RSS
RSS

AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je ne te vois pas, mais je connais tous tes mouvements...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Je ne te vois pas, mais je connais tous tes mouvements...   Mar 11 Juin - 14:57


Je ne te vois pas, mais je connais tous tes mouvements...
Black Vision & Libre


" Tu étais dans ton box, celui où tu étais toujours. Ces malheureux de Cow-boys t'y laissent toujours, et tu t'y es habitué à le renifler et à tout y explorer, si bien que tu connaissais chaque recoin, chaque objet, assez bien qu'un voyant. Tu pourrais t'y déplacer et reconnaître exactement l'objet devant toi. Je te trouve comme un magicien, moi. Eh bien je ne te complimente pas , mais personnellement, je trouve ça sublime. Tu n'aimes pas rester dans ton box à contempler le noir tout le temps, n'est-ce pas, jeune étalon ? Ce box te donne envie de dormir comme dans la plupart du temps on ne peut pas servir de toi. Tu n'aimes pas ça non plus, n'est-ce pas ? Tu écoutais les sons et reniflais les odeurs autour de toi. Tu le faisais toujours. Je peux dire que tu as gagné mon admiration, jeune étalon. Malgré ton handicap, tu continues à vivre et à croquer la vie à pleines dents. Non non, chasse ces idées, je n'ai pas dis que tu étais pitoyable. Allons, allons, je te complimente et c'est tout. Comme toujours, tu voyais tout noir et tu y étais habitué depuis cette terrible maladie qui t'avait fait perdre la vue.

Terrible, je dis bien terrible. Tu n'en gardes pas bons souvenirs. Eh bien, je ne veux pas vraiment te faire du mal, mais moi-même je m'en souviens à quel point tu as souffert. Premièrement, tu es devenu myope. Tu voyais tout flou et je m'en riais parfois quand tu te cognais contre un arbre. Méchanceté ? Mais non, quelle idée ! Mais je peux dire avec une grande joie que je suis fier de toi d'avoir tout supporté. Des voix de bipèdes te vinrent à l'oreille. En fait, tu ne sais pas que penses-tu des bipèdes, n'est-ce pas, équidé ? Les détester ? Pour les Cow-boys, tu ne les haïssais pas trop. Qu'ils te mettent dans un box propre et te font sortir de temps en temps, et c'est tout pour tes besoins ! Mais tu es chanceux. Tu peux m'insulter, tu as le droit. Mais tu restes bien chanceux, car le seul moyen pour les Cow-boys d'être gentils avec un cheval, c'est quand il est handicapé. Tu connaissais aussi des peaux rouges qui étaient plus gentils avec les chevaux qu'avec ces bipèdes avec qui tu vivais.

Mais tu ne croyais pas avec leurs méthodes qu'ils seront capables de s'occuper de toi. Alors plutôt les peaux blanches ! Tu connaissais en ces voix mêlées celle de ta cavalière. Ah ! Ta cavalière! Tu l'aimes, non ? Cette jeune fille ! Comme elle est bonne avec toi ! elle n'a pas pitié de toi pour ton handicap. Elle t'emmène dans des ballades et tu aimes ça. Elle sait que sans ou avec tes yeux, un arbre mort étalé dans la route ne te serait pas d'obstacles. Elle sait combien tu déteste que les bipèdes se comportent avec toi spécialement. elle fixe toujours tes yeux mais tu ne peux pas le regarder. Ah, si tu pouvais voir l'affection qu'elle porte envers toi ! Entre des voix d'hommes inconnus, celle de ta cavalière, douce et enfantine t'est toujours aussi claire, malgré la multitude d'homme qui parlaient en même temps.

Tu la connais par coeur et tu la cherches chaque fois que cette jeune fille s'absente de tes côtés. Tu l'entends de loin parler souvent avec le colonel, ce stricte homme a la voix bien connue chez tous les équidés du fort et tu n'es pas une exception. Tu ne comprenais pas beaucoup de quoi parlaient-ils. Mais quelques minutes après un bruit de fer se faisait tout devant toi. Tu reconnaissais la clôture de ton box s'ouvrir. Tu crus que ta cavalière est venue te prendre en une promenade dans la forêt lointaine mais quelque chose cloche. Plusieurs hommes étaient là. T'abattre? Impossible. Même le colonel avait ordonné de te laisser vivant comme tu te portais toujours en bonne santé et tu galopes aussi bien qu'un voyant. Tu ne sortais pas beaucoup de ton box comme on ne se servait pas de toi dans la plupart des temps. On croyait que tu ne pouvais rien faire. Pauvres bipèdes, n'est-ce pas ? Ils ne te connaissant pas vraiment. Tu as une volonté de fer et quand tu veux, c'est que tu le peux pour de bon. Tu sentis l'odeur de la main de ta cavalière en sueur. Cette bonne main ne te touche que pour t'emmener te divertir ou te caresser. Tu aimes l'odeur de ton cavalière même si elle sent parfois le parfum des humains. Tu aimes l'odeur de sa main sur ton museau et ses respirations contre les tiennes. Tu ressentais toujours aussi bien de l'affection pour ta cavalière qu'avec une amie équidée.

