout des dents attrape un fruit, magnifique, rouge à souhait, là comme si on l'avait spécialement déposé pour moi, dans toute sa splendeur. Je relève la tête pour le croquer. Mais ....Quoi? J'ouvre les yeux. Un autre poulain avait jeté son dévolu sur cette pauvre pomme. Nous étions deux, deux bouches salivantes à la vue de ce fruit voulant autant que l'un que l'autre le trésor pour lui tout seul. Je tire, lui aussi. Je couche les oreilles, lui aussi. Mais aucun n'ose tirer plus, de peur de briser cette si belle chose, juste en se la battant. L'adversaire lâche, et baisse la tête en soupirant. Un sentiment de victoire m'envahit , je redresse la tête, fier. Car oui, j'avais gagné, et même si ce n'était qu'une pomme, je l'avais gagnée.
Je sens des pas plus lourds derrière moi, et une onde de supériorité, nette. Je frissonne, me retourne et aperçois la jeune jument, chargée de mon éducation. Sa grande taille, sa prestance m'avaient immédiatement pris à la gorge. Celle-ci abaissa le nez m'effleurant la joue, toujours la pomme en bouche.

"Allez, laisse lui. C'est sa première."

Parler d'une façon si douce à un poulain n'avait été donné qu'à cette merveilleuse jument. Je baissai les yeux, la tête par la même occasion, me retournai et déposai délicatement la pomme au pieds du poulain en face de moi. J'ai fermé les yeux.
J'avais quelques mois, j'ai tout jeté, sans même regarder.


Plusieurs fois, j'avais ressenti l'immense bonheur de me dire qu'aucune autre jument que celle qui m'a recueilli ne m'aurai parlé avec une telle douceur. Et je crois que cela a eu un effet direct à mon état d'esprit. Je suis calme, paisible, et je ne demande qu'à le rester.
J'avais traversé les terres arides et désertiques, les terres verdoyantes et pluvieuses de Ciel Etoilé, j'avais même franchis la forêt verdoyante de Santaro, en m'y enfonçant, sans jamais en ressortir, pour le moment. Je marchais, dans les feuilles mortes à présent des chênes, bouleaux, et autres arbres peuplant cette forêt orangées, tellement représentative de l'automne. Cela faisait longtemps que ces feuilles mortes étaient en ma compagnie, pour dire, je n'entend même plus leur froissement sous mes pas. Sans même m'en rendre compte, j'avais suivi un sentier invisible, par intuition, sans vraiment y penser, sans vraiment m'y abandonner.
Et toujours sans m'en rendre compte, j'avais débouché sur une sorte de minuscule clairière, accueillant en son centre, trônant tel un monarque, un souverain, un arbre d'une taille et d'une prestance majestueuse, presque effrayante. Ce devait être un chêne. Un chêne géant. Enfin... je ne saurai dire, les feuilles sont trop hautes pour les distinguer et celles qui sont à terre sont trop abîmées pour les identifier.
C'est alors que je réalisai que j'avais maintenant de l'herbe sous les sabots. La tiédeur des sols forestiers contrastait énormément avec la fraîche herbe du matin, parsemée de rosée. J'ai les paturons trempés, et qu'est-ce que ça fait du bien. Ces pauvres paturons ont enduré une nuit de marche sans pause et ils commençaient à chauffer.

La soleil pointait à travers le feuillage de cet arbre, immense, et envahissait par rayons la petite clairière, tout juste assez grande pour quelques chevaux de bonne taille. L'atmosphère était calme et reposante. Parfait

made by lizzou – icons & gif by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Bohémien
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 86
Points d'Experience : 80
Date d'inscription : 21/04/2013
Age : 17
Joue également : Malice - Little Soul - Antanasia - Adequat - Vice Versa

MessageSujet: Re: Guardians of the Wood   Dim 11 Mai - 16:54














     ❝ Guardians of the Wood ❞
   
« Le monde ne mourra jamais par manque de merveilles mais uniquement par manque d'émerveillement. » - G.K.Chesterton

   

   


 La matinée déjà bien entamée, l'étalon s'éveillait sous le rythme des douces caresses de sa cavalière. Il aimait le mouvement de sa main délicate sur son encolure musclée. Bohémien éprouvait une réelle sensation de sérénité et de bien-être. Une fois que le mâle se mit debout, la cow-girl fit son pansage quotidien. Une fois cette tache terminé, elle laissa Bohémien partir où bon lui semblait, pendant que celle-ci se recueillait dans la forêt aux feuilles jaunes. Lorsque l'étalon quittait l'humaine, celle-ci avait les larmes aux yeux. Il ne saura jamais pourquoi.