Tu devinas qu'il faisait chaud au dehors. Tu n'aimais pas le soleil. Ce disque doré que tu n'as pas vu il y a longtemps te réchauffe la peau et fait tourner ta cervelle. La chaleur ne t'aime pas et tu ne l'aimes non plus. Ta cavalière te tira doucement hors de ton box. Ses mouvements donnaient sur une grande affection et un respect profond pour toi. Seul lui te connaît vraiment. Tu l'aimes beaucoup, crois-tu que je ne suis pas au courant ? Je sais tout sur toi, mon cher! En pensant au Cow-boys, tu te rappelles de ta bonne cavalière. Tu sentis l'odeur aiguë de la poussière par terre. Le fort, c'est très poussiéreux. Tu le sais depuis ta naissance. Tu avais vu les grandes quantités de poussière s'élever avec le vent et entrer dans tes beaux yeux bleus, tes chers yeux avant qu'ils soient recouverts avec ce stupide voile qui t'a obligé depuis des années à fixer le noir. On te conduisait dans un autre box ; tu l'avais deviné. Maintenant, tu passerais tes journées à découvrir ton nouveau box. Renifler, tourner autour de chaque centimètre d'un box, ça ne t'est pas amusant, je le sais. L'odeur de bois nouveau, autre que ton ancien box, de la porte et celle de la clôture ferrée. Tu entras et tes sabots s'enfoncèrent dans un grand tas de foin. Cela sentait frais et délicieux, si bien que tu n'as pas envie d'y mettre tes sabots poussiéreux. Quel gâchis. Tu te fais aussi fin qu'une jument !

Tes naseaux t'informèrent que c'étaient de nouveaux copeaux et du foin frais. Enfin ! Tu aimes beaucoup la fraîcheur, n'est ce pas ? De l'herbe récemment installée et du foin aussi, tu adores. C'est comme s'ils avaient préparé ce box pour ton arrivée.Tu vois ? Je t'ai bien dis que tu étais chanceux. Et toutes ces discussions il y a plusieurs jours étaient sur le changement de ton box. Le bonheur ne se donne pas qu'aux voyants ! Et je te dis qu'il n'y a pas que les yeux dans la vie. Tu avais sûrement de nouveaux voisins. Comment te sens-tu auprès de tes voisins ? Pas le peine de me dire. Je sais que tu es indifférent envers eux comme tu ne peux pas voir la beauté des juments et contempler les yeux de ta compagnon, si tu en auras une dans la vie. Les femelles ne veulent pas d'un faible étalon, même jeune et beau. Allons allons, pas besoin de s'énerver, jeune équidé ! Tu tournas la tête à gauche et à droite et reniflas pour constater que c'étaient deux étalons. Tu sentis aussi qu'un peu loin il y avait des juments, trois en particulier. Tu étais indifférent envers elles. Comme tu ne peux pas les voir, difficile pour toi d'en aimer une. Un étalon qui ne connaît pas d'obstacles se trouve coincé devant une jument ?

Bizarre, surtout pour toi, étalon courageux qui n'hésite pas à se combattre pour son territoire malgré son handicap. Ces chevaux voisins, tous étaient indifférents, comme si de nouveaux chevaux arrivaient chaque jour. Tu ne sentis aucune curiosité en eux, aucun sentiment de peur ou de méfiance. Tu te mis à renifler encore plus ton box comme tu vas passer désormais la plupart de tes jours. Pour une fois, tu te sentis heureux de passer le plus clair de ton temps dans un box nouveau. Le bois était bien nouveau aussi. Il sentait bon. Ah, la nature ! Le maigre bout de nature que tu as dans ce nouvel endroit te fait du bonheur. Tu as envie d'une ballade mais tu te tais comme ta cavalière n'est pas là. Tu goûtas l'eau et constatas qu'elle était fraîche depuis ce matin. Tu entendais de loin d'autres bruits de clôtures s'ouvrir et se fermer, des pas, des voix, des sabots çà et là. On changeait les autres chevaux de box aussi. Mais tu es heureux d'avoir la chance d'en être déplacé vers un bon. Cheval de réhabilitation, hein ? Tu es supposé aider les nouveaux venus à s'intégrer. Tu es de ce grade puisque tu es sociable. Tu restas une demie-heure dans ton box, jouissant de l'avoine délicieuse qu'on t'avait mis. Mais aussitôt, un bruit de pas vint en ta direction. L'odeur que tu aimes t'effleura les naseaux. Ta cavalière, ta chère cavalière... Elle te caressa et te murmura des mots rassurants puis débloqua la serrure de ton boxe et t'emmena vers un autre. Tu devinas que c'étaient les écuries entourant le fort dont la majorité des chevaux vivent ensemble. Ah, tu n'avais pas de problème avec ça. Si c'était pour rassurer un nouveau et l'aider à s'intégrer dans le fort, ce n'est pas grand problème pour toi. Tu obéissais et entras, tête haute, dans l'écurie. Ton odeur allait confondre plus qu'un équidé. Un curly, hein ? Ton odeur n'est même pas la même que celle des autres équidés. Tu tournas la tête un peu partout et attrapas plusieurs odeurs. Tu n'étais pas attaché. On ne t'attachais jamais comme on te faisait confiance. Cela t'arrivait de t'égarer très rarement, et cela t'arrivait de partir explorer le fort. Mais dans la majorité du temps, on ne t'attachait pas comme on savait que tu es un aveugle et que ton sens d'orientation n'est pas très bon. Tu avais très envie d'une rencontre, maintenant.
Code © Keira M. sur epicode
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Je ne te vois pas, mais je connais tous tes mouvements...   Lun 17 Juin - 16:00

Dans le fort, attaché devant un box, on pouvait voir un magnifique et jeune étalon à la robe grise parsemé de petites taches blanches comme des flocons. Son corps était robuste et sa tête de la taille de celle d'un bœuf mais n'était pas disgracieux loin de là. Son nom était le Dieu abandonné par sa mère Égine sur une terre déserte. Il se tenait droit et fière devant les cow-boys qui le regardaient avec admiration. Il n'avait rien à voir avec les apaloosa qui avait une tête assez fine et une corps plutôt petit et maigre. Lui du haut de ses un mètre soixante dix à quatre ans était un étalon parfait pour la guerre qui n'avait peur de rien et surtout pas de la mort. Il écoutait les hommes parlaient de lui. Il n'aimait pas trop ça. L'admiration que les gens avaient en vers lui le gênait plus qu'autre chose. Il vit passer entré dans un box un cheval qui avait les yeux... comment dire? Vide, sans aucune émotion comme si... Il était baigné dans le noir tout le temps. Eaque resta longtemps devant lui sans dire un mot. Il ne connait pas vraiment ce cheval qui ne sortait pratiquement voir pas du tout de son box. Il se décida enfin, de sa voix grave pour son jeune age, de lui demandait:

- Pourquoi reste tu enfermer dans ton box? Tu n'as pas envie de voir autre chose que ces quatre murs?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Je ne te vois pas, mais je connais tous tes mouvements...   Lun 17 Juin - 16:56

 
Titre de votre RP.


 


N
oir... Noir... Toujours baigné dans le noir... C'est toi, Black Vision. Comme si tu étais dans une petite boîte obscure, dans ton propre monde. La petite boîte scellée par la vie ne veut toujours pas s'ouvrir...Tu pousses sur le couvercle mais pauvre Black Vision, tu ne sais pas qu'il ne s'ouvrira jamais...

 Tu reniflas un peu partout et constatas avec inquiétude que l'odeur d'un étalon s'approchait de toi. Que faire, Black Vision, s'il arrête de faire du bruit ? Tu ne pourras pas le localiser et tu finiras par t'adresser à un inconnu ou même à du foin, croyant que c'est lui. Que faire ? Tu n'as pas eu d'autres idées que de faire de ton mieux pour ne pas montrer le grand handicap que tu as. Noir... Noir... Une obscurité qui dure à jamais. Le noir vient parfois avec le calme, le silence. Mais il y a tout de bruit là-bas... Au dehors de ton petit monde, de ta petite boîte fermée. Tu as vécu avec cet handicap pour des années, et tu continueras à vivre avec pour le reste de ta vie. Une petite boîte noire... Une petite boîte noire scellée par la vie... Tu pousses sur le couvercle avec ta tête mais la boîte ne s'ouvre toujours pas. Pauvre Black Vision... Tu ne sais pas que cette boîte ne s'ouvrira jamais pour toi, que tu ne sortiras jamais de cette obscurité. C'est Bizarre, Black Vision... Tu es toujours aussi calme et silencieux qu'on est jaloux de ta cavalière. La pauvre jeune fille a une allergie aux chevaux et elle n'a que toi. Ce qui veut dire si tu t'enfuie et meurs, elle ne pourra plus toucher aux chevaux du fort et le quittera pour ne revenir que si on ramène un Curly au fort. Tu fis taire toutes ces voix dans ta tête et ces idées noires que tu mâches jour et nuit encore et encore, dans ces quatres murs qu'est ton box. Tu te contentes d'un rien, Black Vision. Et tu donnes tout. Tu ne vis pas pour toi, oh non, tu ne peux pas jouir de la vie comme les autres. Tu vis pour les autres. Comme une bougie, tu te donnes à fond parce que toi, et seulement toi, tu ne peux pas vivre comme les autres et ton destin est de servir, prendre peu et te taire. Ces humains qui ne se mettent jamais à ta place. Qui ne s'imaginent jamais obligés à servir, à patienter, à se taire et à sombrer dans le noir pour le reste de leur vie. Tu sais, Black Vision ? Savoir qu'il n'y a aucun espoir de voir le monde te donne l'envie de ne plus vouloir vivre. Tu irais à Zäïnàn peut-être, lui demandant la faveur de te donner ton éternel repos. Non... Tu as encore une dizaine d'années à vivre, et tu désespères dès maintenant ? Je ne te connais plus, Black Vision. Tu t'intéressas à l'étalon qui te lança d'une voix forte et grave:

- Pourquoi reste tu enfermer dans ton box? Tu n'as pas envie de voir autre chose que ces quatre murs?