L'étalon avait donc galopé jusqu'à l'épuisement, sous le soleil de son enfance. Oui, notre étalon était d'excellente humeur. Bohémien se retrouvait maintenant dans un lieu qui lui était inconnu. Des Terres verdoyantes où des oiseaux chantaient, où divers animaux couraient et s'agitaient en tout sens. L'endroit était très paisible et ce n'était pas pour déplaire à l'étalon. Il se dirigea vers une forêt qui lui était inconnue et une fois entouré par les arbres, il sentit ses naseaux s'envahir d'odeurs de terre, d'herbe, de fleurs et de tas d'autres choses qu'il n'aurait sû identifier. Un léger zéphyr vint soulever les crins de Bohémien et emporta de tendres odeurs avec lui. Malheureusement, ce n'était pas les odeurs que Bohémien connaissait. Oui, ce retour en arrière, il l'aimerait. Sans doute plus que tout. Si seulement c'était possible. Les yeux bleus du mâle fixèrent le soleil à travers les feuilles verdoyantes. Une vague de souvenirs l'envahit.

C'était une journée comme les autres aux yeux de tous ,mais pour Bohémien c'était un jour tellement particulier, un jour où sa vie pencha vers une force insoupçonnée et une portée créatrice. Oui, ce jour-là, lors de la période du grand soleil comme disait ses parents, le jeune poulain vécu un événement qui le révéla aux yeux de beaucoup. Aussi incroyable que soit-il, Bohémien a tué. Il avait cet instinct enfouit en lui, caché et scellé. Bohémien avait toujours eu des pulsions violentes. Alors que le poulain allait dans la veste étendue d'eau, la mer, il était accompagné d'une jeune pouliche. Il s'amusait depuis l'enfance ensemble mais Bohémien avait souvent eu envie d'être le seul que tout le monde veut voir et non pas cette pouliche tendre, adorable. Parfaite. Alors ce jour-là, Bohémien lui a asséné un violent coup de sabot. La pouliche s'est alors effondré dans l'eau. L'horreur a alors saisi le poulain. Il a tenté de la ramener ,mais ce fut vint. Ces parents n'étaient pas là pour l'aider. Et ce jour-là, il parut aux yeux de tous un poulain meurtrier car, oui, ce n'était pas qu'une pouliche, c'était sa soeur.

Bohémien baissa les yeux et enterra de nouveau ce souvenir qui s'était encré dans ses pensées. Il soupira bruyamment puis continua son exploration. Cet étalon peut vous paraitre étrange, mais depuis cet "accident", il est devenu totalement pacifiste et arrive à oublier totalement cette partie de son enfance.

Une fois arrivé dans une sorte de clairière, Bohémien aperçut un étalon qui regardait un arbre majestueux, fasciné. L'étalon sable ne put que s'abandonner lui aussi à cette oeuvre de la nature, la bouche close tant l'émotion lui serrait le coeur. La nature est et restera quelque chose qui évoque toute sorte de sentiment. De la pitié, de la haine, de la joie ou de la mélancolie. De la fascination ou du mépris, de l'admiration ou du dégout, de l'amour ou de la haine. Il s'approcha de l'arbre, au côté de l'autre étalon, il observa les magnifiques ramures de l'arbre dans ce silence et cette harmonie qui émanait de ce lieu.
   

   

© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH

   


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Guardians of the Wood   Mar 1 Juil - 0:01



Guardians of the wood  ~
Anakin & Bohémien



Les yeux clos, la vie est étrange. Mais en fait, que voit on vraiment quand on ferme les yeux? Un fond noir, illuminé de couleurs, indescriptibles pour la plupart, des couleurs inconnues et mélangées, mouvantes. Et pourtant, on sait qu'il s'agit de couleurs. Pourquoi ? C'est le principe de l'intuition.
Ce même principe qu'est mon intuition me promettait que l'étalon arrivant n'était pas une menace et son odeur en apportait la preuve. Une odeur douceâtre de sable, et de bois. L'odeur du bois change en fonction de sa sève et donc de son espèce. Mais la base reste la base et émanait de ce cheval une odeur de bois. Point.

J'avais toujours les yeux fermés et respirais à grandes goulées l'air forestier, si agréable. Une fine brise vint caresser le feuillage de l'arbre monstrueux au pied duquel je me trouvais, et la lumière passant à travers sa ramure dansait sur mon visage, donnant plus de couleurs vives à ma vision. Je pris une dernière grande gorgée de cet air si pure et riche en oxygène, puis baissa la tête à sa hauteur normale, ouvrai les yeux et orientai légèrement ma tête vers l'inconnu sur ma gauche.
Je ne m'attardai pas à le détailler physiquement, sur ses tâches ou autre. Mais son attitude me troubla, je l'avoue.

Je ne pensais pas qu'il existait des chevaux de ce genre qui n'ont pas besoin d'aborder celui qui est à côté. Chacun reste dans sa méditation sans troubler personne. Ce fonctionnement me plaît . Mais maintenant que je suis piqué par cette découverte, il me faut en savoir plus. Et oui, le peu de personnes que je rencontre sont tous super extravertis et il est impossible de passer à côté d'un équidé sans que celui-ci ne vous adresse la parole.
Mon regard s'était fixé juste au dessus de la tête de l'étalon qui semblait aussi fasciné que moi par l'immensité de cette oeuvre naturelle. Un tronc si large et si robuste ne m'avait jamais été donné à voir, et une ramure si belle et verdoyante ne faisait pas non plus parti de mon immense album intérieur où figurent encore quelques-uns de mes plus beaux souvenirs.