Tu soupiras grandement. Cet étalon n'a pas encore vu ? N'a pas encore remarqué ce qui était si bizarre avec tes yeux ? Tes beaux yeux bleus voilés de blanc... tes yeux qui n'ont pas eu la chance de voir le monde. Dieu merci que tu as eu 3 années d'enfance pour apprendre comment le monde est, pour savoir ce qu'est une pierre, et c'est le rond et le carré et l'ovale. Tu levas la tête vers la direction que tu crus être la localisation de l'étalon mais tu constatas avec inquiétude que le mâle était quelques pieds à droite de l'endroit où tu regardais. Tu réparais ta confusion et ajustant ta tête vers le véritable étalon. Son odeur s'étendait largement dans l'air ce qui voulait dire que le mâle était d'une grande silhouette. Les bandes d'air sortant de ses deux naseaux étaient bien séparées ce qui voulait dire qu'il avait une grande tête. Tu baissas brièvement la tête d'un geste poli et lui répondis d'un ton amical et évident:

-  Bonjour. A vrai dire, je ne peux même pas voir ces quatres murs qu'est mon box; Je suis aveugle, donc je n'ai pas grand chose à faire avec les autres équidés si je viens ici plus souvent. Je m'appelle Black Vision, un nom qui explique bien des choses. A qui ai-je l'honneur de parler ?

Tu penchas ta tête sur le côté comme pour montrer ta curiosité et tu fis quelques pas en arrière pour ne pas te tenir trop près de l'étalon. Tu te sentis un peu inquiet de ne pas pouvoir savoir la localisation exacte du mâle. Tu te décidas donc à regarder l'abreuvoir à côté de toi comme pour voir ton reflet. Mais tu sais que tu ne peux rien faire avec l'eau sauf pour la boire. Tu plongeas donc ta tête dans l'abreuvoir et constatas avec honte que c'était vide et que tu ne pouvais pas sentir l'odeur de l'eau. Tu reniflas un peu partout et t'approchas du foin pour en prendre un peu. Tu retournas devant l'étalon et lui demandas gentiment:

- Excusez-moi, est-ce qu'il y a un autre abreuvoir dans les alentours ? J'espère que je ne vous ai pas dérangé.


Crédit: Cali' in Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Je ne te vois pas, mais je connais tous tes mouvements...   Mar 18 Juin - 16:38

L'étalon soupira longuement. Eaque ne comprenait pas vraiment pas pourquoi. Encore un insociable se dit il. L'aveugle regarda dans une direction. L'appaloosa crut au début qu'il se fichait de lui. L'autre cheval regarda ensuite de ses yeux vide Eaque un peu confus. Surement parce qu'il avait s'était de direction la première fois. Il salua notre grand étalon tacheté avant de dire d'un ton amical:
-  Bonjour. A vrai dire, je ne peux même pas voir ces quatre murs qu'est mon box; Je suis aveugle, donc je n'ai pas grand chose à faire avec les autres équidés si je viens ici plus souvent. Je m'appelle Black Vision, un nom qui explique bien des choses. A qui ai-je l'honneur de parler ?
Eaque releva un sourcil mais bien sur l'autre cheval ne le vit pas. Il avait compris dès le début qu'il était aveugle. Des yeux bleus voir presque blancs ne passent pas inaperçu. Et pourquoi n'aurait il rien à faire avec les autres chevaux. Eaque était sur qu'il valait bien plus que certain chevaux du fort. L'aveugle pencha sa tête de tout les côtés. Eaque remarqua son inquiétude. Black Vision mit sa tête dans l’abreuvoir mais malheureusement pour lui celui-ci était vide. Il demanda à Eaque s'il y avait un abreuvoir dans les parages.
-Tu avais la tête dedans mais il est vide. Attends je fais t'en donner un peu
Eaque trempa ses lèvres dans l'eau qu'il y avait dans un seau en face de lui. Il toucha de la bouche de l'étalon avec la sienne pour faire glisser l'eau. La douceur qu'il avait été assez surprenante quand on voyait sa masse corporel immense. Eaque était de nature plutôt calme et doux mais pouvait très vite devenir un grand guerrier. Aider les autres le rendait heureux mais bizarrement cette fois ci il ne ressentit aucune joie. A contraire, il avait le cœur lourd comme si il avait commis une mauvaise action. Il ne resta que peut de temps collé à la bouche de l'autre étalon mais ça lui paru tellement long... Il se sentait coupable de quelque chose mais ne comprenait pas pourquoi. Quand il eut fini il recula d'un pas et d'une voix amical mais toujours grave dit:
- Au faite mon nom est Eaque et j'avais tout de suite remarquais que tu était aveugle. Veux tu que je te fasse sortir et que je te serve de guide pour débuter?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Je ne te vois pas, mais je connais tous tes mouvements...   Lun 1 Juil - 20:23



Je ne te vois pas, mais je connais tous tes mouvements...





N
oir... Noir... Toujours noir... Tu es aveugle depuis déjà 3 ans... Ce noir mélancolique et triste. Tout bouge autour de toi, mais tu ne sais que presque la moitié des informations et tu invente le reste. Tu vis dans le fort et c'est le seul endroit où on peut s'occuper de toi toute la journée Mais à un prix...

Ah, Black Vision. Tu sombres toujours dans ce noir. Dans ta petite boîte scellée à jamais, presque isolé du monde. Il ne manque plus que le silence, ce cher silence qui ne règne sur le fort qu'à la nuit. Tu es donc obligé de te réveiller au milieu de la nuit pour jouir de ce vague plaisir qu'est le silence. Le calme... Ces douw moments de pur plaisir qui se répand en toi une fois la nuit tombée et les chevaux endormis. Là, tu peux jouir de ta petite boîte noire et t'envoler dans ta vision de l'imagination, dans ton propre monde où aucun handicap ne t'a jamais touché, où personne n'a jamais pitié de toi, où le silence est le roi de tous. Une vallée, une plaine, une rivière. Un monde où tu es seul, où il n'y a pas de fort, pas d'humains, pas de chevaux, pas de guerres, pas de groupes, pas de grades. Tu ne seras plus obligé à surveiller les autres terres pour prendre tous leurs problèmes sur ton dos. Le tien, si chargé de responsabilités...Ah, Black Vision. Réveille-toi. Reviens au vrai monde où la réalité est plus dure que les rocs, plus dangereuse que les félins du bois, plus désespérante que la perte de tout et plus bruyante que les discussions infinies des bipèdes du fort. Tu plongeas dans de profondes réflexions et tu ne te réveillas qu'à la sensation de quelque chose de froid et de mouillé sur ta bouche. Quelques secondes passèrent lorsque tu te rendis compte que l'étalon a eu l'extrême bonté de te donner un peu d'eau. Tu murmuras quelques remerciments audibles et détachas doucement tes lèvres des siennes pour avaler l'eau qui était dans ta bouche. Tu écoutas l'étalon en souriant:

- Au faite mon nom est Eaque et j'avais tout de suite remarquais que tu était aveugle. Veux tu que je te fasse sortir et que je te serve de guide pour débuter?

Tu fus profondément touché de la bonté de l'étalon alors que presque la majorité des autres mâles du fort avaient un sale caractère qui donnerait de la nausée à qui-conque se frotte à eux. Il y a déjà une dizaine d'étalons au caractère menteur, sadique, sanguin, narcissique. Mais tu n'avais jamais vu un étalon Cow-Boy d'aussi grande douceur et aimabilité que celui-là. Mais tu étais déjà dans le fort depuis 6 ans et demi. Depuis ta naissance, tu connaissais ce fort, chaque coin stable. Tu connais aussi les abreuvoirs collés aux murs. Mais les seaux, on pourra les mettre partout et tu n'auras aucune chance de savoir où c'est sauf si tu te mets les sabots dans chaque seau tu trouves et écoutes le bruit de l'eau pour savoir s'il y en a ou pas. Tu fis un large sourire à l'étalon et hochas la tête :

- Oh non pas la peine ! Je connais chaque coin et recoin stable au fort. Mais les objects qu'on peut changer de place comme les seaux sont un peu difficiles à reconnaître pour moi. Je suis ici depuis ma naissance. Vous êtes très aimable, vraiment ! Je ne rencontre pas de chevaux aussi gentils que vous. Vous voyez, il y en a des étalons au fort qui ont un caractère vraiment... exceptionnel du mauvais sens du mot. 

Tu n'étais pas sûr si tu dirigeais ta tête au bon endroit ou que tu t'adressais à un balai. Mais tu baissas brièvement la tête pour exprimer un grand respect et gratitude:

- Enchanté, Eaque !  Voudrez-vous aller en balade ? Je pourrais faire comprendre à ma cavalière de nous emmener au dehors, si vous voulez bien.

 
Crédit: Cali' in Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Je ne te vois pas, mais je connais tous tes mouvements...   Mer 3 Juil - 7:28


Je ne te voix pas mais je connais tous tes mouvement...



Black Vision semble toucher pour ce que j'ai fais pour lui. Je lu sur son visage même un peu de surprise. C'est vrai que beaucoup d'étalons sont plutôt moqueur, sanguinaire ou carrément les deux pour le plus grand malheureux des autres chevaux devant les supporter. L'étalon me sourit amicalement avant de dire:

- Oh non pas la peine ! Je connais chaque coin et recoin stable au fort. Mais les objects qu'on peut changer de place comme les seaux sont un peu difficiles à reconnaître pour moi. Je suis ici depuis ma naissance. Vous êtes très aimable, vraiment ! Je ne rencontre pas de chevaux aussi gentils que vous. Vous voyez, il y en a des étalons au fort qui ont un caractère vraiment... exceptionnel du mauvais sens du mot.

Et ben... Impressionnant. Il ne voit rien mais c'est presque où sont tout ce qui dans le fort. Je pense que les autres étalons devraient avoir du respects pour lui car si eux perdent la vu un jour, je pense qu'ils ne seront pas se débrouillé comme il le fait. Juste avec les sens qui lui reste, il réussit à mener une vie normal. Et si... Et si pendant quelque temps avec lui ça serait moi l'aveugle et lui mon guide. Cette idée me fit sourire mais bien sur il ne le voix pas. En plus il a baissé la tête en signe de respect pourquoi je n'en sais rien...

- Enchanté, Eaque !  Voudrez-vous aller en balade ? Je pourrais faire comprendre à ma cavalière de nous emmener au dehors, si vous voulez bien.

Aller dehors par cette chaleur? Hum ça me dit trop rien... Et puis si je lui demande de m'aider pendant que je fermerais les yeux pour faire comme lui si on va dehors ça va être le méga catastrophe. Déjà que dedans je vais me prendre tout les murs et les seaux, on en parle même pas... Non pour l'instant je préfère rester à l'intérieur. D'une voix calme et chaleureuse je lui réponds:

Non merci je crois que je ne supporterai pas la chaleur mais j'ai une autre idée. Si on faisait comme si j'étais aveugle et vous me guider? Qu'est que tu en pense heu... Au faite c'est quoi ton nom?  


Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Je ne te vois pas, mais je connais tous tes mouvements...   Mer 3 Juil - 8:30



Je ne te vois pas, mais je connais tous tes mouvements...





N
oir... Noir... Toujours noir... Tu es aveugle depuis déjà 3 ans... Ce noir mélancolique et triste. Tout bouge autour de toi, mais tu ne sais que presque la moitié des informations et tu invente le reste. Tu vis dans le fort et c'est le seul endroit où on peut s'occuper de toi toute la journée Mais à un prix...

Allons, Black Vision. Tu ne veux quand-même pas déranger ton nouvel ami ? Fais un peu attention à la chaleur suffocante en plein désert ! Mais le dehors pour toi, c'étaient les vallées et les pleines pleines de rivières du Cimarron. Loin du fort, loin des mauvais caractères. Mais j'admets que la méchanceté est partout, même aux indiens, ce qui te rendait un peu surpris, puisque tu croyais que ce caractère est dû aux humains qui traitent ces équidés comme moins d'un rien. Mais les indiens donnent déjà une semi-liberté à leurs chevaux et se montrent gentils avec eux. Tu ne voyais pas de raison qu'un équidé ne se montre pas affectueux avec eux. A moins qu'il aie un passé plus que terrible qui l'a déchiré en lambeaux, il n'y a aucune autre raison.
Tu t'approchas des barrières en parfaite conscience de leurs limites et sortis la tête dehors en mettant tes sabots antérieurs dans l'abreuvoir vide pour te tenir. Là, tu te trouvas plutôt étonné que dérangé. Tu connaissait parfaitement la chaleur du fort, puisque tu y as passé 6 ans de ta vie. Mais cette chaleur ne pouvait être supprimée que par un grand bain au côté calme de la rivière des indiens. Deux Cow-Boys pouffèrent de rire en te voyant; l'un d'eux se demandait ce que tu faisais et l'autre a simplement répondu : " C'est Black Vision, notre petit explorateur !" Et un autre rire s'amplifia. Décidément, les humains peuvent être parfois débiles pour rire de si peu. Où étions nous ? Ah oui, notre bon bain frois ! Autrement, la sueur règnerait sur tous. Tu reniflas l'air et remarquas l'intense odeur de gravier. Avec tous les rodéos pour dresser les chevaux et toute la poussière qui remonte à l'air, en plus qu'il n'a pas plu pour des semaines, la saison des chaleurs se montre la plus terrible de tous. L'hiver, on peut rester ensemble et ça suffira pour créer de la chaleur, avec tes boucles de laine qui repoussent, tous les chevaux aiment se coller à toi pour se réchauffer. Tu te rappelais le début du printemps, tes boucles retombaient sans cesse et les pauvres Cow-Boys devaient tout nettoyer. C'était de bons moments d'humour pour les autres chevaux et toi. Bah, il faut rire un peu ! Enfait, tu ne les voyais pas mais tu entendais leurs gémissements à chaque fois qu'une nouvelle série de boucles retombe après qu'ils ont tout nettoyé. Ce moment-là était le seul où les chevaux autour de toi s'amusaient un peu au fort, et tu n'allais pas leur en vouloir. Tu entendais trop de soupirs et de tristesse durant l'été pour ne pas avoir pitié d'eux. Tu remis ta tête à l'intérieur et te remis en position normale, un peu surpris d'avoir eu l'idée de promenade. Si tu ne veux pas avoir la cervelle comme un oeuf cru et le corps comme un toast, je te préviens de rester à l'ombre. L'étalon répondit d'une voix chaleureuse mais qui ne donnait aucune méchanceté, toute honnêteté et gentillesse :

- Non merci je crois que je ne supporterai pas la chaleur mais j'ai une autre idée. Si on faisait comme si j'étais aveugle et vous me guider? Qu'est que tu en pense heu... Au faite c'est quoi ton nom?  

Tu fis un large sourire à l'idée de t'amuser un peu. Tu n'as jamais de ta vie, même pas une fois, joué le voyant. Si tu devais le jouer, ça sera tout comme si tu n'as rien joué, puisque tu te débrouilles déjà comme un. Mais tu sauras plutôt jouer l'aveugle ! Tu te cogneras un peu partout en criant d'une voix humoristique " au secours, je ne vois pas, je suis aveugle !" comme les premières minutes où tu as perdu la vue. Tu avais si peur ! Mais maintenant que tu as gagné de l'expérience, tu sais qu'on peut vivre normalement même si on perd un de nos sens. Tu songeas à ce que l'étalon disait et t'imaginas un peu les choses, sans ces stupides seaux qui ne restent jamais surplace. Tu pouvais déjà prédire que ce sera amusant. Un humain passa et déplaça un seau plein à côté  de toi en ayant soin de faire du bruit en le posant. Tu murmuras joyeusement "Oh:" Et plongeas la tête dans le seau, buvant une bonne quantité d'eau froide. En fait, si tu te rappelles, tu n'as rien bu depuis le matin. Avec cette chaleur suffocante, un tuyau d'eau sur toi ne suffira même pas à te refroidir, tu pourras sécher en un rien de temps. Tu poussas le seau vers l'étalon pour qu'il se rafraîchisse un peu s'il le veut et tu lui répondis d'une voix joyeuse et rafraîchie, comme si tu rendais l'âme et l'eau t'avait donné une.