L'air était frais, tout à fait agréable et les rayons perçants à travers le feuillage immense offraient un peu de chaleur à cet endroit gagné en majorité par l'ombre.
Un fougueux lapin sauvage, osa traverser cette clairière sans même nous prêter attention, de ses petits bonds régulier d'un lapin qui n'a rien à craindre et qui bondis à son rythme, la petite tache blanche de sa queue suivant le mouvement presque drôle.
Cela me fit sourire tout de même. Cet endroit était le parfait exemple de l'Harmonie avec un grand "H". Tout animal y trouve la paix et de quoi vivre, sans se presser ni se préoccuper de quoi que ce soit d'autre que l'instant présent. J'approuve ce fonctionnement.

Retournons tout de même à cet étrange étalon qui comme moi ne demande rien d'autre que le silence forestier et la tranquillité du lieu pour s'extasier devant cet arbre qui doit être bien plus que centenaire. La curiosité de connaître ce cheval me pinçait et il ne m'aurait tardé de lever un antérieur puis deux, au rythme lent du cheval qui n'a rien à faire précisément.
La seule chose qui me marqua fut ses quatre marques brunes sur son visage partant de son chanfrein vers ses joues, intrigantes mais originales. Et pourtant venant de chez les indiens, des peintures j'en ai vu des originales...

PS : excuse moi du GROS retard, j'ai fais de mon mieux pour faire vite et bien ce soir =3

made by lizzou – icons & gif by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Bohémien
Je suis:
Je suis:
avatar
Messages : 86
Points d'Experience : 80
Date d'inscription : 21/04/2013
Age : 17
Joue également : Malice - Little Soul - Antanasia - Adequat - Vice Versa

MessageSujet: Re: Guardians of the Wood   Jeu 31 Juil - 23:15














   ❝ Guardians of the Wood ❞
 
« Le monde ne mourra jamais par manque de merveilles mais uniquement par manque d'émerveillement. » - G.K.Chesterton

 

 


 Les feuilles qui habillaient les épaisses branches de cet arbre filtraient la lumière et lui la renvoyait bienfaitrice, sans agresser ses yeux.  Pas un seul nuage cotonneux ne venait troubler les rayons du soleil, pas une seule goutte de pluie abreuvant la nature. Seul le soleil et les coups de vents furtifs venaient toucher l’étalon. Bohémien entendait le bruit des oisillons dans leur nid, d’un éventuel prédateur ou d’une proie se déplacer sur le sol tapissé de mousse ou d’herbe.  La douce alizée rafraichissant les deux mâles revenait à intervalles régulières, faisant croire à Bohémien qu’il était libre.

Il cessa sa contemplation d’un coup, se surprenant lui-même. Son geste brusque lui aura couté une douleur à la tête. Mais peut lui importait, Bohémien n’était pas du genre à se plaindre. Il tourna alors sa tête lentement vers le mâle qui était à sa droite et le scruta rapidement. Noir de robe, liste blanche, yeux bleu. Presque les mêmes que Bohémien. Mais ceux du cow-boy sont un chouia plus foncés.  Il s’éclaircit la voix, se préparant à parler. Il détestait commencer une discussion, mais il n’allait pas rebrousser chemin sans lui adresser la parole. Ce n’était pas son genre non plus :  

«  Les humains ne pourront pas obtenir une telle puissance. Un tel respect. »  


Étrange et philosophique ? Peut-être bien. Bohémien n’apprécie pas réelement une discussion qui n’a pas d’intérêt, alors autant  parler pour la bonne cause. Le mâle eu l’impression que la forêt avait retenu son souffle lorsqu’il parlait de sa voix distinct mais lorsqu’il avait cessé, la nature semblait avoir repris son activité, si apaisante. Comme pour approuver ses paroles, le doux zéphyr le caressa. Bohémien sourit. Il se sentait tellement bien. Et cet étalon à coté de lui, semblait posé et sage. Pas impulsif,  irréfléchi et immature.  N’ayant pas ses propres idéologies sur le monde et sa construction. Et cela, Bohémien le regrettait amerement que tout le monde ne soit pas comme cela. Que tout le monde ne soit pas doté de droiture et de justice.


« J'ai oublié de me présenter. Je m'appelle Bohémien. »


HRPG : Aucun soucis ♥ Code couleur : #0066ff .


 

 

© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH

 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Guardians of the Wood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pavlina Wood
» Partenaire avec Silver Wood ?
» Griffith Wood
» CAMILLE MELANIE PARKER ► evan rachel wood.
» [M] Chris Wood ⊰ Dear little brother

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spirit RPG :: HORS JEU :: Archives :: RP's Abandonnés-