- Black VisionJ'admets que la chaleur est suffocante pour de bon. Oui, ça doit être amusant, mais faites attention aux seaux ! On les mets parfois juste au milieu des allées !

Les seaux ! Tu détestes si bien les seaux ! S'ils ont un abreuvoir pourquoi bien mettre dans un seau ? Tu avanças, balayant les allées et reniflant un peu partout, et retrouvas un seau juste au milieu. Tu le poussas et revint en trottant vers l'étalon puis dit d'une voix confiante:

- Voilà. On ne coure pas grand risque maintenant. Promis, je vous aiderais à éviter les murs, les abreuvoirs et les chevaux. A moins que l'un d'eux se conduit comme un fou, tout sera joliment amusant !

Tu fis un large sourire à Eaque et lui montras que tu étais prêt, les naseaux en l'air, les oreilles aux aguets.


 
Crédit: Cali' in Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Je ne te vois pas, mais je connais tous tes mouvements...   Mer 3 Juil - 10:40


Je ne te voix pas mais je connais tous tes mouvement...



Black Vision... On peut dire que sont nom lui va parfaitement. Celui ci me fait un grand sourire. je crois que mon idée lui plait beaucoup. D'un coup sec je casse la corde qui me retenait et les yeux fermés j'essaye d'ouvrir la porte du box mais je me cogne et met un sabot dans le sot remplit avant de m’étaler sur le sol. J'entends des hommes rigoler non loin de là. Je crois que c'est eux qui se moquait aussi de Black Vision. Je rouvre les yeux, enlève mon sabot du seau et m'approche d'eux oreilles en arrière d'un pas assuré. je peux vous dire qu'ils sont vite arrêter de rire et qu'ils ont vite foutue le camps. Un petit sourire aux lèvre je reviens vers l'étalon et lui dis amicalement:

Je pense que ces deux là ne se moqueront plus de toi. Ils savent ce qui se passerait sinon.

Cette fois les yeux ouvert pour éviter une autre catastrophe, j'ouvre la porte du box et ferme les yeux sans bouger. Il ne me suffirait que d'un seul pas pour partir à la renverse. J'entends donc Black Vision pour qu'il me donne les instructions pour ne pas me faire mal.


Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Je ne te vois pas, mais je connais tous tes mouvements...   Mer 3 Juil - 16:20

 

Je ne te vois pas, mais je connais tous tes mouvements...


 


N
oir... Noir... Toujours baigné dans le noir... C'est toi, Black Vision. Comme si tu étais dans une petite boîte obscure, dans ton propre monde. La petite boîte scellée par la vie ne veut toujours pas s'ouvrir...Tu pousses sur le couvercle mais pauvre Black Vision, tu ne sais pas qu'il ne s'ouvrira jamais...


Ah, Black Vision, je suis fier de toi. Tu te débrouilles tout comme un voyant et on te respecte joliment dans le fort. A vrai dire, les seules créatures qui te respectent sont les humains, même si ça se fait un peu bizarre. Les chevaux se moquent de toi pou ton obéissance aux bipèdes mais ils ne savent rien. Tu sais que si tu obéis, tu seras un peu comme leur chouchou. Le maréchal n'a même pas besoin de t'attacher pour te ferrer et te fait des compliments sur ta patience. Le colonel est satisfait de toi et ne t'abattra pas; même pour une grande somme d'argent. Le médecin fait tout ce qu'il peut pour analyser la maladie de tes yeux et tous les restes de bipèdes ont l'envie de t'avoir pour ces caractéristiques en toi. Mais tu sais, avec une grande satisfaction, que personne ne t'aura sauf ta cavalière parce qu'elle a l'allergie aux chevaux et tu es le seul aux poils hypoallergiques au fort. Pourquoi toute cette obéissance, Black Vision ? C'est dans ta race aussi bien que dans ton caractère. Je suis fier de toi, Black.
Tu arrives à mener une vie normale grâce à ton abilité à reconnaître les objets de tes sens restants. Tu arrives à sentir la respiration des autres chevaux pour prédire et deviner leur endroit exact. Tu arrives à entendre le coup arriver avant qu'il n'arrive et l'esquiver joliment. 
Tu te mis dans de profondes réflexions, te tenant loin du monde réel. Les bruits disparaîssent peu à peu et tu te concentres plus dans tes pensées. Tu ne te réveillas en sursaut que quand tu entendis un grand bruit. L'étalon n'était plus devant toi. Un bruit sec d'une corde qui se casse, un ssabot dans un seau plein et un corps lourd étalé sur le sol. Inquiet, tu te précipitas vers l'étalon pour lui demander s'il n'a rien de cassé lorsque deux rires s'amplifièrent de dehors. Quatres sabots bien décidés sur le sol ; l'étalon s'est relevé. Des pas décidés vers le rire , Que faisait donc Eaque ? Ces humains stupides, ils rient de l'attitude d'un aveugle. Parce qu'eux, ils ne savent rien de tes souffrances. Parce qu'eux, ils ne savent rien de ce que tu coure de risques. Des cris de peur retentirent et plusieurs pas indiquent que les hommes se sont enfuis. Eaque revint, se tint surplace calmement. Tu devinas qu'il fermait les yeux. Il te dit amicalement:


-Je pense que ces deux là ne se moqueront plus de toi. Ils savent ce qui se passerait sinon.


Tu sus en ce moment-là qu'il avait fait ce qu'il a fait pour que les bipèdes aient plus de respect pour toi. Tu fis un grand sourire très reconnaissant. Cet étalon, malgré son corps grand, a un grand coeur et peut être étonnament doux et aimable. Les autres chevaux avec un caractère aussi aimable sont rares voir inexistants au fort. Tu ressentis une grande gratitude à l'étalon et décidas de faire de tout ton mieux pour lui assurer un tour sécurisé.
Tu sortis avec l'étalon, reniflas les alentours. L'odeur de gravier couvrait sur les autres mais tu as pu facilement repérer l'odeur de plastique d'un seau à gauche. Tu t'adressas vers l'étalon, concentré:


- Alors euh... 3 pas en avant, deux à droite, 2 en avant, 1 à gauche. C'est pour éviter le seau où les humains se nettoient les mains après un rodéo.


Tu marchas avant l'étalon pour t'assurer que le chemin sera sans obstacles. Une odeur de bois t'effleura les naseaux. Du bois ? Parterre ? Tu te demandas pourquoi mettront-ils du bois parterre. Tu tapotas le morceau de bois et constatas que c'était pour y marcher dessus à cause d'un trou parterre. Tu le considéras comme un obstacle puisque le grand poids des chevaux pourrait facilement la casser. Tu t'adressas à l'étalon prudemment:


- Attention il y a un trou bouché par un morceau de bois, c'est moyen de taille. Fais 3 pas en avant puis saute 2 pas et tu éviteras le trou. 


Tu marchas devant l'étalon et ne retrouvas aucun obstacle. mais après un bon moment de marche, un obstacle moyen se présenta ; Un tas de cinq ou de six morceaux de bois. Tu tapotas le tas et constatas du bruit profond qu'il fallait un saut d'à peu près 5 pas. Tu sus à ce moment-là que c'était les restes de bois après avoir fait ton nouveau box. Tu t'adressas à l'étalon:


- Maintenant fais attention, il y a un tas de bois. Tu devras sauter en évitant à peu près 5 pas.


Tu sautas  le tas de bois facilement et mis les oreilles aux aguets pour faire attention à la performance de l'étalon. Tu prias pour qu'il ne tombe pas et te retournas pour renifler le chemin de devant, cherchant d'autres obstacles qui pourraient être dangereux.


Crédit: Cali' in Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Je ne te vois pas, mais je connais tous tes mouvements...   Jeu 4 Juil - 11:12


Je ne te voix pas mais je connais tous tes mouvement...



Même s'en ma vue, je n'ai qu'à écouter les indications de Black Vision. Je fais tout ce qui me dit et rien ne m'arrive. Je me sens comme apaiser par le noir. En faite je ne sais pas trop comment qualifié la sensation que je ressens. Même si je ne l'ai voix pas, je ressens les regards des  cow-boys sur moi. Ils doivent être étonné de me voir marché les yeux fermés en plusse suivant un autre cheval lui belle et bien aveugle. Je sens un main se poser sur mon encolure se qui me fait sursauter. Je rouvre les yeux et voix Shura près de moi un peu choqué. Il me dit calmement mais surpris:

-Tu peux me dire pourquoi tu marches en fermant les yeux? Je vais te ramené dans ton box.

Il me passe mon gros licol noir sur la tête et l'ajuste comme il faut. Comme j'ai une grosse tête il me serre un peu même quand on met la boucle dans le dernier troue. Je regarde Black Vision et lui dis amicalement:

- J'ai été ravi de te rencontrer Black Vision mais je dois y aller. J'espère qu'on se reverra.

Mon cavalier me ramène ensuite dans mon box. Je suis heureux de mettre fais un nouvelle ami et j'espère qu'il l'est autant que moi.


Code by Gali.
Tu touches, tu redistribue... je te mange tout cru.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Je ne te vois pas, mais je connais tous tes mouvements...   Jeu 4 Juil - 12:13

[ Fin ] à archiver :3 
[ Je crois que c'est la fin car après que Eaque est retourné à son box Black Vision ne parlera pas seul x) ]
Revenir en haut Aller en bas
Amazone
Petite guerrière
avatar
Messages : 1805
Points d'Experience : 3
Date d'inscription : 27/06/2011
Localisation : En patrouille
Joue également : Qui-Vive ♦ Espérance ♦ As de Pique

Feuille de personnage
Votre personnage:

MessageSujet: Re: Je ne te vois pas, mais je connais tous tes mouvements...   Jeu 4 Juil - 14:35

    RP terminé, je déplace. ^^




Spoiler:
 

|| Double-comptes : Espérance - Qui-Vive - As de Pique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Je ne te vois pas, mais je connais tous tes mouvements...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Je ne te vois pas, mais je connais tous tes mouvements...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je ne te vois pas, mais je connais tous tes mouvements...
» LYON : ville où je suis né........................
» mais qui connais "Chroniques du marais qui pue " ?
» Joyeux Noël (un RP hors sujet mais ouvert pour tous)
» Je te connais. Mais toi, voudras tu me connaitres ? [Pépite d'Or & Shiki & Odyssée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spirit RPG :: HORS JEU :: Archives :: Boite à RP's-